Docteur Mops

Too many Cinderellas à Tokyo

Too many Cinderellas à Tokyo

Voici un des petits jeux présentés au dernier festival des jeux de Tokyo. Petit ? Oui vous savez ! Le minimal game design ou micro jeux ! Les auteurs japonais, amateurs ou pas, ont l’habitude de présenter des nouveautés lors des salons qui sont en édition très limitée. En fonction des réactions des joueurs, il sera alors temps de passer à une édition de plus grande envergure. Il existe d’ailleurs un chalenge dans ce salon, c’est de proposer un jeu à moins de 500 Yens. En gros à moins de 4,5€. Pas facile ! Ici monsieur Taikikennai de Taikikennai Games (oui…Oh moins c’est simple) a quand même dû passer aux 1000 Yens. Et encore, il a précisé que c’était un pris spécial salon. Forcément, dès qu’il y a plus de 16 cartes…

Default

« Too many Cinderellas » que l’on peut traduire par « trop de Cendrillons ! » est le cri de désespoir du prince qui réveille avec mal aux cheveux. Vous vous souvenez surement ! Hier soir c’était le grand bal et nous avons découvert… enfin surtout lui visiblement, une femme belle et radieuse surgit d’on ne sait où. À la minuit, hop ! La voilà qui disparaît ne laissant derrière elle qu’une délicate chaussure. De Vair ! Pas de verre… Vous imaginez marcher avec des chaussures en verre ? Tss ! Tss !

Forcément, le prince est un petit peu énervé et il voudrait bien retrouver cette créature divine pour lui dire deux ou trois trucs en tête à tête. C’est là que le drame se joue. D’une part, le prince est quand même un peu neuneu. Oui ! Il est gentil… mais bon. Il a une mémoire de linotte et est incapable de dire la couleur de sa robe, de ses cheveux, ce qu’elle aime… bref il avait surement un peu bu… D’autre part vous imaginez bien qu’un prince énamouré c’est un peu le jackpot quand on veut refourguer une des ses filles. Question situation familiale c’est bon. Ne voilà t-il pas que tous les bourgeois du coin veulent refiler leurs filles au prince étourdi mais riche. Forcément, il y a la queue… Trop ! Trop ! de Cendrillon ! Simone ! Tu mets ta belle robe et tu prends la file comme les autres ma fille !

Default

Nous sommes donc d’hideux bourgeois avides mais malins qui ont eu la bonne idée d’avoir une engeance femelle d’un âge pouvant correspondre aux soupirs du nobliau amnésique. Le truc c’est de faire passer notre fille pour LA Cendrillon. Mais la concurrence est rude.

Le jeu se compose d’un paquet de cartes représentant des créatures toutes de soie vêtue qu’on dirait de vraies princesses. Chaque joueur va recevoir quelques cartes et devra conserver celles qu’ils espèrent voir devenir de vraies Cendrillons.

Default

Le premier joueur choisit une des ses cartes et la pose bien visible sur la table à la vue de toutes et tous. Cette carte va nous donner des renseignements sur l’apparence de ce qui pourra être une vraie Cendrillon.

Sur une carte, on peut voir l’illustration de la charmeuse, la couleur de ses cheveux, son âge apparent, ce qu’elle aime boire et un autre de ses goûts. On peut voir également son rang de noblesse qui pourra faire la différence en cas de non résolution. Plus le chiffre de rang est petit plus la donzelle est de bonne naissance et aura ses chances. Mais attention ces renseignements ne servent que quand vous avez la carte en main. Là, on cherche une seule caractéristique qui est donc marqué en bas de carte. Du genre : Les cartes qui ont un verre de vin rouge ne sont pas des Cendrillons.

Default

Chaque joueur en prenant connaissance de l’info de la damoiselle va estimer si elle remplit ou pas les critères d’une vraie Cendrillon. Pour faire simple, il faut conserver les caractéristiques qui ressemblent aux cartes que vous allez conserver. Genre vous avez deux cartes qui picolent du rouge… C’est mal parti pour la rente familiale!

Chaque joueur se munit en secret d’un jeton vote et le place face cachée. On révèle : si un seul joueur à joué un jeton NON, la description est rejetée. Si tout le monde vote oui, on reconnaitra dans cette carte, les vertus d’une vraie Cendrillon.

On pratiquera ainsi jusqu’à une définition plus complète de la créature idéale. Attention, chaque joueur ne dispose que d’une seule utilisation du NON. Dans notre exemple avec nos deux filles œnologues tu m’étonnes qu’on a voté non ! Ben non ! La vraie Cendrillon aime le bon vin ! Alorrrrrs !

Default

Une fois les qualités de la belle définies, chacun va alors proposer sa propre Cendrillon qui lui reste en main. Si un seul joueur possède une carte remplissant toutes les qualités, la victoire est assurée. En ca d’égalité, c’est le rang qui fera la différence. Parfois, on pourra même proposer plusieurs Cendrillons (quel veinard ce prince !).

Alors ? Elle boit de la bière ou pas ? Du riz ? Elle est brune ? Noble ? Très jeune ? Attention certaines cartes ont des effets particuliers !

Pffff ! Pas facile d’être prince !

Default

Évidemment, pour le moment, ça ne sera pas très facile à se procurer comme jeu. Maintenant je sais que de plus en plus d’éditeurs francophones trainent sur les salons japonais. Alors ? Est-ce qu’il mange du riz cet éditeur ? Il est blond ? Vieux ? Mmmm ?

► Télécharger les règles en français : clic !
► Download english rules : clic !


Too many Cinderellas
Un jeu de Taikikennai
Illustré par Taikikennai
Publié par Taikikennai Games
2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Langue de la règle: Japonaise
Durée: 10 minutes
Prix: 1000,00 ¥


Default

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Too many Cinderellas
Too many Cinderellas
Par Taikikennai
Illustré par Taikikennai
2-4 10+ 10´
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Commentaires (1)

Default
deltajordan
deltajordan

Alors pour l'édition française on peut déjà oublier le principe de discriminer sur les boissons alcoolisées (à moins d'écrire la fameuse mention sur chaque carte) et sur l'âge ce qui pourrait donner l'impression que le prince cultive toute sorte de paraphilies honteuses. Après le mécanisme a l'air vraiment pas mal même si une partie me permettrait de comprendre la règle qui reste bien obscure à sa simple lecture.