Moi c'est Madame ! Et TOC !

Moi c'est Madame ! Et TOC !
Madame Mathilde

 

    23 février 2020, Cannes. Nous sommes en train de ramasser nos dents récupérer de notre journée de 10h de stream avec Monsieur Guillaume, nonchalamment vautrés assis sur les marches d’un escalier du palais des congrès...? Si si, du palais des congrès, quand deux femmes s’approchent de nous. Elsa Miské nous parle de son podcast YESSS, tandis qu'Axelle Gay nous sort quelques cartes du jeu qui en est tiré, Moi c’est Madame. Le principe est intriguant, et je garde le nom dans un coin sur un post-it mental.

    12 septembre 2020, Paris, quartier Grands Boulevards. Dans un showroom du 10e arrondissement, sur fond de stickers, confettis et électro, je fais la rencontre de mes deux camarades de jeu pour la session test, Marine et Melody. Sacré changement de décor donc, mais je suis une femme de terrain s’adaptant aux situations les plus extrêmes : imperturbable, je prends place à la table.

   Alors, factuellement, Moi c’est Madame, c’est quoi ? Eh bien dans la mécanique pure, on se rapproche grandement d’un Cards against Humanity (EDIT : voir dangereusement, le contexte et les antécédents étant complexes et à couches multiples au vu des origines des CaH elles-même et de leurs rejetons-copies plus ou moins réussies qui en ont découlé en France et ailleurs). Une carte « Attaque » à laquelle chaque autre joueuse et joueur répond à l’aide d’une carte « Réplique » de sa main, la meilleure réplique est sélectionnée et remporte la carte attaque, puis la personne suivante dans l’ordre du tout pioche une carte « Attaque », et ainsi de suite. À cela s’ajoutent quelques règles supplémentaires : on peut toujours improviser une réponse, parfois même en s’ajoutant une contrainte d’interprétation. Et puis, on peut aussi demander de l’aide à ses camarades autour de la table si l’on est à court de répliques adéquates et d’inspiration. Enfin, certaines cartes sont des défis : de dessin, d’inventions… À la fin du jeu, point de gagnant-e, mais plutôt un « profil » qui nous correspond en fonction des icônes sur les cartes que l’on a remportées au cours de la partie.

 

Tric Trac

Fig. 1 : J'aimerais, ô ! J'aimerais avoir cette vivacité d'esprit.

   

    Voilà pour le côté factuel, causons maintenant retour d’expérience. L’une des devises du jeu est « d’entraîner les femmes à riposter contre le sexisme ». Pour être honnête, je ne me sens pas beaucoup plus entraînée qu’avant (ceci étant, je suis loin de partir de zéro). En revanche, trois gros points positifs pour moi :

D’abord, je trouve ça particulièrement savoureux d’utiliser une mécanique traditionnellement utilisée dans des jeux dits « transgressifs » afin de s'offrir un petit retour à l’envoyeur. Alors bien sûr, le sexisme n’est pas la seule transgression représentée dans ce type de jeu, et il ne s’agit pas de condamner le genre d’un bloc (je vous renvoie vers l’excellent EDITO de mon confrère Atom et de ma consoeur Shanouillette, qui traite ce sujet complexe de façon fine et documentée). Mais honnêtement, après mille répliques du genre « Une femme qui me fait un sandwich » autour d’une table hilare, voir passer un petit « Tu dirais la même chose à ta mère ? », ouais, y’a un côté catharsis qui fait (beaucoup) de bien.

Deuxièmement, comme il en est coutume avec ce type de jeux, les points, on s’en moque un peu. Les profils à lire sont très chouettes, mais ce sont des surprises à la fin de la première partie seulement : chacun-e lit le sien, on complète avec ceux qui n’ont pas été « gagnés » et on connait les 5 profils qui existent (dont les illus par Axelle Gay et le graphisme par Anaïs Bourdet sont magnifiques, au passage). Idem pour les répliques improvisées, les cartes Actor Studio ou les points de Sororité : je les prends comme des lignes de conduite intéressantes à tester lors de la première partie, puis une fois le concept appréhendé, on pourra se centrer sur ce que nous, en tant que groupe, on aime dans ce jeu.

 

Tric Trac

Fig. 2 : Sorcières, de Mona Chollet, mon bouquin numéro 1 de l'année 2019.

