arthelius

Les messages véhiculés par les jeux à travers l'histoire

Les messages véhiculés par les jeux à travers l'histoire

Si le jeu est universel et quasi éternel, son rôle et son influence dans les différentes communautés n’a pas toujours été la même. Son implication a parfois été prise comme un support de détente, mais aussi un support de divination ou encore une façon de propager certains messages politiques, bref de moyen de propagande.
Avec son histoire qui s’étale sur plusieurs millénaires, ses avatars et ses rôles ont été nombreux et très divergents, et cela malgré une apparence similaire et des repères identiques.

Les ancêtres

Les jeux les plus vieux que l’on connaisse sont aujourd’hui le Go et le Senet (même si le yoyo serait encore plus vieux car venant du Néolithique). Le premier nous vient de Chine, où il fut créé pendant la Période des Printemps et Automnes (-771 – -453 avant J.C.). Tandis que le second nous vient d’Egypte, où l’on a retrouvé des Senet dans les tombeaux pharaoniques, sa création daterait de -3100 avant J.C. Ces deux jeux n’étaient pas destinés au peuple ce sont les grands seigneurs et princes qui y jouaient, ainsi que les moines qui jouissaient alors d’un statut tout particulier dans ces deux nations. Au Japon le daimyo Oda Nobunaga, affrontera le moine Nikkai qu’il nommera Meijin (maitre) au terme de leur rencontre (rang le plus haut placé au jeu de Go). Pourtant quelques années plus tard, la veille d’une grande révolte, le maitre Nikkai sera témoin d’une partie de Go à laquelle joue Nobunaga. Durant celle ci un triple ko aura lieu (un coup au Go), hors le soir même le daimyo se fera seppuku. Dès lors le triple ko deviendra très vite un signe néfaste du destin. Si je vous parle de cette tranche d’histoire c’est par ce que la divination à longtemps fleureter avec le jeu, l’un n’allant pas sans l’autre.

Default

Le go, jeu cher à Nobunaga.

De nos jours nous conservons encore un lien entre jeu et divination avec les jeux de cartes, et plus particulièrement de tarots, mais dans l’antiquité les jeux divinatoires étaient bien plus diversifiés, et leurs formes variaient énormément. Si cela peut s’avérer assez étrange de nos jours, à l’époque de la grèce antique, et donc des racines de notre chère langue française (aux côtés du latin), on désignait le hasard : klêros, ce mot à donner naissance à la cléromancie (technique divinatoire basée sur les mouvements provoqué par l’homme et dirigé par le hasard, considéré comme expression divine), hors si le hasard est présent et est un fondement de la cléromancie, celui-ci se retrouve également dans les jeux, surtout les jeux anciens, qui n’avaient que faire des probabilités et de l’avantage du premier joueur. Ces même Grecs jouaient donc aux dés ou aux osselets pour connaitre leur avenir avant de grands évènements. Ici le jeu sert de support à un but différent de celui de nos occupations plus libres, celui de la divination. Le sérieux du jeu n’est donc aucunement mis en doute, il n’est pas relégué à une activité de distraction. S’il est utilisé comme tel ce n’est qu’après de personnes de haut rang. Et que dire du jeu de l’oie dont les origines remonteraient à l’antiquité, sous la forme du disque de Phaïstos (XVIe sicèle avant J.C.), ce jeu reproduit un plateau en spirale composé de diverses cases. Ce même style de plateau se retrouve d’ailleurs également dans le jeu Egyptien, le mehen, sous la forme d’un serpent géant, celui-ci servant également d’objet divinatoire.

Default

Jeu de Senet, retrouvé dans une tombe

Mais les Grecs n’étaient pas les seuls à utiliser des jeux pour la divination, si les Romains utilisaient les mêmes jeux à des fins identiques, les Mésopotamiens quant à eux se servaient d’un jeu proche du senet, nommé le jeu d’Ur (car découvert dans les tombes royales d’Ur, et datant de -2500 avant J.C.) pour connaitre leur destin. Sur le dos du plateau de jeu en pierre, était dessiné les signes du zodiaque ainsi que des messages de bons ou mauvais présages, laissant peu de doutes sur la fonction de ce jeu. Quant au Mikado lui aussi possède des origines divinatoires, bien que l’on est également rapporté qu’il servait à l’apprentissage de la patience aux jeunes samouraïs. De même pour les dominos qui avant de devenir un jeu, était eux aussi un moyen de divination, tout comme le mah-jong, même si leurs premières apparitions en France datent du XVIIIe siècle. Les liens entre les dominos et le mah-jong semblant être très proches.

