36
réponses
0
follower
Par : cyrilleu | mardi 19 octobre 2010 à 23:09
Default
cyrilleu
cyrilleu
bonjour,

j'ai mis ce post pour réagir sur le flash info sur la santé des jeux de société.
voici le lien : http://www.trictrac.net/index.php3?id=j ... l&ref=9363

alors je vous pose une question : pensez vous que les editeurs sortent trop de jeux ? (trop vite ?).

(pour ma part, étant "jeune" joueur, je pense que oui car étant intéressé par plein de jeux (ancien ET récent) je ne sais plus quoi choisir car je veux jouer a tout.)
Mon top
Aucun jeu trouvé
daseed
daseed
Malheureusement c'est notre société poubelle qui veut ça.

Nous sommes a l'heure de la surconsommation, et bien que je me fasse en partie avoir aussi par le marketing bien développé de toutes ces sociétés, je pense qu'un moins grand nombre de sortie permettrait l'approfondissement des jeux afin d'en tirer le meilleur...

Dit l'homme qui se prépare pour aller acheter quelqueS jeux à Essen. :oops:
Mais néanmoins j'en suis persuadé. :)
Mon top
Aucun jeu trouvé
Foussa67
Foussa67
présenté comme ça, il n'y a finalement aucun inconvénient à ce que beaucoup de jeux de société sortent.

Il y a forcément dans le lot, vu la quantité, + de mauvais jeux qu'avant, mais aussi + de très bon jeux.

On peut trouver son bonheur même en étant difficile, il y a un sacré panel.

Un bref parallèle avec un univers que j'adore, la bande-dessinée.

Enorme production annuelle (genre 4000 albums par an je crois) en France.
Mais là, c'est un problème, parce qu'il y a une majorité d'albums qui démarrent une série de plusieurs tomes. Et si l'album 1 s'est mal vendu ... l'éditeur (Soleil sont les spécialistes) stoppent la série, et cette histoire ne sera jamais terminée. Et le consommateur qui a acheté ce tome 1, bah il se retrouve avec 9 à 12 euros de perdu, pour être poli. Vu la quantité d'album, impossible que chacun trouve son public.

Dans les jeux de société, finalement, le produit est fini. On l'achète, même si on est le seul, et bien on n'a un produit utilisable.
On ne perd pas d'argent en fait. Alors bien sûr, possible que comme pour les BD, vu la masse de jeu, un bon jeu ne trouvera peut être pas son public. Mais égoïstement, je dirais qu'au moins le consommateur n'est pas lésé.

Alors oui, le développement du jeu de société a des effets pervers, mais globalement, il a tout à y gagner je pense.

A moins de vouloir garder les " jeux biens qu'on aime qu'ils sont super " pour nous, dans notre corporation, et de laisser les ravensburger et compagnie à la plèbe qui débarque dans cet univers...
Mon top
Aucun jeu trouvé
fred henry760
fred henry760
Il est clair que la profusion de sorties a quelques effets pervers. Notament la très faible durée de vie moyenne d'un jeu aujourd'hui. Une sortie chasse l'autre, et aujourd'hui la plupart des jeux qui buzzent à un moment T sombrent dans l'oubli après quelques semaines sur les étals. Du coup, sauf quelques rares exceptions (Small world par exemple), un jeu ne s'installe plus dans la durée.
Mon top
Aucun jeu trouvé
DTC78
DTC78
fred henry dit: un jeu ne s'installe plus dans la durée.


Je fais le même triste constat.

La profusion de titres amène le choix ça c'est une bonne chose, par contre la faible durée de vie est un autre problème...soit la profusion entraîne un toujours plus chez le joueur qui veut changer du coup plus souvent, soit les jeux ont une trop faible durée de vie ...je n'ai pas la réponse.
Mon top
Aucun jeu trouvé
fred henry760
fred henry760
En fait, une donnée qui pourrait être vraiment intéressante c'est le temps moyen consacré à un jeu donné aujourd'hui. Parce que le problème c'est que ce qui se passe sur les étals doit sans doute se passer aussi sur les tables de jeu.
Du coup, je sais que pour ma part je m'arrange pour jouer très souvent aux mêmes "classiques" (cette année BSG et Mémoire 44) plutôt que tout "essayer".
Mon top
Aucun jeu trouvé
Palomides
Palomides
Positivons.

