Default
Bento
Bento

Hausse du prix des matières premières et de transport, allongement du temps de transport, taxes à l'importation (récents pour les achats hors UE)...mais aussi inflation, révoltes sociales, augmentation des salaires, pénurie de main d'oeuvre, revendications sociales (oui oui en Chine!).

https://m.youtube.com/watch?v=TWuP5Ysi1XM

https://m.youtube.com/watch?v=4Z6MaPG0YKo
PédroLeRoiduTango
PédroLeRoiduTango
On va être contraints de jouer à notre pile de jeu encore sous blister   
limp
limp
Tu veux dire qu'on va inverser les rôles avec la Chine ?
SDO
SDO
Encore faudrait-il qu'on ait le savoir-faire en Europe...
jwel_01
jwel_01
Petit intermède musical

The Doors - The End (Original Version)

afin que ce fil serve quand même à quelque chose :-)
 
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Cette histoire de savoir faire a toujours été un prétexte et un semblant d'excuse pour expliquer les délocalisations.

On peut juste faire une exception avec les produits de très haute technologie à usage civil et encore, c'est vraiment d'ordre structurel.

La véritable raison des délocalisations, c'est évidemment la course au profit maximum.

Le second élément de langage concernant les raisons de la délocalisation, c'est que produire localement coûte plus cher au consommateur.

Bien sur que ça coûte plus cher puisque produire en Chine revenait à profiter d'une main d'oeuvre à très bas coût et à des conditions fiscales royales. Mais les choses changent et la pandémie a amplifié ce phénomène de retournement.

Sauf que, maintenant, pour relocaliser, il faut investir massivement.

Investir pour former les gens.
Investir pour la recherche.
Investir pour créer des structures de production.

Or, à part quelques tentatives de retour à la maison, les grandes multinationales qui contrôle les plus importantes usines dans le monde sont plus que réticentes, pariant sur un retour à la normale et font le dos rond, surtout que les dividendes continuent à pleuvoir.

Pour sortir du cercle infernal : petit pouvoir d'achat entraîne achat au moindre coût entraîne délocalisations entraîne perte d'emploi entraîne petit pouvoir d'achat, il faut une politique claire d'investissement massif de l'Etat ou de l'Europe pour favoriser le retour des multinationales ou la création de nouvelles entreprises ou groupement d'entreprises.

Alors, on a aussi des contraintes liées à notre régime social, la nécessaire prise en compte de l'environnement et notre train de vie pour faire simple.

Mais ce sont en fait des atouts importants : la production locale est une consommation locale pour la part la plus importante, du fait d'un bon pouvoir d'achat et de temps de loisir disponible.

En gros, là, on part quand même d'une friche dont il faut réinventer un modèle de vie sociale qui convient à tout le monde.

Ce n'est pas gagné.

Pour en revenir au jeu de société, qui est quand même une toute petite partie de la production, l'adaptation est quand même, à mon humble avis, beaucoup plus facile et rapide, justement à cause de cette taille réduite des structures.

Si on part du constat de ce qui existe en matière locale, au niveau de l'Europe, on peut déjà faire des jeux. Alors il y aura peut être moins de matériel, moins de plastique ou de métal mais on ne va pas retourner à l'âge de pierre, quand même.

Comment réagira le public ? Très chouchouté ces derniers temps, il a pris l'habitude du luxe et du confort. Mais il ne faut pas non plus trop exagérer dans cette voie, l'important a toujours été que c'était la qualité des jeux qui entrainaient l'adhésion.

Quand je parlais du Livre Blanc des éditeurs, réfléchissants sur les nouveaux aspects à prendre en compte pour produire des jeux, je pensais qu'on n'en était déjà plus là, qu'on n'avait plus le temps de ces longues tables rondes interminables et que l'action devenait l'axe prioritaire. Malheureusement, les faits récents me donnent raison et je crains qu'on ait quelques années difficiles devant nous.

