ecos : first continent

Aucune catégorie
2 à 4
Joueurs
14 ans et +
Âge
70 min
Temps de partie
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Ecos Continent Originel : I bless the rains down in Africa

Ecos Continent Originel : I bless the rains down in Africa
KmylleMuzo

Il y a des millions d’années, notre planète, la Terre, n’est qu’une grosse sphère vide flottant dans l’espace infini. Vous et vos camarades êtes des forces de la nature qui allez la modeler de concert en manipulant les éléments, créer de vastes étendues d’eau, des terres fertiles, de hautes montagnes, de ténébreuses forêts et les peupler d’animaux par milliers. Après Mystic Vale, John D. Clair nous propose avec Ecos : continent originel un nouveau jeu de cartes en simultané aux combinaisons multiples !

 

Ecos : continent originel

Que la course aux points commence !

 

Quatre tuiles terrains sont placées au centre de la table pour former le début de votre monde. Le sac en tissu contenant les 40 jetons éléments est donné au premier joueur. Chacun dispose d’un deck préconstruit de cartes dont trois sont posées devant lui (après quelques parties, vous pourrez choisir directement vos cartes en les draftant et décider desquelles poser au début) ainsi que de 7 cubes d’énergie et d’un cadran à sa couleur. Ce dernier rappelle la composition du sac d’éléments et donc la probabilité de tomber sur celui que vous recherchez.

Le joueur qui détient le sac d’éléments en tire un au hasard et le pose sur la table. Tous les joueurs peuvent poser un cube d’énergie sur l’élément correspondant d’une de leurs cartes posées devant eux. Si aucune de leurs cartes ne comporte cet élément, ou s’ils ne veulent pas y placer un cube énergie, ils tournent leur cadran d’un quart de tour à la place. Après deux rotations il permet de piocher une nouvelle carte, et après trois rotations vous pouvez gagner un cube énergie ou poser une carte depuis votre main.

 

Ecos : continent originel

Quelques projets en cours de création

 

Si le cube posé était le dernier d’une de vos cartes, vous en enlevez tous les cubes et activez ses effets. Il peut s’agir par exemple de placer (ou d’enlever) une tuile terrain, une montagne, une forêt ou un animal sur le monde, de gagner des cartes, des éléments, des cubes énergie ou des points de victoire. Une fois les effets résolus, vous tournez la carte d’un quart de tour et le nombre de feuilles en haut de la carte vous indique combien de fois vous pourrez encore l’utiliser (s’il s’agissait de sa dernière utilisation, elle n’est pas tournée mais défaussée).

Lorsque tous les joueurs ont posé leurs cubes d’énergie et éventuellement résolu les effets de leurs cartes, le joueur qui dispose du sac d’éléments en pioche un nouveau. On continue ainsi jusqu’à ce qu’un jeton présentant un symbole d’énergie joker soit pioché. Une fois les effets des cartes résolus comme lors d'un tour normal, on vérifie si un joueur totalise au moins 80 points de victoire. Si ce n’est pas le cas, tous les éléments piochés sont remis dans le sac qui passe au joueur suivant et la partie continue ainsi jusqu’à ce que cette condition de fin de partie soit atteinte. Si plusieurs joueurs ont alors dépassé les 80 points de victoire, celui qui en a le plus l’emporte.

 

Ecos : continent originel

Le début de la création d'un monde, comme c'est émouvant !

 

Le matériel est impressionnant et la boîte d’Ecos : continent originel bien remplie. Entre les nombreuses tuiles terrain, les gros jetons éléments et tous les animaux, vous en aurez pour votre argent ! Mention spéciale pour les boîtes en carton à monter soi-même qui permettent de trier les jetons animaux selon leur type et qui disposent d’un couvercle pour éviter tout renversement intempestif (les verticalistes apprécieront) ! Le matériel est à la hauteur de l’ambition du jeu, on a vraiment le sentiment que l’on va créer un monde et qu’il va prendre vie sous nos yeux ! Seule petite surprise de mon côté : les cadrans sont en anglais (mais bon, il s’agit de vocabulaire basique et j’ai peut-être reçu une copie « collector » ^^).