Nous avons un grand choix de jeu. Les connaisseurs sauront faire le tri entre les bons et les mauvais. Les autres ont Trictrac ou d'autres sites ou des revues ou des blogs pour se faire leurs avis et acheter le jeu parmi tant d'autres qui leur conviendra
Sandrine et Richard
Sandrine et Richard
Je pense que nous vivons le passage du secteur des jeux de société du niveau de petite niche de marché à secteur du jeu et jouet à part entière.

On le voit à plusieurs niveaux:
1 le nombre d ejeux qui sortent
2 le budget marketing derrière chaque jeu
3 le buzz autour du jeu orchestré non plus par les joueurs mais par les éditeurs (teasers, vidéos et autres..)

D'une part je m'en réjouis car depuis quelques années (en gros la sortie de LCDLTR) les éditeurs ont compris qu'on voulait des beaux jeux avec du beau matériel. Donc c'est cool

D'autre part j'en suis triste car tellement de jeux sortent qu'on ne sait plus quoi prendre et que l'on se demande lesquels resteront dans un an. On peut citer en exemple depuis caylus le nombre de jeux sortis avec un système de pose d'ouvriers...

Donc que faire.

La page d'accueil de TT déborde de news c'est cool car y en a pour tous les goûts mais inversement on a du mal à avoir des vrais infos sur pleins de jeux. C'est comme ça.

Moi ça me frustre un peu car avant quand on croisait un joueur on parlait des mêmes jeux, on changeait des idées maintenant c'est que penses tu d'Hermagor, ha je sais pas j'ai préféré Endeavor...

C'est dommage, alors on retombe sur les calssiques ancètres et PR, T&E tu y joues toujours.

De plus quand on a un petit groupe d ejoueurs dont certains sont occasionnels, pour des parties intéressantes, on ne peut pas changer de jeu à chaque fois sinon on perd en intérêt alors e sont les ancètres qui ressortent et les nouveau jeux sont moins achetés.
Je me rends d'ailleurs compte que j'achète de plus en plus en occasion des jeux qui ont fait leur preuve (Ave Cesar, San juan...).

Les rares jeux que j'achète encoresont des jeux d'ambiance (Time's up, Buzz it) qui sont assez vite consommés.


Pour moi trop de soties tuent le bon jeu qui passe forcément inaperçu.
Y a qu'à voir l'engouement pour Essen 2009 et voir ce qu'il en reste cette année. Plus grand chose. Beaucoup de jeux sont partis aux oubliettes.
scand1sk
scand1sk
S'il y a trop de jeux, le problème est plus pour les éditeurs que pour le consommateur. Le consommateur est libre de ne pas acheter tous les jeux, alors que si un éditeur sort un jeu qui ne se vend pas, il risque la faillite à moyen terme.

Le réel effet pervers, c'est que les éditeurs prennent un minimum de risques en sortant des jeux suivant des recettes éprouvées, avec toujours les mêmes thèmes, auteurs, mécaniques, illustrateurs. Ça pourrait bien tuer l'originalité, et ça se sent déjà du côté du jeu allemand. Un exemple criant avec Hans im Glück, qui faisait référence au début des années 2000, et qui maintenant sort chaque année du déjà vu.
Green Giant
Green Giant
On peut compléter le propos et la comparaison avec l'édition de livres. Il y a quelques auteurs + quelques titres par an qui font des tirages permettant aux auteurs d'en vivre (pour les éditeurs c'est un peu différent). Pour les autres, c'est une activité de loisirs... En France un premier tirage de roman c'est entre 1000 et 2000 exemplaires, une réussite c'est 20 000 exemplaires vendus, ce qui ferait à prix comparable un tirage initial de 500 et une réussite à 7 000 exemplaires pour les JDS, mais attention, c'est tout à fait théorique !

En matière de JDS, il me semble que les tirages indispensables restent raisonnables permettant au moins aux éditeurs d'équilibrer à peu près leur édition. On voit avec KND ou avec Witty que des petits volumes peuvent exister, même si l'équilibre financier de ces structures n'est pas forcément évident. Comme pour l'édition papier, il faut quelques poids lourds qui équilibrent l'ensemble. On comprend donc mieux pourquoi des éditeurs font le choix d'ouvrir leurs gammes pour sortir du "core gamer" et aller vers du jeu plus léger et plus facilement distribuables en masse.

