Monsieur Phal

Asmodee achete l'amérique !

Asmodee achete l'amérique !

Le secteur du jeu devient un secteur économique de premier plan. Il y a 1 an quasi jour pour jour, nous annoncions l’entrée d’Eurazeo dans le capital d’Asmodee. Ce n’était pas une mince annonce pour ceux que l’économie pure intéresse. Depuis, la société dirigée par Stéphane Carville avance à grands pas, suivant un plan de développement précis et travaillé avec réflexions. C’est un épisode pour le moins renversant que nous vivons aujourd’hui. En tout cas pour tous ceux qui sont un peu au fait de la chose ludique…

Default

De la stratégie d’acquisition

DefaultIl y a peu, nous annoncions l’acquisition de Days of Wonder par Asmodee. Une société franco-américaine de belle ampleur qui intégrait le plan de développement de l’entreprise. La chose paraissait évidente puisque les liens entre ces deux entités, Asmodee / Days of Wonder, étaient clairs. Du reste, personne n’a vraiment été surpris, étonné. L’idée est de grossir le catalogue avec des jeux devenus des succès, certes, mais surtout de mettre un pied plus large à l’internationale. Tout cela sans négliger la partie numérique, partie bien implantée chez les joueurs aux USA. L'annonce faite au moment de l'entrée d'Eurazeo est assez claire, "le digital constitue également un axe fort de développement". Ce rachat avait tout sons sens.

Mais la nouvelle qui vient de tomber va sans doute avoir un écho tout autre. Assurément. Asmodee vient de d'entrer dans le capital de l'un des plus grand des éditeurs américains. Oui. En tout cas dans le ludique tel qu'on en parle sur Tric Trac. Elle va bousculer l'image que certains se font du secteur et de la taille des marchés.

Aux côtés des équipes d’Asmodee, Eurazeo a l’ambition de faire du groupe un acteur mondial de l’édition et de la distribution de jeux. Les objectifs de transformation sont clairs : aider cette entreprise en forte croissance à poursuivre son expansion en France, à passer de la distribution à l’édition et à s’internationaliser. Le digital constitue également un axe fort de développement.

Eurazéo

Default

Fantasy Fligth Asmodee

Ici, tout le monde connait Fantasy Fligth Games, dit FFG. FFG c’est le numéro un mondial des jeux à l’américaine, des jeux dits Améritrash, avec des figurines, du background à foison et, surtout, d’énormes licences. Une entreprise qui tient le haut du pavé du secteur Core chez nos voisins d’outre-Atlantique. Et bien Asmodee vient de faire l’acquisition de FFG, de fusionner. Vous avez bien lu. C’est l’annonce la plus extraordinaire que j’ai eu a écrire en 15 ans de Tric Trac.

Quoi ? Comment ?

Cette acquisition ne s’est pas faite sauvagement, agressivement. Nous ne sommes pas face à un ogre à l’appétit débordant qui ne pense qu’à absorber les plus petits que lui pour devenir aussi gros que le boeuf. Non. En tout cas, quand on analyse la chose à plat, quand on discute avec les têtes pensantes, ce n’est pas ce qui semble ressortir. L'idée est de combiner les ressources, les savoirs pour aller plus loin, pour développer le jeu, l'idée du jeu tel que nous l'aimons ici.

Default

Premier élément, le patron de FFG, Christian T. Peterson, reste dans l’entreprise. Il a empoché de l’argent puisqu’il a vendu sa société, mais il a remis des billes dans le capital, donc il a encore des parts et restera au final très impliqué dans tous les processus éditoriaux. L’idée n’est pas d’avaler et digérer la boite américaine, mais bel et bien de mixer les compétences et analyses que FFG possède à celles d’Asmodee. En gros, FFG sait faire des jeux très typés, ils connaissent le marché américain, ils savent toucher le core-Market, mais Asmodee sait comment vendre au-delà. Ils l’ont démontré en France et dans toute la francophonie. L’idée est donc de reproduire sur le continent américain le modèle qui a conduit la francophonie à une vitalité débordant sur un public plus large que la cible d’origine. Nul doute que cette situation sera bénéfique à tout le secteur. FFG devenant une espèce de studio Asmodee, comme Days of Wonder, comme Libellud, GameWorks, Ystari, etc. Si on est un peu imaginatif, on devrait avoir un large sourire de satisfaction.

Je suis ravi d’accueillir Christian et son équipe au sein du groupe Asmodee » déclare Stéphane Carville, Président du groupe Asmodee. « Fantasy Flight Games est un éditeur très réputé auprès de la communauté des joueurs. Il a prouvé sa capacité à créer des jeux formidables et à établir de solides relations aussi bien avec les acteurs du marché des hobby games qu’avec les grandes sociétés d’entertainment. Ensemble, nous entendons continuer à proposer des jeux uniques, innovants et de grande qualité aux joueurs du monde entier.

