Docteur Mops

Coup, il arrive enfin en français

Coup, il arrive enfin en français

Et bien ils sont tous là.
Ou presque.
Qui donc ? Mais les jeux de la nouvelle tendance minimaliste. Game design minimaliste dit monsieur Antoine Bauza sur son blog. Il a du chopper ça chez les ricains ou alors il invente mais c'est exactement de ça qu'on parle.

C'est une coïncidence certes mais dans le très bon cru de Essen 2012 sont sortis des petits jeux tous minis mais dont les effets sont maxis.

Deux d'entre-eux nous viennent du Japon et c'est finalement assez normal quand on connait l'espace de rangement disponible dans un appartement tokyoïte : "R" et "Love Letter" de monsieur sensei Seiji Kanai.
On note dans la même veine une "Mascarade" française de monsieur Bruno Faidutti et un fameux "Coup" qui nous vient lui du Royaume-Uni sous la plume de monsieur Rikki Tahta.

C'est celui-ci qui a été retenu par les éditions Ferti pour sa version française.

C'est que vous allez pouvoir vous offusquer ! Pas du tout parce que c'est chez Ferti non ! Parce que nous n'en avions encore jamais parlé sur Tric Trac et que le jeu est un vrai régal pour les amateurs.

Alors c'est qu'il est temps !

Premièrement "Coup" change de nom et devient en français "Complots". Oui c'est amusant. Savez-vous que Coup est aussi un mot anglais ? Précisément il signifie coup d'état. On dit aussi coup d'état en anglais.
Comme la traduction littérale faisait perdre un peu le coup de fouet du nom VO, le mot complot rattrapait un peu cet effet.

Que fait-on donc dans "Complots". Que des choses simples. Et ceci dans le but de tuer tout le monde et de prendre le pouvoir mouhahahaha !

Durant notre tour nous avons deux cartes à nous. On les regarde en secret. Ce sont des personnages.
Chaque personnage dispose d'un pouvoir simple. Par exemple l'Assassin assassine un autre perso si on paye 3 pièces. Oui il y a des pièces. On commence avec deux. C'est à dire pas de quoi payer l'Assassin tout de suite. Malin non ?

Default

Pendant notre tour nous avons le choix entre trois actions : effectuer le pouvoir d'un perso, gagner une pièce ou assassiner un perso.

Assassiner un perso c'est puissant mais sans Assassin c'est très cher : sept pièces.
Prendre une pièce c'est pas mal et c'est facile mais vous vous doutez bien qu'il y a un voleur pas loin.
Enfin user d'un pouvoir est le cœur du jeu. Normalement on doit utiliser un pouvoir d'un de NOS persos. Mais... on peut mentir... et utiliser le pouvoir d'un autre perso tant qu'on ne se fait pas attraper. Sinon couic !

Le dernier qui reste prend le pouvoir. Simple, efficace et particulièrement élégant dans sa méchanceté.

Alors quoi de neuf dans cette VF ?

D'abord plus de cartes. Parce que cette version sera jouable de 2 à 8 joueurs. Avec quand même des règles spéciales pour deux parce que ce n'est quand même pas le format type.

Ensuite comme celles et ceux qui connaissent déjà le jeu ont pu le remarquer, un nouveau personnage fait son apparition : l'Inquisiteur.
Il dispose du même pouvoir que l'Ambassadeur ou (au choix) il peut demander à voir une des cartes d'un joueur. Le proprio peut alors la garder ou la défausser...

Bon et les graphismes alors ? Parce que ceux de la VO ne manquaient pas de charme. Alors là c'est facile, vous n'avez qu'à regarder l'image juste au-dessus et vous faire votre propre idée. Disons qu'ici on trouve que Naïade c'est quand même de la tuerie. Je ne dit pas ça parce que c'est un ami. C'est un ami parce qu'il est bon. La preuve ? Vous par exemple qui lisez ces lignes; on est ami ou pas ? ;)

Alors passons à la douloureuse.
Le jeu sort dans un format de poche dit à la Kangourou. Donc... entre 10 et 12 euros ! Contre 15 pour la VO.

