tapimoket

PAPER TALES, Toute une histoire en 4 tours

PAPER TALES, Toute une histoire en 4 tours

Il est très rare que je donne un avis dès le début de mes articles, mais PAPER TALES est un véritable coup de cœur pour moi ! Mais je vous laisse plutôt le découvrir... et je vous donnerais plus de détail sur mon avis à la fin de cet article.

 

PAPER TALES, c'est l'histoire d'un monde de "papier" où les seigneurs, incarnés par vous, vont tenter de s'imposer à travers le développement de leur royaume et les guerres. Vos sujets vont y naître, vous offrir leurs compétences, mais aussi y vieillir et disparaître. Toute une vie en seulement 4 tours, et c'est là, tout le challenge de PAPER TALES

 

Au départ, les finances sont pauvres. Pourtant, ce sont celles-ci qui permettront de recruter les sujets dont vous avez besoin. Il faudra songer à faire fructifier le trésor de notre royaume afin d'engager les meilleurs sujets parmi la population.

 

Un tour de Paper Tales débute par une phase de draft.  Chaque joueur reçoit 5 cartes, puis celles-ci passent de main en main pour choisir un personnage que l'on compte engager dans son royaume, on continue ainsi, jusqu'à ce que l'on ai fait passer toutes les cartes. Il faudra penser à pouvoir les payer en fonction de ses finances (Le prix étant indiqué en haut à gauche). Bien entendu, c'est aussi une méthode pour bloquer des personnages afin de ne pas les laisser trop facilement à ses adversaires.

 

Nos nouvelles recrues ont alors pris leur poste respectif, chacun à leur place. Nous avons aussitôt placé nos forces militaires sur la frontière.

 

La seconde phase du tour de jeu consiste à placer les cartes devant soi. Il y a 4 emplacements, deux en haut où pourra agir la force militaire, indiquée par le valeur dans le bouclier et deux places en bas, généralement utilisées pour la compétence du personnage (Cartouche en bas de la carte). Ces compétences s'activent généralement à certaines phases ou apportent des ressources ou de l'argent au royaume (Viande, Pierre, Bois, ...)

 

Les guerres étaient inévitables. Les seigneurs se livraient régulièrement des batailles pour imposer leur suprématie et en tirer la gloire.

La troisième phase du tour est la guerre. Une fois nos recrues révélées, les guerres vont s'enclencher avec vos voisins immédiats (c'est à dire le joueur à votre droite et votre gauche). Le principe est simple puisqu'il suffit de comparer les forces militaires de chaque camp (Les forces militaires sont données par les valeurs dans les boucliers des cartes placées en première ligne, plus les pouvoirs. Ici la valeur est de 8 puisque la manticore bénéficie d'un pouvoir qui lui ajoute 2 par viande présente) . C'est un point important, puisqu'une bataille gagnée accorde tout de même 3 points de victoire. Le problème est que les meilleures unités sont souvent les plus chères !

 

 

Alors que les guerres faisaient rage, le royaume continuait à produire et vendre. Il était temps, car les finances avaient bien baissées avec les derniers recrutements !

 

Après la phase de guerre, on reçoit alors de l'argent pour le tour suivant. On gagne au minimum deux pièces, mais certains bâtiments ou personnages permettent de gagner plus. C'est l'un des points également importants du jeu ! Car sans argent, c'est la misère !

 

Si on a construit un temple, on aura plus de revenus

 

Toutes les batailles n'empêchaient pas le le royaume de se développer et de s'étendre. De nouvelles battisses s'élevaient, ou on améliorait celles qui étaient déjà debout. Il fallait bien mesurer les finances car les terrains constructibles devenaient de plus en plus chers.

 

Dans Paper Tales, les joueurs peuvent ensuite, s'ils le désirent, construire un bâtiment ou en améliorer un, si les cartes posées apportent les ressources nécessaires. Il en existe 5, chacun apporte divers bonus selon les phases de jeu, Ainsi le temple améliore le revenu (au niveau 1) et les points de victoire en cas de victoire de guerre (au niveau 2). Posséder un bâtiment de niveau 2 est important puisqu'il permet aussi de poser une cinquième carte devant soi, parmi les forces de combat. A savoir également, que plus on construit, plus il faudra payer ! 

 

Le temps passait. Alors que chaque royaume tentait de faire valoir sa supériorité, années après années, la vie continuait...

 

La dernière phase de Paper Tales consiste à faire vieillir votre population. Une très bonne idée que l'on avait croisé aussi dans l'excellent "Descendance". Ainsi, vous aurez plus de mal à conserver les meilleurs cartes plus deux tours. En effet, à cette phase, on pose un jeton "âge" sur chaque carte devant soi et celles-ci vont "mourir" au tour suivant, si il y a déjà un jeton et meurent de suite. Sauf si bien sûr, on utilise des pouvoirs donnés par des personnages pour les maintenir plus longtemps en jeu.

 

Les générations se succédaient, toujours avec de nouvelles figures importantes, de nouvelles guerres, mais aussi un royaume en expansion...