Stéphane Carville

Pour Fantasy Flight Games, l'idée est de compter sur l'expertise d'Asmodee pour répandre ses jeux dans le reste du monde en s'appuyant sur le réseau du leader Européen de la distribution. Car l'idée est là, la motivation de ces entreprises tient dans l'envie que les communautés des joueurs, nous donc, grandisse. L'objectif clairement affiché est que ces univers forts, très tendance, révèlent leurs beautés à un monde incrédule qui, il y a 15 ans, ne savait pas ce qu'était un Troll, un Elfe ou un Marine aux armes destructrices... Cet envie de faire avancer notre hobbies est l'assurance d'avoir de nouveaux jeux, de nouveaux joueurs... Jouer, c'est bien pour le corps, pour l'esprit et l'offre étant maintenant aussi riche que la littérature ou le cinéma, il faut en informer le plus de monde. Il y en a pour tous les goûts, tous les joueurs et le monde doit le savoir !

« Fantasy Flight Games a connu une croissance fulgurante au cours des dix années » ajoute Christian T. Petersen, CEO et Fondateur de Fantasy Flight Games. « En joignant nos forces à celles d’Asmodee, nous serons en mesure de poursuivre cette croissance, d’accroître nos moyens marketing à l’international, et de créer de nouvelles opportunités de carrière pour nos équipes. Plus important encore, nous pourrons le faire tout en restant fidèle à notre vision : créer d'excellents produits pour le marché mondial des hobby games.

Christian T. Petersen

Du doute levé ?

Je sais que l’annonce peut en surprendre quelques-uns. Ils imaginaient FFG comme une entreprise énorme. Oui, elle l’est. Mais Asmodee est bien plus gros. Beaucoup plus gros. En juillet 2014, de retour de Berlin après la remise du Spiel des Jahres, j’écrivais un billet d’humeur, une espèce d’édito où j’expliquais à qui voulait bien le lire que la France, la francophonie étaient, en fait, le vrai « pays » du jeu. Je disais que les auteurs, illustrateurs, éditeurs, distributeurs, et même les joueurs francophones avait une volonté de structurer le secteur, de le faire grossir comme aucun autre. Le tout étant parti d’un fantasme cultivé depuis la fin des années 90, fantasme qui mettait l’Allemagne sur un piédestal, l’érigeant en modèle, alors que non. Cet article a rencontré un vrai succès, une vraie résonance, et ce jusqu’aux États-Unis de l’Amérique puisque des tweets d’Éric Martin (rédacteur chez BGG) rebondissaient sur mes propos. Cet article a, forcément, aussi suscité quelques réactions moqueuses de-ci de-là, des gens qui émettait l’hypothèse que tout cela était dicté par de la rancoeur suite au prix loupé par « Splendor » et « Concept », une réaction bassement chauvine. Et bien cette nouvelle devrait retirer le sourire moqueur des septiques. Les francophones sont bel et bien sacrément leaders.

Default

Stéphane Carville, Président d'Asmodee

Monopole.

Bien sûr, nous sommes tous en droit de nous inquiéter d’un potentiel monopole, d’une main mise générale, d’un contrôle total du secteur par Asmodee. Je ne pense pas qu’une situation hégémonique puisse s'installer demain. D’abord parce qu’il restera toujours le financement participatif et Kickstarter n’est pas près de disparaitre. Ces méthodes de financement, c'est la liberté totale pour qui veut entreprendre avec un projet qui trouve du sens et de l'écho auprès d'un public. Ensuite parce qu’il y a encore du respect et l’envie de maintenir un secteur chez la plupart des acteurs d'importances et donc chez Asmodee. Par exemple, on peut se demander légitimement comme Edge va supporter cette nouvelle. Eh oui, Edge est un concurrent d’Asmodee et Edge a un lien très particulier avec FFG puisqu’ils font toutes les VF et qu’ils distribuent les jeux via Millennium. Et bien j’ai posé la question à Stephane Carville, le grand patron du Groupe Asmodee, il m’a répondu qu’il y allait avoir un arrangement, des accords avec Gilles Garnier, grand patron de Edge. Parce qu’il y a toujours eu respect entre ces entreprises et qu’il n’y a pas de raison que cela cesse. D'ailleurs, il suffit de fouiller le catalogue Millenium pour se rendre compte qu'en France quelques "produits" core d'Asmodee sont distribués par Edge et que quelques produits Edge passent par le réseau Asmodee pour atteindre les grandes surfaces spécialisées.
Et puis, il y aura toujours les éditeurs qui veulent travailler avec des distributeurs moins « ambitieux », qui voudront avoir affaire à des structures plus intimes, et nous, chez Tric Trac, nous serons toujours là pour leur ouvrir nos colonnes et notre antenne. Oui. Alors nous, ici, on trouve la chose vraiment intéressante, parce que l’air de rien, aux US, il y en a des choses à faire. Je crois l’avoir déjà légèrement abordée quand je parle à qui veut m’écouter de l’écart qu’il y a entre une Gen Con à Indianapolis et une Toy’Fair à New-york…


Quelques liens internes

► L'annonce du rachat d'Asmodee par Eurazeo, c'est par là !