Lister tous les jeux antiques seraient bien trop long et ennuyeux, pourtant avec ces quelques exemples nous avons pu voir combien le jeu a longtemps été assimilé à la divination et cela quelque soit la civilisation. Le hasard avait donc une connotation divine, comme si celui-ci était habité d’un pouvoir divin.

Un jeu fondateur

Dans les premiers siècles après J.C, on va voir apapraitre un jeu se ramifiant dans de nombreuses contrées, arborant un nom différent à chaque fois, chatrang chez les persans, chaturanga chez les indiens, shatranj chez les arabes, shatar pour les mongols et les européens, xiangqi pour les chinois et les coréens(janggi), ou encore shogi pour les japonais. Si l’aspect des pièces et les règles différent un peu quelques fois, il s’agit pourtant d’un seul et même jeu (ou presque), ce jeu vous le connaissez bien car il s’agit du jeu d’échecs. Même si aujourd’hui ses origines sont encore assujetties à de nombreuses controverses.
Si je vous parle des échecs c’est par ce que celui-ci va petit à petit se faire une grande place dans l’histoire de nos jeux, et notamment en Europe où il arrive par l’Espagne se diffusant ensuite dans tout le vieux continent. Les pièces alors très orientalisé vont petit à petit opté pour des références plus européennes. Il devient un jeu noble reconnu de tous ou presque en très peu de temps, les premiers traités apparaissant autour de l’an 1000. La chanson de Roland y fera même allusion. Vers 940, on désigna même le premier champion d’échecs connu. Bref c’est l’effervescence. Au-delà des langages, des conflits, des guerres ou des épidémies, le jeu d’échec à su se diversifier et s’universaliser. Une prouesse que l’on retrouvait dans un autre contexte ludique : les jeux olympiques. Comme si le jeu pouvait aussi bien devenir une leçon de vie (légende attribué aux origines des échecs), qu’un cadeau royal, une trève, ou plutôt un langage universel codifié par des règles. Si tout ceci semble bien idyllique et semble augurer du meilleur, la suite de l’histoire des jeux ne va pas tarder à entrer dans un âge plus sombre.

Default

Les échecs dans un manuscrit d’époque

Le moyen âge sera la période la plus creuse pour les jeux de société, qui étaient perçus comme des activités oisives et donc condamner par l’église, même si les échecs et les dames semblent être passés au travers des mailles du filet. Au tournant du Xe siècle et un peu plus tard, les jeux vont être vu d’un mauvais œil que ce soit par les rois ou bien par les religions pour d’autres raisons plus terre à terre. Ces derniers faisaient l’objet de nombreux paris avec à la clé parfois de grosse somme d’argent. Et l’interdiction des jeux de hasard qui leur pendait au nez fut alors prononcé en 1215.

Les jeux de cartes

L’arrivée des jeux de cartes vers 1360 (et leur expansion à de nombreuses contrées, comme le Japon par le biais des navigateurs portugais, comme nous avons pu le voir dans le précédent dossier sur les jeux de cartes au japon, ne va pas aider le clergé à évincer ce péché, qui jusqu’alors touchait principalement les jeux de dés. Le jacquet, par exemple, ne sera pas épargné, celui-ci se voit interdit par Saint Louis ou Charles V au XIVe siècle, pour la même raison. A cette époque il n’était pas rare de jouer de l’argent. Le cardinal de Wosley ira même jusqu’à faire brûler les jeux de Jacquet en 1526 (l’histoire ne raconte pas s’il les avait traité d’hérétique avant ou non). Le problème de cette interdiction c’est qu’elle ne touchait pas uniquement les auberges ou maisons de jeux, mais également les nobles qui s’adonnaient au plaisir ludique, et le roi lui-même n’était pas en reste. Mais la voix du peuple est parfois la plus forte (et la volonté du roi aidant), les législateurs doivent assouplir leurs lois pour ainsi déterminer quels jeux seront interdits et quels jeux seront « tolérés », évitant ainsi un amalgame répressif. Dès lors les jeux de hasard comme les dés deviennent prohibés et chassés jusqu’aux arrières salles. Mais les instances se rendent vite compte qu’il leur est impossible de gérer convenablement les débordements, ils décident donc de régulariser tout ceci en permettant la création des maisons de jeux. Qui bien sur étaient taxées. Une manière de mieux contrôler ce milieu tout en n’en tirant profit.