Je me demande simplement à partir de quel moment un jeu est un best seller : 1 000, 10 000 ou 100 000 exemplaires ? (je ne parle pas des anciens classiques équivalents à la bible et au petit livre rouge ou des nouveaux comme Harry Potter).
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
Groddur
Groddur
fred henry dit:Il est clair que la profusion de sorties a quelques effets pervers. Notament la très faible durée de vie moyenne d'un jeu aujourd'hui. Une sortie chasse l'autre, et aujourd'hui la plupart des jeux qui buzzent à un moment T sombrent dans l'oubli après quelques semaines sur les étals. Du coup, sauf quelques rares exceptions (Small world par exemple), un jeu ne s'installe plus dans la durée.

Ca concerne surtout les gros joueurs, comme sur TT... Mais je pense qu'il y a encore beaucoup de joueurs moins impliqués (oserais-je dire geek ?) qui utilisent seulement quelques jeux, genre 4 ou 5, mais de façon approfondie.
brougnouff
brougnouff
Sandrine et Richard dit:...Pour moi trop de soties tuent le bon jeu qui passe forcément inaperçu.
Y a qu'à voir l'engouement pour Essen 2009 et voir ce qu'il en reste cette année. Plus grand chose. Beaucoup de jeux sont partis aux oubliettes.

S'ils sont partis aux oubliettes, cela signifie que ce n'étaient pas de grands jeux, et donc qu'ils ne méritaient pas de rester dans les mémoires.
En effet, il n'y a que quelques jeux qui marquent vraiment l'année, voir qui restent dans les annales.

Perso, je n'achète que les jeux qui m'ont conquis et uniquement après les avoir essayé (à de rares exceptions prés) et je m'aperçois que je deviens de plus en plus difficile au fil des années.
C'est l'effet pervers : plus il y a de choix et plus je cible mes achats pour prendre la crème de la crème :)

D'ailleurs, on pourrait se poser la question : plus il sort de jeux, plus il devrait y avoir de de grands jeux, non ?
Pour ma part, je pense que la quantité n'influe pas toujours sur la qualité. Et on a plein d'exemples dans d'autres secteurs ...
Marc Laumonier
Marc Laumonier
600 nouveaux jeux (toutes langues confondues) cette année à Essen contre 500 l'année dernière
c'est comme les BD, ça va devenir difficile de trouver la perle rare
et le bon jeu risque de passer inaperçu

trop de jeux selon moi, clairement
Mon top
Aucun jeu trouvé
Sandrine et Richard
Sandrine et Richard
Brougnouf dit: et je m'aperçois que je deviens de plus en plus difficile au fil des années.
C'est l'effet pervers : plus il y a de choix et plus je cible mes achats pour prendre la crème de la crème :)


La question est:
N'est t on pas difficile car on a :
1 déjà pleins de jeux
2 plus d'expérience sur ce qui plait
3 on recherche quelque chose de précis (thème mécanisme...)...

J'ai quelques 80 jeux et j'avoue attendre 6 mois avant d'en acheter un nouveau pour etre sur que je ne change pas d'avis, trop de boites prennent la poussière...
scand1sk
scand1sk
marc laumonier dit:600 nouveaux jeux (toutes langues confondues) cette année à Essen contre 500 l'année dernière
c'est comme les BD, ça va devenir difficile de trouver la perle rare
et le bon jeu risque de passer inaperçu
trop de jeux selon moi, clairement


Pour trouver la perle rare, on a quand même de bons outils de nos jours, entre les forums, les avis et les classements. Si un jeu, même obscur, enchaine les bons avis sur BGG, il fait vite le buzz. La preuve avec un jeu comme Glory to Rome, d'un obscur petit éditeur anglais, et qui s'arrache aujourd'hui.
shaudron
shaudron
S'ils sont partis aux oubliettes, cela signifie que ce n'étaient pas de grands jeux, et donc qu'ils ne méritaient pas de rester dans les mémoires.