PS : je n'achète pas Descent finalement.... la raison l'emporte sur la passion et j'ai encore plein parties de Saga à faire, par exemple et que je n'ai pas envie que les jeux dorment trop longtemps. Le Heroquest Hasbro sera sans doute mon dernier jeu neuf de cette importance. Pour le reste, j'ai quelques Emmaüs pas trop loin ;) Et rigolez pas, j'ai trouvé un Space Crusade plus que complet il y a quelques jours ;)

 
SDO
SDO
Gabriel Ombre dit :Cette histoire de savoir faire a toujours été un prétexte et un semblant d'excuse pour expliquer les délocalisations.

La véritable raison des délocalisations, c'est évidemment la course au profit maximum.
 
Tes 2 arguments se percutent.
On délocalise pour des questions de coûts.
On ne relocalise pas pour des raisons de coût, de courage politique et de savoir-faire. Sans même parler de nos capacités de production qui sont, factuellement, très inférieures à celles de la Chine (et par extension du continent asiatique.)

Et le consommateur, soi disant très concerné par la question écologique, dès que ça touche son portefeuille il tourne casaque.
 
Bento
Bento
SDO dit :Encore faudrait-il qu'on ait le savoir-faire en Europe...

Ne pas produire (ou moins produire) en Chine ne signifie pas forcément produire en Europe.

Dans certains cas, c'est pertinent (cas de Salomon dans la vidéo), dans d'autres, ce sera dans d'autres pays...

Après, voilà, plusieurs facteurs vont dans le même sens.

Personnellement, j'ai reçu une commande de Chine. Et j'ai du payer la taxe douanière pour les achats hors UE (20% du montant). Alors, en entendre parler c'est une chose, la payer en est une autre. Et j'avoue que c'est assez dissuasif.

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Un bon compte rendu bien detaillé de l'histoire des délocalisations et du comment la Chine a pu attirer les investisseurs à partir des années 1970 devrait être un livre de chevet pour tout homme politique ambitionnant de gouverner.

Je ne sais pas trop se qui se télescope dans mon raisonnement, SDO, mais c'est justement la situation actuelle qui doit être amenée à changer, sans s'appesantir de l'inertie propagée par ceux qui ne voient pas d'espoir.
Lymon Flowers
Lymon Flowers
Pour avoir touché un peu au sujet, trouver une imprimerie qui sait produire des planches de pions prêts à dépuncher avec la découpe qui va bien … en Europe il n'y en a quasiment pas ! 

Alors oui, je suis d'accord avec Gabriel Ombre, pour relocaliser ce genre de choses, il faut investir, former.  C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.  Et c'est un peu le problème de la poule et de l'œuf. 
Default
Pikaraph
Pikaraph
Lymon Flowers dit :Pour avoir touché un peu au sujet, trouver une imprimerie qui sait produire des planches de pions prêts à puncher avec la découpe qui va bien … en Europe il n'y en a quasiment pas ! 

Alors oui, je suis d'accord avec Gabriel Ombre, pour relocaliser ce genre de choses, il faut investir, former.  C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.  Et c'est un peu le problème de la poule et de l'œuf. 

Je dirais même plus : des entreprises qui répondent à tes demandes de devis... puis qui sont capables de produire correctement (au moins aussi bien qu'en Chine).

Il y a clairement un savoir-faire qu'on n'a pas (ou plus) et surtout une envie de bosser qui semble manquer, tout simplement.
Tu fais une demande de devis avec un partenaire chinois : tu as le devis le lendemain... Tu fais pareil avec un français, ben tu peux attendre un moment.

the_ranger
the_ranger
Lymon Flowers dit :C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.

L'argument du pouvoir du consommateur revient régulièrement, sur plein de sujets de production/consommation, mais dans les faits, comment ce pouvoir peut-il s'exercer ?
Et tout particulièrement lorsqu'il n'y a justement pas d'alternative proposée pour certains produits (pas de production plus locale, etc.) ?