Default

Cette manne va alors donner de nouvelles idées. Notamment à l’état qui se penche alors avec intérêt sur la loterie. Une pratique très ancienne qu’il avait oublié (ou presque). Les origines de la loterie remontent à l’antiquité (encore une fois), où Augustus (pas le jeu) organisait des tombolas à l’intention de la plèbe. De nombreuses autres versions locales virent également le jour tout autour du bassin méditerranéen. Le mot Loto a d’ailleurs des origines Italienne (qui s’écrit Lotto). Jusqu’alors la loterie était très mal perçue par l’église, qui était en pleine chasse des jeux d’argent. Comment bien percevoir un jeu qui fait l’apologie du hasard au détriment du destin, de la main de Dieu, et du travail harassant mais honnête. Malgré cela il n’était pas rare de voir des « roues de fortune » dans les plus grandes foires, comme celle de Bruges ou Utrecht. Mais en 1515, une loterie va faire grand bruit c’est celle de Bruxelles, où les participants bénéficièrent d’une exonération des taxes. Le gouvernement des Pays Bas s’intéressa alors activement à cette ressource qui leur échappait, et fit fermer dans la foulée, les maisons de jeux pour instaurer sur leurs cendres la loterie nationale.

La loterie comme revenu

C’est ainsi qu’un jeu de hasard devint alors officiellement un jeu nationale reconnu par l’état, à qui il apporta ses nombreux deniers.
Pendant ce temps là, En France, le roi François Ier autorise une grande loterie à Paris, en 1539. Si cette autorisation semble bénigne, celle-ci cache en fait un moyen parallèle de renflouer les caisses de l’état suite aux couteux conflits contre l’Italie. Puis en 1656, une nouvelle loterie aura lieu, à l’origine celle-ci devait financer la construction du pont Royal, mais au final celle-ci servira pour la construction de l’hôpital général. On imagine alors très bien les sommes colossales qui devaient être engrangés par ces loteries. Dès lors Mazarin n’aura de cesse de multiplier les loteries pour financer divers projets. Plusieurs villes obtiendront également l’autorisation de créer, elles aussi leurs loteries. Et en 1700, la municipalité de Paris créera sa propre blanque, qui lui rapporta dès la première année près de deux millions de livres. Devant tant de pression financière, l’église est obligée d’abdiquer et assouplir petit à petit son point de vue, instaurant, pour faire bonne figure, des tombolas de charité. En 1776, Louis XVI décide de créer la loterie royale, ancêtre de la loterie nationale et s’octroie le monopole de cette source de revenu considérable pour l’état. Dès lors la loterie sera nationale et le restera.

Default

Billet de loterie (photo : http://www.gueules-cassees.asso.fr/)

L’histoire est encore longue, et je vous ferais grâce des divergences et anecdotes qui la ponctuent. Cela nous suffit amplement pour nous rendre compte qu’ici le jeu a servit allègrement de source de revenues, passant de statut de renégat, d’enfant indomptable coiffé du bonnet du hasard, à jeu recommandé par l’état, voyant en lui un moyen rapide et simple de remplir ses caisses. L’église qui avait alors condamné la pratique des jeux de hasard, doit alors changer son fusil d’épaule, la raison du jeu (et de l’argent qui l’accompagne) étant la plus forte.

Cette partie sur la loterie a allègrement pris le pas sur un autre aspect que je désirais vous parler, et qui a vu le jour en 1657, grâce aux travaux inédits de Blaise pascal suite à la requête du chevalier de Méré, face à un problème mathématique incluant des dés. Cette découverte c’est la théorie des probabilités. Si vous êtes allergiques à l’arithmétique, n’ayez crainte je n’ai nullement l’intention de vous assommer avec de quelconques formules mathématiques.

La naissance des probabilités

Au XVIIe siècle les jeux étaient déjà bien implantés dans le quotidien de nombreuses personnes, qu’elles soient issu du peuple ou de la noblesse. Comme nous l’avons vu avant, certains pariaient sur les résultats obtenus lors de parties de cartes, de Trictrac ou encore de dés. Et c’était le cas de notre bon vieux chevalier de Méré, qui s’amusait à parier aux dés avec ses amis ; qui un beau jour en eurent assez de perdre. Voulant relancer l’intérêt de son entourage pour ses joutes ludiques (mais quelque peu intéressées et bancales), il décida d’augmenter le nombre de lancé, afin de laisser croire à ses amis qu’ils avaient plus de chance de le battre. Or s’étant trompé dans ses calculs, c’est l’effet inverse qui se produisit, et il perdit vite ses deniers. Prenez vos calculatrices graphiques car nous allons maintenant voir les calculs qu’il avait réalisé, afin de comprendre ses erreurs. Non je plaisante. Désabusé et un peu fauché il se tourna vers Blaise Pascal, qui après de nombreux calculs savants, comprit l’erreur du chevalier de Méré, tout en profitant de la situation pour inventer la théorie des probabilités dans la foulée.

