TricTrac

Jeux Européens
Prévision
Casual
Article
Rivollet et Beaujannot décryptent les secrets de l'univers avec Concept
A propos du rédacteur
Docteur Mops
Docteur Mops est enregistré depuis 2 juin 2000 à 00:00
-publicité-

Rivollet et Beaujannot décryptent les secrets de l'univers avec Concept

Par Docteur Mops , 9 sept. 2013 à 07:00
-publicité-

 

Il y a quelques années, je me suis penché sur les techniques de divinations. Non ! Non ! Je n’ai jamais été marabout ni devin (ce qui m’assurerait dans ce métier quelques facilités) mais dans le cadre des mes études, je me suis intéressé aux pratiques qui étaient censées représenter le monde et l’humanité dans tous ces aspects. À première vue, le domaine est jugé assez peu sérieux mais prenez donc une petite seconde pour y réfléchir. Un jeu de tarots divinatoire par exemple est censé par son imagerie pouvoir évoquer tous les aspects et toutes les situations qui peuvent survenir au cours de la vie d’un être humain et que celui soit simple gueux ou empereur ou roi. Dans ces quelques représentations ce trouve l’immensité du monde de la plus triviale à la plus transcendantal. Qu’on y accorde du crédit ou pas n’a aucune importance. L’important c’est de comprendre comment synthétiser la vie dans quelques objets ou images dont les combinaisons vont pouvoir évoquer… tout.

N’est-ce d’ailleurs pas ce que nous faisons en jouant et surtout en créant des jeux ? Reproduire un mécanisme, des interactions, un petit pan de la vie mais en miniature et sans conséquences trop importantes sur le réel.

Concept: box

 

« Concept », un des prochains jeux francophones des nouveautés d’Essen 2013 a été conceptualisé par messieurs Alain Rivollet et Gaëtan Beaujannot et annoncé dans une grande intimité chez l’éditeur belgo-mondial Repos Prod. Et « Concept » c’est exactement ce dont je vous entretenais dans mon introduction : Un système d’icônes plus ou moins abstraites qui sont censées en se combinant pouvoir nommer tout ce qui existe dans l’univers. « Concept » c’est le tableau périodique des éléments de monsieur Mendeleïev (que tout bon geek devrait avoir en tisheurte, dans ses toilettes ou en magnettes de frigo). En lieu et place de recenser tous les éléments chimiques de l’univers, les professeurs Rivollet et Beaujannot ont créé la table des éléments des signifiants.

Les nombreuses icônes présentes sur le plateau de jeu représentent chacune un genre de sèmes comme appelle cela les linguistes. Un genre d’atome de la communication si vous voulez.

 

 

 

Là normalement certains d’entre-vous sont en train de se dire « holà ! ça va être chiant ! ». Vous imaginez bien la chose n’est pas présentée ainsi ni par l’éditeur ni par les auteurs. Seulement ne pas en parler c’est passer à côté d’un des aspects les plus géniaux de ce futur jeu.

Pour avoir pratiqué la bête dans sa version prototype moche, je peux déjà vous dire que le jeu est clivant. Il risque d’y avoir des admirateurs comme votre serviteur et des détracteurs qui ne comprendront pas l’enthousiasme de certains devant cette petite merveille.

Mais revenons au jeu lui-même. La base ludique c’est « Pictionnary » ou « Objets Trouvés » (qui lui aussi était très très clivant) : vous avez des machins (gribouillis dans le premier, objets insolites dans le second) qu’un joueur émetteur dispose de telle sorte qu’ils veuillent dire quelque chose. Comme nous avons l’habitude pour communiquer d’user de mots, on doit faire un petit effort de décryptage pour comprendre ce que l’autre en face veut bien nous dire.

Ici ce sont donc des icônes qui signifient par exemple « liquide », « qui se mange », « blanc »,…

Liquide blanc alimentaire ? Et bien c’est du lait à priori non ?

Voilà c’est ça le jeu. Un joueur (ou une équipe parce que l’intérêt c’est qu’on soit plusieurs) va tirer une carte sur laquelle sont inscrites trois choses très diverses. Elles sont classées par ordre de difficulté : la première est très simple, la deuxième normale et la dernière plus… moins facile de normale.