Potrick
Potrick
Il y a quelques années, Ludo Fakt produisait moult boites en Allemagne (et évidemment beaucoup moins que l'ensemble des usines chinoises)

Quelqu'un sait si ils ont réduit la voilure ou même fermé boutique ?
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
On en demande beaucoup trop aux gens, comme si c'étaient de leur faute tout ce qui arrive alors qu'ils sont justement les victimes de l'action politique de leurs dirigeants.

Le pouvoir du consommateur est limité, du moins quand il est isolé. Une représentation au sein d'un syndicat, d'une association de défense, a déjà plus de poids car ce qui a vraiment du pouvoir, c'est le nombre et même cette masse critique qui fera que les décideurs tiendront compte de leurs remarques.

Mais ne les mettons pas sur le même plan. Le pouvoir décisionnaire appartient quasi exclusivement aux dirigeants, ceux qui ont le pouvoir de changer la donne.

Ou alors le peuple casse tout dans un élan révolutionnaire bien sanglant et on reprend depuis le début.

Le consommateur n'a souvent pas le choix, c'est vrai, et surtout ce choix est limité par ses contraintes économiques.

Il voudrait manger mieux mais le mieux coûte vraiment beaucoup plus cher, il voudrait rouler propre mais on lui a tellement raconté de mensonges pour faire passer le diesel et la maison de campagne qu'il n'est plus prêt à avaler n'importe quoi et surtout de se sentir puni alors qu'il a subi.

Et puis, il y a le message envoyé. Le premier auquel on veut croire car c'est sur lui qu'on a construit sa vie et le second qui dit : mais pourquoi vous avez fait ça ? Ce n'est pas bien !

Le savoir faire, c'est une fumisterie. Comme si on ne savait pas faire ! Comme si on n'avait pas l'outil éducatif pour justement savoir faire ! Les Européens sont des mollusques ?

C'est juste que le pouvoir, pour des raisons très intéressées, ne souhaite pas qu'on fasse et qu'il ne donne pas les moyens d'exploiter ce savoir faire.

On n'a pas assez d'entreprises de petite et surtout de taille moyenne, on n'a clairement pas assez d'investissement industriel parce que la priorité est aux dividendes.

Et cela, tous les économistes un peu responsables et pas inféodés le disent depuis des lustres.
Bento
Bento
Gabriel Ombre dit :On en demande beaucoup trop aux gens, comme si c'étaient de leur faute tout ce qui arrive alors qu'ils sont justement les victimes de l'action politique de leurs dirigeants.

Le pouvoir du consommateur est limité, du moins quand il est isolé. Une représentation au sein d'un syndicat, d'une association de défense, a déjà plus de poids car ce qui a vraiment du pouvoir, c'est le nombre et même cette masse critique qui fera que les décideurs tiendront compte de leurs remarques.

Mais ne les mettons pas sur le même plan. Le pouvoir décisionnaire appartient quasi exclusivement aux dirigeants, ceux qui ont le pouvoir de changer la donne.

Ou alors le peuple casse tout dans un élan révolutionnaire bien sanglant et on reprend depuis le début.

Le consommateur n'a souvent pas le choix, c'est vrai, et surtout ce choix est limité par ses contraintes économiques.

Il voudrait manger mieux mais le mieux coûte vraiment beaucoup plus cher, il voudrait rouler propre mais on lui a tellement raconté de mensonges pour faire passer le diesel et la maison de campagne qu'il n'est plus prêt à avaler n'importe quoi et surtout de se sentir puni alors qu'il a subi.

Et puis, il y a le message envoyé. Le premier auquel on veut croire car c'est sur lui qu'on a construit sa vie et le second qui dit : mais pourquoi vous avez fait ça ? Ce n'est pas bien !

Le savoir faire, c'est une fumisterie. Comme si on ne savait pas faire ! Comme si on n'avait pas l'outil éducatif pour justement savoir faire ! Les Européens sont des mollusques ?

C'est juste que le pouvoir, pour des raisons très intéressées, ne souhaite pas qu'on fasse et qu'il ne donne pas les moyens d'exploiter ce savoir faire.

