Ce jeu est sorti le 1 oct. 2010, et a été ajouté en base le 15 févr. 2010 par 20.100

édition 2010
Par Bruno Cathala
Illustré par Mathieu Beaulieu
Édité par Gameworks
Distribué par Asmodee

Standalone

Langues des règles : français

20,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
Description du jeu

Dans Sobek, les joueurs vont essayer de collecter le maximum de marchandises pour jouer ensuite des séries de trois cartes (ou multiples de 3). Au début, chaque joueur dispose de deux cartes. Il faut ensuite se servir dans un pool de neuf cartes. La première est gratuite dans la mesure où il suffit de la prendre en main. En vouloir une autre oblige à prendre toutes les cartes qui la précèdent dans la file. Ces cartes ne viennent pas dans le main du joueur mais dans une pile séparée, représentant la corruption. Ce sera une source de points négatifs à la fin de manche.
À son tour, un joueur a le choix entre trois actions : prendre une carte comme décrit précédemment, poser un lot de cartes ou jouer une carte spéciale. Oui, au milieu des cartes de marchandises, se glissent aussi des cartes de Personnages, aux pouvoirs particuliers. Seulement, elles sont posées face cachée sur la table. C'est un peu la loterie ! Ces cartes doivent être prises comme une simple carte marchandise, avec la possibilité de récupérer de la corruption. La reine Sobek fait piocher des cartes, le prêtre permet de réduire le nombre de cartes dans sa pile de corruption, la courtisane d'ajouter moins de trois cartes à une série, etc.
Jouer rapidement ses familles de cartes a un intérêt important : les cinq premiers lots posés permettent de déclencher un évènement particulier. Et les avantages peuvent en valoir la peine ! Certains permettent de marquer des points, d'autres de rejouer, etc.
Lorsque la dernière carte est prise, le joueur remplit à nouveau le marché avec neuf nouvelles cartes et la manche continue jusqu'à ce que les 54 cartes aient été prises. Lorsque la dernière est prise, la manche s'achève immédiatement et il est alors temps de faire un décompte. Pour chaque série de trois cartes (ou de six, neuf…), un joueur marque le nombre de cartes multiplié par le nombre de symboles Soleil sur les différentes cartes (autant dire que les cartes n'ont pas toutes le même intérêt puisque le nombre de soleils peut aller de aucun à trois !). Parmi les cartes encore en main, il est possible de poser des séries complètes mais elles sont alors bien moins rentables.
Toutes les autres cartes rejoignent leurs petites camarades dans la pile de corruption. Le joueur qui a accumulé le plus de cartes Corruption pendant la manche va alors perdre des points. En gros, il se fait raboter la moitié de ceux qu'il a acquis alors. Voilà un mécanisme recyclé de "Cléopâtre et la Société des Architectes" ! Il va falloir surveiller de près ce que font les autres en espérant toujours rester à la limite.
La partie dure trois manches. Au début de chacune d'entre elles, hormis le score, tout est remis à zéro. Toutes les cartes sont à nouveau mélangées, cinq jetons Évènement sont tirés au sort (parmi 12) et le joueur avec le moins de points recommence.

Game play
2 à 4 players à partir de 8 ans 30 min
Langue des règles : français
Prix public conseillé : 20,00 €

 Les avis positifs

Dieu crocodile
80/100 -
PtitJu 
Beau sec
100/100 -
limp 
Un crocodile aux dents longues
100/100 -
Harry Cover 
Un nez fin est-il nécessaire ?
80/100 -
Gigi 
vs

 Les avis négatifs

Ni bon, ni mauvais
54/100 -
Govin 
Pas compris
40/100 -
Chabousse 
la corruption, pas bien
40/100 -
Toftof 
taquin mais pas malin
40/100 -
pirlouit