 

    Enfin, sur le côté « message à impact social » j’avoue n’avoir pu le constater de mes propres yeux, n’ayant joué qu’avec des personnes déjà sensibilisées au sujet. En revanche, ce que je ressens, c’est que le plaisir ludique étant bien présent indépendamment de tout message, il s’agit certainement d’un excellent vecteur pour ledit message puisque plaisant à expérimenter ! Et puis, pour nous autres les déjà-sensibilisé-e-s, le fait de savoir que ces répliques – tout comme le nom du jeu, sont tirées de faits et d’anecdotes réelles ne l’en rendent que plus jouissif. Une belle approche pour toutes et tous, donc.

J'ai passé un très bon moment ! J'y allais un peu à reculons, j'avais peur que ce soit un peu trop """agressif""" (avec beaucoup de guillemets), et en fait pas du tout. J'ai particulièrement aimé le côté improvisation, et sans y jouer tous les soirs non plus, l'utilisation de l'imagination et des éventuelles expériences personnelles était ce qui m'a le plus plu.

Melody Leblond

« C’est de la bombe ce jeu, on rit, c’est varié, instructif, empouvoirant et inclusif ! J’ai adoré !”

Marine Baousson

 

La campagne Ulule a été financée à 470%, et il est toujours temps de commander votre exemplaire sur leur page si vous êtes intrigué-e par le concept.

Toujours est-il qu'avec Melody et Marine, nous sommes sorties de là avec deux-trois belles répliques en tête et quelques moments d'anthologie, ce qui est fortiche quand on s'est rencontrées 2 heures plus tôt.

Merci à elles deux pour leur enthousiasme communicatif et leur sens de la répartie hors du commun !

Pour conclure, je vous lance un petit challenge supplémentaire, tiens, tiré du jeu original :

Carte attaque : "Félicitations pour ton bébé ! Dommage par contre, tu viens de signer la fin de ta carrière..."

Je vous laisse rétorquer vos plus belles répliques dans les commentaires !

 

Tric Trac

Fig. 3 : Mais est ce que quelque part, nous autres humains ne serions pas tous des protos de la vie ? 

 

Le photos illustrant cet article ont été prises par Florian Belmonte.

 

 

 

 

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

3Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (22)