Ben tiens, et puis quoi encore^^. Le Monopoly est donc un grand jeu, sans doute... ce serait magnifique si seuls les grands jeux retenaient l'attention. Malheureusement, il y a surtout un énorme impact de la distribution et du marketing. :wink:
Mon top
Aucun jeu trouvé
cyrilleu
cyrilleu
Palomides dit:Positivons.
acheter le jeu parmi tant d'autres qui leur conviendra


ce que tu dit est vrai et tout le problème est la.
quelqu'un a dit, plus il y a de jeux édités, plus il y a de bon jeux. on a donc 2 choix : acheter 1 jeu au risque de passer a coté d'un meilleur ou en acheter plusieurs et la, tu passes plus vite sur un jeu pour passer a un autre.

quel est l'intérêt des éditeurs a en faire autant ? c'est plus risqué pour eux (car plus de produits qui ne marcheront pas).
Mon top
Aucun jeu trouvé
Manest
Manest
C'est un peu comme les bd. ils y a 10-15 ans, on arrivait à suivre tout ce qui sortaient, maintenant il y en a tellement, que c'est devenu impossible.

Mais au final, tant mieux non?
Mon top
Aucun jeu trouvé
cyrilleu
cyrilleu
voila une citation d'un autre sujet "prochaine sortie de DOW" qui va dans le sens de mon post :

ismik

Nouveau messagePosté le: Jeu Oct 21, 2010 7:57 Sujet du message: Répondre en citant
Citation:

Et en y repensant, cette démarche est tout à fait compréhensible. Des centaines de jeux sortent pour Essen et il ne doit pas être simple pour un éditeur de tirer son épingle du jeu.

Une sortie retardée offre sûrement plus de visibilité et finalement un plus grand intérêt du public. Le "buzz" est moins dilué.[/code]


+1

C'est exactement ce que je me suis dit quand j'ai vu le post de MATAGOT qui sort ces 4 ou 5 jeux pour ESSEN. Je me suis dit, mais c'est fou, la concurrence doit être énorme, pourquoi ne pas en sortir 1 pour ESSEN, et diluer les autres durant le reste de l'année, la ou il sera plus facile de mettre en lumière ses jeux...je ne comprend pas cette démarche...
Mon top
Aucun jeu trouvé
Manest
Manest
cyrilleu dit:
Palomides dit:
quel est l'intérêt des éditeurs a en faire autant ? c'est plus risqué pour eux (car plus de produits qui ne marcheront pas).



S'ils en sortent beaucoup, c'est forcement que la demande et que les acheteurs sont là.
Et entre nous, un éditeur "classique" sort 1 (ou 2 max) jeux par ans. C'est pas énorme.
Quand ils en sortent plus, c'est souvent de simples éditions françaises de jeux déjà existant à l'étranger, on a donc le recul pour savoir ce qu'il vaut.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
cyrilleu
cyrilleu
Manest dit:C'est un peu comme les bd. ils y a 10-15 ans, on arrivait à suivre tout ce qui sortaient, maintenant il y en a tellement, que c'est devenu impossible.
Mais au final, tant mieux non?


oui et non.

j'ai du mal a filtrer toutes les BD interessantes qui sortent, je me disperse donc ca me fait ch*er mais la c'est clairement de ma faute.
ensuite, plus haut, une personne a dit que l'éditeur soleil sort un 1er album et ne suis pas s'il ne vend pas assez parmi leurs nombreuses sorties. cela est vrai il sorte une flopper de 1er album. il y aura bien une série qui va accrocher et qui feront suivre par d'autre album. tant pis pour ceux qui ont acheté la mauvaise BD.

resultat : je ne lis quasiment plus de BD, j'ai du faire des choix
Mon top
Aucun jeu trouvé
yannibus
yannibus
cyrilleu dit:voila une citation d'un autre sujet "prochaine sortie de DOW" qui va dans le sens de mon post :
ismik
Nouveau messagePosté le: Jeu Oct 21, 2010 7:57 Sujet du message: Répondre en citant
Citation:
Et en y repensant, cette démarche est tout à fait compréhensible. Des centaines de jeux sortent pour Essen et il ne doit pas être simple pour un éditeur de tirer son épingle du jeu.
Une sortie retardée offre sûrement plus de visibilité et finalement un plus grand intérêt du public. Le "buzz" est moins dilué.

