20.100

Finca, le pays des fruits

Finca, le pays des fruits

De notre envoyé spécial à Nuremberg

Comme promis, continuons notre visite chez Hans im Glück. Sur leur stand, deux grosses nouveautés, "Maori" et "Finca". Le premier est un jeu de placement de tuiles de Günter Burkhardt dont nous reparlerons ce soir. Le deuxième est un jeu de nouveaux auteurs, Wolfgang Sentker et Ralf zur Linde.

Le principe du jeu est relativement simple : les joueurs produisent des fruits (de forts sympathiques meeples en bois représentant des oranges, citrons, figues, raisin, olives et amandes) qu'ils ont ensuite revendre sur différents marchés de l'île, contre des points de victoire. Chaque marché est demandeur d'une certaine combinaison de fruits qui peut rapporter entre 1 et 6 points.

L'essentiel du jeu se passe sur au niveau de la production, une sorte de roue, où les fruits sont cueillis (ou un marché géant où ils sont achetés, c'est au choix après tout). A son tour, un joueur peut déplacer un de ses pions sur cette roue, dans le sens des aiguilles d'une montre. Le nombre de cases est déterminé par le nombre de pions sur la case, quelle qu'en soit la couleur. Seul, il avance d'une case. A deux, de deux cases... Sur la case d'arrivée, le joueur prendra autant de fruits qu'il y a de pions. Simple et ingénieux avec un potentiel terriblement calculatoire.

En fonction de l'endroit où il passe, le joueur reçoit également un pion Charrette qui lui permettra de transporter ses fruits sur les différents marchés.

Tout le sel du jeu est que si la réserve d'une des denrées (fruits ou charrette) se vide et qu'un joueur devrait en produire une, tous les joueurs se défaussent de cette denrée. Il n'est pas sans risque de thésauriser à tout va. La sanction est très sévère.

A la place de produire, un joueur peut décider d'aller vendre sa production et peut se rendre sur autant de marchés qu'il le souhaite. La seule limite est la capacité de la charrette qui ne peut contenir que six fruits.

Il y a encore de nombreux petits mécanismes comme quatre pions joker qui permettent de réaliser des actions spéciales une fois dans la partie. Il existe aussi des bonus lorsqu'un joueur a réussi à vendre sur des marchés pour des valeurs allant de 1 à 6 points de victoire.

> > Une boîte de Finca dans les mains de Franz Vohwinkel, l'illustrateur

> > Le plateau en gros plan


"Finca"
un jeu de Wolfgang Sentker et Ralf zur Linde
pour 2 à 4 joueurs
édité par Hans im Glück
disponible en mars

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (2)

Default
Titus
Titus

les boites de jeux ont toutes un bodyguard ?

Salmanazar
Salmanazar

le look de l'illustrateur est terrible.

Cela me fait penser à Chantal des Nuls qui présente son JT humouristique avec un t....x sur l'oreille.

Je me demande alors ce qu'on peut trouver dans la boite à trombones de l'illustrateur ?