Monsieur Phal

Eurazeo acquiErT Asmodee !

Eurazeo acquiErT Asmodee !

Quand les médias financiers parlent jeux.*


Le jeu est un loisir, un truc pour se faire plaisir. Nous évoluons dans un monde de passionnés. Nous aimons jouer. Et comme toutes les passions, certains en font un métier. Parfois sans s’en rendre compte. Parce qu’ils en ont les compétences, les qualités et que tout doucement, ce savoir se monnaye sans même faire exprès. Parfois avec l’envie, la volonté, parce qu’il est toujours bon d’évoluer dans un écosystème où l’on se sent bien. Quand on a les compétences et l’envie, on met toutes les chances de son côté. Peut alors se construire un secteur complet, une industrie.

Default

L'industrie ludique.

Le jeu de société est depuis longtemps une industrie. Les Hasbro et autres Mattel existent depuis belle lurette. C’est vrai. Mais ce n’est pas tout à fait la cour dans laquelle nous aimons jouer. « Nous », c’est le « Core Market » comme disent les pros du marketing. Mais un Core qui a bien changé en 20 ans. Un Core qui a su évoluer, conquérir couche après couche le joueur qui sommeillait au fond de chacun. Et ce secteur Core est devenu plus « Main Stream ». Pour certains c’est un bien, pour d’autres un mal. Il en est toujours ainsi. Pour certains on tire vers le bas, on appauvrie en simplifiant. Pour d’autres on s’ouvre, on touche de plus en plus de monde et c’est sain. Ces différences de ressentis sont le lot de tout ce qui est « culturel ».

En France, un éditeur est l’artisan de cette métamorphose. Avec son nom de démon, depuis 25 ans il a su écouter, transformer, analyser, modeler l’industrie ludique dans laquelle nous baignons, tout en respectant la passion qui les animait. Asmodee est devenu distributeur et il a posé les jalons dans un milieu qui avait sans doute besoin d’une structuration moins… enfin plus…

Le succès, la réussite imposent des changements. On ne gère pas une entreprise amicale de 5 personnes comme on manage une PME de 80 employés. Avec sa vision, son expérience, l’éditeur / distributeur est devenu la locomotive du secteur francophone. Asmodee a grossi, Asmodee a investi, s’installant à l’étranger, en faisant l’acquisition d’entités existantes, des équipes bien implantées pour exporter son savoir-faire et structurer un marché à l’international. Malgré ce développement, l’équipe fondatrice a gardé à l’esprit le secteur Core, celui qui lui a donné le jour. Asmodee a toujours pris soin des boutiques hyperspécialisées, en imposant aux grandes surfaces sa logique qui consiste à laisser d’abord vivre un « produit » dans les petites boutiques avant de le faire passer dans le réseau des marchands de lessive. Ces méthodes sont le fruit d’une vraie réflexion industrielle à long terme. Et cela a marché. Terriblement bien marché. Cette réussite s’est accompagnée d’investissements du genre CAC 40 « ici Jean-Pierre Gaillard à la bourse de Paris » et autres bizness plan. Une vision qui nous fait toujours un peu tiquer, mais que pourtant nous utilisons très souvent, l’air de rien, quand nous optimisons nos coups à « Age of Steam » ou à « Myrmes ».

Asmodee a ouvert il y a quelques années ses portes à un groupe d’investissements, Montefiore. C’est à partir de là que les choses sont montées d’un cran. Et un nouveau palier va être franchi dans quelques jours puisqu’une discussion exclusive est en cours avec Eurazeo, un « accélérateur de transformation » fort d’un capital de 4 milliards d’€uros d’actifs diversifiés ! Ne me demandez pas ce que c’est, je sais juste que c’est un très GROS chiffre. En résumé, cela veut dire qu’Asmodee est racheté par Eurazeo, un rachat de type « on met des sous parce que vous êtes bon et qu’on pense qu’on peut faire des trucs de fous avec de l’argent dedans ».

Default

Default

EURAZEO en discussions exclusives en vue d'acquérir Asmodee.

L'opération reste soumise à la consultation des instances représentatives du personnel et à l'accord des autorités de la concurrence.

Philippe Douchard, spécialiste de la finance utilisant des mots précis.

Asmodee accélère sa transformation !

