Juliette

Carnet d'auteur 1/2 : Sultaniya ou la malédiction de Ja’far

Carnet d'auteur 1/2 : Sultaniya ou la malédiction de Ja’far

Sultaniya ou la malédiction de Ja’far, raconté par Charles Chevallier.

Festival International des Jeux de Cannes 2014 : arrivée de Charles de l’aéroport venu exprès pour lancer Sultaniya dans le grand bain ludique.

- Erwan, je suis devant l’entrée des artistes, tu n’as pas laissé mon badge à l’entrée ?

- Euh non... Je viens te l’amener moi-même, j’ai quelque chose à te dire.

- ??!?

Default

Certains prototypes prennent plus la lumière que d’autres…

Tout avait pourtant bien commencé, nous sommes en avril 2011, c’est Le secret de Montecristo et Jurassik tour (jeux créés par Charles Chevallier, pour lesquels une tournée a été organisé dans toute la France). L’étape du jour, c’est l’association Partajeux, à Sucy-en-Brie, qui me reçoit très gentiment en me proposant de faire jouer mes trois jeux déjà sortis et d’apporter des nouveaux protos.

Au retour de ma pause, quatre tables tournaient toutes seules en boucle. Sur les tables pleines, il y avait des gobelets à café qui allaient devenir Cappuccino (chez Matagot), Bandiagara qui allait devenir Gentlemen Cambrioleurs (chez Bombyx), L’heure Bleue qui deviendra plus tard Guilds of Cadwallon (chez Dust Games) et Nemo alias Nautilus (chez Libellud).

Erwan Hascoët, le patron d’Hazgaard et depuis de Bombyx, était venu en voisin un dimanche, par sympathie pour un auteur déjà signé chez lui. Il constate avec plaisir que Bandiagara plaît beaucoup, il avait réservé le jeu. Il fait le tour, puis se retourne avec son ton de reproche habituel en me demandant : Et celui là, je ne le connais pas... Je me retourne vers la dernière table sur laquelle j’avais posé des dominos fabriqués la veille, un proto sans règles, ou l’on construisait une ville chinoise : Xanadu.

Default

Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’il y avait là quatre joueurs qui construisaient chacun dans leur coin une cité, en s’expliquant les uns les autres des règles que je n’avais pas encore écrites. Tu vois là, on doit construire mais il faut que les dominos soient continus, C’est un jeu de construction avec des comptages spécifiques, etc.

Je suis tellement abasourdi que je ne vois même pas Erwan partir, il m’enverra un texto un quart d’heure plus tard en me disant : Je prends le jeu. et moi, abasourdi je lui réponds : Lequel ?.

J’essaye depuis mes débuts dans le monde ludique d’inclure dans mes jeux une évidence, qui tient à la fois de la mécanique, de la gestuelle et du matériel. Là, je l’avais, dès le départ, brute de décoffrage !!

In Xanadu did Kubla Khan a stately pleasure-dome decree”

Default

Marco Polo découvre les mystères de l'extrême-Orient

Connue de nom par le poème de Coleridge et le film d’Orson Welles, Xanadu, la capitale d’été du grand Kahn ne l’est réellement que par le récit d’un grand navigateur de Croatie, alors partie intégrante de la Sérénissime. Voici ce qu’en rapporte Marco Polo, dans son Livre des Merveilles :

Xanadu fut bâtie par le grand Khan Kubilaï, lequel y fit construire un superbe palais de marbre enrichi d’or. Près de ce palais il y a un parc royal fermé de murailles de toute part, et qui a quinze milles de tour. Dans ce parc, il y a des fontaines et des rivières, des prairies et diverses sortes de bêtes, comme cerfs, daims, chevreaux, et des faucons, que l’on entretient pour le plaisir et pour la table du roi, lorsqu’il vient dans la ville. (...) Le Grand Khan demeure là ordinairement pendant trois mois de l’année.

En lisant ce texte, me prend l’envie irrépressible de dessiner ce que pouvait donner une ville dans les montagnes, très idéalisée, de Mongolie intérieure. J’imagine immédiatement les différents niveaux de la ville décrite par le grand voyageur. Le croquis qui suit permet de voir l’engouement : j’avais imaginé jusqu’à douze étages ! Finalement, le jeu gardera les quatre centraux.

Default

Retour sur terre, il reste un jeu à faire, alors qu’un éditeur est déjà dessus. Le principe de domino est validé, il est évident à expliquer et permet un jeu de construction.