Tout ce petit laïus, pour vous dire qu’à partir de ce moment là, les jeux venaient d’entrer de plein pas dans une nouvelle catégorie, apportant avec eux une nouvelle branche des mathématiques. Depuis les probabilités n’ont eu aucun répits, que ce soit dans le domaine du jeu, mais aussi celui de la finance et des études en règles générales. La science ayant recours à la probabilité pour de nombreuses recherches. Le jeu ne sert pas qu’à divertir ou de source de gains, il sert également la science (des mathématiques ici, plus tard il servira également pour les études anthropologiques).

Default

Blaise Pascal réfléchissant aux probabilités.

Le siècle des lumières fut une seconde période creuse, et ce n’est qu’au XVIIIe siècle que les Allemands relancèrent le jeu grâce à la création des soldats de plomb et des imprimés (merci l’imprimerie). Dès lors, des compagnies spécialisées dans la fabrication de jeux et de jouets virent le jour ; Milton Bradley, Parker et Grimaud, notamment. C’est également l’époque de l’invention des puzzles.

Le jeu de l’oie, ce moraliste

Dans la première partie de cet article je vous avais parlé des ancêtres du jeu de l’oie. Si celui-ci prend ses origines dans l’antiquité et cela dans divers pays, sa carrière ne s’est pas arrêtée à cette époque, il a continué de vivre au fil des siècles, émergent de nouveau au XVIe siècle, grâce à de nombreux commerçants qui remirent au goût du jour, ce jeu venu de « Grèce ». C’est à cette époque que le premier exemplaire du jeu nommé « jeu de l’oie » verra le jour. Il s’agit alors d’un cadeau du grand duc de Toscane au roi Philippe II d’Espagne. Si je vous parle à nouveau de lui c’est par ce que le jeu alors prend un nouveau visage qu’il n’avait pas encore pris jusqu’alors, celui d’objet de propagande. Le jeu de l’oie sera adapté à tous les thèmes possibles et imaginables, servant tour à tour de support pédagogiques, de satires de la société ou encore de rappels éthiques. Mais la religion ainsi que l’état ne seront pas en reste, et très vite des versions apportant la bonne parole ou le rôle à tenir en société verront le jour. Le jeu militaire du blason datant de 1718 découle du jeu de l’oie. Tout comme pour les cartes ou les dés, les rois s’épandront rapidement du jeu, on dit même que Napoléon y jouait étant enfant. Dès lors le jeu de l’oie sera un peu l’ancêtre commun de tous les jeux de parcours qui suivront. Le jeu est ici utilisé comme support de communication, pour véhiculer des messages, par le biais d’illustration et du jeu, s’insinuant dans des institutions assez étrangères au monde ludique comme le corps militaire, bien que les jeux aient fait le bonheur des soldats antique il y a de cela plusieurs siècles.

Default

Jeu de l’oie

Comme ses illustres ancêtres, le jeu de l’oie sera à son tour récupéré comme moyen de divination, et continue encore d’être utilisé comme tel aujourd’hui par certaines personnes, même si on le connait plus comme étant un jeu pour enfants simple mais très basique. Le jeu « serpents et échelles » peut être considéré comme une variante du jeu de l’oie, datant du IIe siècle avant J.C. Celui-ci servait de rappel spirituel pour les jeunes enfants hindous, le jeu représentant le chemin parcouru par les hommes pour atteindre les cieux. La encore le caractère spirituel du jeu n’est pas à démontrer.