Default
Cromkrull
Cromkrull
"Ma carrière te remercie. Sans toi, elle a gagné un meilleur avenir et mon bébé un monde meilleur. "
morlockbob
morlockbob
Alors "Bonjour SImone" on le met dans quelle case ?
Tom Vuarchex
Tom Vuarchex
- La différence entre le bon et le mauvais plagiat ? Ahahah, mais c'est évident, voyons !
Alors, tu vois, le mauvais plagiat, c'est un plagiat, mais vraiment en fait, sale, tu le reconnais tout de suite... et le bon plagiat, bah c'est sûr, c'est un plagiat aussi mais... comment dire, bin, celui-là il est bon, ça crève les yeux. T'as compris ? C'est pas compliqué quand même.
Max Riock
Max Riock
Pas de plagiat pour ma part dans ce jeu, il amène suffisamment de nouveauté dans la façon de répliquer qu'il en devient totalement unique ...
Y as-tu jouer ?
Madame Mathilde
Madame Mathilde
Un Edit s'est caché dans le texte de cet article suite à ce commentaire ma foi pertinent.
Tom Vuarchex
Tom Vuarchex
Jusque là, il me semble que l'équipe TT n'a fait aucun article sur le phénomène BMC et consorts, même si j'en devine certaines raisons, cela me semble quand même dommage. Que le site principal francophone parlant de JdS n'évoque pas la tendance mainstream principale du JdS français m'a toujours interloqué (que ce soit pour en dire du bien ou du mal d'ailleurs et même si, comme tu le dis dans ton edit, l'histoire est surement complexe à démêler). Avec cet article, tu ouvres une brèche, du coup ;)
Après, je comprends que l'on ait plus de complaisance avec une thématique qui nous parle mais le problème reste quand même présent.
J'avais également été surpris par l'accueil bienveillant qu'avait suscité le "Qui est-ce?" des femmes qui ont marqué l'histoire (la chose était d'autant ironique qu'il s'agissait d'un plagiat d'un jeu dont une des deux auteurs... est une femme).
Rodenbach
Rodenbach
Pour BMC il me semble bien que ça a été abordé par Phal dans les news !
Pour le qui est-ce, tu pointes un problème spécifique aux jeux "anciens" qui sont nés à une époque bien plus mal équipée sur le plan juridique, je pense. Du coup, existe-t-il des outils légaux pour contester les "emprunts" de ces jeux là...? Je pense également au puissance 4, au memory...
Antoinette
Antoinette
N'ayant jamais été victime de sexisme au travail, dans la rue ou les transports, je ne me sens pas concernée par l'objectif de ce jeu mais je comprends absolument le but recherché.
Par contre le côté de jouer avec de la répartie ça j'aime bien, j'aime même beaucoup ça dans le vie de tous les jours.
Comme pour Blanc-Manger-Coco et autres à tester une fois à l'occasion (pas plus car j'imagine que les sessions suivantes deviennent lourdingues).
Rodenbach
Rodenbach
Petit commentaire qui n'a rien à voir, aujourd'hui est le jour symbolique à partir duquel les femmes travaillent gratuitement jusqu'à la fin de l'année.
Max Riock
Max Riock
Un jeu qui mérite d'être essayé car comme moi, vous allez être vraiment surpris de tout ce qui se passe pendant une partie !! Ne vous arrêtez pas au thème et soyer curieux de jouer entre ami(e)s ! Joué, pledgé et adopté !
Nydhyana
Nydhyana
"Merci, félicitations à toi aussi pour ton avancement ! Cela m'attriste de comprendre que tu tires à vide..."
Madame Mathilde
Madame Mathilde
WOAH elle envoie celle là ! J'applaudis des deux mains :'D
Wolfwood
Wolfwood
J'avais juré ne plus commenter mais c'est un truc tellement immonde, sexiste, idiot que je ne peux faire autrement. On ose dire qu'il n'y a pas de message à impact social ? Vous êtes sérieux ? Le truc est totalement misandre, stigmatisant, on parle "d'attaquant" et j'imagine déjà que si on ose dire "j'aime pas" on va se prendre des "bouh, t'es un mysogine d'abord". Je suis peut être un crétin mais pour savoir si un truc est raciste, j'inverse les axes du sujet. Et je suis certain que si quelqu'un fait un jeu "Moi c'est monsieur" avec des vannes grasses, méprisantes pour les femmes, il se fait défoncer dans la minute. Et à raison! Mais là, bof, c'est aux mecs qu'on crache à la figure, donc on a le droit. On dira toujours "oui, mais bon, tu n'as pas compris" parce que forcément, si on est pas d'accord, on doit être éduqué. C'est un comportement minable et ça n'a rien à ficher dans l'univers ludique qui se doit, à mon sens, d'être rassembleur et pas excluant. Qui peut permettre d'apprendre, d'aborder des thèmes parfois sérieux ou durs mais qui se doit de le faire dans un esprit de pédagogie et d'ouverture, pas de propagande. Vivement la parité que certains et certaines chérissent tant. On pourra traîner les extrémismes du féminisme devant les tribunaux avec la même fougue que les salopards qui font du mal aux femmes. En attendant TricTrac, vous creusez votre trou avec tellement de zèle que ça fout les jetons mais bon... get woke, go broke.
Madame Mathilde
Madame Mathilde
"On ose dire qu'il n'y a pas de message à impact social ? " > Je cite mon propre article : "En revanche, ce que je ressens, c’est que le plaisir ludique étant bien présent indépendamment de tout message, il s’agit certainement d’un excellent vecteur pour ledit message puisque plaisant à expérimenter !" Il y a bien un message, je le confirme dans le texte, ne déformez pas mon propos svp.

"J'imagine déjà que si on ose dire "j'aime pas" on va se prendre des "bouh, t'es un mysogine (sic) d'abord". > Non.

"je suis certain que si quelqu'un fait un jeu "Moi c'est monsieur" avec des vannes grasses, méprisantes pour les femmes, il se fait défoncer dans la minute." > Ca existe déjà sous un autre nom et c'est dans les tops des ventes J2S en France.

