Bombyx

Carnet d'auteurs d'Imaginarium 1/2

Carnet d'auteurs d'Imaginarium 1/2

Comment le jeu a été créé ? Qui a fait quoi ? Quelles sont les étapes ?

Avant de se lancer dans la fabuleuse histoire de la création d'Imaginarium, nous vous présentons les deux têtes pensantes de ce jeu ; un auteur bien connu de tous et un autre qui l'est moins, enfin pour l'instant ! ;)

Tric Trac
Bruno Cathala
Passionné de belles histoires et de mécaniques fluides, cet ancien ingénieur en sciences des matériaux consacre son temps, depuis 2001, aux jeux de société et à leur développement. Bruno est l'un des auteurs actuels les plus prolifiques, avec une centaine de publications en 15 ans, dont plusieurs titres majeurs, comme Mr Jack, Cyclades, Les Chevaliers de la table ronde, Abyss, Five Tribes, 7 Wonders Duel et bien entendu Kingdomino couronné par le prestigieux Spiel des Jahres en 2017. Ses jeux sont souvent créés à quatre mains, avec d’autres auteurs ; pour lui « le jeu est le fruit d’une collaboration de tous les instants ».

Tric Trac

Florian Sirieix

Trentenaire un brin hyperactif, Florian est un ancien informaticien devenu professeur des écoles en Segpa. Il s'est lancé dans la création de jeux de société en 2012. Amis, famille, élèves, tout son entourage est sollicité pour tester les prototypes. Ses jeux édités sont Deal Gentlemen Collectionneurs, Oh Capitaine et enfin Imaginarium.

Tric Trac

 FLORIAN 

L’idée

Tout commence en janvier 2014, à la fin des vacances de Noël. Les copies de décembre ne sont toujours pas corrigées, et le temps passe… Je rentre de chez un ami et il faut que je me mette au boulot. Nous venons de jouer à The City. J’ai bien aimé les combos de cartes, leurs utilisations multiples (en tant que monnaie et bâtiments), mais le jeu est trop léger pour moi.

Je commTric Tracence à réfléchir à tout ça et je lève les yeux sur mon horloge pour regarder l’heure qui passe.
Mes quelques neurones se connectent, j’ai un embryon d’idée : et si les cartes étaient des inventions, et qu’il fallait en construire, mais aussi en démonter ?

On joue des bricoleurs qui récupèrent des inventions géniales, mais cassées. Puis on les démonte, on gagne des ressources et on répare d’autres inventions avec les ressources accumulées. Le truc intéressant, ce serait que les inventions peuvent être combinées !

 

 

L’univers

L’histoire commence à se former dans ma tête. Il faut trouver le but du jeu. Le truc qui motive les bricoleurs à réparer les inventions mieux ou plus vite que les autres.

Un coup d’œil sur mes copies, toujours pas corrigées, me donne une idée : et si les bricoleurs essayaient de valider des compétences ? Oui, oui, chers collègues, c’est le LSU qui me donne l’idée du jeu. Triste, non ? L’univers se dessine dans ma tête : le Grand Ingénieur impérial de Steam-city vient de trépasser, coincé dans une de ses inventions, la Charbonneuse ! Mais si, la Charbonneuse. Vous en avez sûrement entendu parler, une invention qui produit du charbonium : la ressource aussi efficace que le charbon, mais sans les émissions polluantes de fumée ! Bref, le Grand Ingénieur impérial est mort et il faut le remplacer. Vous, étudiant en bricolage impérial, devez être le premier à valider toutes vos compétences pour prétendre à ce poste.

La Version 0.221b

En février, la deuxième version du prototype est prête. Oui, parce que la version d’origine a déjà évolué suite aux premiers tests, notamment avec les amis de l’association L’Ouvre-boîtes de Saint-Jean-de-Védas (34).
Chaque machine a déjà les caractéristiques que vous leur connaissez : un niveau, un effet, les ressources nécessaires pour la réparer et les ressources obtenues en la démontant.Tric Trac

Dans cette version, le jeu se déroule en deux étapes : il faut d’abord évoluer de bricoleur à inventeur, puis d’inventeur à ingénieur impérial. Pour être promu, il faut valider suffisamment de projets demandés par l’université.

Tric Trac

 

La sélection des actions est déjà proche de la version finale. Elles sont regroupées par paires : vous placez votre personnage sur une des roues dentées noires pour faire une ou les deux actions qui l’entourent (voir images ci-dessus). Plus tard ce mécanisme sera avantageusement remplacé par les aiguilles, une idée de l’éditeur.

Tric Trac

Le tour de jeu est très simple. À son tour, chaque joueur fait trois étapes :
1. Il utilise ses inventions réparées.
2. Il peut réorganiser son atelier (en combinant et/ou décombinant ses inventions).
3. Il choisit une paire d’actions sur sa roue dentée :

  • acheter des inventions cassées au bric-à-brac,
  • réparer des inventions,
  • démonter ou utiliser à nouveau une invention,
  • travailler à la mairie pour gagner du charbonium,
  • acheter et vendre des ressources au marché.

