Monsieur Guillaume

sapiens, monseigneur... Sauce Catch Up

sapiens, monseigneur... Sauce Catch Up

Dans la nuit des temps, il y avait eu la guerre du feu et rien ne semblait indiquer qu’elle était totalement terminée. Les tribus s’affrontaient et même la disparition de la tribu de Craô le Sage n’entamait pas les ardeurs à survivre à l’aurore de l’humanité. La horde de Gor elle-même voyageait sans cesse à la recherche de subsistance dans la vallée des chevaux. Ayla, quant à elle, avait rencontré le chamane du bout-du-monde vers les grandes falaises et lui avait partagé sa sapience étonnante.

Default

Non les nouveaux venus ne sont ni paléontologues ni hommes des cavernes ! C’est une toute nouvelle maison d’édition Catch Up Games qui s’est installée dans la région lyonnaise avec leur premier jeu : Sapiens de Cyrille Leroy,dont c'est aussi le premier jeu édité. A la tête de votre tribu, il vous faut migrer pour assurer la pérennité de deux de nos besoins primaires, les mêmes depuis des siècles : nourriture et abri.

Default

En ce qui concerne le jeu, nous aurons le plaisir de les accueillir pour une TTTV en ce 30 janvier 2015 et vous aurez ainsi tous les détails. Mais voilà de quoi faire saliver vos papilles ludiques : il s’agit d’un jeu de pose de tuiles sur un plateau personnel, avec condition et optimisation de pose, plutôt familial dans ses abords et semblant profond dans sa maîtrise.

Condition car comme à Carcassonne ou aux dominos, il faut que les tuiles correspondent à celles précédemment posées ; voire pour la cueillette (type de tuiles), ne se pose que sur une forêt (type de terrain) ; voire enfin pour les cavernes que le symbole (huit différents pour autant d’effet bonus) de la caverne corresponde à celui de la tuile.

Default

Optimisation car chaque scène (deux par tuile) nouvellement posée et connectée vous rapportera des points de nourriture (en forêt ou en plaine) ou des points d’abri (en caverne) et déclenchera son effet bonus.

Au final, c’est le plus petit de vos deux scores, nourriture ou abri, qui déterminera votre score final.

Dans la vallée, ohah, des mammouths, la lilala…

Dana, de la tribu de Manô

DefaultBien sûr, ça ne s’arrête pas là car les cavernes atteintes peuvent vous fournir des jetons Montagne qui seront des effets bonus supplémentaires. La gestion de ces mêmes effets bonus, au moment voulu par les jetons Montagne ou moins voulu au moment de la pose de tuile, fait tout le sel du jeu. Ces huit effet bonus sont des classiques : pose de tuile ou point de nourriture supplémentaire ; point de nourriture volé à l’adversaire ; échange de tuile ; récupération de jeton Montagne ; gain de points d’abri ; de jeton steak… de Mammouth à convertir en points de nourriture ou de jeton ours à poser pour gagner des points d’abri…

...et oui, envoyer les ours des cavernes se faire voir ailleurs, surtout chez les adversaires, sécurise vos propres abris.

Les illustrations "Craô" mignonne sont de Marc-Antoine Allard qui dessine là son premier projet ludique.

► Retrouvez ici une petite bio de Cyrille Leroy et de Marc-Antoine Allard

Elle avait rêvé : en suivant les ailes du renard, elle avait fait le grand voyage jusqu’à la caverne magique et Muta, fille des cavernes l’attendait pour lui offrir le silex noir qui lui ramènerait Jondalar, perdu avec Grite parmi les loups. Maintenant qu’elle avait un lieu pour se reposer et développer leur tribu, il faudrait explorer les environs en quête de proies à chasser et de fruits à cueillir. Peut-être deviendrait-elle une des enfants de la Terre ?

Default


Sapiens
Un jeu de Cyrille Leroy
Illustré par Marc-Antoine Allard
Publié par Catch Up Games
2 à 4 joueurs
10 à 100 ans
Langue de la règle: Française
Durée: 45 minutes
Prix: Non renseigné


Après avoir disséminé un certain nombre de titres de romans préhistoriques (je vous laisse trouver combien et lesquelles) voici pour ceux qui seraient intéressés un peu de lecture supplémentaire, avec des réponses de Sébastien, que je remercie pour le temps qu'il m'a accordé, mais avec l'aval de Clément, son compère, bien sûr !

