Ludema

L'interview de Frédéric Henry : "Si un jeu n'a pas réussi à s'imposer en 3 mois, c'est totalement fini !"

L'interview de Frédéric Henry : "Si un jeu n'a pas réussi à s'imposer en 3 mois, c'est totalement fini !"

L'interview de Mr Phal : "La seule vérité, c'est la science sociale... "

Bonjour,

Voici le nouveau hors plateau consacré à Frédéric Henry,

Auteur de jeux et Fondateur de Monolith

 

Dans ces vidéos, vous découvrirez le parcours d'un créateur à travers ses différents jeux,

sa vision du mon ludique et comment les rencontres ont façonnés sa carrière.

Mais aussi Kickstarter,

Comment ça a changé les choses, la prochaine évolution du crowdfunding et son autonomisation.

Et bien d'autres sujets passionnants que Frédéric Henry aborde sans langue de bois.

Une nouvelle rencontre humaine passionnante et enrichissante. :)

Encore merci à Frédéric d'avoir eu la patience et la gentillesse de répondre à mes questions.

 

Et un grand merci à Ludovic Chatillon de m'avoir reçu lors du festival de Pechbon'Jeux 3 ème édition.

 

Je vous souhaite un bon visionnage !

Comme toujours, une rencontre humaine passionnante et enrichissante. :)

Bon visionnage !

 

 

Partie 1 : Le système comme moteur pour l'immersion et Red Hot Silly Dragon



Partie 2 : Megamix et Rush'N'Crush



Partie 3 : The Adventurers 1& 2



Partie 4 : La création d'un jeu et L'aléa dans un jeu



Partie 5 : Investir dans ses propres jeux et Cyril Demaegd



Partie 6 : Timeline et le côté "ordonné" des joueurs



Partie 7 : La production et les rachats dans le monde ludique



Partie 8 : L'évolution du secteur ludique et les Bâtisseurs



Partie 9 : Stand Alone et Genèse de Conan



Partie 10 : Le projet Conan



Partie 11 : Les boutiques...



Partie 12 : Risque financier Kickstarter / Circuit classique



Partie 13 : Comment va évoluer Kickstarter ?



Partie 14 : Les freins de kickstarter



 

______________________________________________________________

Comment nous soutenir ?

Tout d'abord en s'abonnant :

L'interview de Mr Phal : "La seule vérité, c'est la science sociale... "

 

Ensuite, en mettant un petit Pouce Bleu qui permet d'améliorer le référencement des vidéos.

En partageant la vidéo afin de lui donner plus de visibilité.

Et enfin, si vous avez l'envie et les moyens, en faisant un don de quelques Euros sur Paypal.

L'interview de Mr Phal : "La seule vérité, c'est la science sociale... "

 

L'argent ainsi récolté sert à financer du matériel (des micros et stabilisateurs par exemples) et aussi les déplacements pour les interviews.

Les jeux sont toujours achetés sur nos fonds propres.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Réseaux sociaux :

Si vous voulez discuter avec nous, ou suivre tout simplement nos aventures :

L'interview de Mr Phal : "La seule vérité, c'est la science sociale... "L'interview de Mr Phal : "La seule vérité, c'est la science sociale... "

 

 

 

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cette vidéo

Conan
Achetez le sur :
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
Les Bâtisseurs - Moyen-Âge
Achetez le sur :
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Commentaires (80)

Les commentaires sont fermés.
Vous pouvez désormais uniquement lire, liker et disliker les commentaires.
Monsieur Phal
Monsieur Phal
Chère Madame et Cher Monsieur

Devant le flux de commentaires, nous fermons la chose et nous vous proposons de continuer sur le forum. Cet espace est plus pratique pour discuter...