+1
C'est exactement ce que je me suis dit quand j'ai vu le post de MATAGOT qui sort ces 4 ou 5 jeux pour ESSEN. Je me suis dit, mais c'est fou, la concurrence doit être énorme, pourquoi ne pas en sortir 1 pour ESSEN, et diluer les autres durant le reste de l'année, la ou il sera plus facile de mettre en lumière ses jeux...je ne comprend pas cette démarche...
[/code]

-1 pour les éditeurs quelqu'ils soient, reconu ou pas, Essen reste quand même le lieu ou sortir son ou ses nouveau projets et espérer en vendre. Surtout pour les éditeurs comme Matagot qui (sans connaitre les chiffres) doivent vendre plus en france qu'ailleurs. Le fait de présenter et vendre son jeu à Essen permet d'être vu, d'avoir des joueurs européens qui reconnaitront le jeu en boutique...et de vendre quelque boites. Même si la concurrence est effectivement énorme, vu les sacs blindés que tu peux croiser, ya moyen de vendre pas mal de boites et de faire parler de soi.
Mon top
Aucun jeu trouvé
greg909
greg909
scand1sk dit:
Le réel effet pervers, c'est que les éditeurs prennent un minimum de risques en sortant des jeux suivant des recettes éprouvées, avec toujours les mêmes thèmes, auteurs, mécaniques, illustrateurs. Ça pourrait bien tuer l'originalité.


Possible. Le JdS pourrait se retrouver dans une situation analogue à celle des jeux vidéo au début des années 80, lorsqu'une offre bien davantage quantitative que qualitative avait plongé ce secteur dans la crise.

Ceci dit, l'abondance de choix à l'heure actuelle est sans doute une bonne chose pour la plupart des passionnés qui devraient y trouver leur compte.

Je remarque que je deviens plus exigent (ça c'est normal) et que j'achète de moins en moins (ça c'est maaal).

Parce que j'aime user la durée de vie de mes jeux. Parce que je ne supporte pas d'acheter un jeu sans avoir joué à tous ceux de ma ludothèque. Parce qu'à chaque fois que j'achète un jeu, je joue moins aux autres. Parce que j'aime attendre, j'aime être sûr de réellement vouloir tel ou tel jeu.

Avec le rythme actuel des sorties, on n'a même plus le temps de rêver.

:|
Mon top
Aucun jeu trouvé
volute
volute
greg909 dit:
Ceci dit, l'abondance de choix à l'heure actuelle est sans doute une bonne chose pour la plupart des passionnés qui devraient y trouver leur compte.
Je remarque que je deviens plus exigent (ça c'est normal) et que j'achète de moins en moins (ça c'est maaal).


En ce qui me concerne, l'abondance des jeux et la logique dans laquelle j'ai été entraîné de jouer à pleins de jeux différents a fini par me lasser violemment. Faire une ou deux parties et puis passer à autre chose... ce n'est vraiment pas satisfaisant pour moi.
Je n'achète donc presque plus rien (à part les extensions des jeux que je possède déjà), et je me contente très bien de ce que j'ai.

Et je trouve ça triste de voir, à part exception notable, la durée de vie d'un jeu ne pas dépasser quelques semaines... Je serais auteur ou éditeur, je serais vraiment dèg de cet état de fait actuel.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Paladin
Paladin
cyrilleu dit:
oui et non.
j'ai du mal a filtrer toutes les BD interessantes qui sortent, je me disperse donc ca me fait ch*er mais la c'est clairement de ma faute.
ensuite, plus haut, une personne a dit que l'éditeur soleil sort un 1er album et ne suis pas s'il ne vend pas assez parmi leurs nombreuses sorties. cela est vrai il sorte une flopper de 1er album. il y aura bien une série qui va accrocher et qui feront suivre par d'autre album. tant pis pour ceux qui ont acheté la mauvaise BD.
resultat : je ne lis quasiment plus de BD, j'ai du faire des choix


Un peu hs mais j'ai le meme probleme et c'est typique de soleil d'ailleurs (en tout cas je n'ai pas vu le probleme ailleurs...)
elric en bd (chez soleil) j'ai le 1er tome et je pense que je peux attendre longtemps le 2eme...
blitz royal 2 tomes et depuis... rien
Mon top
Aucun jeu trouvé
cyrilleu
cyrilleu
c'est un peu HS il est vrai mais la situation ce produit deja avec avec la BD depuis plusieurs année et on voit deja le resultat : je ne lis presque plus de BD ; de même, ca s'est passé il y a plus longtemps avec les jeux video comme dit précédemment.

