jeuxnco

[JeuxNco.org] Interview de NERIAC

[JeuxNco.org] Interview de NERIAC

On lui doit les personnages illustrés sur le tout dernier bébé chez YSTARI, en collaboration étroite avec Arnaud DEMAEGD, 'Les Mousquetaires du Roy', un des jeux coup de coeur de cette année 2010 ! Et c'est signé NERIAC ;-)


Jeux’n’CO : Peux-tu te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?

Neriac : C'est-à-dire pas mal de monde, en fait…
Pour l’instant, dans le monde du jeu de société, je n’ai fait qu’une seule contribution, puisque j’ai réalisé la couverture et les illustrations des Mousquetaires du Roy, le prochain Ystari (en collaboration avec Arnaud Demaegd, qui a réalisé les décors).
J’aime beaucoup le domaine de l’illustration de jeux de société. J’espère être à nouveau sollicité. On verra bien…

Jeux’n’CO : Quel parcours as-tu suivi pour devenir illustrateur dans le monde du jeu ?

Neriac : En fait, je n’ai pas eu de parcours au sens classique du terme.
Je suis entièrement autodidacte : j’ai toujours dessiné, aussi loin que je me souvienne (plutôt à base d’univers imaginaires) mais pour des raisons personnelles, j’ai dû faire le choix d’une autre orientation professionnelle, m’obligeant à garder le dessin comme hobby. Mais ce n’était pas satisfaisant : on ne résiste pas impunément à une passion. Je pense que beaucoup de dessinateurs sont dans cet état d’esprit : dessiner, c’est beaucoup de travail, mais c’est aussi une nécessité, une sorte de besoin impérieux.
J’ai donc commencé à travailler sérieusement sur plusieurs projets. En ce moment, je suis en train de mettre la dernière touche à un livre pour enfants.
Pour les Mousquetaires du Roy, il se trouve que je connais bien Cyril Demaegd, le patron d’Ystari (entre autres choses, nous avons beaucoup joué ensemble aux jeux de rôle).
Il connaissait donc ma façon de dessiner et comme il cherchait un illustrateur pour travailler avec Arnaud sur les Mousquetaires, il m’a demandé de lui proposer quelques esquisses.
Il m’a parlé un peu du style qu’il recherchait, j’ai essayé deux-trois trucs et il a trouvé que ce que je faisais était dans l’idée de ce qu’il cherchait… voilà.
J’ai eu beaucoup de plaisir à dessiner les personnages du jeu… j’espère que mon travail plaira aussi à ceux qui joueront.

Jeux’n’CO : Comment définis-tu ton univers artistique ?

Neriac : Ça, c’est compliqué, parce qu’en fait, j’aime beaucoup le changement.
J’aime bien faire de tout : du dessin typé « fantasy », de l’aquarelle, du dessin pour enfant, des trucs plus humoristiques…
J’aime bien travailler pour une commande, créer un dessin pour répondre à une attente : en fait, le truc que je trouve sympa, c’est de coller au « cahier des charges » tout en apportant sa propre coloration, sa propre personnalité.
Après, est-ce que j’ai un style ?... j’espère que oui, et en même temps, je n’aimerais pas qu’il soit omniprésent, trop systématique en quelque sorte…
En fait, j’espère progresser chaque jour (j’en ai bien besoin) mais être quand même toujours en recherche graphique dans 20 ans…

Jeux’n’CO : Peux-tu nous parler de tes principales sources d’inspiration ?

Neriac : Eh bien comme tout le monde, je pense, je suis imprégné de ce qui m’entoure.
En peinture, j’aime beaucoup la renaissance italienne et l’art nouveau.
En dessin, j’ai dévoré beaucoup de BD. J’y suis très sensible à la « mise en scène », à la narration visuelle. J’admire à des titres divers des dessinateurs aux styles très différents (Juillard, Loisel, Vicomte, Moebius, Guarnido…)
En livres, ce qui m’a bercé enfant a sans doute pas mal influencé mon univers imaginaire.
J’ai eu la chance qu’on me lise Bilbo le Hobbit avant même que j’apprenne à lire. Ça marque…
Par la suite, j’ai dévoré les romans d’aventure classiques (l’Ile au trésor, le Dernier des Mohicans, Quentin Durward…), les romans du cycle arthurien… et puis bien sûr, la science fiction et la fantasy.
Le Seigneur des Anneaux occupe une place à part. Je ne sais plus combien de fois je l’ai lu depuis mon enfance (plus de 10, en tout cas), mais je sais que j’en ai des images mentales très fortes (du Silmarillion également) qui ont imprégné beaucoup de mes dessins.

Jeux’n’CO : Es-tu toi-même un passionné de jeux ?

Neriac : Disons que j’aime jouer et que c’est un univers que je redécouvre.
A la base, j’étais plutôt rôliste. J’ai longtemps sévi (en tant que joueur ou MJ) à des jeux comme l’Appel de Cthulhu, Légendes celtiques, Légendes de la Table Ronde, AD&D, Rêve de Dragon, Ambre, et encore beaucoup d’autres… mais surtout , j’ai fait des campagnes de plusieurs années dans l’univers de Tolkien, avec un mix de Merp et de Rolemaster. Je me souviens que j’avais aussi conçu des règles et un système de résolution de combat assez particulier pour jouer dans des univers que j’inventais.
En dehors des jeux grand public, mon contact avec les jeux de plateau s’est longtemps limité à mes souvenirs de lointaines parties de Fief, Talisman, Risk et autres jeux de l’époque.
J’ai redécouvert le monde des jeux de société en deux temps.
Dans un cadre familial d’abord (Jungle Speed, Time’s up, Rythm n’ Boulet ont par exemple beaucoup de succès avec les enfants, les amis et les enfants des amis…), puis depuis un an ou deux grâce à ma collaboration avec Ystari. Je remarque depuis que mes affinités ludiques me portent davantage vers des jeux stratégiques, si possibles avec un thème immersif. Bref, je suis à l’affût de tout ce qui sort, je traîne sur Tric Trac… je crois bien que le virus m’a pris. C’est grave, non ?

Jeux’n’CO : Quels sont tes futurs projets ?

Neriac : Essentiellement continuer à faire de l’illustration.
Sinon, j’ai quelques autres projets en cours, dont mon livre à finir. Il s’agit d’un univers pour les enfants, avec un personnage récurrent. J’ai plusieurs histoires déjà écrites, que j’avais inventées pour ma fille. Il faut que je finisse les illustrations de la première.
J’ai un projet BD qui commence à se dessiner également.
Mais comme je le disais plus haut, j’ai adoré travailler sur le projet des Mousquetaires et j’aimerais beaucoup être sollicité pour illustrer un autre jeu... Créer un univers graphique pour coller à l’ambiance voulue par l’auteur et l’éditeur, c’est vraiment intéressant.

Jeux’n’CO : Je te remercie au nom de l'association Jeux’n’CO pour le temps que tu m’as consacré et je te laisse le mot de la fin.

Neriac : C’est plutôt à moi de te remercier.
Beaucoup de plaisir ludique à tous les habitués de Jeux’n’CO et à bientôt, j’espère.

Sinon, le mot de la fin, il me semble que c’est « zythum »…


Retrouvez toutes les interviews de Jeux'n'CO sur :
www.jeuxnco.org

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires

Default