La suite des Piliers de la Terre disponible

Par 20.100

Publié le 26 mars 2010 • Lecture 2 min. •  1040 vues

La suite des Piliers de la Terre disponible

C'est fort du succès des "Piliers de la Terre" que Filosofia sort, aujourd'hui même "Un Monde sans Fin". Mêmes auteurs, Michael Rieneck et Stefan Stadler, même source d'inspiration, Ken Follett, même éditeur, Kosmos et même illustrateur, Michael Menzel. Même histoire puisque le roman se situe dans la même ville de Kingsbridge mais deux cents ans plus tard. La cathédrale a été érigée, reste juste à construire la flèche qui en fera la plus haute cathédrale d'Angleterre mais surtout, il va falloir gérer la peste noire qui frappe la ville.

La difficulté était de ne pas proposer le même jeu sans pour autant s'éloigner trop de ce qu'avait fait le succès du premier opus. C'est semble-t-il avec talent que le duo d'auteurs s'en est sorti car on se sent à la fois très proche des Piliers de la Terre avec de la gestion de ressources tout en proposant une mécanique bien différente.

Encore une fois, il faut récupérer du bois et de la pierre pour pouvoir participer à des projets de construction, de laine pour faire du tissu et du blé pour nourrir tout son monde. L'interaction est cette fois moins directe puisqu'il ne s'agit plus d'occuper des emplacements le premier avec ses ouvriers. La mécanique est gérée par des cartes Action. Au nombre de 12 -tous les joueurs ont les mêmes-, elles vont permettre de recevoir du blé, des matériaux, de participer à un projet, de vendre de la laine et du tissu, de construire des maisons, de récolter, de faire des progrès en médecine, etc. La partie dure 24 tours, répartis en quatre périodes de six tours. Six tours, douze cartes, il y a du choix. Le truc, c'est qu'à chaque fois que les joueurs vont choisir une carte Action, ils vont devoir en défausser une autre qui ne pourra donc pas être utilisée durant cette période. Il va falloir planifier ! De quoi se passer ensuite ? Qu'est-ce que les autres joueurs vont tenter ou pas ?

Default

Mais pas que. L'autre élément clé, issu des "Piliers", est la gestion des cartes Évènement en début de tour. Eh oui, elles sont bien là. Sauf que le principe a été largement enrichi. En plus de l'évènement lui-même, elles permettent aussi de répartir des ressources entre les joueurs et d'obtenir, peut-être, des faveurs. Tout cela en une seule action ! Cet astucieux système est dû à la carte elle-même qui est positionnable de quatre manières différentes, autant de choix à effectuer pour le joueur actif. Certains évènements ont un effet immédiat, d'autres durent toute la période et peuvent s'accumuler. C'est ainsi que les joueurs vont devoir perdre des actions, des ressources, devoir en consacrer à des tâches bien précises, qui vont apparaître de nouveaux projets de construction ou la peste.

A la fin de chaque période, arrivent les contributions obligatoires, un terme délicat pour les taxes, impôts et autre gabelle. Ne pas les payer s'avèrera pénalisant car les sanctions pleuvent ensuite : se défausser d'une carte Action au hasard, ne pas toucher de revenu ou carrément passer son premier tour.

Comme dans le roman éponyme de Ken Follett, la peste apparaît dans les habitations dans la deuxième partie du jeu. La soigner est une source non négligeable de points de victoire et est une stratégie possible : accumuler des connaissances médicales au début pour soigner au mieux la peste ensuite.

A l'officine Tric Trac, on préfère celui-ci aux "Piliers de la Terre". A chacun de se faire son opinion ensuite. Si vous avez aimé l'un, vous apprécierez sans nul doute l'autre.


> L'annonce chez Asmodee

> Le plateau de jeu en grand


"Un Monde sans Fin"
un jeu de Michael Rieneck et Stefan Stadler
pour 2 à 4 joueurs
à partir de 12 ans
édité par Filosofia
disponible dès aujourd'hui


20.100

Commentaires

Default