Globalement je dirais que tout cela peut nous conduire à conclure au fait que ceci est une excellente nouvelle.

À vous de voir parce que désormais vous savez tout ou presque.

Pour voir ce qu'en dit Antoine Bauza : clic !

"Complots"
Un jeu de Rikki Tahta
Illustré par Naïade
Publié chez Ferti
Pour 2 à 8 joueurs d'au moins 10 ans
Public : Tout ou presque
Durée : 15 min
Disponible durant l'été 2013 dans les 10-12€

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Mascarade
Mascarade
Par Bruno Faidutti
Illustré par Jeremy Masson
2-13 10+ 30´
Love Letter
Love Letter
Par Seiji Kanai
Illustré par Noboru Sugiura
2-4 8+

Commentaires (30)

Default
DocGuillaume
DocGuillaume
Déduction croisée ou déduction bilatérale simultanée ça pète bien :)
zoyd
zoyd

Eh, c'est moi on dirait bien messieurs Ehrhard et Bruno des Montagnes ? Je n'ai pas reconnu les autres pour le moment - le capitaine pourrait être un Kramer aminci, la comtesse une Anja Wrede pincée et la duchesse une Doris Matthaus bégueule :-)

Kerquist
Kerquist

Dans 90% des cas, double-guessing et choix simultanés sont équivalents.
Il reste les cas particuliers de choix successifs avec révélation (quasi-)simultanée (Citadelles) ou avec absence de révélation (Mascarade).

Pour couvrir 100% des cas, il faudrait créer un néologisme, du genre "devinage croisé"

ocelau
ocelau

@Kerquist
le choix simultané implique souvent du double-guessing. L'inverse n'est pas forcément vrai, comme justement Citadelle. sinon oui hasard et info cachés sont bien distincts.

Kerquist
Kerquist

"Double-guessing" peut se traduire en français par "choix simultané", mécanisme auquel se rattache la révélation simultanée.

Ce mécanisme produit de "l'information cachée", qui, d'après la théorie des jeux, et comme le rappelle justement M. Faidutti, se distingue totalement du "hasard" (lequel ne peut être produit que par un générateur de hasard indépendant des joueurs).

nickolanos
nickolanos

En conclusion ce jeu est bien différent de Citadelles ;)

McGray
McGray

Quel bel article!...
...
Mouhahahaha!!!

Docteur Mops
Docteur Mops

Je crois que monsieur Rody parlait de la ressemblance avec Monsieur Phal. Par ailleurs, je souscris à 200% à cette notion du hasard. Et ce n'en est pas un non plus si j'y souscris comme quoi... ;)

Bruno Faidutti

@ Rody - là, on rentre dans un débat philosophique. On peut considérer en pratique qu'au delà d'un certain niveau de chaos, on a une indétermination assimilable à du hasard. C'est ce qui passe quand on lance un dé, puisque l'on est incapable de calculer toutes les forces en jeu et d'en déduire sur quelle face il va tomber.

Bruno Faidutti

La psychologie est un vaste domaine dont le bluff fait partie.
En termes de jeu, les anglophones distinguent le bluff, qui a une dimension d'intimidation (le poker est l'archétype du jeu de bluff) et le double-guessing, dans lequel il n'y a pas d'intimidation et les positions des joueurs sont équivalentes (pierre-feuille-ciseaux est l'archétype du jeu de double-guessing et n'est pas, contrairement, à ce que disent certains, un jeu de hasard). Le problème est d'une part que nous n'avons pas en français d'expression équivalente à double guessing, d'autre part qu'il existe des situations intermédiaires, dans lesquelles je rangerais Citadelles, mais aussi Mascarade.