Les joueurs occasionnels pensent que c'est un jeu de construction, mais en fait Sultaniya est un jeu de développement. En effet, pour construire telle tuile de deuxième niveau, il faut un morceau de porte et un mur plein. Au dessus, c'est la présence d'une base de minaret ou non qui détermine la constructibilité, etc. Les tuiles doivent pouvoir s'unir de tous les côtés, donc au lieu des traditionnelles ressources : eau, bois, feu, pierre, ce sont les éléments du vocabulaire architectural qui permettent de développer son palais.

Domino = construction = développement

Plutôt que de donner un bois et une eau pour monter un moulin, on va avoir deux éléments architecturaux qui vont servir de support à un troisième,ressource de deuxième niveau. C'est ce qui justifie le "plus" après le familial. Chez Bombyx les jeux de la gamme familiale plus sont : Takenoko et Sultaniya). Les joueurs qui vont s'en apercevoir et comprendre les chaînages (empêchant un adversaire de construire telle tuile, se réservant telle autre, etc.) vont forcément mieux jouer par rapport aux autres.

En voyant la modélisation ci-dessous (à l’époque, le thème était passé par les royaumes latins d’orient, puis les pyramides aztèques), on se rend compte de la complexité et des différentes familles de tuiles. C’était impossible d’obtenir quelque chose de fini qui ne soit pas simpliste à fabriquer.

Default

Je décide donc de conserver les quatre niveaux initiaux, avec chacun son chantier (un draft jusqu’à trois tuiles). Le rapport à l’architecture est évident pour tous, il n’y a rien à apprendre, tout le monde connaît une porte ou une tour.

On commence aussi à voir apparaître les supports (en vert) qui obligent à décaler les tuiles, ce qui permet le développement (deux tuiles permettent d’en poser une troisième au lieu de quelque chose de linéaire si elles étaient juste posées les unes sur les autres).

L’apparition de Ja’far

C’est dur quand on a que trois jeux édités, et deux réservés par le même éditeur, d’entendre que celui-ci met la clé sous la porte ! Les jeux ne sortiront donc pas...

C’est la tuile (oui, je sais, elle est facile) : je me retrouve avec Bandiagara et Xanadu sur les bras, alors que dans mon esprit, ils allaient être édités. Ce n’est malheureusement que le premier report.

Trois mois plus tard, un nouveau mail d’Erwan m’annonce qu'il retente l’aventure avec son frère Loïg au graphisme, et que le nouveau bébé s’appellera Bombyx.

%@&#ù%µ£

Oui, mais... j’avais beau m’y préparer, quand R1 (oui, c’est son surnom de Droïde quand il est sans cœur) reviens en me disant : Tu sais Charles, les jeux, on a envie de les faire mais les cavaliers mongols qui montent leur capitale d’été dans la steppe, avec leur steak tartare sous la selle et l’herbe qui repousse pas, ben, c’est pas super sexy… Oui, ça me fait mal !

Ce qui me fait mal, n’est pas tant qu’il flingue systématiquement mes thèmes, non %@&#ù%µ£, mais c’est surtout que lorsqu'il m’explique que dans l’imaginaire commun, un palais extraordinaire, c’est plutôt celui des 1001 nuits… je me dis que j’aurais dû y penser avant lui ! Un jour je l’aurai. D’ailleurs avec Abyss ce jour est arrivé !!

Les supports

On l’a vu sur le diagramme ci-dessus, l’envie de centrer sur la table les dominos et la nécessité de donner à chaque joueur un comptage personnalisé ainsi qu'un embryon de stratégie, font apparaître un début de support.

Les comptages de points spécifiques à chaque personnage, permettant d'être en compétition sur différents éléments, ont été formalisés par des plateaux « personnage à incarner ».

Oui, mais comment je gagne ?

A l'origine de la création du jeu, on décidait de la manière de compter les points en fin de partie, ce qui était trop aléatoire. Sultaniya étant un jeu familial, nous décidons que les joueurs doivent savoir au commencement de la partie comment marquer leurs points.

Ensuite, j’ai fait une tentative où tous les joueurs marquaient des points sur chaque élément (voir ci-dessous). Cela provoquait un mal de tête aux joueurs occasionnels : il y en avait beaucoup trop et ils étaient perdus ; d’où l’idée de n’avoir qu’une partie des comptages pour chacun, mais d’être en compétition avec les adversaires sur deux éléments minimum.

