arthelius

Critique de Staka

Critique de Staka


Une colonne de bois percée, dans laquelle s’enfiche de nombreuses pièces dans la même matière, accompagnées de jolis sacs en toile, cela a de quoi surprendre. Surtout que la boite principalement bleue reste assez mystérieuse. Mais à l’intérieur vous attend un jeu d’adresse à découvrir sans plus tarder !


Cairn


Staka propose plusieurs modes de jeu. En mode duel, chacun reçoit 6 pièces, on mélange le tas de cartes et on en tire la première. Les 2 joueurs devront alors reproduire la figure le plus vite possible, le premier à remporter 5 cartes gagne la partie. En mode Flash, de 2 à 4 joueurs, on sépare les cartes selon leurs couleurs afin de voir avec quelques types de cartes, on désire jouer, en sachant qu’il est possible de les mélanger malgré tout. Un premier joueur tire une carte et devient l’empileur. Dès qu’il touche une première pièce, le joueur à sa gauche lance le dé et annonce le score à haute voix, puis il continue à lancer le dé et à additionner les chiffres jusqu’à que l’empileur ait terminé sa figure. Une fois fini, on note le score de l’empileur, et le lanceur devient l’empileur. On poursuit ainsi la partie jusqu’au premier joueur à obtenir 200 points, on termine alors le tour, le joueur avec le score le plus bas l’emporte. Autre mode, jouable à 1 joueur le mode zen où l’on se sert des figures du livret. Le mode Crash qui se joue de 2 à 4 joueurs, propose de jouer sans cartes, juste en empilant les pièces, le premier à faire tomber sa tour perd la partie. Enfin, le dernier mode, Art, vous propose de créer librement vos figures et pourquoi pas de les envoyer par mail ou de les poster sur instagram.

 

Tric Trac


Lorsque le matériel est roi


Staka dispose d’une magnifique édition, la colonne en bois où se range les pièces n’était pas indispensable, mais offre au jeu un certain cachet, surtout grâce à la pièce de métal qui vient s’enficher et fermer la colonne pour éviter que les pièces ne bougent. Les 2 sacs en toiles sont aussi de bonne qualité. L’ensemble bénéficie d’une édition simple du côté graphique, mais qui sied parfaitement à l’ensemble. Par contre petite ombre au tableau, toutes les pièces ne sont pas exactement identiques, et les angles ne sont pas toujours parfaitement plats, ça enquiquine un peu, mais ça n’empêche pas vraiment de jouer. En tout cas, ça ne fait aucun doute, Staka est un beau jeu et un beau produit.

 

Tric Trac


Plusieurs modes


Je vais être honnête avec vous d’emblée, je n’ai pas vraiment apprécié le mode Crash et Flash, je trouve qu’ils ne sont pas en adéquation avec l’ambiance que dégage le jeu, du calme et du zen. Après, ils sont parfaits pour transformer le jeu en party game, ils ne sont pas mauvais ils m’ont juste moins plu. Après j’ai beaucoup aimé jouer en mode duel et j’ai aussi pris beaucoup de plaisir à jouer en mode zen ou libre, où l’on prend son temps pour créer les figures, qui il faut bien le dire, ne sont vraiment pas simples à faire pour certaines. D’ailleurs, si la plupart se « lisent » bien, certaines sont plus complexes à comprendre, malgré un dessin au trait hyper simple et clair.

 

Tric Trac


Vous pourrez y jouer de 1 à 4 joueurs à partir de 8 ans, pour des parties au temps de jeu assez aléatoire selon le mode choisi. Bien entendu il pourra convenir à un large public (sauf pour les gens qui ont les mains qui tremblent), je le verrai bien proposer comme activité dans certains centres d’ailleurs, car le jeu est beau et l’adresse qui se dégage des parties peut aider à se concentrer et à être patient.

 

Tric Trac


On ne s’en lasse pas


Staka est un très joli jeu et fera un beau cadeau, il est hyper simple à prendre en main et propose plus une expérience qu’un vrai jeu tant ce qu’il dégage lorgne du côté du zen. Bien entendu, il faudra être amateur des jeux d’adresse pour bien l’apprécier, mais si c’est votre cas n’hésitez pas à vous le procurer, car je pense qu’il ne vous décevra pas. 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires

Default