Catch Up Games, l'interview

  • Comment en arrive-t-on à se décider à devenir éditeur ?...

Default

...On se retrouve autour d'un repas ? on invoque les grands anciens ?

Avec Clément nous ne nous connaissons que depuis 2012 mais nous nous sommes retrouvés assez naturellement sur ce projet après notre rencontre, par une envie, une trajectoire, et un goût pour la bière, assez similaires.

Ca fait longtemps (15 ans? 20 ans?) que nous sommes passionnés par les jeux, qu’ils soient sur un plateau ou vidéo. Ca fait assez longtemps également que nous avons chacun augmenté notre investissement dans ce domaine, en faisant nous-mêmes des prototypes.

Clément a pas mal participé au forum sur la création de Tric Trac (Clem42), à ce qui s’est organisé sur Paris autour des protos quand il y vivait, via Vassal aussi avec quelques personnes qui ont aussi monté des projets depuis dans le monde du jeu (Igor Davin, Gaetan Beaujeannot).

De mon côté ça fait un moment que j’espérais trouver ou monter un projet en lien avec le jeu, offrant un minimum de perspectives de professionnalisation. J’ai essayé de m’impliquer de plus en plus, sur Lyon, avec certains que l’on retrouve aujourd’hui dans la CAL. J’ai aussi eu la chance de participer à la rédaction de Plato Magazine à partir de fin 2011, jusqu’à ce que ce projet prenne forme et que cela ne devienne incompatible.

Les aspects éditoriaux d’un jeu nous intéressaient autant que ceux de pure création mécanique, nous nous sentions capables, ou au moins prêts à prendre le risque et à apprendre les différents aspects d’une activité qui nous semblait passionnante. Depuis longtemps je savais aussi que cela m’offrirait une meilleure chance d’espérer créer mon emploi, que la position d’auteur, malheureusement encore.

Pour l’instant nous ne pouvons tirer de bilan que sur l’aventure humaine, mais en tout cas la rencontre et le travail avec Cyrille, rencontré sur la recommandation d'un de ses enseignants dans sa formation de ludothécaire au FM2J à Lyon, par rapport à la qualité de son prototype, est une expérience passionnante. Nous lui sommes reconnaissants d'avoir choisi de nous faire confiance à ce moment-là alors que nous ne "sortions de nulle part". Tout aussi passionnant est le travail avec les autres auteurs, ainsi que la découverte des différents aspects de l’édition, et nous espérons pouvoir le prolonger autant que possible!

  • Pourquoi Catch Up Games, un gout du masque de catcheur ? Pourquoi le bandeau ninja sur le logo ?

Default

On arrive (heureusement) plus facilement à tomber d’accord sur les jeux que sur les noms avec Clément, aussi c’est assez dur d’expliquer le cheminement intellectuel super complexe derrière notre nom / logo.

Nous sommes restés un long temps sur la notion de fourberie, de “Sneak” (on aurait pu s’appeler Sneaky Games), ce qui explique le regard fuyant et le masque du logo. Nous trouvions l’association de notions marrante avec le nom définitif à l’arrivée. On pourrait aussi considérer que le catch up c’est ce dont on aura besoin pour rejoindre au score les nombreux acteurs déjà installés dans le monde foisonnant de l’édition de jeu :-). Ou bien on peut simplement considérer que Clément et moi partageons un goût un peu trop pronnoncé pour la boisson :-).

  • un prochain jeu déjà ?

DefaultNous travaillons activement à ce projet de maison d'édition depuis la deuxième moitié de 2012. Notre optique, et nous essayons de nous y tenir, est de commencer à travailler étroitement avec les auteurs des jeux qui nous intéressent un peu en amont d’une signature de contrat. Ceci afin d'éviter de se tromper / être sûr que les deux parties se retrouvent / minimiser le risque de garder un projet bloqué dans un contrat qui finirait pas ne pas être honoré.

Du coup, nous suivons quelques projets, dont certains depuis le début, d’auteurs avec qui nous avons créé une belle relation humaine, et que nous souhaitons toujours mener à terme même si cela demande un développement plus long.

En termes de certitudes, On est fixé sur le 2ème jeu que nous publierons, pour les environs d’Essen cette année, s’il est prêt. Il s’agit d’un jeu du toulousain Cédric Riehl, qui s’est fait un peu remarquer sur certains concours notamment pour un autre de ses prototypes: Si Vis Pacem.