Dans l’exemple précédent, LAIT est une chose assez facile à faire deviner et 3 icônes suffisent pour la définir et la faire comprendre facilement.

Bien. Vous avez compris alors essayez de deviner ça :

Non Igor ce n’est pas du sang… Non regarde c’est alimentaire Igor… Le sang aussi ? … Bon tu sors Igor !

Bon vous êtes près pour une énigme plus difficile ? Regardez celle-ci. La réponse se trouve ici.

La difficulté pour l’émetteur est d’être le plus clair possible. Il dispose pour cela de pions. Le plus gros en forme de point d’interrogation sera placé sur ce qu’il faut trouver. Dans le cas du LAIT ou du VIN on le placera sur LIQUIDE parce qu’on cherche un liquide.

Les autres pions seront les précisions. Le LAIT sera donc ALIMENTAIRE et BLANC. Le vin lui sera bien entendu ROUGE.

Afin de pouvoir exprimer des choses plus complexes, on va pouvoir faire appel à des sous-concepts. Par exemple si vous voulez parler d’un homme célèbre français, vous poserez le pion principal sur HOMME, les pions sur ce qui le définisse et vous pourrez développer un sous-concept depuis l’icône PAYS vers les icônes BLEU, BLANC et ROUGE. Ces trois dernières définissant le pays et pas l’homme.

Concept: layout

Et puis le matériel fourni va vous permettre de jouer aussi avec. Imaginons que vous ayez à faire « les trois mousquetaires » vous placerez non pas un pion sur l’icône HOMME mais trois. Pour désigner une chose ancienne, on peut poser un tas de pions sur l’icône VIEUX ce qui donnera donc "très très très très vieux" !

Tout esprit saint vu à la loupe est un grouillement 

d'éléments de démence.

- Paul Valéry

Les nombreux concepts à faire deviner dans le jeu sont variés et ont été longuement étudiés pour proposer aux joueurs des challenges amusants. Reste la grande question : est-ce que concept peut vraiment tout conceptualiser ? J’aurais tendance à dire que oui. Nous avons mis le jeu à l’épreuve pour savoir si on pouvait tout exprimer avec et il semble bien que oui. Juste que certains sujets amènent à des rébus particulièrement tirés par les cheveux mais c’est aussi ça le plaisir de ce jeu.

Bref voilà un jeu bien singulier et un travail d’auteur particulièrement passionnant. On pourrait se demander d’ailleurs si c’est vraiment un jeu. Mais qu’est-ce qu’un jeu d’ailleurs ? Attendez… je cherche l’icône qui va bien…

 

► Vous voulez télécharger les règles du jeux en français cliquez donc ici
► Spielregeln
► English rules

 


« Concept »
Un jeu de Alain Rivollet et Gaëtan Beaujannot
Illustré par Éric Azagury
Publié chez Repos Prod
Distribution : Asmodee (France et Benelux)
Pour 4 à 12 joueurs (équipe) dès 10 ans
Public : tout mais pas complètement
Durée : 40 min
Disponibilité : Octobre 2013
Prix : non communiqué


 

 

Par Docteur Mops , lundi 9 septembre 2013 à 07:00
Réactions à la niouze 
16commentaires
Rastakakou
4 sept. 2013 à 12:50

Merci pour cette brillante explication Dr Mops.

Y aura-t-il une TTTV ? 

Elmios
4 sept. 2013 à 13:03

Le jeu que j'attends le plus depuis que j'ai essayé le proto à Cannes. Absolument fantastique !

prunelles
4 sept. 2013 à 13:26

Article très intéressant et ce Concept a l'air passionnant !!

Docteur Mops
4 sept. 2013 à 14:04

Oui oui ! Il y aura une Tric Trac TV !

deltajordan
4 sept. 2013 à 15:36

C'est vrai que vu sous cet angle ce jeu a l'air incroyable et me fait penser à ce génie du net Akinator capable de retrouver n'importe quoi ou n'importe qui avec une vingtaine de questions. J'attends sa sortie avec impatience !

prunelles
4 sept. 2013 à 16:06

Oh oui, trop fort Akinator ! Que de rigolades avec !

