Ce jeu est sorti le 23 déc. 2001, et a été ajouté en base le 23 déc. 2001 par Monsieur Phal

édition 1999

Standalone
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.
Par : beri | jeudi 31 août 2017 à 09:44
Default
beri
beri
https://www.kickstarter.com/projects/1986861668/stephensons-rocket-the-classic-board-game-returns

Ce très bon jeu de Knizia est de retour sur KS.

Stephenson’s rocket en résumé
Le but est de marquer le plus de PV.

7 locomotives (de 7 compagnies ferroviaires) sont placées sur leurs villes de départ en début de partie.

Tour de jeu
À mon tour, j’ai droit à deux actions :
- prendre une marchandise sur une ville industrielle (il y en trois par ville, dont deux identiques – au total, il existe 4 types de marchandises en 9 exemplaires chacun)
- poser une gare (sur une case libre non adjacente à une loco)
- déplacer une loco (pas deux fois la même en un tour)

Quand je déplace une loco, je choisis de la faire aller soit tout droit, soit 120° à gauche, soit 120° à droite. Je gagne un titre de cette compagnie, qui me permettra notamment d’avoir de l’influence sur son avenir.

Puis, si un joueur souhaite poser son veto à mon mouvement, il le déclare et on fait une enchère en un seul tour de table : chaque enchérisseur dit combien de titres de cette compagnie il est prêt à payer et indique sur lequel des 3 emplacements il préfère que la locomotive aille (il est possible de la maintenir sur l’emplacement choisi par le joueur actif). À l’issue du tour de table, il suffit au joueur actif d’égaler la plus forte enchère pour maintenir son cap choisi. Ce mécanisme de veto permet donc des sales coups et pas mal d’interaction.

Une fois l’enchère terminée, une tuile Rail est placée derrière la loco.

Donc plus je déplace une loco/étends une ligne, plus j’ai de titres de cette compagnie et donc d’influence dessus. Mais plus j’en dépense sur des vetos, plus je perds en influence.

Scorings en cours de partie
Quand, à l’issue d’une enchère, une locomotive est devenue adjacente à :
1) une ville industrielle, celui qui a le plus de marchandises de cette ville marque 2 PV (le deuxième 1)
2) une ville ferroviaire – et il y en a pas mal –, celui qui a le plus de gares sur le parcours de la ligne marque 1 PV par ville que cette ligne touche (le deuxième a la moitié)
3) une case appartenant à une autre compagnie, celui qui a le plus de titres de la compagnie qui vient de s’étendre marque 1 PV par ville que cette ligne touche (le deuxième a la moitié) puis les deux lignes fusionnent : celle qui vient de se déplacer disparaît et ses actionnaires échangent ses titres contre des titres de l’autre compagnie à 2 pour 1. La loco qui vient de se déplacer est retirée du plateau et remplacée par une tuile Rail. Donc plus ça va, moins il y a de compagnies et plus elles sont grosses.

Fin de partie
La partie se termine s’il ne reste qu’une compagnie sur le plateau ou s’il n’y a plus de tuiles Rail.

On score chaque ligne comme dans les cas 2) et 3) ci-dessus (majo gares et majo titres).
Le majoritaire sur chaque type de ressource marque 6 (le deuxième 3).

Stephenson’s rocket n’est donc pas tant un jeu de connexions qu’un jeu de gestion de ses titres, de (dé)placement géographique, de majorité et d’enfoirés :D
ReiXou
ReiXou
C'est je pense le jeu le plus compliqué créé par Knizia.

Assez agreable à jouer mais les règles sont tellement contre intuitive que dans les faits, j'ai toujours eu beaucoup de mal à le sortir. J'ai revendu ma boite.
Etherion
Etherion
Ton premier Kickstarter @Beri ?
beri
beri
Non, mon premier était Evolution.
Pour SR, j’ai déjà la première édition, je posais juste l’info pour faire connaître ce bien bon jeu.