LandLord’s Game

Le jeu de l’oie a donc ouvert une voie royale aux jeux, les faisant entrer dans le quotidien du peuple comme support d’apprentissage. Une fois le chemin ouvert il ne restait plus aux autres jeux qu’à l’emprunter pour se retrouver tout naturellement dans les mains des enfants, ces petits cerveaux malléables. On verra donc apparaitre de nombreux jeux pédagogiques au début du XXe siècle, s’ancrant alors plus dans un monde infantile. Les jeux dans le quotidien des adultes devenant des passes temps et des jeux de café. C’est aussi l’époque de la naissance du célèbre « Monopoly » (qui pourrait faire l’objet d’un article à lui seul, tant son histoire est complexe). Si j’ai l’affront de vous parler du Monopoly (ne me jetez pas de cailloux s’il vous plait), c’est par ce que celui-ci va découler d’une initiative et volonté assez novatrice. Lizzie J. Maggie désire étendre les bonnes paroles de l’économiste Henry Georges, qui prône un impôt unique sur la terre. Elle décide alors de créer un jeu pour véhiculer ce message, ce jeu c’est « The Landlord’s game », ici les terrains ne sont pas à acheter mais à louer. L’idée est donc de dénoncer le lobby des propriétaires. Le but du jeu n’est donc pas s’enrichir mais au contraire de dénoncer l’injustice du bail. En 1910, la Wharton School of Finance de Pennsylvanie le renomme « Monopoly ». Puis en 1920 il sera rebaptisé « Finance ». En 1934, Charles Darrow qui a obtenu les règles écrites et a fait illustrer le jeu (par un illustrateur resté inconnu), le présente à la société Parker Brothers. La suite fait parti de l’histoire, le Monopoly deviendra alors l’un des jeux les plus vendus au monde. Prônant au passage le capitalisme et la propriété individuelle.
Ce qui est intéressant ici c’est de voir comment un jeu qui voulait dénoncer un système économique égoïste, s’est vu remodelé pour propager un message totalement inverse, où le but du jeu est de devenir le plus riche en possédant le maximum de terrains. Devenant au passage un succès planétaire, et un symbole du XXe siècle. Les jeux peuvent être d’excellent support, pour peu que leur message ne soit pas détourné de leurs sens premiers.

Default

The Landlord’s Game (je pense qu’il s’agit d’une version moderne)

Wargame, enfin plutôt Kriegspiel

En terme de message ou d’apprentissage, les wargames n’ont pas été en reste non plus. Inventés à la fin du XIXe siècle par les Prussiens, il se nomme alors Kriegspiel, ils étaient utilisés pour l’apprentissage des ficelles de la guerre aux jeunes officiers. Les premières figurines en bois provenant d’Allemagne où elles furent créées autour du XVe siècle. La réglementation actuelle, moins rigoureuse et ouverte au grand public, nous la devons à H.G. Wells, l’auteur du roman « La machine à voyager dans le temps ». Rien que ça. Depuis leurs succès ne démentira pas, changeant souvent de formes, de règles et surtout d’univers. La encore les jeux ont fait un pas en avant, mais cette fois ci vers la simulation. Les stratégies militaires étant étudiées par un simple jeu avec des figurines (enfin simple, il suffit de lire quelques manuels pour se convaincre du contraire). Mais les wargames sont également une preuve de l’évolution des jeux au fil des siècles, passant du Chatarunga aux échecs pour devenir les wargames, nommés aujourd’hui RTS lorsque l’on parle de jeux sur ordinateurs.

Puis les jeux vont alors entamer une sorte de traversée du désert. Entre les deux guerres c’est le calme plat, on voit bien quelques jeux réussirent à sortir leurs épingles du jeu, mais voilà la période n’est pas des plus propices. Mais c’était sans compter sur l’arrivée dans notre quotidien du plastique. Si, si je ne plaisante pas. Fini les jeux en bois, compliqué et cher à produire. Cela va donc permettre l’essor de nouveaux éditeurs mais également de nouveaux styles de jeu, comme Stratego, le 1000 bornes et d’autres classiques, mais aussi de jeu basé sur les mathématiques comme Hex, qui depuis a fait l’objet de nombreuses études. Les mathématiques seront alors la base de nombreux jeux qu’ils soient physiques ou virtuelles.