 

Une fois les phases accomplies, on redistribuent 5 nouvelles cartes (on ne pourra en garder qu'une seule du tour précédent) que l'on drafte de nouveau. On peut recruter éventuellement de nouveaux personnages, quitte à en remplacer d'autres. Il faudra alors tenter d'avoir choisi la bonne stratégie entre les recrutements, la force militaire, la production et la construction, mais c'est là que toute la stratégie de Paper Tales prend place...

 

Après quatre générations, un seigneur a réussi à imposer sa force et sa puissance. Désormais, c'est lui le Grand roi légendaire de Paper Tales !

 

Ici le joueur a réussi à construire deux bâtiments de niveau 2, ce qui lui permet de mettre 3 cartes sur la première ligne.

Après 4 tours seulement, un décompte final a lieu pour ajouter des points gagnés par les constructions. Le joueur ayant le plus de points de légende remporte la partie

 

Un avis ?

 

Comme je l'ai indiqué au début de cet article, Paper Tales est un véritable coup de coeur. Il m'a séduit pour son côté à la fois minimaliste et riche. il combine à merveille de nombreux aspects de jeux : Le draft, la gestion de finances, de ressources, les combats et le renouvellement. A chaque tour, les choix seront cornéliens pour atteindre le bon équilibre entre toutes les phases du jeu. Chaque partie varie, puisque le tour va dépendre du tirage des cartes, des combinaisons et des coûts. Ainsi, un dragon, souvent trop cher au début d'une partie, pourra apparaître en fin d'une autre partie et être utilisé grâce aux revenus.

 

Dès la première phase, il faut faire un choix entre les cartes que l'on souhaite garder et laisser passer les autres au risque qu'un adversaire ne la prenne. Quelles sont les priorités, Comment combiner les cartes avec ce que j'ai vu passer, ou encore, dois-je laisser passer celle-ci que je n'ai pas besoin, mais qui serait terrible, si je la laisser à mon voisin...? Voilà toutes les questions que l'on se posera en prenant les cartes. Bien entendu, c'est à ce niveau qu'on se rendra compte que les finances sont très importantes. Mais prendre des personnages qui donnent de l'argent, c'est aussi faire des sacrifices sur d'autres compétences !...

 

Les combats sont très simples, mais c'est très important d'être le plus fort. En effet, Paper Tales ne se joue qu'en quatre manches et chaque victoire militaire donne 3 points de légende (Points de victoire), il est donc préférable de ne pas négliger sa force militaire. Seulement voilà, si on met tout dedans, on risque de s'écrouler sur le reste (Revenus, construction)

 

Enfin, les constructions coûtent un bras et pourtant, si vous les laissez de côté, vous n'aurez pas tous les avantages qu'elles procurent au long du jeu. Plus, vous allez tarder à créer des bâtiments, moins ils interviendront dans la partie, qui, je vous le rappelle, ne dure que 4 manches ! De plus, les coûts  sont progressifs. Plus vous construisez de nouveaux bâtiments, plus vous allez payer. Vous l'aurez compris, là aussi, l'argent aura son importance, mais les ressources aussi...

 

La dernière phase, celle du vieillissement viendra perturber vos plans. En effet, il faudra se faire à l'idée que des personnages, aussi puissants soient-ils, ne resteront pas indéfiniment en jeu. Ce sera d'autant plus rageant que certains vous ont coûté une fortune ! ... D'un autre côté, réussir à en maintenir en vie aura aussi son côté frustrant car, vous aurez le dilemme, lors du draft de le garder ou de le remplacer.

 

Bref, dans Paper Tales tout se tient et tout est en flux tendu, et j'adore ça ! Une partie ne suffira probablement pas pour en saisir les subtilités et le tirage des cartes apportent des variations entre les parties.

 

Côté Matériel, les illustrations sont dans un style que j'aime beaucoup et adaptées au minimalisme du jeu. On reprochera une piste de score un peu austère et le manque de sachets de rangement. Mais la mécanique du jeu compense amplement ces défauts.

 

Je ne vous le cache pas, c'est un de mes jeux préférés du moment.    

 

PAPER TALES - pour 2 à 5 joueurs à partir de 12 ans

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (4)

Default
adesco67
adesco67
Merci pour cet article. Tu as testé le jeu avec combien de joueurs ? Est il aussi bon à 2 joueurs ?
tapimoket
tapimoket
J'ai joué à 3 et 4
goupil
goupil
J'y ai joué à 2, et comme expliqué dans les règles il faut vraiment se familiariser d'abord avec les cartes avant de se lancer en duel : on a le double de cartes en main et même quand on commence à les connaître on peut se sentir un peu perdu (c'était pareil à Twelve Heroes quand on se lançait pour la première fois dans la "vraie" règle avec le draft), ça oblige à maîtriser le déroulement du jeu pour se projeter au moment de choisir ses cartes, et parmi 9 c'est plus compliqué que parmi 5. Pour le reste c'est aussi bon qu'à 3-4, avec plus d'analysis paralysis par chez nous ^^
Monsieur Guillaume
Avec un vrai plaisir à deux, celui de pouvoir contre-drafter tout en conservant des cartes pour soi... et comme le dit Germain dans son article (et goupil, ci-dessus), ça permet de faire de chouettes combos lorsqu'on commence à bien connaître les cartes