https://www.trictrac.net/forum/sujet/ks-economie-boutique-et-fred-henry
fred henry
fred henry
Dailleurs le développement du Crowdfunding est si fulgurant qu'il remet en question bien d autres cadres établis.
Imaginons quand même que celui qui cette année est non seulement le jeu le mieux noté du monde, mais aussi l une tres grosse vente du secteur spécialisé (il est bien parti pour atteindre ou dépasser les 40 000 copies cette année), n'aura paradoxalement pas droit de citer aux récompenses du "Jeu de l'Année".
C' est là aussi je trouve un débat extrêmement intéressant.
fred henry
fred henry
Mais de toute façon la problématique va bien au-delà de la question du prix. Elle se situe au niveau de la rationalité économique du modèle :
Lorsque une société externalise une partie de son activité en payant un prestataire, quel qu'il soit, c'est parce qu'il apporte une Valeur Ajoutée supérieure qui au final s'inscrit dans le résultat de la société en question.
Si ce n est pas le cas, donc si le contrat ne se révèle pas "gagnant/gagnant", mais "perdant/gagnant", il n'a pas de raison d'être.
Autrement dit, si, au total, sans passer par les boutiques un éditeur gagne 100, alors qu'il ne gagne que 70 en passant par les boutiques, au nom de quoi devrait-il s'infliger ce manque à gagner ?
Renversons la perspective : si, sans vendre Conan, une boutique gagnait au total 100. Mais qu'en le vendant, elle s'aperçoive qu'a la fin de l'année elle ne gagne que 70. Qui lui jettera la pierre lorsqu'elle décidera de ne plus le vendre, parce que pour une raison quelconque cela crée un manque à gagner ?
C'est ce qui me gène dans tout ce débat. On reconnait aux distributeurs et aux retailers le droit d'être économiquement rationnels, mais dès lors qu'il s'agit de l'éditeur ou pire de l'auteur, on considère que la passion devrait "naturellement" se substituer à la rationalité et combler le trou laissé par le manque à gagner. Comme si l'un était exclusif de l'autre.
Tout le problème est là : on cherche à maquiller la réalité brutale sous toute sorte d'oripeaux moraux et cela ne génère que de la confusion et voilant la véritable problematique.
Lorsque j'ai sorti Rush n Crush, ce fut un four commercial monumental. Je n'ai pas vu la moindre boutique continuer à en acheter a Rackham alors qu'elle ne le vendait pas. Et personne ne les en a jamais blamé, car c'eut alors été faire preuve d'une bien mauvaise gestion. Pourquoi la situation inverse devient-elle moralement condamnable, si ce n'est parce qu'elle remet en cause les schemas établis ?
On assiste aujourd'hui au succès monumental de 7thC. Pourquoi SP, en tant que société, devrait-elle vendre passer par un distributeur ou vendre en boutique ? Ce qui est en train de se passer sous nos yeux n'est-il pas la preuve que leur choix est en fait optimal ? Pour qu'ils aillent en boutique il suffirait que cette alternative s'avère plus interessante pour eux. C'est juste une question de négociation. Nous avons proposé de revoir le système de multiplicateurs d'intermédiation. Cela semblait à l'epoque tellement ubuesque que ça a été rejeté sans même que les acteurs prennent le temps d'y réfléchir, comme si ces multiplicateurs étaient inscrits dans le marbre.
MathieuB
MathieuB
Bonjour,
Juste pour ajouter ma pierre à la discussion. Il me semble que le nouveau public cible des éditeurs et distributeurs de jeux de société est le fameux "familial +" que j'ai du mal à imaginer, déjà connaître, et encore moins acheter via KS.
ehanuise
ehanuise
Le 'retail pocalypse' est déjà très visible aux US, et arrive rapidement chez nous.
https://www.axios.com/the-amazon-effect-hits-retailers-around-the-globe-2490519449.html
Djinn42
Djinn42
Difficile de rester aussi longtemps devant un micro sans dire de conneries. Marrant et intéressant.
Herr Nidé
Herr Nidé
Merci à Ludema et Monsieur Henry pour cette interview qui permet un peu mieux de comprendre l'évolution du marché du jds. (le tout sans langue de bois, c'est rare! pas sûr que les gérants de boutiques de jeux dans les années 90 apprécient les révélations sur leur sexualité :-p )
Le découpage en plusieurs vidéos est bien pratique.
fred henry
fred henry
Alors, je profite de la perche que tu me tends pour préciser, s'il en etait besoin, que la description du client des boutiques de jdr des années 90 n est rien d autre qu une autoderision. Un auto-portrait de moi et de mes potes du club Jeux de Rôle, qui passions notre temps à fouiller les etagères de notre boutique locale.
Je préfère le signaler quand même car je sais que plusieurs personnes ne l'ont semble-t-il pas compris et on été peiné par mes mots.
fred henry
fred henry
Dailleurs le seul fait qu il y a 20 ans nous parlions de "Boutiques de Jeux de Rôle", plutôt que des "Boutique de jeux" tout court, me semble parfaitement évocateur de la transformation drastique de l'offre.
korgal