L’entreprise est évaluée à 143 millions d’€uros, ce qui n’est pas rien et c’est là qu’on mesure la réussite de cette entreprise qui, je le rappelle, se nommait Siroz et vendait du jeu de rôle à base de baston entre anges et démons dans début des années 90. Eurazeo va mettre 102 millions de fond propre pour booster l’entreprise et l’accompagner pour passer les nouvelles étapes qui l’attendent, à savoir jouer dans la cour des très grands. Et c’est là que certains vont crier « Mon dieu, on est en train de les perdre, l’argent pervertit tout », là où d’autres vont se réjouir du potentiel qui s’offre au monde du jeu. Chez Tric Trac nous sommes plutôt dans la seconde catégorie. Oui. Parce que nous avançons avec Asmodee depuis des années et que nous avons la chance de côtoyer de très près les équipes, à tous les niveaux, de leur parler, de les écouter, de les observer. Même depuis les changements de direction qui se sont opérés début 2013. Je le rappelle pour ceux qui auraient loupé l’information, les membres fondateurs, Croc, Philippe Mouret et Marc Nunes, ont quitté le cocon familial pour s’installer chez les Space Cowboys. Juste pas loin. Et l’âme insufflée par ces 3 là n’a pas quitté les locaux de Guillancourt, c’est d’ailleurs cette âme qui séduit les investisseurs. Lisons plutôt ce que dit Virginie Morgon, Chief Investment Officer d’Eurazeo.

Nous sommes très heureux d’annoncer aujourd’hui cette opération. Nous avons été séduits par la capacité d’Asmodee à identifier et élaborer des jeux malins et innovants, tout en animant intelligemment son marché. Le profil de croissance de la société et son potentiel important de transformation tant en matière de nouveaux produits que de nouvelles géographies répondent entièrement aux critères d’investissement d’Eurazeo. Aux côtés des équipes d’Asmodee, conduites par Stéphane Carville, nous avons l’ambition de faire d’Asmodee un acteur mondial de l’édition et de la distribution de jeux.

Virginie Morgon, Chief Investment Officer d’Eurazeo

Là, c’est de l’ambition ! C’est Hasbro et Mattel qui doivent regarder ça de près… Mais la question se pose. Devenir un acteur mondial, ce n’est pas risquer de perdre cette âme justement. Pour se rassurer, il faut lire la réaction de Stéphane Carville, le Président d’Asmodee. Il dit ceci.

Les équipes d’Asmodee se réjouissent de l’arrivée d’Eurazeo comme actionnaire et partenaire pour les prochaines années, partageant une vision commune pour la société. Nous allons pouvoir, ensemble, poursuivre et accélérer le succès d’Asmodee aussi bien en France qu’à l’international.

Stéphane Carville, Président d’Asmodee

Les mots importants sont « poursuivre et accélérer ». L’idée est donc de continuer la même politique. Mais quelle est-elle actuellement en fait ? On sait que le secteur des hyperspé représente 33% de l’activité. C’est beaucoup. Nous ne voyons donc pas Asmodee laisser tomber les petites boutiques et les joueurs que nous sommes. Et nous avons raison. Pourquoi sommes-nous sûrs de nous ? Parce que nous venons de discuter avec les équipes dirigeantes et le service marketing de la présence d’Asmodee sur Tric Trac, et il est clair qu’ils veulent nous soutenir, qu’ils ont besoin de Tric Trac parce que les boutiques, les joueurs ont besoin de nous, d’un média d’information qui traite du secteur (et de leur conçurent, car cela est sain). Donc leur « investissement » en publicité chez nous est poursuivi et même réajusté à la hausse, afin d'offrir les HD et les avants-premières de leurs vidéos, etc. Cela montre bien que l’idée est de faire entrer ce que nous sommes (joueurs), ce qu’est notre loisir dans des sphères nouvelles, plus large et non de lorgner du côté des trucs qui font « pouet » pour séduire Mamy Claudette.

