Monsieur Guillaume

Broom Service : Potions Express, j'écoute ?

Broom Service : Potions Express, j'écoute ?

Être dans les trois sélectionnées pour le Kenner Spiel des Jahres n'est déjà pas rien, même s'il semble que le prix seul soit une corne d'abondance (au débit plus ou moins fort en fonction du jeu primé malgré tout) en terme de ventes. Dans l'attente, cette année, de voir qui l'emportera entre Elysium, Orléans et Broom Service, nous vous proposons de découvrir plus avant celui qui, jusque là, n'avait pas encore vraiment défrayé la chronique par chez nous :

Default

Broom Service de messieurs Andréa Pelikan et Alexander Pfister n'est pas un total inconnu. En effet, Andréa Pelikan avait précédemment sorti un jeu du nom de Witch's Brew, Malédiction en français par chez nous via Filosofia qui avait eu son petit succès et s'était même retrouvé au Spiel des Jahres en 2008, l'année où Keltis l'emporta. Et bien le jeu de carte est devenu jeu de plateau et se voit donc rejoindre par un co-auteur. L'éditeur, Alea, est un "studio indépendant" géré par Stefan Brück, dans le "cloud ludique" de Ravensburger. La liste d'excellents jeux qu'ils ont édités est longue, mais que l'on nous permette de citer Puerto Rico, Les Châteaux de Bourgogne, Notre Dame, (qui revient bientôt), Glen More (que nous aimerions bien voir en français, tiens)..., ce n'est pas rien ! Voyons donc ce que cet Alea nouveau-mais-pas-complètement cache dans sa boite

Samantha, vous avez livré la Tour Blanche ?

Les 2 à 5 joueurs réunis autour de la table vont placer le plateau sur la table et récupérer chacun 10 cartes Rôle, les 2 pions à leur couleur qui viendront s'installer sur les châteaux adéquats (laissez Sheila en paix, merci!), 1 potion de chacune des trois couleurs possibles ainsi qu'une ou deux baguettes magiques, en fonction de la place par rapport au premier joueur. Comme ce jeu est un jeu à points de victoire, le marqueur s'installe déjà avec 10 points de victoire, preuve qu'il sera possible d'en perdre. À vous de fabriquer et livrer des potions magiques, tout en éclaircissant le ciel du royaume, parce que voler sur un balai en pleine tempête, vraiment, c'est pas bon pour le teint !

18 des 24 nuages sont installés sur les cases correspondantes et 7 cartes Évènement sur 10 sont piochées aléatoirement pour les 7 manches que durera la partie.

Reste à dire qu'à moins de 5 joueurs, les rôles d'une couleur non-utilisée serviront, à chaque manche, à déterminer des rôles maudits.

Default

Ensuite, à chaque manche, après avoir révélé l'évènement qui imprimera sa marque sur cette dernière, vous sélectionnerez chacun 4 rôles parmi vos 10 cartes. Sur ces dernières, chaque rôle est divisé en deux parties, "lâche" et "brave". Ainsi, le "brave cueilleur" vous permet de récupérer trois ressources, là où le "lâche cueilleur" n'en récupère qu'une. Oui, je vous vois venir, vous allez me dire que c'est évident, enfin... que nous allons sans cesse jouer la version "brave", que je serai bien bête de ne pas en profiter ! Oui, mais voilà, nous ne sommes pas seul. Ainsi le premier joueur choisit un de ses rôles sélectionnés et le joue en annonçant sous quel vocable il le joue. La version "lâche" est réalisé immédiatement, sans risque, mais pour un gain moindre. La version "brave" demande un peu de patience pour voir si d'autres ont été suffisamment c... audacieux.

Dans l'ordre du tour, chaque joueur doit servir le rôle choisi : s'il l'a en main, il doit le jouer et a le choix de la version. S'il choisit la version "brave", le "brave" précédent est annulé sans qu'il ne rapporte rien... mais lui-même peut encore être annulé par les suivants... et c'est là tout le sel du jeu. Lorsque le tour se termine sur un rôle, le dernier "brave" fait l'action et entame le tour suivant en choisissant un des rôles parmi ceux qui lui restent.

Choisir et jouer un rôle maudit (à moins de 5 joueurs) coûte quoi qu'il en soit 3 points de victoire. Ce qui donne une lecture du jeu des autres, fonctions des rôles maudits ou non, et des choix à faire en conséquences.

Default

Que voilà de drôles de dames...