Default

Le hic, c’est qu’avec quatre comptages seulement, on peut très facilement savoir qui est en train de gagner, d’où l'apparition des objectifs secrets, qui reprennent des éléments moins intéressants au niveau du score. Mais s'ils sont bien combinés, ces objectifs peuvent donner de bons résultats. L’avantage, c’est évidemment que les tuiles faibles ne le sont qu'en apparence, puisqu’un joueur peut construire une stratégie inattendue.

Le jeu est en passe d’être réglé, les plusieurs dizaines de parties sont jouées par l’auteur ou les éditeurs afin de déceler le réglage incertain, la tuile qui manque à deux joueurs, etc.

On se retrouve la semaine prochaine pour la suite de l'histoire !

Charles Chevallier Mai 2014

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (12)

Default
Acétylène
Acétylène

Cher Monsieur Phal,

Mais parce que Acétylène est mon identité TTcienne ultra secrète que tout le monde connait^^ Plus sérieusement, et étant donné que l'on va communiquer régulièrement sur le blog, pensez vous qu'à l'avenir, il soit souhaitable qu'on apparaisse en nom réel? Fred le fait, pas Bruno ou Antoine??

Eu égard au travail remarquable de Juliette, je crois que nous allons la laisser en rédactrice pour son premier post !!! Ca se fête ;) Merci en tout cas pour la proposition :)

Monsieur Phal

Cher Monsieur,
Moi, d'un coup de baguette magique, je peux mettre Acétylène en rédacteur... Mais les gens vont se demander pourquoi c'est pas Charles Chevalier qui a écrit l'article du coup... Rhalalala, le nombre de schizophrènes dans le monde du jeu... :)

Acétylène
Acétylène

@R1 : oui, oui, on en a déjà parlé, mais force est de constater que malgré cela, les lecteurs ne comprennent pas. Je pense que je posterai le prochain .... tu sais, celui ou je dis tout le mal que je pense de toi :p

Juliette
Juliette

Je vois que l'on parle de moi sur le forum :p En effet c'est bien Charles qui a écrit le texte, et moi qui l'ai mis en page (et corrigé quelques fautes ^^) d'où mon nom !

Acétylène
Acétylène

@Nono C'est Juliette Bombyx!!!!! Ca part d'un bon sentiment qui est de m'éviter une mise en page pénible et laborieuse, mais je suis d'accord avec vous que c'est pas super clair le carnet d'auteur de Juliette ;)

@Bruno parfaitement, et alors :p

Erwan
Erwan

@Acétylène : en même temps, juste à côté de son prénom il y a un logo Bombyx... et ton nom apparaît en signature...

Nono
Nono

c'est qui juliette :-) ???

Bruno des Montagnes

@Nono Juliette, c'est Charles qui cultive sa part de féminité...

Acétylène
Acétylène

Merci Foussa :)

Foussa67
Foussa67

article très intéressant !

Acétylène
Acétylène

Bonjour Kerquist,

On se tutoie sur le forum, non? Un jeu de développement pour moi, c'est un jeu ou je récupère des ressources, et je vais les transformer pour construire quelque chose de plus précieux : ressources de 2e niveau, puis bâtiment amenant des points, etc... Dans Sultaniya, les chainages prennent la forme d'un bâtiment à différents étages.

Alors oui, dans certains jeux plus costaud (comme Abyss) ce "bâtiment" apporte non seulement des points, mais aussi un "pouvoir" qui permet de jouer une action nouvelle ou augmentée. Ce n'est pas le cas dans Sultaniya qui je le rappelle est du famillial +

Par contre, il y a bien de la combo, car je peux placer une fenêtre pour mon comptage du plateau personnel, mais cette fenêtre alignée à tel endroit va me permettre de marquer des points supplémentaires pour mon objectif secret, ou je joue tel génie pour son action, mais aussi parce qu'il va compter à la fin sur mon objectif.

Kerquist
Kerquist

Merci, M. Charles, pour cette mise en bouche.

Vous semblez avoir une théorie de ce qu'est un jeu de développement. Est-ce un jeu de chainages, de combos ? Quelle en serait la définition selon vous ?

Jusque-là, on mettait surtout sous cette étiquette les jeux de cartes à combos (Dominion, RFTG, 7 Wonders, Seasons, Abyss, ...), à l'exclusion des jeux d'affrontement.