On n'a pas assez d'entreprises de petite et surtout de taille moyenne, on n'a clairement pas assez d'investissement industriel parce que la priorité est aux dividendes.

Et cela, tous les économistes un peu responsables et pas inféodés le disent depuis des lustres.

Le pouvoir politique a justement décidé et mis en oeuvre une taxe douanière sur les e-achats hors UE.
20% (TVA ?), c'est assez dissuasif. Et au pire, ça nourrit quand même un peu le budget de l'État.

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Le système mis en place le 1er juillet 2021 ?

Il régularise les situations de ceux qui achetaient hors la loi des produits hors CEE auprès de plate formes qui ne reversaient pas la TVA.

La TVA sur ce type de produit a toujours existé. Il existait une tolérance pour les achats jusqu'à 22 euros mais c'est terminé pour éviter les achats fractionnés.

Pour faire simple, les achats sur Internet hors CEE, c'est le Far west. Les règles existent mais elles ne sont pas respectées par certaines plate formes.

Du coup, il va y avoir une bonne pression sur ces plateformes pour les inciter à s'inscrire pour payer les taxes des ressortissants européens sinon les douaniers seront de plus en plus enclins à contrôler leurs paquets et appliquer les taxes au consommateur.

Donc en fait ça ne change pas grand chose pour ceux qui commandaient sur des plateformes qui étaient déjà dans les clous.

Pour les autres, il y a le risque de voir son colis saisi par la douane et de devoir payer une taxe.
Prince-Baron
Prince-Baron
C'est pas le prix C'est la marge qui est importante pour une entreprise.

Et dans le cas des grosses multinationales il faut de grosses marges pour payer les gros et haut salaires des dirigeants et les dividendes.

Ce n'est pas forcément le coût des ouvriers qui est toujours la plus grosse dépense.

Ensuite si on appliquait les lois et règles douanières cela éviterait également une distortion de concurrence.

Empêcher la spéculation ( artificielle rt manipulée) sur les matières premières calmerait aussi beaucoup les choses.

Quant au "choix" du consommateur.
Pour choisir ilfaut des informations et des propositions vraiment différentes. Tu as 20 marques de lessives mais derrière uniquement 2 ou 3 entreprise et finalement des approches quasi identique oú est le.choix?

De plus entre les infos que l'on n a pas et celle que l'on ne comprend pas. Cela amène à une prise de décision sur des critères limités et pas forcément pertinent.
Le Zeptien
Le Zeptien
Pikaraph dit :
Lymon Flowers dit :Pour avoir touché un peu au sujet, trouver une imprimerie qui sait produire des planches de pions prêts à puncher avec la découpe qui va bien … en Europe il n'y en a quasiment pas ! 

Alors oui, je suis d'accord avec Gabriel Ombre, pour relocaliser ce genre de choses, il faut investir, former.  C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.  Et c'est un peu le problème de la poule et de l'œuf. 

Je dirais même plus : des entreprises qui répondent à tes demandes de devis... puis qui sont capables de produire correctement (au moins aussi bien qu'en Chine).

Il y a clairement un savoir-faire qu'on n'a pas (ou plus) et surtout une envie de bosser qui semble manquer, tout simplement.
Tu fais une demande de devis avec un partenaire chinois : tu as le devis le lendemain... Tu fais pareil avec un français, ben tu peux attendre un moment.

Pardon Pikaraph, mais là tu te doutes bien que c'est assez caricatural. Des malfaçons et des retards de livraison de produits venant de Chine, ça existe aussi. Questions jeux par exemple, des cartes qui puaient les produits chimique, on en a parlé ici.  

Les "délocaliseurs" qui se sont justifiés pendant des années en invoquant le savoir-faire, la rapidité ou l'efficacité en Chine (ou ailleurs) sont des hypocrites : Ils ont délocalisés pour des raisons purement financières, histoire de réduire les couts et gagner toujours plus de sous. Ils sont allés là ou les ouvriers sont les moins chers. Le malheur, c'est qu'ils ont entraîné ensuite d'autres boîtes qui n'ont pas eu le choix car ne trouvant plus d'unité de fabrication à proximité.

