Monsieur Phal

Jungle Speed vs Jungle Jam, le jugement !

Jungle Speed vs Jungle Jam, le jugement !

Deux ans et demi ! 30 mois, c’est le temps qu’aura pris la procédure lancée par les auteurs de « Jungle Speed », Tom Vuarchex et Pierric Yakovenko, contre « Jungle Jam », une copie sans auteur. Car oui, on peut utiliser le terme de copie puisque le jugement est tombé. Paf. « Tu ne copieras point et rends les sous que tu t’es faits. ». Oui.

Là où certains se diront qu’il ne s’agit que d’une histoire de gros sous entre grosses sociétés, les plus fins analystes verront un joli bouleversement dans l’acte de création ludique.

D’abord, pour commencer, parlons argent, comme ça ce sera fait et on passe à la suite. En gros, Joue Club, qui vendait « Jungle Jam », se voit condamné à verser à Asmodée (détendeur des droits depuis 2003) la somme de 45 000 € à titre de dommage et intérêts. Pour couper court aux « Ha tu vois que c’est pour l’argent, salaud de capitaliste », il faut savoir qu’Asmodée va donner cette somme à l’Association Mond'Action qui, parrainé par « Jungle Speed » depuis pas mal de temps, gère, entre autres, un orphelinat à Bamako (cliquez là).

Mais là où la chose est vraiment extrêmement intéressante, c’est la jurisprudence de l’analyse de la justice à base de loi. Oui. Car il s’agit de la première reconnaissance par la justice française de contrefaçon dans le monde du ludique tel qu’on en parle sur Tric Trac. Il est à noter qu’il est fait état dans le jugement produit le 6 mai 2010 que les deux auteurs avaient pour preuves des enveloppes Soleau pour dater la règle, que la partie adverse a essayé de faire démontrer que « Jungle Speed » fonctionnait comme « Zuma », possédant des totems et sortie avant, ou le jeu « Schnipp schnapp » pour une histoire de cartes qui seraient comme mais pas pareil. Mais le tribunal a bien analysé les règles, le matériel et en a déduit des tas de choses comme le fait que « Jungle Speed » est original et qu’il, c’est important l’air de rien, « résulte d’un effort créatif certain » ! Oui madame. Un effort créatif. La justice, la jurisprudence le dit, Madame. C’est sans doute la première fois en France que des auteurs de jeux sont reconnus officiellement comme des créatifs.

Bon, pour rassurer tous ceux qui ont peur pour leur futur jeu qui va tout déchirer dès qu’il aura trouvé un éditeur, la contrefaçon est très très rare dans le domaine ludique. Cette affaire montre surtout que s’il y a contrefaçon, c’est sur de gros gros succès, et que la justice est attentive aux éléments, mais aussi aux règles du jeu…

Bravo à Monsieur Thomas et Monsieur Pierric pour leur entêtement, ils ont portés « Jungle Speed » à bout de bras durant des années, fabriqué les premiers exemplaires à la main, fait le tour des bars pour des démos, et le ludique en France doit beaucoup à leur jeu. Oui, n'ayons pas peur de l'affirmer, si pas mal de gens ce sont mis à jouer autour d'un table, c'est aussi grâce à « Jungle Speed ». Ils méritent ce succès et ce jugement.


* l'Image d'illustration vient du forum de TT et est proposée par Thomas Vuarchex

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (70)

Default
Lepetit
Lepetit

Ben la preuve est faite qu'ils le sont plus qu'Asmodée en tout cas... Les plagiats de Space Hulk, Blood Bowl, Warhammer et 40 K, Necromunda, ça pullule, c'est sur... A moins que ce ne soit qu'une sorte d'hommage...

En tout cas si cela donne des idées à d'autres, les tribunaux ne sont pas prêts de désemplir : les auteurs de Bananagrams vont attaquer ceux de Mixmo, et ceux de Loups Garous ceux de lupus in tabula... pour les exemples les plus évidents...

genesteal
genesteal

Yaourth, je ne parlais pas de la commercialisation d'un Jungle Speed-like par GW mais si cette affaire leur donneait l'idée de poursuivre leur concurrents pour plagiat... car ils sont loin d'être "souple" chez GW.

kodama
kodama

Vite vite! 69e commentaire, je me devais de le faire!

Et un grand merci à Bony qui me fait rire, tout en finesse.

mrshadow
mrshadow

c'est "Sain". remarque saint colle assez au sujet ; )

mrshadow
mrshadow

Ahhhhh ! quel plaisir (chaque fois renouvelé) que de lire les commentaires de chacun. Ce qui n'est qu'une news somme toute intéressante mais sans plus, vire toujours (dès que l'on dépasse les 30 commentaires en moyenne) vers une joute verbale et ludique des plus drôles. Merci à tous les intervenants de faire fonctionner mes zygomatiques de la sorte. C'est saint ! Merci à M. Phal pour cette liberté de parole : )

PS : bonheur suprême et de plus en plus rare sur d'autres sites, même si de temps à autre on y fait des "fottes" (blague), ici, pas de langage en SMS des plus laids !

le Polack
le Polack

Moi je n'ai rien à dire mais je voulais participer !

duinhir
duinhir

Une bonne nouvelle pour la communauté ludique que la création de jeu soit reconnue comme, justement création. on progresse

Sparrow
Sparrow

Hé bien, bonne nouvelle pour tous les créateurs qui tremblent pour leurs oeuvres en France !

Maintenant ne rêvons pas trop quand même : en France et dans le monde, il y a justice et justice. Asmo réussit un très bon coup en mettant la punition d'un plaggia sous les projecteurs, mais m'est avis que les petits créateurs inconnus ont encore un long chemin à faire avant de pouvoir faire reconnaitre leurs droits.

Pour résumer : bravo à Asmo... et courage aux autres , la route est encore longue !!

Ah oui, le don ? ben moi quand j'ai des sous qui me servent pas il m'arrive aussi de donner.

Tom Vuarchex
Tom Vuarchex

@cristovao

Alors oui, moi aussi je regrette de ne pas remonter plus en amont.

Cela dit, on peut s'imaginer que Jouéclub ne va pas prendre des coups sans demander des comptes à son fournisseur Filsfils, la société qui lui a fournit les Jungle jam...

cristovao
cristovao

Pour avoir lu d'autres brèves et posts sur le sujet je trouve vraiment dommage ( en dehors de l'énorme bourde de la SAJP de vendre le produit) qu'il n'y ai pas eu procès AVANT contre le distributeur/fabriquant d'origine et que celui ci ne soit pas mentionné dans cette histoire.

La tête de Jouéclub est coupable d'avoir vendu le produit à grande échelle mais ceux qui leurs ont fourni le jeu et qui le fabrique semble hors de causse dans cette histoire, mais j'espère qu'ils sont également poursuivi.