Le prototype qui nous intéresse ici s’appelle Dar Al Islam (non définitif), un jeu de conquête asymétrique qui prend pour toile de fond les luttes d’influence dans l’Orient du 12ème siècle entre les 3 principales Dynasties musulmanes, les Croisés et les Assassins.

Un jeu clairement plus orienté gamer par sa thématique et sa complexité un peu plus élevée, qui nous a séduits par l’originalité (et l’ambition) du thème dans le paysage ludique et un système de jeu assez épuré. Il reste pas mal de travail mais on croit beaucoup en son potentiel et on est très excités par ce projet. On se fixe pour objectif de pouvoir l’amener à Cannes dans un état suffisamment représentatif .

  • Pourquoi Iello et comment s’est fait le rapprochement ?

DefaultDès le départ de la démarche il était clair pour nous que nous ne partirions pas à l’aventure sans sentir que notre choix était “validé” par un minimum d’enthousiasme de la part d’un distributeur.

Notre projet éditorial reposant sur des jeux variés mais dont le dénominateur commun est un peu “gamer”, on a rapidement ciblé Iello comme notre premier choix. Avec la chance, évidemment, qu’ils se soient montrés effectivement intéressés en retour. Iello nous offrait également des perspectives internationales directes, qui nous semblaient nécessaires par rapport à notre projet et nos in/compétences; Enfin leur position de “challenger”, leur taille, leur ambition nous semblait comparable à la nôtre.

Nous avons pris contact avec eux en mars 2014, immédiatement après avoir choisi Sapiens pour démarrer. Ces critères “a priori” de choix se sont de toute manière assez rapidement effacés derrière la qualité de la relation que nous avons trouvée, leur implication et leurs conseils avisés, par l’intermédiaire de Gabriel notamment, à des moments qui ont compté dans le développement de Sapiens.

Un grand merci à vous pour vos réponses... et un grand merci à vous, lecteurs, pour être parvenu au bout de cette expédition dantesque à l'aube d'une nouvelle maison d'édition.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (20)

Default
NicoLyon
NicoLyon

J'ai pu y jouer au Ludopole avec Seb. Très bon ressenti, beau matériel, fluide, malin... on l'attend, maintenant ! :)

AlexD
AlexD

C'est vrai ! C'est superbe, un très beau boulot.

Plein de bonnes ondes pour votre jeu.

Au plaisir… ;)

Jeux Opla
Jeux Opla

On a vu la boite finale hier et tripoté le matériel et c'est très très beau. Bravo les copains, et le tout comme souvent avec Seb le tout est à chaque fois entouré de discussions funs et intéressantes à la fois !

mistercyr
mistercyr

Merci pour ce sympathique article et l'intérêt et les encouragements de tous. Cyrille ;-)

LAuCoBa57
LAuCoBa57

Merci à Seb de m'avoir fait tester le proto pendant les fêtes ... on vous attend le pied ferme au festival d'Epinal :)

C'est que j'ai pas encore digéré ma courte défaite contre ma Dame

Cowboy Georges

Et avec Sapiens, est-ce qu'"on en apprend plus sur quelqu'un en 1h de jeu qu'en 10 ans de vie" ? :D

Ya-Vyemma
Ya-Vyemma

Perso, je le surveille depuis longtemps... moi vouloir jeu !

fred25
fred25

J'avais pu l'essayer plusieurs lors du dernier Octogones et j'en avais gardé de très bons souvenirs.

Bravo à vous 3 !

PetitRenne
PetitRenne

Découvert aussi en avant-première, calculatoire, opportuniste... fort apprécié !

Vivement Cannes ! Vous aurez quelques exemplaires ?

Jamouck
Jamouck

Voilà quelque chose qui me réjouit plutôt que la réédition enjolivée de Carcassonne. Sapiens apporte quelque chose de nouveau au jeu de placement qui me fait indéniablement saliver. Car j'aime entendre les échos de cette émulation créative qui a cours en France. Après avoir suivi la naissance d'Elemon Games en avril dernier, nous voilà rendus avec Catch up Games ; je fais le rapprochement car dans les deux cas l'un des créateurs est ludothécaire, c'est donc un métier de médiation qui appert être aussi un métier de création! (la formation dispensée par la FM2J comprend une unité sur la création de jeu, miam :) big up à eux et à la profession ludothécaire !