Ce jeu a été ajouté en base le 15 sept. 2014

édition 2014

Standalone 4 éditions
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.
1
réponse
1
follower
Par : frenchfever | jeudi 13 novembre 2014 à 11:04
Default
frenchfever
frenchfever
pour regrouper les infos sur le fraîchement opus deux des studios full control studios
http://www.gamergen.com/tests/test-spac ... 0-256094-2

Le scénario du jeu est anecdotique, voire inexistant, et est divisé en trois compagnes différentes. Une fois le tutoriel passé, le joueur est plongé dans une série de missions avec pour but de rapporter un artefact, réussir à sauver ses Space Marines, éliminer tous les Genestealers ou encore survivre à un certain nombre de tours. Rien de bien folichon dans la mise en scène de l'histoire, tout comme dans la variété des décors, se limitant à des couloirs sombres et glauques infestés de monstres, rappelant certains films de science-fiction des années 80.
Graphiquement, le titre est plutôt agréable à l'œil pour peu que nous n'avancions pas trop la caméra. Une fois le zoom activé, il est facile de déceler de l'aliasing ou même certaines textures baveuses, mais une caméra trop proche de l'action nuit à sa compréhension et n'est au final que rarement utilisée. Il reste toujours la répétitivité des décors, ce qui a pour but de créer un sentiment d'oppression et de fidélité par rapport au jeu de plateau, mais aussi une rapide lassitude de la part du joueur. Enfin, les musiques sont sous-mixées, voire inexistantes parfois, pour laisser place aux bruitages des armures des Space Marines, à leurs tirs et coups de poing fracassants, mais aussi aux cris des Genestealers et à leurs coups de griffes contre les armures. Pour les bruitages et l'ambiance sonore de manière générale, Space Hulk Ascension Edition fait donc fort.

Si Full Control Studios a décidé de modifier certains points par rapport au précédent opus, les différences se voient surtout sur la jouabilité.
En termes de contenu, Space Hulk Ascension Edition n'est pas radin.
Que les puristes se rassurent, il s'agit toujours de bouger ses unités sur le terrain au tour par tour, chaque action consumant un point, sur six au total. Mais quelques détails changent. Par exemple, la chance de toucher un ennemi en lançant une attaque ne se fait plus avec un jet de dés, mais est représentée par un pourcentage, qui varie en fonction des statistiques de l'unité et de sa distance par rapport à la cible. Un choix fait par Full Control pour se rapprocher des jeux de stratégie classiques. Idem pour l'emplacement et surtout la source des Genestealers qui n'est plus directement affichée, mais qui doit être découverte soit en s'en approchant, soit en utilisant un équipement adéquat. Il s'agit ici de renforcer le sentiment de jeu d'horreur voulu par ces décors glauques et autres sons inquiétants.
Malheureusement, le pointage à la souris n'est pas des plus précis et il n'est pas rare, dans le feu de l'action, de cliquer au mauvais endroit, faisant effectuer une action ou un déplacement non désiré à une unité. Arriver au bout de chaque objectif n'est donc pas une chose aisée, et terminer à bien la centaine de missions qui composent les trois campagnes du jeu prend un bon paquet d'heures. En plus de cela, trois factions sont disponibles, toutes jouables (Ultramarines, Blood Angels et Space Wolves) et chacune ayant ses avantages et inconvénients sur le terrain, offrant une rejouabilité non négligeable. En termes de contenu, Space Hulk Ascension Edition n'est pas radin.
Mon top
Aucun jeu trouvé