► L'annonce du rachat de Days of Wonder par Asmodee, c'est par ici !

► L'édito d'humeur sur le marché et l'Allemagne, c'est par là !


Quelques liens externes

► Le site de Fantasy Flight Games, c'est par là !

► Le site Asmodee, c'est par ici !

► Le site d'Eurazeo, c'est par là !


► Le communiqué de presse en pdf, c'est par là !


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (38)

Default
Totoche
Totoche

et bien tant mieux. Il devrait néanmoins faire attention sur l'utilisation de ce type de présentation car pour qui ne le connaît pas, on peut le prendre au premier degré et se faire donner une image...ringarde.

Totoche
Totoche

Ce serais long d'en discuter ici mais, le resserrement du nombre d'acteur dans un domaine donné est une très bonne nouvelle pour l'économie.. enfin pour l'économie des survivants.

Plus que pas sûr. Soit cela va entraîner des attitudes très violentes économiques et commerciales pour être le leader, soit cela va entraîner une entente lorsque chacun pensera que son point d'équilibre est atteint. Après ce sera l'entente sur les sorties, les prix.... Et finie la véritable concurrence qui fait du bien.

Totoche
Totoche

Dommage que Stéphane démarre par "jeu ringard". Ça en dit long sur son "estime" par rapport au Monde du Jeu. Il avait de bonnes remarques et questions.

Concernant cette intervention, le fait de vouloir devenir leader en dit long aussi sur l'ambition et donc les risques inhérents à cette démarche.

Tom Vuarchex
Tom Vuarchex

@Totoche A mon avis, Stéphane Soumier a servi volontairement "la" remarque que beaucoup se font du jds pour que son invité puisse s'en défendre et, justement, casser cette image de ringardise. Pour l'avoir rencontré, je vous garantis qu'il est joueur.

axel grenoble

@iabcdaire

Ce serais un rêve d'acheter ses jeux en grande surface ?

Mon détaillant, en proximité reste mon ami, et son existence le garant du maintien d'une certaine pluralité synonyme de choix ( tant que 99% de ses produits ne passent pas par un seul distributeur ...)

Asmodée , hasbro ou peu importe qui , en grande surface il y aura toujours le même modèle... grosse quantité, peu de choix et prix serrés.

Ce serais long d'en discuter ici mais, le resserrement du nombre d'acteur dans un domaine donné est une très bonne nouvelle pour l'économie.. enfin pour l'économie des survivants.

La bonne nouvelle pour la créativité ( et tout objet de culture a besoin de créativité ) c'est la possibilité plurielle d'exister.

Croire que l'optimisation économique améliore la qualité d'un produit est un leurre, il améliore sa rentabilité.

En revanche quand on veille a garantir l'existence des différences alors le rapport s'inverse , et la qualité devient le garant de l'économie ( un produit est bon, il existe sur le marché, alors il est vendu au juste prix )

Un très bon exemple de cela est le monde du Vin, mais la aussi ce serait long à développer...

A dispo..

Dr. Justice
Dr. Justice

"Et bien cette nouvelle devrait retirer le sourire moqueur des septiques"

septique : "qui produit de la putréfaction" - "qui est contaminé ou provoqué par des germes pathogène"

Pas mal trouvé !

Berzerk
Berzerk

Pour une fois que les Français se montrent leaders dans un domaine à forte croissance (hors jeux vidéos !)

Je trouve que cet achat prouve concrètement que la catégorie de prédilection où les français sont le plus à l'aises (développement et investissement) est le créatif ! (Faut-il y voir un héritage culturel appliqué au monde des affaires ? Enfin une réel voie ?)

Même si je n'aime pas trop les situations de monopoles, j'espère qu'Asmodée n'oubliera pas au fil du temps d'où il vient et les joueurs de la première heure qui ont tant aimés ces jeux ! ;)

Bravo pour cette nouvelle et longue vie aux jeux quel qu'il soit ! ;)

gobo
gobo

Sur BGG ils sont en folie !!!

The Mad Lombric

Asmodée a visiblement une dent contre Furfur, car cette annonce de rachat n'est faîte que pour reléguer au second plan l'affiche de la 10ème édition du Hellfest révélée hier !

Nous ne voyons pas d'autres explications.

NicoFu
NicoFu

@The Mad Lombric

C'est vrai que ça m'a fait ça. Je n'ai pas trépigné/ragé sur l'affiche du HF, absorbé par cette nouvelle hallucinante. Mais Asmodee a toujours été plus malin que Furfur qui est un branleur :-)

Monsieur Phal

Cher Monsieur Totoche,

Ha, personne n'a touché à rien ici... Un soucis de réseau chez votre Fai sans doute...