Toujours dans l’esprit steampunk, j’ajoute une roue dentée sur la partie centrale du jeu pour y symboliser le bric-à-brac. Il s’agit en fait d’une file de cartes, dont les prix vont décroître au fur et à mesure. Le prix de l’invention est calculé en multipliant le prix affiché sur le bric-à-brac par le niveau de l’invention.

Tric Trac

 

La première sortie au grand jour – Cannes 2014

Le proto tourne, les copains s’amusent, il est temps de sortir le jeu au grand jour et de se confronter à l’avis des professionnels. Pour cela, il me faut un proto terminé, des règles propres, un pitch qui donnera aux éditeurs un aperçu de mon univers et un titre qui fait référence au thème.

 

Tric Trac

 

Pour l’ambiance, je me débrouille vite fait avec quelques images trouvées sur internet et un peu de Photoshop, je trouve un super surnom au gestionnaire du bric-à-brac, mais il me manque quelque chose : des noms de machines qui font rêver. Et c’est là qu’intervient Ophélie, une excellente amie qui s’est perdue en khâgne quelques années plus tôt.

Niveau 1:
Un bois par tour : woodette/cellulosette
Un cuivre par tour : copp(e)rette
Un rouage par tour : rotativette
Une ressource au choix par tour : flamelette
Vole un bois par tour : sylvisiteuse/lignivoleur 
Vole deux charboniums par tour : entourloupeuse
Transforme un bois et un cuivre en 5 charboniums : copposylvicondenseur
Casse une invention d'une personne : détraqueuse
Oblige à démonter une invention de niveau 2 : dézinguette
Etc.

Tric Trac

Les marches du palais pendant le Festival International des Jeux de Cannes.

Ça y est, je suis à Cannes, mais à cette époque-là, je ne suis personne, on ne connaît pas mon nom et je n’ai aucun jeu édité. Je fais donc le tour des stands en fonction des contacts que j'ai eu. J’essaie de convaincre en restant modeste sur le travail à faire et en mettant en avant la mécanique originale du jeu : les inventions. Et… je me fais fracasser. Non, pour de vrai, je suis rentré en pleurant. L’idée est bonne, mais il y a énormément de boulot pour que le jeu soit équilibré, interactif… jouable. J’avais tellement la tête dans le guidon que j’ai fait des erreurs hallucinantes, qu’ils ont tous détectées dès l’explication des règles (sur le bric-à-brac, on multipliait le niveau des machines par le prix du marché, soit des prix allant de 1 à 15 !!!).

Tric Trac

Cannes, et l'affichage de 2018

Écouter pour mieux avancer 

Je continue à faire jouer le proto au Off du festival, pour avoir des avis des joueurs – il faut savoir écouter surtout quand on est un jeune auteur inexpérimenté. Les joueurs ont des envies, des sensations, des retours sur leur expérience de jeu que l’on ne peut pas imaginer en jouant soi-même ou avec ses potes. Le négatif est le plus important pour évoluer. Je conseille vraiment de tout noter, puis rentrer chez soi, se ressourcer et ensuite tout relire. Il faut en garder un peu et en jeter un peu. Et si on n’y arrive pas, il faut savoir demander de l’aide ou abandonner.

 

Demander de l’aide ou abandonner

J’avais croisé Bruno et discuté avec lui dès mes premières années à Cannes. Cette année-là, je n’ai pas osé lui présenter Steamers. Par contre, je lui ai parlé des deux autres protos que je n’arrivais pas à améliorer, Little Italy et Une Semaine en Suisse. Bruno allait prendre son avion de retour. Il m’a dit : « Écoute, je n’ai pas le temps de t’aider là, mais envoie-moi les règles si tu veux ». J’ai fait mieux, je lui ai laissé les protos.


Tric Trac

Bruno Cathala au Festival des Jeux de Cannes 2018

BRUNO
 

J’ai rencontré Florian pour la première fois à Cannes en… 2013 ! C’est lui qui est venu vers moi. Parce qu’il était tombé dans les jeux de société, qu’il avait envie de devenir auteur et qu’il souhaitait avoir quelques conseils. Nous avons discuté une bonne heure, je crois. Peut-être plus.
Conclusion numéro 1 : Florian est passionné.