L’arrivée des jeux de rôle

Mais les années 70 vont être un énorme bouillon de culture, duquel va sortir deux grandes influences majeures : les jeux de rôle et les jeux vidéo. Aussi étrange que cela puisse paraitre aujourd’hui (enfin plus il y a une dizaine d’années), les jeux vidéo et les jeux de rôle ont longtemps emprunté une route commune, inventé et joué par le même genre de public, un public restreint, underground, aujourd’hui connu sous une appellation plus glorieuse et classe de geeks. Pourtant dans les années 80 il n’était pas rare de voir les magazines traitant de jeux de société parler de jeux sur ordinateur et inversement. Le premier jeu de rôle sur ordinateur était un jeu purement textuel, le rapprochant alors énormément des jeux papier, celui-ci se nomme Colossal Cave Adventure et sort en 1976, on le doit à Willy Crowther. Ce n’est que bien plus tard que les jeux incorporant des graphismes verront le jour. Et ça ne sera que le début d’une longue histoire d’amour entre les JDR et les jeux vidéo. Si je vous dis JDR, vous pensez irrémédiablement à Dungeons & Dragons de Gary Gygax, sorti dans les années 70, dans un cercle restreint avant de devenir un énorme succès. Et vous avez bien raison. Tout ces nouveaux médias formeront ce que l’on appelle aujourd’hui la pop culture (bien entendu cela englobe également la musique, le cinéma, et beaucoup d’autres médias) se mélangeant à des références plus anciennes comme les romans de J.R.R Tolkien ou ceux de H.P Lovecraft. Ce qui est important de retenir dans tout ceci, c’est l’émergence de nouveaux styles de jeux, et d’une popularisation des jeux auprès de nouveaux publics, instaurant au passage de nouveaux courants.

Default

Donjons & Dragons : le JDR de légende

Mais les jeux qui jouissaient alors d’un statut assez sérieux vont tout à coup devenir des loisirs pour enfants, au même titre que les comics (je n’ai pas dis BD), ou les jeux vidéo. Les jeux de société sont prêts à affronter le creux de la vague et cela malgré la création de nombreux prix comme le Spiel de Jahres dans les années 70, et autres salons de popularisation de notre loisir de prédilection.

Les jeux de cartes à collectionner

La création de Richard Garfield, le jeu de cartes à collectionner Magic l’assemblée, va lancer une nouvelle façon de consommer ses jeux. En collectionnant les cartes qui le composent, dans le but de battre ses adversaires. Avant on achetait un jeu, puis l’on pouvait jouer avec autant que l’on voulait, sans devoir se mettre à jour ou posséder un matériel différent d’un autre acheteur. Avec Magic se sont toutes les habitudes de consommation du jeu qui vont changent. Si l’achat d’un pack starter n’est pas forcément onéreux, les achats qui suivent pour compléter son jeu peuvent vite devenir un vrai gouffre. Le but de tout ceci : posséder un jeu personnalisé permettant de battre ses adversaires, en achetant un maximum de boosters. Entrainant également de nombreux bénéfices pour la société éditrice. Les jeux entrent alors dans une phase de collectionnite aigüe, et nombreux seront les prétendants qui suivront la marche royale de Magic, s’écroulant parfois dans son sillage.

Default

Magic L’assemblée de Richard Garfield

Heureusement les années 90 vont apporter leurs lots de nouveauté, c’est l’époque du renouveau. Et le début de ce que l’on nomme l’époque des jeux modernes. Je pense qu’il ne sert à rien d’en parler d’avantage si ce n’est pour dire que cette période nous la vivons actuellement et que les jeux sortis dans les années 90 ont permis l’émergence de nombreux titres aux mécanismes novateurs et originaux, qui chaque jour font notre bonheur.

Et aujourd’hui qu’en est-il du jeu de société ? Depuis quelques mois (années), le jeu de société semble avoir la côte auprès des médias grand public. Il n’est plus rare de voir un magazine consacrer sa couverture à ce sujet, ou alors de lire sur un site la tentative de décortiquer cette « mode ». Alors oui on est en droit se poser la question : est ce que le jeu de société est aujourd’hui une mode ? C’est possible mais ça serait vite oublier ce qui a fait son histoire, ses évolutions et ses multiples transformations. Et vous chers lecteurs ça serait oublier (un peu vite) tout ce que vous venez de lire. Le jeu fait parti de nous, pas forcément en tant que personne mais en tant qu’être humain, et à ce titre penser qu’il n’est que pour les enfants ou n’est qu’un effet de mode serait oublier une part de vous, une part qui ne cesse de grandir, se transforme pour mieux se modeler au fil des envies et des besoins. Je voudrais alors finir sur cette maxime : Le jeu c’est la vie, et la vie est un jeu.

N'hésitez pas à réagir à cet article assez condensé, ou à visiter le blog des 1D Ludiques pour découvrir d'autres articles sur les jeux de société.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (18)

Default
SAPEUR
SAPEUR

merci pour cet article.

bobdju
bobdju

Très agréable à lire et très intéressant.

Merci !

arthelius
arthelius

Mais de rien, l'idée est de parler des jeux dans leur "globalité"

cossack39
cossack39

merci pour cet article, ça change des articles de (auto)promotion de jeux! Etant féru d'histoire, ça m'intéresse d'autant plus.

darius444
darius444

Très intéressant en effet et très bonne "overview" à suivre donc, bravo.

