Docteur Mops

Il était une fois une forêt et ... un jeu

Il était une fois une forêt et ... un jeu

Tout a commencé un jour au Parc des Oiseaux de Villars-les-Dombes où Luc Jacquet était parrain d’une expo. Luc Jacquet ? Vous ne vous souvenez peut-être pas de son nom mais si je vous dit « La marche de l’empereur » cela vous permettra de resituer ce réalisateur écologiste. Il n’a bien sûr pas fait que ça et d’ailleurs il prépare son prochain long métrage pour le 13 novembre prochain.
Son titre est déjà connu : « Il était une forêt ».

Son film sur la marche de l’empereur était le fruit d’une rencontre avec Paul-Émile Victor, celui-ci nous vient d’une autre rencontre, cette fois avec Francis Hallé qui n’est autre qu'un des pères du radeau des cimes dont vous avez déjà dû voir les images spectaculaires. La première rencontre entre les deux hommes se fait en 1989 tandis que Francis Hallé préparait un inventaire de la forêt amazonienne. À l’époque ce survol était considéré comme une atteinte au secret défense du Brésil dont l’armée avait confisqué tout le matériel et le fameux radeau des cimes.

Default

Le radeau des cimes

Petite ellipse qui nous amène en 2010 où les deux hommes tournent un court métrage du titre « c’était la forêt des pluies ». C’est en Guyane que nait le projet du long métrage. Celui commence en juin 2011 en partenariat avec les sociétés Disney Nature et Bonne Pioche. L’objectif est presque ahurissant : montrer la naissance d’une forêt de sa première pousse à la majesté des géants de la canopée avec cette intrication fabuleuse de la vie qui foisonne partout.

Dans le Parc des Oiseaux seront tournées des scènes macroscopiques. C’est un autre passionné qui vient à la rencontre de Luc Jacquet en presque voisin : Florent Toscano, auteur et responsable des Jeux Opla, une petite maison d’édition connues pour ses engagements écologistes et éco responsables et bien sûr distribué par Paille.

Default

Luc Jacquet et Francis Hallé - Photo Wild Touch

Florent Toscano est un admirateur des deux hommes et décide de les contacter presque naïvement en expliquant son travail et sa passion. Et c’est tout aussi simplement que l’accord lui est donné de faire un jeu sur le film. Autant vous dire que Luc Jacquet est assez regardant sur la façon dont sont fait les produits dérivés et que tout manquement à ce qu’il pense être du respect de l’environnement est envoyé se faire voir ailleurs.

Je ne puis regarder une feuille d'arbre

sans être écrasé par l'univers

- Victor Hugo

Dès lors, il faut aller assez vite pour que la sortie du jeu puisse coïncider avec celle du film. Florent Toscano décide de travailler avec David Boniffacy (ancien complice) qui assurera les illustrations du jeu. À ce moment là monsieur Florent n’a pas encore vu le film, il le verra plus tard lors de l’avant-première privée destinée aux partenaires. Il verra presque avec angoisse étant déjà engagé dans le projet et même si celui-ci ne peut rivaliser avec les 35 techniciens et artistes du film et tous les risques pris par le réalisateur.

Il en ressortira touché. Personne ne regardera plus un arbre de la même manière après avoir vu ce film nous confira t-il.

Default

Et ce jeu alors ? Il entre dans la gamme habituelle où nous trouvons déjà "Pom Pom" et "Migrato". Un petit jeu, facilement abordable donc.

À nous de faire le boulot de la nature et de présidé à la création de la plus belle forêt. Le destin se chargera de certains éléments, la tactique d’autre car c’est un jeu. Laissons le s’en expliquer lui même :

Comment ça se joue ?

Chaque joueur pose devant lui sa carte Début de forêt. Toutes les autres cartes sont mélangées ensemble et disposées faces cachées en 5 tas (on ne sait donc que l’étage auquel correspondra la carte).

Chaque joueur pioche 3 cartes dans les pioches de son choix pour constituer sa main. A son tour, le joueur va jouer une carte dans sa forêt (dans un emplacement vide ou bien par-dessus une carte déjà en place pour la recouvrir) et en donner une à l’adversaire de son choix, qui sera lui obligé de la jouer immédiatement dans sa forêt. Le joueur actif, qui n’aura donc plus qu’une seule carte en mains, en pioche 2 dans les pioches de son choix (où on ne voit que le dos des cartes, n’indiquant donc que l’étage de la forêt auquel correspondent les cartes). C’est ensuite au tour du joueur à sa gauche, qui procède de même : il joue une carte dans sa forêt, en donne une au joueur de son choix qui la joue tout de suite, et en pioche 2… Attention, on ne peut commencer une nouvelle colonne que lorsque la précédente est terminée.

Comment ça gagne ?

A la fin, quand il n’y a plus de cartes en jeu, chaque joueur compte ses points comme suit, dans l’ordre :

+ 3 points par colonne complète.
- 1 point par colonne incomplète.

Ensuite, on défausse de notre forêt les cartes des colonnes incomplètes et on poursuit le comptage en tenant compte uniquement des colonnes complètes :

+ 1 point quand le nombre d’animaux d’une espèce correspond au nombre de colonnes complètes de notre forêt.
- 1 point par endroit dégradé (présence de la tronçonneuse).

Le joueur avec le plus gros score l’emporte !

Variantes

Il existe une variante semi coopérative à 4 joueurs, ainsi qu’un mode de jeu solo.

En plus !

Dans le livret, en plus de la règle, on trouve une dizaine de pages avec plein d’infos qui permettent de découvrir la forêt tropicale, avec une bibliographie. Francis Hallé a vérifié tout ça. D’ailleurs, les cartes du jeu permettent de construire une forêt tropicale, oui, mais avec une certaine unité, car il s’agit majoritairement d’essences que l’on trouve au Gabon, avec notamment le plus bel arbre de tous, le Moabi, qui est l’arbre principal du jeu, comme du film…

Vous savez tout ou presque ...

► Site de l'association Wild Touch
► Un article sur le film sur l'Express.fr
► L'annonce du jeu sur le site des Jeux Opla
► Un article sur le film sur le Mag Outremer


"Il était une une forêt"
Un jeu de Florent Toscano
Illustré par David Boniffacy
Publié chez Jeux Opla
Distribution : Paille
Pour 2 à 4 joueurs dès 7 ans
Public : Tout
Durée de partie : environ 15 min
Disponible : 16 octobre 2013
Prix conseillé : 15€


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (5)

Default
Max Riock
Max Riock

Mais un GRAND MERCI à Florent, Opla et Paille qui réunissent mes 2 passions, les jeux et la nature ! On joue déjà pas mal avec Migrato et "Il était une forêt" semble suivre la même voie : éco-conçu, magnifique illustration, ... Il rejoindra, je n'en doute pas, ma ludothèque !

Mokoni
Mokoni

J'aurais jamais pensé que TricTrac parlerait un jour du Parc des Oiseaux :P

Matthieu.CIP
Matthieu.CIP

Bien joué Florent...

taztaaf870
taztaaf870

j'ai "participé " au premier radeau des cimes quand j'ai fait mon service militaire en Guyane fin des années 80 , de très bon souvenir et une découverte de la vie sauvage quelques années plus tard je croisais l'équipe ciné de la marche de l'empereur sur mes iles des TAAF ou je travaillais comme cuisinier , donc c'est avec plaisir que je prendrai possession de cette boite

Nono
Nono

Quelle belle idée, et quelle belle histoire.

Une belle licence joliment exploitée.. bravo Monsieur Florent.