La mécanique du jeu est assez simple, néanmoins c’est véritablement dans le développement de votre stratégie que vous aurez du grain (de génie) à moudre. Il vous faudra en effet jongler entre trouver des cartes qui ont une bonne synergie, qui peuvent se nourrir les unes et les autres, et savoir quand acquérir et poser de nouvelles cartes, car autrement vous pourriez bien vous retrouver sans aucune carte à activer lors de la pioche des éléments (oui, c’est du vécu…). Néanmoins poser trop de cartes pourrait avoir l’effet inverse de vous éparpiller, d’autant plus qu’au début vous ne disposez que d’un petit nombre de cubes d’énergie, insuffisants pour recouvrir tous vos symboles d’éléments ! Il est donc primordial d’acquérir un certain sens du timing pour ne pas perdre de précieux tours et vous faire distancer par vos adversaires dans cette course aux points de victoire !

 

Ecos : continent originel

De magnifiques couvercles pour éviter que tout se renverse dans la boîte !

 

Ecos : continent originel est donc un jeu dans lequel vous devrez composer avec le hasard du tirage des éléments tout en vous construisant un deck puissant et symbiotique (un peu comme le monde que vous allez créer en fait !). Il y a quelque chose de vraiment satisfaisant à voir se construire ce monde, la vie y apparaître et les troupeaux croître et se déplacer. Mais ne vous y trompez pas, car s’il y a un côté collaboratif dans la création de votre monde, il n’y aura qu’un vainqueur, et vous devrez parfois décimer les troupeaux de vos adversaires pour les empêcher de marquer trop de points. Le jeu promet une belle rejouabilité avec la quantité de cartes existantes que vous pourrez drafter après vos premières parties. Et pour vous faire saliver, sachez qu’une extension devrait voir le jour en 2021 (en VO, mais gageons que les Palmipèdes devraient la localiser !).

 

Fiche technique

Éditeur : Lucky Duck Games

Auteur : John D. Clair

Illustrateur : Sabrina Miramon et Matt Paquette

Nombre de joueurs : 2 à 6 joueurs

Âge : 14+

Durée : 45 à 75 minutes

 

Et pour rester dans l’ambiance : si vous n’avez pas reconnu les paroles d’Africa de Toto dans le titre, peut-être avez-vous vu le film Out of Africa ? Sinon, découvrez les bonnes ondes de Jerusalema, interprétée en zoulou par Master KG !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (10)

Default
Brissac
Brissac
Bonjour,
Je sais que cela n'a pas grand chose à voir avec votre papier mais vous qui êtes de la rédaction, pourriez-vous me dire pourquoi le nom des éditeurs a disparu des fiches de jeux ?
KmylleMuzo
KmylleMuzo
Je n'en ai fichtrement aucune idée. Lorsque j'ai écrit mon article, il y avait une fiche de jeu pour la version française et elle semble avoir été fusionnée avec la fiche anglaise pour une raison qui m'échappe...
Brissac
Brissac
Les éditeurs sont revenus. Quant aux fusions avec les VO, c'est plus que fréquent...
limp
limp
Augustus en plus long, plus complexe et plus hasardeux. Le jeu n'est pas mauvais mais souffre drôlement de la comparaison à mes yeux...
morlockbob
morlockbob
Un peu moins enthousiaste. Si le jeu offre de belles parties , il sait aussi être très hasardeux et pesant. A la fois stratégique et chaotique selon les paquets de départ par exemple. L'équilibre n'est pas toujours son fort. Mais quand ça marche, c 'est agréable
KmylleMuzo
KmylleMuzo
J'ai remarqué la même chose concernant effectivement certains paquets de départ. Après deux parties nous avons décidé d'opter pour le draft pour éviter cela !
Moyocoyani
Moyocoyani
Oh oui, le jeu me semble clairement conçu pour le draft, les decks préconstruits n'étant là que pour favoriser sa découverte et aider des joueurs moins expérimentés à le pratiquer avec d'autres connaissant mieux le jeu !
Pit0780
Pit0780
Ah c'est celui là, le Augustus africain ? :D
KmylleMuzo
KmylleMuzo
Je ne connais absolument pas ce jeu !
Nicoduxx
Nicoduxx
Ou Via Magica pour une version plus récente et dans un autre univers.