Les cueilleurs vous permettent de récupérer 1 ou 3 potions (trois types différents) ; les sorcières vous emportent dans la région idoine adjacente et éventuellement y livrent une potion (quatre types de terrain) ; deux druides livrent vos potions, éventuellement bonifiées (deux types de terrain sur chaque) et enfin, la Fée des Nuages, avec ses airs de Marraine la-bonne-fée, utilise ses baguettes magiques pour chasser les nuages adjacent, ce qui rapportera également des points de victoire.

Terminons sur les points de livraisons : deux types de tours, les carrés sont livrables à l'infini là où les rondes sont livrées une fois chacune pour toute la partie. Certaines d'entre elles sont à la frontière de deux ou trois régions, d'autres dans la région même. Elles ne rapportent pas toutes le même nombre de PV, certaines vous octroient même de précieuses baguettes magique.

Default

Ici, on livre plutôt du violet... et du orange dans la montagne !

Et c'est ainsi que, 7 manches plus tard, vous ajoutez à vos pV actuels les points rapportés par vos nuages, puis 4 pV pour un lot de 4 ressources différentes (trois potions et une baguette) et 2 pV pour un lot de 3 ressources différentes. Voilà, normalement, vous avez un gagnant !

Et pour quelques potions de plus...

"Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage". Que ce soit avec le temps, avec un co-auteur, l'adage se vérifie dans cette nouvelle édition pour un jeu finalement différent et qui s'en trouve bonifié. Là où Malédiction demandait à choisir 5 cartes parmi 12, nous voici rendu à 4 parmi 10. De plus, avec un peu de malchance, il était possible à Malédiction de ne pouvoir faire aucune action. D'où le titre peut-être, mais c'était parfois la goutte de frustration qui pouvait faire déborder la marmite.

Ici la sensation de contrôle est plus grande avec la possibilité de prendre des risques ou d'assurer. La couche supplémentaire de gestion sur le plateau avec placements, livraisons et la lecture qui va avec permet de relativiser l'importance de ces choix. Il reste ainsi possible de rebondir si l'accident de vol en balai vient bouleverser vos plans. En outre, la petite dose d'opportunisme de cette potion triturera vos méninges : "argh, j'avais prévu de faire ça et de livrer ici... mais là, quand-même, c'est un beau coup... argh disais-je donc..."

Default

Enfin, le deuxième plateau et quatre séries de tuiles comme autant de modules permettent de renouveler le jeu en lui apportant une touche de ci ou de ça :

- Les nuages d'orages sont des nuages à effet et qui, mêlés aux autres, apporteront leur touche de surprise et d'endroits à investir rapidement... ou non !

- Les tuiles Montagne viennent également prendre place sur les régions montagneuses. Elles apportent des bonus à ceux qui s'y déplacent, permettant de récupérer des amulettes et des bonus. Voyage, voyage donc, mais dans le bon sens et au bon moment pour profiter de ces bonus au meilleur moment.

- Les tuiles Forêt sont, elles, des tuiles Bonus à jouer, après récupération, au moment souhaité. Là, il n'y en aura pas pour tout le monde... ça risque d'être la course !

- Enfin, les tuiles Colline boostent les déplacements par les cercles de pierres.

Largement de quoi faire et jouer, le seul problème étant que Ravensburger France se retrouve à court de boites. En effet, avec l'effet nomination au Spiel ajoutés aux boites multilingues Français-anglais, les stocks ont fondu avant même de pouvoir en voir le bout d'une boite. Vivement donc que nous puissions, à Paris est Ludique par exemple, mettre la main sur une boite pour vous montrer ça en TTTV... Et d'abord, c'est illustré par Vincent Dutrait, alors quand on aime... et puis qui sait, ce pourrait être le prochain Kenner Spiel des Jahres ?

Default


Broom Service
Un jeu de Andreas Pelikan, Alexander Pfister
Illustré par Vincent Dutrait
Publié par Alea
2 à 5 joueurs
A partir de 10 ans
Langue des règles: Française, Anglaise
Durée: 60 minutes
Prix: Non renseigné


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (2)

Default
ndeclochez
ndeclochez

Bonjour,

Merci pour cet article.

J'attendais quelques explications sur le jeu en français...

Une sorte de suite corrigée/améliorée de Malédiction...

Vivement la TTTV

darkgregius
darkgregius

J'aime beaucoup Malédiction et cette évolution a tout pour me plaire sauf que...Ravensburger.Pourvu qu'il nous épargne la présence envahissante de leur logo sur le matériel.