- juste pour compléter : il semblerait que des tables de pierre qui rappellent des mancalas aient été exhumés à Yarmouk et sont datés à - 7 000 ans av. JC *.

- pour rebondir sur le post de the_ranger : dans l'empire romain tout le monde joue de l'empereur (ex de Claude et auguste) au plus humble.

* I. Finkel, Art du jeu, jeu dans l’art de Babylone à l’occident médiéval, catalogue de l’exposition, éditions de la réunion des musées nationaux, Grand Palais, Paris, 2012

duinhir
duinhir

Article très intéressant, merci. Spécialement pour la partie pré-XX° siècle.

La partie post XX° siècle manque de détail et est quasiment superflue a mon avis (mais plus connue du public de TT je pense)

A ce propos, je renvoi vers le livre "Eurogames: The Design, Culture and Play of Modern European Board Games" par S.Woods. Extremement interessant pour la partie moderne et l'émergence des J2S

the_ranger
the_ranger

Tout d'abord, un grand merci pour cet article. Une fois de plus, c'est le genre de choses que j'attendais à l'annonce de l'ouverture des blogs sur Tric Trac.

L'article permet de brosser largement une belle fresque, ouvrant dès lors à la réflexion et à la possibilité de s'attarder sur certains points (à l'occasion de prochains articles peut-être?).

Par ailleurs, c'est une bonne lecture puisqu'elle me fait cogiter! Du coup, je me permets quelques remarques et réflexions, qui je l'espère, permettront d'ouvrir à plus d'échanges.

En tissant une chronologie relativement linéaire, l'article permet une vue d'ensemble intéressante mais à pondérer. En effet, en procédant de la sorte, je pense que nous autres humains avons tendance à imbriquer les éléments dans une continuité logique pour aller d'un point A à un point B, là où les évolutions, inspirations et chemins parcourus peuvent être plus chaotiques.

Ainsi, par exemple, le lien entre jeu de l'oie et disque de Phaïstos est interprétatif, comme beaucoup d'éléments autour des pièces de jeux retrouvées lors de fouilles archéologiques. J'entends par là que c'est une hypothèse, certes valable, mais n'en reste pas moins hypothèse jusqu'à ce que l'on trouve un texte expliquant l'utilisation du disque en question.

Je me permets maintenant quelques remarques en suivant la chronologie de l'article :

- dans les premiers jeux, il serait intéressant (dans un prochain article?) de se pencher sur les jeux de chasse et les jeux de semis, fortement liés au mode de vie des sociétés qui les ont créé. Par ailleurs, le caractère assez universel des jeux de chasses (on en a retrouvé sur tous les continents), en font un objet d'étude d'anthropologie du jeu assez intéressant. Il me semble que Jeux sur un plateau y avait consacré un dossier à l'époque.

- il paraît peu probable d'un point de vu socio-anthropologique que seuls les grands seigneurs et rois antiques aient joué, y compris a des jeux sacralisés comme le Go ou le Senet. En revanche, il semble évident que les pièces de jeux n'aient pas été de la même qualité dans les différentes castes/classes sociales, ce qui expliquerait que l'on n'ait trouvé que des jeux luxueux ayant appartenu à des personnes de la haute.

- le lien entre divinatoire et hasard est extrêmement intéressant. Ceci étant, une utilisation exclusivement ludique de ces mêmes jeux n'est pas à exclure.

- le Moyen-Âge est ici présenté comme un âge sombre du jeu. Il est vrai que le Moyen-Âge a cette image d'obscurantisme qui lui colle à la peau, avec ce magnifique bouc émissaire que constitue le pouvoir politique et moral de l'Eglise. S'il est vrai que c'est un âge qui n'a pas le rayonnement antique, il n'en est pas moins un âge de développement. Ce qui semble plonger l'occident dans l'obscurité, c'est la chute de l'empire romain. Or il est évident qu'entre la fin du Vème et celle du XVème siècle, la société occidentale a évolué.

Le monde ludique n'est pas en reste, comme en atteste le petit livre de Fabian Müllers, Les jeux au Moyen-Âge, où sont décrits une quinzaine de jeux parmi d'autres. Par ailleurs, un ouvrage de l'époque a été rédigé à la demande d'Alphonse X de Castille, véritable recueil de règles de jeux (une version "online" du livre : http://games.rengeekcentral.com/ ).