pour revenir sur le sujet du post, apparemment c'est deja entrain d'arriver a certain d'entre nous :

volute ecrit :
Je n'achète donc presque plus rien (à part les extensions des jeux que je possède déjà), et je me contente très bien de ce que j'ai.

je viens de faire la rencontre du site de bruno faidutti et devinez quoi, il avait deja fait un article en 2007 sur la monter croissante du nombre d'edition, les raisons et l'impact que ca aura. (http://www.faidutti.com/index.php?Module=divers&id=456)

les gros editeurs chercheraient ils a tuer les petits a moyen terme pour rester dans la place a long terme ?
Mon top
Aucun jeu trouvé
rafpark
rafpark
HS ON
Foussa dit:
Un bref parallèle avec un univers que j'adore, la bande-dessinée.
Enorme production annuelle (genre 4000 albums par an je crois) en France.
Mais là, c'est un problème, parce qu'il y a une majorité d'albums qui démarrent une série de plusieurs tomes. Et si l'album 1 s'est mal vendu ... l'éditeur (Soleil sont les spécialistes) stoppent la série, et cette histoire ne sera jamais terminée. Et le consommateur qui a acheté ce tome 1, bah il se retrouve avec 9 à 12 euros de perdu, pour être poli. Vu la quantité d'album, impossible que chacun trouve son public.

Sans publier le fait qu'ils te sortent une version spéciale avec planches en plus et tome 1 gratuit au bout d'un moment, dur pour le gars qui soutient la BD depuis le début, le gros fan donc, plus qu'a racheter le truc pour avoir les quelques planches supp.
Toutes ces raison m'ont fait user de l'ABS dans l'achat de mes BD qui aujourd'hui est passé dans le JDP.
HS OFF

Autre parallèle, la presse, on la dit moribonde mais il n'y a jamais eut autant de choix en magasine, car il y a beaucoup de mag spécialisé, pour notre passion je ne citerai que ravage et jdp, dernièrement casus belli est ressorti, etc etc etc

Alors oui à long terme ça peut avoir un effet pervers notamment sur la création comme le soulignait quelqu'un où les éditeurs vont préférer des trucs plus grand public et qui ont un "succès" assuré plutot que des ET ludique pour éviter de prendre trop de risque, et encore j'en suis même pas sur, Il faut qu'ils sortent du lot justement! Mais aujourd'hui je ne vois pas encore cet effet et au contraire je vois des personnes qui vont chercher plus loin de bons jeux (je veux citer deux exemples parmi tant d'autres, Kong qui va "chercher" GOSU au Japon et Karis qui va en Australie pour Endeavor.)

Sinon j'avoue aussi avoir acheté des jeux , déballé et même pas fait une partie (la quète des terre du milieu), juste lu les règles car au final personne de motivé pour apprendre, et c'est ça qui freine plsu que tout (quoi que je pense avoir trouvé une victime :D). Mais ça ne me démotive pas dans les achats, un jour peut être et je préfère l'avori dans ma ludothèque ce jour là que le payer le double de son prix car plus dispo...
Maintenant on sort des jeux suivant les personnes qui sont là et le temps disponible, avoir un bon catalogue chez soit n'est pas négligeable car ça permet de mieux cibler et la multiplication des sortie le permet (bon on à 2h et on est 5, un petit jeu light, moyen, du lourd? ambiance, gestion? bluff? vous voulez faire une partie, 2 ? etc etc).

Multiplier les sorties permet d'agrandir ce choix et suivant les envies du moment (ici les jeux sortent par période, à un moment on va bcp jouer à tel jeu, puis 1 mois plus tard c'est un autre tout comme j'ai des amis qui ne jurent que par dominion à chaque fois qu'ils viennent manger à la maison).

Pour le moment cette multiplicité n'a pas "encore" d'effet négatif à mon sens mais justement me fait découvrir des jeux que je n'aurais jamais cherché auparavent (era of invention) et me rend aussi plus critique : la mécanique du jeu, le matos de bonne qualité, le thème, tous ces critères rentrent en ligne de mire pour un achat, un seul ne me conveint pas, je passe, de toute façon je suis sur de trouver mon bonheur.