C'est un exemple que j'ai souvent cité (il y a pas longtemps d'ailleurs sur un autre topic), mais il m'avait marqué car parfaitement révélateur : j'entendais un jour à la radio un journaliste qui interrogeait un entrepreneur français qui avait délocalisé sa production de lingerie féminine en Tunisie. Sans jamais parler de coût (évidemment), il parlait de flexibilité du travail, du savoir-faire des travailleurs tunisiens, de la facilité de trouver les matières premières, etc...Quand le journaliste lui a demandé si éventuellement il pourrait un jour relocalisé en France, il a donné la réponse suivante :
- "Ah ben non, plus personne ne sait travailler ce genre de produit en France !"

...et là, je me souviens avoir lâché spontanément un "Mais la faute à qui c****** !?"

Pourquoi des gens iraient ce former pour un métier qui n'existe même plus dans leur pays ? Ce ne sont pas les gens qui voulaient plus travailler ou qui ne savaient plus faire, ce sont les détenteurs des biens et moyens de productions qui se sont barrés ailleurs et en transmettant en plus le savoir-faire.  Et pour rattraper ça maintenant, c'est pas gagner hein...

Nissa la Bella
Nissa la Bella
Ce sujet :

a) devient inutilement polémique, sans qu'il soit possible d'y apporter une solution ou qu'une réponse - censée - soit donnée
b) prend une connotation "gilets jaunes"
c) adopte une tournure zémouriste (ou zémourienne, je ne sais pas comment on dit, alors je vous laisse choisir pour éviter d'être taxé de quoi ou qui que ce soit)
d) ne traite pas d'Obi-wan Kenobi

Choisissez la bonne réponse !

Finalement, c'est une énième resucée de tous les lieux communs qui se lisent partout désormais, sans réel intérêt.



 
Pikaraph
Pikaraph
Le Zeptien dit :
Pikaraph dit :
Lymon Flowers dit :Pour avoir touché un peu au sujet, trouver une imprimerie qui sait produire des planches de pions prêts à puncher avec la découpe qui va bien … en Europe il n'y en a quasiment pas ! 

Alors oui, je suis d'accord avec Gabriel Ombre, pour relocaliser ce genre de choses, il faut investir, former.  C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.  Et c'est un peu le problème de la poule et de l'œuf. 

Je dirais même plus : des entreprises qui répondent à tes demandes de devis... puis qui sont capables de produire correctement (au moins aussi bien qu'en Chine).

Il y a clairement un savoir-faire qu'on n'a pas (ou plus) et surtout une envie de bosser qui semble manquer, tout simplement.
Tu fais une demande de devis avec un partenaire chinois : tu as le devis le lendemain... Tu fais pareil avec un français, ben tu peux attendre un moment.

Pardon Pikaraph, mais là tu te doutes bien que c'est assez caricatural. Des malfaçons et des retards de livraison de produits venant de Chine, ça existe aussi. Questions jeux par exemple, des cartes qui puaient les produits chimique, on en a parlé ici.  

Les "délocaliseurs" qui se sont justifiés pendant des années en invoquant le savoir-faire, la rapidité ou l'efficacité en Chine (ou ailleurs) sont des hypocrites : Ils ont délocalisés pour des raisons purement financières, histoire de réduire les couts et gagner toujours plus de sous. Ils sont allés là ou les ouvriers sont les moins chers. Le malheur, c'est qu'ils ont entraîné ensuite d'autres boîtes qui n'ont pas eu le choix car ne trouvant plus d'unité de fabrication à proximité.