Zeol
4 sept. 2013 à 20:06
Je suis assez fan d'Objets Trouvés. et donc le concept me plaît beaucoup à voir la TTTV avec impatience
François Décamp
5 sept. 2013 à 00:25

Un formidable jeu, auquel j'ai eu la chance de jouer, et qui est simplement magique. Un futur grand classique, qui devrait trouver sa place aux cotés de Dixit ou d'Objets Trouvés.

romainv
5 sept. 2013 à 21:07

Je suis tout clivé.

Gaetbe
6 sept. 2013 à 00:03

Superbe présentation cher Dr Mops. Merci.

naok
7 sept. 2013 à 14:38

Excellent!! Bravo et merci Repos Prod!!

naok
7 sept. 2013 à 14:38

Ah, ben tiens, les arts divinatoires! Il y a quelques temps, pour les mêmes raisons ou presque, je m'étais aussi penché sur le cas du Yi Jing, et, plus récemment, de la cartomancie et autres, qui, sous l'angle de l'idéologie au sens premier du terme - l'étude des idées - peuvent apparaître comme autant de paradigmes à décortiquer; qui, sous l'angle de la psychologie, peuvent être décrite comme a pu l'être la notion d'idéologie - au sens plus récent de doctrine cette fois - c'est-à-dire : "un reflet des procédés des besoins et désirs pour répondre aux besoins de comprendre le monde, d'éviter l'angoisse existentielle et de maintenir des relations d'estime entre les personnes", comme c'est vilain; qui, sous l'angle de l'anthropologie, peuvent être étudiés comme l'ont été les mythologies et ainsi, à l'instar de Claude Lévi-Strauss qui faisait de la mythologie comparée, faire de l'art divinatoire comparée, hop, ou bien, comme Carl Gustav Jung, en extraire les archétypes, les catégories symboliques, ou encore, à la Roland Barthes, en faire une analyse sémiotique comme pour les mythes modernes, mettre à nu leur processus de création, youpi, ou bien encore, de même que la psychanalyse a pu être accusé de n'être qu'une expression de plus des ressorts mythologiques, voir ce que cela donnerait de considérer - ne serait-ce que pour énerver certains - la psychanalyse comme un art divinatoire, haha; qui, sous l'angle de l'artiste, pourraient, qui sait, être utilisés comme un outil de création comme l'a été le livre de Joseph Campbell, Le Héros aux mille et un visages, pour l'écriture d'histoires à ambition "mythique", tels Star Wars et Le Roi lion; qui, sous l'angle de l'inventeur, peuvent amener à créer soi-même son propre art divinatoire, et ben alors, de la même manière que les artistes du mouvement "mythopoeïa" - titre d'un poème de J.R.R. Tolkien - ou "mythopoïèse", ou "mythopoétique", élaborent consciemment des mythologies entières, pauvres fous, et voire, pourquoi pas, en faire un fakelore - pour reprendre le terme de Richard M. Dorson - c'est-à-dire un folklore créé artificiellement mais présenté comme authentique; qui, sous l'angle de la zététique, peuvent être démontés afin d'en révéler les mécanismes de suggestion, de persuasion - et de double-guessing? - basés par exemple sur la rhétorique, la connaissance des divers biais cognitifs, et autres joyeusetés, et éventuellement établir un parallèle avec des mécanismes similaires mis en oeuvre par les sectes - bien fait! - notamment dans la phase d'embrigadement... Bref, y'a d'quoi faire, olé!.. :)

(merci à wiki pour m'avoir aidé à recadrer autant que faire se peut cette mémoire déstructurée et aléatoire qui est la mienne ^^)

Hermy
9 sept. 2013 à 09:38

Est-ce que Concept permet de faire deviner tous les concepts évoqués dans le commentaire précédent ?

matinciel
9 sept. 2013 à 12:30

Testé à Cannes c'est très bon !

Lapinesco
10 sept. 2013 à 19:24

Complètement sous le charme depuis la découverte du jeu sur la news d'août de jedisjeux !! Ptain vivement octobre !

Mc Kain
11 sept. 2013 à 11:03

dou liquide blanc qui sé mange, yé né pensais pas à dou lait (Rocco S)