Pour les "monomaniaque "(sans être péjoratif) qui veulent aller au bout d'un jeu c'est sur que voir les jeux défiler et se dire qu'on va devoir abandonner celui en cours qui n'a duré que 3 semaines c'est dur, pour ceux (comme moi) qui préfère multiplier les expériences et passent un bon moment autour de la table sans se demander comment gagner en optimisant a fond ses coups et bien c'est que du bonheur.

@+
Sandrine et Richard
Sandrine et Richard
Sans etre monomaniaque j'aime bien maitriser un tant soi peu un jeu avant de passer à autre chose.

Avec le nombre d ejeux qui sortent il est impossible de vraiment tester la plupart des jeux (tester veut alors dire +ieurs parties).
cyrilleu
cyrilleu
je ne suis pas monomaniaque, j'en ai rien a faire de connaitre les petit truc pour gagner, développer des stratégies ; mais j'aime profiter d'un jeu, faire beaucoup de partie pour avoir le sentiment d'avoir profité pleinement du jeu et avoir des expériences de jeu différentes sur le même jeu.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Maurice la Grammaire
Maurice la Grammaire
volute dit:
Faire une ou deux parties et puis passer à autre chose... ce n'est vraiment pas satisfaisant pour moi.
Je n'achète donc presque plus rien (à part les extensions des jeux que je possède déjà), et je me contente très bien de ce que j'ai.


Moi aussi, je regrette cet état de fait, et j'ai tendance à faire comme toi : acheter très peu désormais, sauf les extensions de jeux que j'aime.

Quelque chose disparaît aussi : les longues discussions sur la manière de jouer dans tel et tel jeu venant d'une pratique durant des années. Le vieux classique patiné que tout le monde connaît et apprécie - on pousse un ah! de satisfaction en le sortant (comme le vieux Mah Jong de grand-père, le jeu de tarot corné qui a vécu), et on attaque une partie tout de suite sans expliquer les règles. Toute une culture des variantes locales se développe, on joue en compétition ou en famille parce que le jeu a sa place, comme la télé dans le salon (pas chez moi mais...).

Enfin, vous voyez ?
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
volute
volute
cyrilleu dit:je ne suis pas monomaniaque, j'en ai rien a faire de connaitre les petit truc pour gagner, développer des stratégies ; mais j'aime profiter d'un jeu, faire beaucoup de partie pour avoir le sentiment d'avoir profité pleinement du jeu et avoir des expériences de jeu différentes sur le même jeu.


Pareil ! :)
Un bon jeu ça s'appronfondie. Du moins c'est mon approche.

J'aimerais bien savoir ce qu'en pensent les auteurs. Cela leur convient peut-être, que les joueurs jouent une fois ou deux à leur jeu et passent à autre chose ? Les jeux sont-ils conçus pour ça, une "consommation rapide" ? Ça ne me semble pas le cas mais je me trompe peut-être.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Maurice la Grammaire
Maurice la Grammaire
Philippe dit:
volute dit:
Faire une ou deux parties et puis passer à autre chose... ce n'est vraiment pas satisfaisant pour moi.
Je n'achète donc presque plus rien (à part les extensions des jeux que je possède déjà), et je me contente très bien de ce que j'ai.

Moi aussi, je regrette cet état de fait, et j'ai tendance à faire comme toi : acheter très peu désormais, sauf les extensions de jeux que j'aime.
Quelque chose disparaît aussi : les longues discussions sur la manière de jouer dans tel et tel jeu venant d'une pratique durant des années. Le vieux classique patiné que tout le monde connaît et apprécie - on pousse un ah! de satisfaction en le sortant (comme le vieux Mah Jong de grand-père, le jeu de tarot corné qui a vécu), et on attaque une partie tout de suite sans expliquer les règles. Toute une culture des variantes locales se développe, on joue en compétition ou en famille parce que le jeu a sa place, comme la télé dans le salon (pas chez moi mais...).
Enfin, vous voyez ?


Eh, volute, tu m'as refoulé en bas de la page 2 ! Personne ne va me lire !! :lol: :lol: :lol:
Mon top
Aucun jeu trouvé