C'est un exemple que j'ai souvent cité (il y a pas longtemps d'ailleurs sur un autre topic), mais il m'avait marqué car parfaitement révélateur : j'entendais un jour à la radio un journaliste qui interrogeait un entrepreneur français qui avait délocalisé sa production de lingerie féminine en Tunisie. Sans jamais parler de coût (évidemment), il parlait de flexibilité du travail, du savoir-faire des travailleurs tunisiens, de la facilité de trouver les matières premières, etc...Quand le journaliste lui a demandé si éventuellement il pourrait un jour relocalisé en France, il a donné la réponse suivante :
- "Ah ben non, plus personne ne sait travailler ce genre de produit en France !"

...et là, je me souviens avoir lâché spontanément un "Mais la faute à qui c****** !?"

Pourquoi des gens iraient ce former pour un métier qui n'existe même plus dans leur pays ? Ce ne sont pas les gens qui voulaient plus travailler ou qui ne savaient plus faire, ce sont les détenteurs des biens et moyens de productions qui se sont barrés ailleurs et en transmettant en plus le savoir-faire.  Et pour rattraper ça maintenant, c'est pas gagner hein...

Oulà, je te donne juste un exemple concret de mon expérience toute récente. Il y a un paquet de monde qui souhaiterait faire fabriquer en France, mais de base quand les boites que tu démarches ne répondent même pas à tes demandes de devis, il y a tout de même un problème. Et quand je dis pas répondre, c’est même pas un mail laconique qui dit non.

A aucun moment je n'ai dit que les Chinois étaient parfaits, qu'on soit bien clair (moi aussi j'ai eu une boite d'Edenia qui puait la colle pas séchée, un Clash of Cultures avec les figurines jaunes qui pissent le solvant, etc).
Mais rien que là, quand tu veux donner du boulot, on ne te répond pas ! Donc je comprends les éditeurs qui vont au plus simple : Chine ou Pologne.

Default
Prince-Baron
Prince-Baron
Nissa la Bella dit :Ce sujet :

a) devient inutilement polémique, sans qu'il soit possible d'y apporter une solution ou qu'une réponse - censée - soit donnée
b) prend une connotation "gilets jaunes"
c) adopte une tournure zémouriste (ou zémourienne, je ne sais pas comment on dit, alors je vous laisse choisir pour éviter d'être taxé de quoi ou qui que ce soit)
d) ne traite pas d'Obi-wan Kenobi

Choisissez la bonne réponse !

Finalement, c'est une énième resucée de tous les lieux communs qui se lisent partout désormais, sans réel intérêt.



 

Ce que tu appelles  lieux communs d'autres nomment cela des faits.
Mais tous le monde s'en fout...

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
C'est son droit, Prince Baron :)

Après, qu'il nous demande de nous taire parce que tout cela l'ennuie n'engage que sa propre personne.

Ce n'est pas que tout le monde s'en fiche, c'est qu'il y en a pas mal qui pensent que le système actuel ne fonctionne pas trop mal, parce qu'ils arrivent à s'en tirer. C'est de l'instinct de survie qui ne fait pas vraiment de cadeau et qui ne connaît pas d'amis quand les choses tournent mal. Et tout cela s'explique très bien, de façon très naturelle puisque c'est un caractère de l'humanité. Je ne vais quand même pas leur reprocher d'être humain :)

Et honnêtement, même avec toute l'empathie dont je suis capable et la bienveillance dont je fais preuve auprès de mon entourage, il m'arrive de me comporter en mode survie aussi :)

Les éditeurs de jeu ne sont pas plus à montrer du doigt que tous les autres acteurs économiques. On est tous dans le même bateau. Mais il ne faut pas trouver de faux prétextes à l'inaction.

Les réponses ne sont pas si compliquées mais sont-elles acceptables et seront-elles acceptées ?

Si pour mon jeu, j'ai besoin de pions en carton, est-ce que j'ai l'entreprise capable de les fabriquer pas trop loin ? Et sinon, suis-je capable de remplacer ces pions par autre chose ? Du bois par exemple ? Est ce que je peux m'adapter à l'offre de production ?