Au passage, je viens de découvrir ça : http://expositions.bnf.fr/jeux/index.htm

- Plus tard, le Siècle des Lumières est présenté comme pauvre d'un point de vu création ludique. Si je ne sais pas quels jeux ont bien pu y être inventé (ou pas), il n'empêche qu'il est riche en utilisation de jeux comme outil de propagande. C'est très bien relevé via le jeu de l'oie, mais il y a aussi de nombreux jeux de cartes imprimés aux figures et dessins politiques (par exemple dans les jeux de cartes révolutionnaires).

Idem pour l'entre-deux guerres qui a du, à mon avis, fourmiller de jeux-propagande, tant soviétiques que nazie ou américaine.

Au passage, j'en profite pour poser que, selon moi, quel que soit son époque, un jeu est porteur de valeurs. Par ses choix mécaniques, thématiques et esthétiques le jeu est politique

Je voulais en tout cas redire un grand merci pour le travail fourni sur cet article. Je serai intéressé par d'éventuelles sources/conseils de lecture sur le sujet qui m'intéresse énormément.

Ludiquement,
Bastien

arthelius
arthelius

@the_ranger

Merci pour vos compliments

L’objectif de ce genre d’article est justement d’amener un certain débat où chacun pourra ajouter sa pierre à l’édifice.

Je suis tout à fait d’accord, la plupart des découvertes historiques narrées dans l’article sont des hypothèses, faites à partir des éléments retrouvées. Cela est particulièrement le cas pour les jeux dont aucune trace de règles officielles n’a été découverte. C'est-à-dire une grande partie des jeux très anciens. A partir du moment où les humains ont gardé une trace écrite de leur loisir, la part d’interprétation devient dès lors moins importante. Les premiers traités sur les échecs sont très récents, et certains philosophes grecs n’ont pas hésité à nous parler des jeux anciens dans leurs écrits, et même comme méthode pédagogique !

Merci pour cette piste du jeu de chasse et du semis. Il est à noter que le jeu le plus ancien serait le yoyo qui a une très parenté avec la chasse , durant laquelle il servait d’ustensile. Je ne dispose malheureusement pas de ce numéro de Jeux sur un plateau, qui pourtant m’aurait fortement intéressé. (Auriez-vous le n° par hasard ?)

Les archéologues ont découvert des jeux de Senet dans les tombeaux les plus prestigieux ainsi que les diverses fresques. De plus, il est connu que les nombreux souverains qui ont foulé notre terre avaient un grand amour du jeu que ce soit dans des époques reculées, ou plus proche comme la salle du jeu de paume, un jeu très prisé de la cour française. Nos ancêtres (surtout les plus haut placés, qui disposaient de plus de temps libre) lutaient en permanence contre l’ennui, le jeu semble donc tout à fait approprié pour tuer le temps.

Je pense également que le hasard et la divination sont très proches en terme historique et anthropologique.

Oui les jeux de cartes ont servi de moyen de propagande, je les ai un peu laissés de côté, car je prévoyais un dossier sur ces dernières, mais celui-ci prend du temps à écrire, et possède des origines très ramifiées, qui seraient dommages de passer sous silence.

Oulà oui, l’entre-deux-guerres est très prolifique au niveau propagande. Après la fin du dossier a été un peu « accéléré », par peur de me perdre quelque peu.

Au niveau des sources elles sont vraiment multiples, de nombreux sites web, magazines (difficiles à trouver aujourd’hui comme certains numéros d’Historia) ou des livres. J’ai essayé de mieux les lister sur mes autres dossiers, et j’essaierai de garder cette méthode pour toutes les personnes que ça intéresse.

Merci de m’avoir lu et d’avoir ensuite posté un commentaire aussi argumenté.

arthelius
arthelius

@duinhir

Oui la partie XXe siècle n'est pas la plus passionnante (enfin ici), car justement il y a beaucoup à dire, et j'avais peur de me perdre. Puis qui sait peut être ferais-je un autre dossier.

Merci pour le lien je vais regarder cela de ce pas. ;)

LEauCEstNul
LEauCEstNul

Je croyais que les osselets étaient le plus vieux jeu du monde ?

arthelius
arthelius

Oui à peu près sûr, après tout ceci est emprunt d'un certain mystère.

Les échecs sont arrivés en Europe par le biais du monde arabe, très présent à l'époque dans le domaine scientifique et commercial.

Kerquist
Kerquist

Est-on sûr que les échecs européens, chinois, et japonais ont la même origine ?

Quelles routes les échecs ont-ils empruntées pour se diffuser ?