Les Space Cowboys

Pour s’en persuader, il suffit de voir ce que nous préparent les Space Cowboys et les nombreux studios soutenus par Asmodee. Ils vont certes faire du jeu qui fait « Pouet », voire « Pouet Pouet », mais il est hors de question qu’ils ne prennent plus soin des fondamentaux. En tout cas pour les prochaines années. Après, ne nous voilons pas la face, c’est le monde merveilleux des affaires. Oui. Si le bilan est toujours aussi positif, on les laissera sans doute continuer de gérer la barque comme ils l’entendent. Par contre, s’il y a des ratages, les investisseurs risquent de venir mettre leur nez derrière le paravent pour voir s’il y a un bon équilibre de cubes de blé et de cubes de tissu pour aller convertir tout ça en Cubes d’Or. Mais à ce petit jeu là, on peut leur faire confiance. Assurément. Chez Asmodee, ils savent quand il faut calculer le différentiel et ils connaissent le concept de « point de bascule ». Ce sont des joueurs, des joueurs qui lancent parfois des dès, mais qui ont toujours la petite carte « Bonus » sous le coude au cas où…

Default

Quoi qu’il en soit, c’est fait, nous autres, joueurs, nous ne pouvons qu’observer en espérant que notre locomotive ne déraille pas, mais connaissant les machinistes, on est en pleine confiance. Et puis si cela arrive, ce n’est pas bien grave, on sera toujours mieux qu’en 2000, une époque où les éditeurs francophones se comptait sur les doigts d’une main. On ne connaitra plus, quoi qu’il arrive, le temps où les jeux se trouvaient uniquement en importations en langue étrangère, et tout ça grâce à des passionnés, dont Asmodee


Chez Tric Trac, nous savons ce qui est important.


Nous avons posé deux petites questions à Stéphane Carville, le Président d'Asmodee, des questions qui nous semblent importantes, ce genre de questions que les médias financiers ne peuvent pas poser et qui pourtant sont essentielles. Oui.

Question : « Avec ce rachat, cet investissement, Asmodee va-t-il finalement se focaliser sur la distribution plus que sur l’édition ? » :

Réponse : A la différence de certains acteurs du secteur qui ont une stratégie basée sur leurs marques, notre stratégie est centrée autour du Produit. Chez nous, le Produit veut dire Jeu de Société. Nos équipes sont composées pour la plupart de personnes passionnées de Jeu de Société et dont l’objectif est d’amener de nouvelles expériences ludiques, nouveaux concepts aux joueurs et ce sans distinction entre jeux édités et jeux distribués. En effet, que cela soit à travers notre périmètre de Studios ou de celui de nos partenaires Editeurs, notre démarche est et restera la même à savoir faire connaître de nouveaux jeux en privilégiant d’abord toujours les petites boutiques ou réseau dit « hyper spécialiste ».

Ce qui est important pour nous est que nous avons la même envie qu’un nouveau jeu réussisse et s’installe à long terme sur le marché que ce soit un jeu édité ou distribué par Asmodee.

Question : « Est-ce qu’il va y avoir une bascule dans l’édition, à savoir Asmodee va faire tout ce qui est grand public et les Space Cowboys plus ce qui est Core ? »

Réponse : Nous avons la chance chez Asmodee au travers de nos Studios d’avoir des lignes éditoriales très complémentaires. Space Cowboys, avec sa liberté de création et d’édition, va significativement renforcer le développement éditorial de jeux de société orientés vers le Core market.

Voilà, je crois que nous avons fait le tour de la chose. Oui. Nous avons la chance d'être au coeur d'une modification d'un secteur, nous pouvons nous réjouir d'être au première loge.

► Le site d'Eurazeo, c'est par ici !

► L'article qui explique les Space Cowboys, c'est par là !


Des Chiffres, parce que c'est très intéressant !


- Marché du jouet -

Classement des fabricants

  • Mattel
  • Hasbro
  • Playmobil
  • Lego
  • Vtech
  • Simba
  • Asmodee
  • Ravensburger
  • Giochi Preziosi
  • Clementoni

Total marché : 2.1 milliards d’euros en 2012, -4% vs 2011.
Asmodee est le 7e intervenant et 1er fabricant français.

Les grandes tendances et produits stars pour la fin d’année 2013 :

  • Storio 2 – Vtech
  • Gamme Monster High - Mattel
  • Gamme Furby – Hasbro
  • Gamme Robot Fish - Splashtoys
  • Dobble - Asmodee
  • Pokémon, principale licence du marché et numéro 1 chez les garçons.

- Marché du jeu -

Part de marché

  • Asmodee : 30%
  • Hasbro : 16%
  • Mattel : 7.1%
  • Ravensburger : 5.8%
  • Goliath : 4.2%
  • TF1 : 4.8%
  • Megableu : 2.4%

Environ 340 millions d’euros en 2012.
Marché flat en 2012. Ce segment subit très peu d’évolutions et reste stable d’années en années.