Tric TracCe n’est qu’un an plus tard, en 2014, qu’il est venu vers moi à Cannes avec l’envie de faire le point sur son travail depuis notre dernière rencontre. Parce que le garçon a suivi mes conseils (quel inconscient ;-) ) et créé ses premiers jeux. Même si je suis curieux de voir où il en est, mon emploi du temps est plus que chargé et il finit par glisser ses deux protos dans ma valise alors que je pars pour l’aéroport.
Conclusion numéro 2 : Florian est tenace.
Tric TracJe rentre dans mes montagnes avec les deux prototypes et les place en bonne position sur ma table de travail. Mais je suis dans une période plutôt chargée. Chaque jour, l’urgence du moment chasse au lendemain l’examen des deux jeux. Les semaines passent et, chaque jour, les deux boîtes sur ma table me répètent inlassablement que quelqu’un attend, là-bas, au loin, que je lui réponde.

Enfin, un matin, je décide de faire une pause dans toutes les urgences et décortique les deux jeux. Je commence par Little Italy et j’enchaîne avec Une journée en Suisse, avant de faire à Florian une réponse groupée pour les deux jeux.

Deux retours directs, qui ne sont sans doute pas aussi positifs que Florian peut l’espérer. Je me demande comment il va les absorber. Je reçois souvent des règles d’auteurs qui me demandent mon point de vue. Je réponds toujours, en insistant sur le fait qu’il ne s’agit que d’analyses à la simple lecture des règles et que mes commentaires n’ont pas valeur de vérité absolue. Mais je regarde comment mon interlocuteur réagit. Trop souvent, l’auteur n’est finalement pas ouvert à la remise en question et tente de me démontrer point par point que je n’ai rien compris (ce qui est possible). Florian, lui, m’a répondu avec franchise et spontanéité qu’il était d’accord avec mes analyses.

Conclusion numéro 3 : Florian est franc et possède une certaine capacité d’écoute.

Tric Trac

Quelques semaines passent. Il m’envoie par mail une nouvelle règle : Steamers, en me demandant si j’accepterais à nouveau de lui faire un retour. Je lis le document, le sentiment est différent. Cette fois, il y a vraiment quelque chose d’intéressant. Évidemment, on est face à un jeu de gestion de ressources, comme il y en a tant d’autres. Mais un petit plus fait la différence : dans tous les jeux de gestion de ressources, on peut produire et acheter les ressources pour les convertir en constructions, qui sont d’une façon ou d’une autre des accélérateurs des mécanismes de base du jeu, et/ou des moteurs de points de victoire. Ici on retrouve ça bien sûr, mais, ces fameuses ressources on peut aussi les récupérer en DÉMONTANT d’autres machines. Bref, un jeu dans lequel on va réparer / démonter des machines, au gré des besoins et selon différents objectifs. C’est simple. C’est malin. C’est raccord avec l’histoire que raconte le jeu. Tric Trac

Démonter pour récupérer de précieuses ressources, du bois, du cuivre ou du cristal.


Sauf que… à ce stade, le jeu est en chantier. Tout y est ou presque, mais en vrac. Il y en a partout. L’ensemble manque de structure, d’évidence, d’équilibre. La bonne idée est noyée dans un canevas de petits éléments qui en brouillent la lecture. Je lui fais mon retour, en donnant quelques pistes de modifications. Florian ajuste, teste, revient vers moi. Je fais d’autres propositions. Maintenant on échange par Skype. Ça va plus vite. Je réagis en direct aux récits de ses parties test. 
Et un jour, il me demande à partir de quel moment un jeu est celui d’un auteur seul ou devient un co-design entre deux auteurs. Je lui réponds comme à tous ceux qui viennent vers moi : un projet devient un projet commun à partir du moment où TU le décides. Je suis en train de t’accompagner par plaisir. Et je peux ainsi t’accompagner jusqu’au bout du projet sans rien demander en échange. Un simple merci dans les règles, si le jeu est édité, me suffit. Mais si toi, tu as envie de faire le chemin à deux, si tu estimes que le jeu a évolué au point qu’il s’est éloigné significativement de ta vision initiale, c’est à toi de faire la proposition.

On vous prépare la suite du carnet d'auteurs dans quelques jours. ;)

Tric Trac

 Bruno et Florian présentent Imaginarium au Spiel à Essen 2017.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (6)

Default
bgarz
bgarz
Et dire que l'idée originelle du jeu est née grâce aux compétences du LSU !!!
Chapeau bas cher collègue 🤓
Marcooo
Marcooo
Désolé Florian, si je t avais rencontré plus tôt je t'aurais averti :-) Pauvre fou!!!! 😜 Bravo pour le résultat Messieurs !
Bruno des Montagnes
Vous êtes qui monsieur ? ;-)
eins
eins
Marcooo… rayons fruits exotiques chez Grosbert… il est encore en période décès…
bgarz
bgarz
Encore un qui est tombé sous le charme 😂
SoloGames
SoloGames
Bel article pour un jeu beau et fun. Vous pouvez retrouvez mon Challenge Solo en Français et en Anglais sur sessionsolo.com et boardgamegeek.com.
https://www.sessionsolo.com/imaginarium
https://boardgamegeek.com/filepage/162959/imaginarium-challenge-solo