"Qui peut permettre d'apprendre, d'aborder des thèmes parfois sérieux ou durs mais qui se doit de le faire dans un esprit de pédagogie et d'ouverture, pas de propagande." > Je suis d'accord. Notre point de désaccord. porte donc sur ce jeu en particulier, que je trouve pour ma part plutôt ouvert. Si vous l'avez testé, je veux bien savoir ce qui vous donne le sentiment d'un jeu "fermé" ou d'une "propagande" (la table à côté de la mienne pendant la session de jeu comportait 3 hommes et 3 femmes et ces messieurs semblaient passer aussi un bon moment !)

"En attendant TricTrac, vous creusez votre trou avec tellement de zèle que ça fout les jetons mais bon... get woke, go broke." > I guess we'll see ;)
bobbylafraise
bobbylafraise
Ce n'est qu'un jeu. Heureusement qu'il reste des espaces tel le ludique pour s'évader de la bienpensance des fois. Merci madame Mathilde pour cet article; On voit bien qu'il y en a qui n'ont jamais joué à "Junta" où il faut savoir sortir du jeu et de ses enguelades une faois qu'on a quitté la table. Un peu de recul de fois, merci.
bdrieu
bdrieu
Il faut avoir l'esprit sacrément tordu pour insinuer que ce jeu attaque les hommes dans leur ensemble (misandrie) alors qu'il dénonce le sexisme et le harcèlement « de rue ». Cela vous choque d'appeler un chat un chat et un harceleur un attaquant ? Moi pas.

Ah mais oui, c'est vrai « On peut plus rien dire™ ».

Pour ma culture, vous avez des exemples concrets d'extrémisme féministe causant des violences sur les hommes et qu'il faudrait traîner au tribunal ? Pour mémoire, 146 femmes sont décédées de violences conjugales l'année dernière en France, je pense que même les femens auront du mal à égaliser au score.
Max Riock
Max Riock
Personnellement j'y ai joué à Cannes, j'y allais presque à reculant (un jeu féministe, ais-je ma place ? Ne vais-je pas en prendre plein les dents ? ...) mais il faut bien admettre que j'ai adoré ma partie ...

Je pense que Mr Wolfwood n'y a même pas joué ... Du coup je comprend pas son commentaire ... C'est totalement ... débile ...

Alors j'ai pledgé et ce jeu je le recommande à tous et toutes !! Mais avant tout, comme pour tous les autres jeux, avant d'en parler, il faut y jouer ...
theaslan999
theaslan999
Je répond que par ce que tu as demandé des exemples pour ta culture, parce qu'en tant qu'homme je me sens insulté par les propos de Wolfwood. Mais si tu veut un exemple de maltraitent causé par une extrémiste féministe, il ya le cas de Titiou Lecoq, chroniqueuse pour l'obs et autrice, qui, par ce que c'était pas son tour d'amené son fils chez le médecin, à laissé l'otite de se dernier s'aggraver et lui percé le tympan.
bdrieu
bdrieu
Wow on parle quand même pas de la même chose.

De ce que je comprends de cette histoire, le père est tout aussi fautif que la mère d'ailleurs.
theaslan999
theaslan999
Sa reste de la maltraitance pour des idées. mais tu pourras en juger en écoutant ses propre propos, vue qu'elle s'en est venté au non de la cause...
Bertrand Lecomte
Bertrand Lecomte
« Je comprends que tu sois jalouse... La DDAS a mis son veto pour quels motifs déjà ? »
bdrieu
bdrieu
De la maltraitance pour des idées ? D'où tu as vu qu'elle fait exprès de martyriser son enfant parce que c'est un garçon ou parce qu'elle est une femme ? Où est-ce qu'elle indique qu'elle a volontairement laisser se percer l'oreille de son enfant ? Tu sors ses propos largement de leur contexte, elle ne parle d'ailleurs pas de cause mais de son propre couple (et exprime plus de regrets et de colère que de vantardise).

On peut interpréter ses propos dans le sens qu'on souhaite, mais factuellement, ce qu'elle dit c'est qu'elle a chargé et rechargé son époux de s'occuper POUR UNE FOIS de son enfant et que ce dernier ne l'a pas fait. Les accusations de maltraitance à son égard me semblent du coup pour le moins … cocasses.

Et je le répète, on ne parle pas de la même chose. J'attends toujours les nombreux exemples de Wolfwood de violences féministes impunies.