Les jeux stars du marché :

  • Dobble – 800 000 ex seront vendus en 2013. Le jeu le plus vendu en France.
  • Jungle Speed : 350 000 ex en 2013
  • Times’ up : 380 000 ex en 2013
  • Loups garous de Thiercelieux : 120 000 ex en 2013

Sources des chiffres NPD Group et Asmodee


* Il y a eu une vague de reprise de l'info par tous les journaux et sites spécialisés en finance de part le monde.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

1Je n'aime pas

Commentaires (34)

Default
Cyberjey
Cyberjey

Départ des trois fondateurs et rachat par un des fonds français les moins respectueux du savoir-faire industrielle des entreprises : tout est déjà écrit pour Asmodée.

Ce qu'il ne faut surtout pas, c'est qu'Asmodée fasse du dumping, de la pression à tour de bras et ainsi étrangle les artisans du jeu de société, ceux que nous aimons sur Tric-Trac.

C'est vrai qu'il manque un peu de détail sur qui rachète à qui et quel sera le vrai pouvoir de nuisance d'Eurazéo.

Alamir
Alamir

Bon article très intéressant ! Par contre c'est Guyancourt, et pas Guillancourt :)

Choucane
Choucane

Personnellement je remercie Tric-Trac de nous informer de l'évolution de la "locomotive" Asmodée.

Cette annonce apporte un éclairage intéressant sur le développement capitalistique d'une entreprise de passionnés, avec les risques et avantages que ce type de développement comporte dans notre société actuelle.

Après, cette annonce ne m'inquiète pas personnellement car, au-delà de l'entreprise Asmodée, ce sont les personnes et les compétences qui me semblent importantes.

Que les fondateurs historiques se soient organisés dès le début de cette année pour continuer à faire des jeux comme ils les aiment (et nous aussi), avec à la fois passion et sans (peu de) concessions tout en ayant les moyens de leurs ambitions, est à mon sens la vraie bonne nouvelle (qui date un peu, donc...).

Que des éditeurs divers, appuyés sur nos chères boutiques, puissent vivre décemment de leur passion et ainsi nous permettre d'encore mieux assouvir la notre est l'enjeu majeur à mon avis. Et vu de l'extérieur, cela semble évoluer dans ce sens ces dernières années.

Markid
Markid

Allons, qui peut prédire l'avenir ?

Si je ne partage pas l'optimisme à tout crin du maître des lieux, je n'irai pas non plus jusqu'à tendre la pelle à Asmodée.

Ce qu'il y a de bien, comme l'écrit M. Phal, c'est que nous sommes témoins de tout cela : nous sommes informés, et aux premières loges. Notre poste d'observation n'est pas inconfortable, nos armoires continuent de se remplir chaque année d'une moisson d'excellents jeux, et si l'avenir du jeu nous importe, il est plus que temps de faire une petite partie !

Artibus
Artibus

RIP...

:(

Mr Routenvrac

...tout ce qu'il y a de plus normal dans notre société mondiale actuelle...

pan bagnat
pan bagnat

Bah, y'a pas à être pessimiste. Ils n'ont racheté que Asmodee. Les auteurs de jeu sont libres et ne sont pas fonctionnaires du grand Asmodee. Donc on aura tjs des jeux comme on aime.

Par contre c'est sur que c'est Asmodee qui "vend" les jeux de nos auteurs adorés. Sur ce coup, c'est eux qui vont être super contents d'avoir un partenaire avec autant de poids. Un auteur content, c'est un auteur qui fait des bons jeux.

Donc c'est que du bon pour nous! Puis vous verrez quand vous ressortirez vos vieux jeux achetés en boutique et qui seront devenus édition collector, vous passerez pour des VIP aux yeux des p'tits jeunes geek.

frankyone
frankyone

@mr Phal

Très bon article qui nous montre bien des aspects cachés de notre passion commune. Par contre, je suis bien moins optimiste que vous sur le futur d'une grosse structure comme Asmodee.

J'ai connu Croc au téléphone à l'époque où il prenait nos commandes pour Siroz productions. ça date pas d'hier !

J'ai croisé également Marc Nunès et si dans mon esprit Asmodee est ce qu'il est à l'heure actuelle, c'est bien de leur fait.

