Monsieur Guillaume

Amun-Re : Du coup, j'enchéris !

Amun-Re : Du coup, j'enchéris !

Du côté de l'édition, il est un métier, presque nouveau mais pas vraiment, cyclique pourrait-on dire ou prédire, c'est le métier de "ré-éditeur" : Il consiste à sélectionner des titres anciens que toute une frange de nouveaux joueurs n'ont pu connaître (vous savez, nous parlons d'un temps que les moins de... etc...), éventuellement les dépoussiérer, que ce soit visuellement ou même sur quelques "menues" règles et autres points de détails qui, profitant de milliers de parties et autres retours des joueurs, peuvent faire une grande différence sur le "gameplay" puis de les ré-éditer donc.

 

Tric Trac

Quelqu'un pour ré-éditer celui-ci ?...

... ah zut, trop tard !

Tric Trac

Un mélange de passion ludique d'une part et de pari économique d'autre part est nécessaire. En effet, si gloire et fortune ne sont jamais choses aisées, bien sûr, il n'en demeure pas moins vrai qu'un jeu dont les anciens joueurs connaisseurs sont déjà les chantres, en ce qui concerne la communication, ça facilite les choses, c'est toujours ça de pris et ça peut permettre d'éviter une part de risque intrinsèque à l'édition d'un jeu inconnu. Pourtant, rien ne dit que l'intuition sera la bonne et qu'un jeu ancien, même modernisé, ne sera pas perçu comme "ancien" (comprendre "passé de mode") par les joueurs plus récents et gavés jusqu'aux tripes de nouveautés qui se succèdent aussi vite que les jours qui passent. 

Tric Trac

Super Meeple est de ceux-ci et nous ont proposé les toujours excellents Mexica et Tikal, qui n'attendent plus que l'arrivée prochaine de Cuzco à la place de Java comme ils nous l'ont eux-même annoncé ici (ou là) pour compléter la trilogie quasi-fondatrice du couple mythique Kramer-Kiesling à la ludographie prestigieuse. Après Mafiozoo, la ré-édition de Louis IV dont la magie du placement/majorité avait moins agi (ce qui corrobore ce que nous écrivions ci-dessus), le "ré-éditeur" devient éditeur, même si le lien avec l'ancien reste très fort : En effet, Amun-Re, le jeu de carte est, comme indiqué, le jeu de carte du jeu Amun-Ré de Knizia, lui-même ré-édité chez Super Meeple en 2016. De fait, si nous perdons dans cette boite, première édition d'un jeu que l'auteur a proposé aux Super Meeples suite à la reconnaissance du travail effectué sur Amun-Re, une partie du matériel, le beau plateau et les belles pyramides, nous y trouvons l'essence même du jeu dans un temps de partie beaucoup plus moderne, et surtout plus fluide.

Super news pour une super année 2018

Liquide vaisselle, Amun !!... tout d'suite, mon Ré-chéri !

Illustré cette fois par Gaël Lannurien (Igor Polouchine étant également crédité), il s'agit toujours d'un jeu d'enchère. Le jeu de cartes va vous demander de gérer votre économie de cartes Or et Royaume. Au cours du premier tours, chaque joueur va acquérir trois cartes Royaume puis les développer lors des deux tours suivant. Sur ces cartes, peuvent se trouver des pyramides déjà construites ; des ankhs gérant l'initiative mais pas que ; et des champs ou une caravane pour générer des revenus supplémentaires pour le tour d'après.

Tric Trac

La gestion vient du fait que chaque joueur devra choisir, pour l'équivalent de son revenu (14 au premier tour), des cartes Or. Ces dernières permettront d'enchérir. En unique exemplaire dans le set, elles vont de 1 à 8, la carte O étant toujours inclue. Une fois les cartes Royaume piochées, à votre tour, si vous n'avez pas encore une carte Or posée, vous devrez en poser une devant une carte Royaume non convoitée ; ou en poser une plus forte que celle d'un autre joueur sur une carte Royaume convoité, éjectant cette dernière qui revient à son propriétaire. Si une de vos cartes Or est déjà en jeu, vous passez. 

Tric Trac

Lorsque chaque joueur a une carte Terrain avec une de ses cartes Or devant, cette première phase s'arrête et chacun récupère son terrain (et l'appose sur une des cartes Terrain disponibles au deuxième et troisième tour, ce qui camoufle les ankhs, caravane, champs de la carte recouverte). Parmi les cartes Or que chacun a encore en main, chacun choisit ce qu'il offre au Temple d'Amun-Re. L'ensemble des offres déterminera la valeur de la crue, déterminant du même coup ce que chaque caravane et champs rapportera. De plus celui qui a fait la plus forte offrande prend trois pyramides à installer sur ses cartes Royaumes, le deuxième en prend 2 et les autres 1 seule. Une offrande nulle ne rapporte rien, bien évidement. 

Lors de la troisième phase, en fonction de la crue et des éventuelles cartes Or qui restent en main, chacun calcule son revenu puis décide quelle partie de son revenue il consacre à construire des pyramides pour améliorer son prestige, les célèbres Points de Victoire, PVs, qui arrivent juste après. Sachez bien qu'une pyramide seule coûte 3 ors, alors qu'en construire 5 d'un coup vous demande de débourser 21 ors... et sachez tout autant que la monnaie qui vous reste après les constructions est ce que vous récupèrerez en cartes Or pour vos enchères suivantes.

Tric Trac

Terminons ce rapide tour d'horizon par la dernière phase qui permet de récupérer autant de PVs que de pyramides sur la carte Province où il y en a le moins (d'où des constructions de pyramides harmonieusement réparties), avec des points bonus si vous avez 9 champs ou plus, si vous êtes le Pharaon (le plus grand total d'Ankhs sur vos cartes) et un malus d'un point pour celui qui a le moins d'Ankhs (et qui du coup, ne pourra pas éc'i'e...)

Tric Trac

Allez, fais pas l'Re, laisse-moi cette carte !

C'est en jouant à Amun-Re, le jeu de cartes, qu'on sent l'expérience d'Herr Doktor : Il débarrasse le jeu des scories temporelles (parce que plus trop dans l'air du temps). Knizia ne conserve finalement que la substantifique moelle des enchères avec des réflexions et décisions, toujours sources de frustration, qui balancent entre intérêt à court terme (des revenus supplémentaires ou une prise de première position, etc...) et intérêt à long terme (construction des pyramides, mains de cartes nombreuses pour être de toutes les enchères ou pas...). Le simple fait de constituer sa main de cartes Or est une indication de ce que vous pouvez faire dans les enchères, que les autres joueurs s'amuseront à vous deviner... À vous ensuite de prendre le risque de miser une carte sur une Province pour faire monter le prix et vous retrouver finalement avec cette dernière à ajouter à votre royaume. 

Tric Trac

De même, investir dans la construction doit se réfléchir habilement, tellement le tempo est tendu sur ces quelques trois manches qui donne aussi tout le dynamisme des parties d'Amun-Re, le jeu de cartes. Direct à l'essentiel, sans fioritures inutiles, il faut toujours aimer les jeux d'enchère pour apprécier ce jeu, bien sûr, mais même lorsque ce n'est pas le cas, il y a du plaisir ludique à le découvrir, tant il est ramassé et efficace. Comme quoi, il en a encore sous le pschent, monsieur Knizia !

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cette article

Commentaires (1)

Default
Ced78
Ced78
J'étais réticent quand à cette version carte du jeu de plateau, et les TT Ts m'ont emballé - définitivement à tester :-)