korgal
C'est marrant mais c'etait aussi la description de notre groupe d'amis et rolistes :) Ahhhh les mec avec queue de cheval devant ad&d 2, pendragon, gurps conan, warhammer v2, cyberpunk, shadowrun, et tant d'autres ! la bonne époque ou on passait des week end entier et aussi les mercredi à geeker sur une campagne ! ^^
korgal
korgal
Pas le temps de penser aux filles ! puis y'avait de la princesse avec 18 en charisme à sauver des griffes d'un Baatezu
Tom Vuarchex
Tom Vuarchex
Comme quoi c'est marrant le ressenti de chacun en fonction de son expérience. Perso, il y a 20 ans, je jouais à des jeux de société, je participais à des événements dédiés aux jeux de société et j'allais dans des "boutiques de jeux de société", qui existaient bel et bien, même si elles étaient moins nombreuses ;)
fred henry
fred henry
Ben moi, il y a 20-25 ans, je me souviens que sortie de formule D, FootMania et Blood Bowl, il n y avait quand meme pas grand choses en rayon. Si je prends les exemple de Jeux Descartes rue des Ecoles, l'oeuf Cube ou Cellules Grises, le jdr devait y représenter au moins 70% du CA.
Rappelle toi le sous-sol de Descartes qui était à 100% consacré au jdr (avec 50% au moins de VO).
ehanuise
ehanuise
Oui mais ca c'était avant que Magic ne remette les pendules à l'heure ;-)
Tom Vuarchex
Tom Vuarchex
@Fred: Oui, évidemment, comparativement à aujourd'hui il y avait bcp moins d'offre en JdS et surement plus en JdR mais si on s'intéressait aux JdS plutôt qu'au JdR (c'était mon cas), il y avait largement de quoi faire. Cela dit que je ne foutais pas les pieds à l'Oeuf cube ^^
Descartes éditait quand même pas mal de jds, pour le coup. Tout comme Tilsit, Gigamic et quelques autres. Ainsi que la boutique Oya qui distribuait des jeux allemands.
fred henry
fred henry
Mais je ne dis a aucun moment le contraire Tom. Je dis juste que les rayonnages et la clientèle des boutiques ont énormement changé en 25 ans et continus à changer. Et c est juste "normal".
korgal
korgal
Sinon j'ai trouvé l'interview très intéressante, surtout sur les partie ou ca parle de KS, boutiques, évolution de KS etc ... Ca permet de mieux comprendre ce système pour ma part (je suis novice dans le milieu du jds et du KS).
En fait pourquoi j'ai pledge des jeux sur KS (mon 1er est Rising Sun, puis Lords of Hellas et enfin clash of rage).
Parceque ce sont des gros jeux qui m'attirent ! Sur Ks je ne pledge que du bon gros jeu d'affrontement, stratégie et surtout avec de la belle figurine (j'ai aussi late pledge The edge dawnfall).
Du coup je suis totalement en phase avec ce que dit Fred en fait !
Christhiof
Christhiof
Fred tu m'as scotché : comment être créateur de jeu sans être joueur !? Rechercher des mécaniques ok c'est purement technique, mais selon moi l'envie de jouer et de rejouer vient du plaisir procuré et de la confrontation aux autres (ou à l'intelligence artificiel). Comment le trouver si l'on est pas soi-même joueur. Après le thème le système immersif vont enfoncer le clou. En tout cas bravo, créer un bon jeu sans aimer jouer ! à moins que tu ne te mentes à toi même : tu aime les jeux, surtout ceux que tu crées car tu es dans une recherche perfectionniste et donc tu te lasses et passes à autre chose en tendant vers le toujours plus immersif que tu ressens dans un jeu de rôle. Je ressens un peu ça en jouant, la lassitude vient vite et le besoin de renouveau est constant... c'est frustrant de laisser de côté un jeu, ça arrive moins avec un jeu compétitif qui appelle à la revanche. Par contre j'ai plus de mal à développer mes idées en mécaniques... j'aimerai tellement créer mon jeu un jour !
korgal
korgal
En fait ca m'étonne pas tant que ca, et d’ailleurs je me posai la question y'a pas longtemps. Je me disais "Est ce que les créateurs de jeux trouvent le temps et l'envie de jouer ?" Sont ils des joueurs eux meme etc ... ?"
Je me dis que créer un ou des jeux ca prend juste tout son temps dispo (entre la création, les test, le tour des salons et festivals etc ...). Du coup je pense que la plupart ne jouent pas ou plus et je pense que ces gens prennent tout simplement du plaisir à créer, innover, trouver des "truc", en fait j'etais musicien et du coup je me dis que c'etait pareil pendant un temps ou je jouai de la musique, créait des morceaux etc .... mais j'en écoutait plus forcement.
Bref y'a un coté savant fou, artiste, créateur, donneur de plaisir chez ces gens la, ils ont la tete dans le guidon ! ^^
Alkhôlia
Alkhôlia
Hello ! En fait, Fred Henry est un joueur. Le seul truc, c'est qu'il joue au de rôle et ça doit lui prendre du temps (+poker et scrabble de ce que j'ai lu à côté). Donc c'est un joueur, mais pas forcément un acharné du jeu de plateau... Et après, c'est vrai que créer ça prends du temps :)
Harry Cover
Harry Cover
j'ai passé une excellente soirée merci !! 20 épisodes ça aurait été encore mieux :o))