J'ai toujours travaillé en totale confiance avec eux et j'aime Asmodee à l'heure d'aujourd'hui car le relationnel est primordial pour moi.

Je dis cela car l'avenir me semble s'assombrir pour nos relations professionnelles. Apprendre que les principales personnes qui ont développé cette société partent, quittent le navire pour créer une autre entité ludique, c'est pour moi le signe avant-coureur d'un grand changement de cap dans la multinationale qu'est devenue Asmodee.

Certes il faut les moyens à ses ambitions, mais j'ai peur que l'âme d'Asmodee ne disparaisse au pantheon du profit-plus-que-tout.

Rackham a péréclité du fait de l'implication des financiers qui ne connaissaient rien au marché de la figurine.

Autre exemple ? le duo Lalet/Lévy les deux créateurs d'Abalone, évincé par...leur banquier si je ne me trompe pas.

Donc le fait que Croc et Marc Nunes quittent Asmodee n'est pas bon signe dans mon esprit. Sauf pour eux bien sûr car ils ont dû "monnayer" leur départ. Après, la bonne nouvelle, c'est qu'ils forment les space cowboys et nous verrons ce qu'ils nous préparent, car ils sont sans doute libres. Plus libres peut être qu'en restant au sein de la société Asmodee qui a force de grossir ne correspondait plus à leurs envies ou leurs idéaux. (tout cela n'est que pure spéculation de ma part mais j'aimerai beaucoup entendre Marc ou croc sur ce point).

Autre point qui fait frémir. Mr Cochard qui fait partie du staff d'Asmodee est qui a dirigé un temps Wizard of coast. j'aimais bien Wizard of the coast au temps des débuts de Magic puis du rachat de Dungeon & dragons. Mais là, c'était encore une fois avant le temps des financiers qui ont transformés le jeu en machine à cash, tuant du même coup D&D (infamie !!).

Bref sans tomber dans la morosité, chaque nouvelle n'est pas forcément bonne car nous ne sommes pas dans le pays de Mickey où tout est bon et gentil. Désolé mais j'ai perdu pas mal de naïveté et suis plus prudent maintenant car en me retournant, je vois que le monde des jeux a bien évolué ces 20 dernières années et si dans l'ensemble, il y a pas mal de choses sympathiques, intéressantes et bien meilleures qu'auparavant, il y a également de grosses déceptions, des gros gâchis que je n'aimerai pas revivre.

Ol_ivre
Ol_ivre

il est intéressant que l'économie du jeu se porte bien, que de grand investisseur s'intéresse à l'activité ludique, cela me semble un indicateur très positif pour l'avenir du jeu de société en France et je m'en réjouis. J'espère juste qu'Asmodée n'y perdra pas certain des points forts qui lui ont permis d'être le premier. Jusqu'à présent Asmodée malgré sa taille semblait proche du publiques avec des participations actives à la vie ludique nationale et surtout locale au travers des cafés tour et du soutien qu'ils apportent au monde associatif ludique.

l'avenir nous en dira plus, je leur souhaite un avenir radieux où le jeu restera toujours en premier place.

Rackham a oublié qui était sont public et il l'a payer trés cher souhaitons que Asmodée ne soit pas dévorer par l'appat du gain et reussis a maintenir un equilibre entre economie et choix éditoriaux.

Dr. Justice
Dr. Justice

J'adore toute cette langue de bois commerciale. Un vrai délice pour l'oreille. Ça vous berce pour la journée.

Mais, mal exercé, je ne suis pas sûr de bien tout comprendre.

D'un côté il est dit qu'Eurazeo acquiert Asmodée (c'est le titre de la brève), et donc, si je ne me trompe qu'Asmodée esr racheté par Eurazeo, mais on apprend que Montefiore est aussi de la partie. Par ailleurs plus loin, Stéphane Carville déclare : "Les équipes d’Asmodee se réjouissent de l’arrivée d’Eurazeo comme actionnaire et partenaire".

Actionnaire et partenaire, ce n'est pas propriétaire — d'après mon gros dictionnaire.

Alors qui achète quoi, finalement, et dans quelle mesure ?

Enfin 800 000 exemplaires de Dobble vendus en 2013, cela laisse rêveur, c'est sûr. Mais n'y avait-il pas une histoire de droits d'auteur en suspens, à propos de ce jeu ? A-t-elle été résolue ?