Docteur Mops

Letnisko, passons le week-end en pologne

Letnisko, passons le week-end en pologne

Comme nous nous disions que par les temps qui courent il n’y avait pas assez de nouveautés ludiques en langue françaises… Oui c’est de l’ironie. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas aller dégoter quelques petits jeux chez nos voisins comme ce « Letnisko » qui nous vient de Pologne.

Le jeu est signé de monsieur Karol Madaj et a été présenté au dernier salon d’Essen par l’éditeur Gry Leonardo qui avait su nous séduire en 2010 avec son « Magnum Sal » (moyenne 9,01/10). Il faut dire que jouer des ouvriers d’une mine de sel polonaise nous transporte tout de suite loin du train train quotidien. Vous noterez cette habile transition puisque « Letnisko » nous parle de la ligne ferroviaire d’Anin-Otwock dans la région de Letnisko-Falenica en Pologne donc.

Si vous ne connaissez pas, vous serez tout excusé et vous noterez que l’éditeur polonais ne fait vraiment aucun effort côté mondialisation des thèmes et nous aimons ça.

Default

De fait, cette ligne a connu son heure de gloire dans les années 30. C’était un peu notre nationale 7… La ligne vers les vacances.

Dans le jeu nous ne sommes pas du tout des vacanciers mais de laborieux entrepreneurs du tourisme. Ces trains qui arrivent en gare remplis de touristes parlant polonais ou yidiche est une manne potentielle de richesses.

Le jeu se présente essentiellement sous forme de cartes qui formeront à chaque tour de jeu un plateau amovible. Au centre de la zone de jeu seront exposées les cartes correspondant aux investissements et celle de la banque : les bons zloties.

Default

Tour autour une guirlande de cartes représentera le train ; la loco et les wagons qui seront bientôt chargés (ou pas) de voyageurs.

C’est le week-end

Au début de chaque tour, on va retourner la carte de la nouvelle locomotive car c’est elle aussi qui va indiquer quel temps il va faire ce week-end. Il existe 6 types de météos qui vont de la tempête au grand soleil. Et cela va avoir une incidence directe sur le nombre de vacanciers dans le train qui arrive en gare. Suivant les cas, il n’y a personne u vraiment plein de gens. Une des cartes de beau temps, peut indiquer également que nous sommes en période d ‘examens et là ce n’est pas la peine de compter sur l’arrivée des étudiants.

Default

Bienvenue chers touristes !

Il existe plusieurs types de populations. En bas de l’échelle sociale : les étudiants. Pas bien riches mais ils ne craignent pas la pluie. Les convalescents qui viennent se retaper au bon air de la campagne et enfin les mondains, riches mais frileux.

La nature de ces touristes leur fait préférer des types de villégiatures différentes. Les étudiants aiment les chalets et les villas, les convalescents apprécient villas et pensions de luxe tandis que les mondains ne fréquenteront que les pensions.

Pour évaluer le nombre de touristes d’un week-end, on regardera le parc immobilier possédé par l’ensemble des joueurs. Ainsi, un week-end avec éclaircies attirera 1 étudiant par chalet construit et un convalescent par villa construite.

Default

Action !

Une fois le train en gare, les joueurs passent à la phase action. On retrouve ici le bon vieux principe de placement d’ouvriers. Chaque joueur dispose de 2 pions qu’il va placer sur les cartes permettant de revendiquer les actions qui l’intéressent. Un des joueurs pourra posséder un troisième pion bonus pour une action supplémentaire.

On peut donc :

  • Accueillir des touristes en allant les chercher au pied d’un wagon à pied ou en voiture
  • Recevoir un paquet du conducteur de la loco
  • Investir dans la construction d’un des trois bâtiments
  • Aller à la station d’essence pour faire le plein de la voiture

Accueillir des touristes permet de prendre les cartes touristes d’un wagon ou de deux si l’on possède une voiture. Un seul joueur peut accueillir à la fois un wagon. Les touristes iront ensuite se loger dans les bâtiments du joueur, chassant par là même ceux qui étaient présents qui payeront leur pension à ce moment. Il faut respecter les désirs de chacun.

Recevoir un paquet permet à tous les joueurs qui le désirent de toucher 100 zloties.

Investir va permettre de construire un nouveau bâtiment ou d’acheter un terrain constructible.

On peut investir à plusieurs sur un même type de bâtiment mais plus on « mise » tard, plus le montant à payer sera important. Ainsi le premier joueur à bâtir un chalet devra payer 100Z, les deuxième 200 ; le troisième 300 et ainsi de suite.

Un joueur pourra décider de mettre deux pions sur un même endroit. S’il est seul sur la carte, le coût est gratuit, à plusieurs, le coût est réduit.

Faire le plein permettra d’utiliser à nouveau la voiture.

Default

Et comment gagne t’on ?

En fin de partie après 12 tours (10 à 5 joueurs), on fera le compte final.

Chaque 100 zloties rapporteront 1 point de victoire. Les chalets 2, les villas 3, les pensions 5 et le pion président de l’association du tourisme (qui récompensera les investisseurs les plus rapides) en rapporte 5 également.

Les voitures et les terrains vides ne comptent pas en fin de partie.

Ca vous plait ?

Pour le moment le jeu ne se trouve que dans les boutiques faisant de l’import et les règles sont en polonais et en anglais. Normalement, une traduction française est en cours de travail et elle devrait être fournie avec les boîtes qui seront distribuées par Oya en France. Est-ce qu’une version française verra le jour ? Au moment où j’écris cet article, cela ne semble pas d’actualité mais qui sait ?

Téléchargez les règles en anglais/download english rules : clic !


"Letnisko"
Un jeu de Karol Madaj
Illustré par Urszula Michalska
Publié chez Gry Leonardo
Distribution : Oya (Bientôt en France)
Pour 2 à 5 joueurs dès 8 ans
Public : amateurs et connaisseurs
Durée : 45 min
Prix : dans les 15€
Disponible : de suite dans quelques boutiques
Langue : polonais, anglais


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (1)

Default
Arbre2vie
Arbre2vie

Graphisme très sympa.