C'est clair, tout n'est pas remplaçable. Faut-il revoir la conception du jeu alors ?

C'est une démarche possible mais contraignante. Est ce qu'elle restreint la création ? Au moins, elle fait réfléchir.

Il y a aussi ce problème de l'échelle de production qui condense et mutualise les coûts annexes. De toute façon, les prix des jeux augmentent du fait du transport et de la hausse des matières premières. C'est le bon moment pour penser à réviser la chaîne de fabrication.

Alors, on peut aller jusqu'à l'extrême aussi : les jeux ont-ils besoin d'être produits ?

On peut imaginer de petites structures de production qui remplaceraient les magasins de jeux. On achète alors la règle du jeu et donc une licence pour faire fabriquer son jeu dans cette petite unité de production selon ses propres goûts et qualité désirés ou le réaliser soi même, par exemple en trouvant dans cette même structure des éléments génériques.

On élimine les pénuries de jeux parce qu'ils sont toujours disponibles. On élimine aussi l'obsolescence. Alors d'un autre côté, il n'y a plus la belle boîte commune à tous les acheteurs mais est-ce si important ?

Je compare un peu avec ce qui existe dans le domaine du livre, en auto édition et en impression à la demande. Ce n'est pas exactement la même chose mais la démarche est relativement semblable.

Je compare aussi avec ce qui existe déjà : des jeux en DIY, on en trouve pas mal sur la toile. C'et marginal mais c'est peut être une bonne idée de généraliser ?

Promis, je ne touche pas aux jeux de cartes et de dés quoique... c'est surtout les JCC comme Magic qu'il faudrait repenser pour éviter ces millions de cartes qui ne servent absolument à rien. Keyforge apporte une solution encourageante mais est en défaut d'algorithme en ce moment. On a d'autres exemples de solutions avec Aeon's End, Star Realms ou Clank pour ne citer que ceux là.

Des choses réalisables en Europe, avec des coûts de production raisonnables.

Reste les matières premières... Mais on peut développer encore davantage les systèmes de recyclage, par exemple.

Je suis conscient que tout n'est pas possible. Néanmoins, on peut essayer.

C'est du 95 % sans lieux communs et 5 % de matière grise ;)

 
Nicky Larson
Nicky Larson
Lymon Flowers dit :Pour avoir touché un peu au sujet, trouver une imprimerie qui sait produire des planches de pions prêts à dépuncher avec la découpe qui va bien … en Europe il n'y en a quasiment pas ! 

Alors oui, je suis d'accord avec Gabriel Ombre, pour relocaliser ce genre de choses, il faut investir, former.  C'est un choix politique mais qui appartient aussi au consommateur.  Et c'est un peu le problème de la poule et de l'œuf. 

Un choix qui appartient au consommateur... ce genre de postulat me fait bien rire. Il est ou le choix quand l'ensemble des usines produit en chine ? Mais comme pour le véganisme et la mondialisation, tu remet toujours la faute sur tes concitoyens dont je pense que tu les considèrent comme à moitier attardé et dénué d'esprit de reflexion.

Même si des fois on peut agir à notre petite échelle, les véritables changement s'opèrent à un échelle beaucoup plus grande et ce sont donc les décideurs qui ont seul la main pour changer les choses.

Et ne me parle pas du vote et de la démocratie, car comme Coluche disait si bien "Si voter changeait quelque chose il y a longtemps que ça serait interdit."


Pour ce qui concerne les savoir faire on peut toujours former et se développer faut juste la volonté étatique qui va avec.

Nicky Larson
Nicky Larson
Nissa la Bella dit :Ce sujet :

a) devient inutilement polémique, sans qu'il soit possible d'y apporter une solution ou qu'une réponse - censée - soit donnée
b) prend une connotation "gilets jaunes"
c) adopte une tournure zémouriste (ou zémourienne, je ne sais pas comment on dit, alors je vous laisse choisir pour éviter d'être taxé de quoi ou qui que ce soit)
d) ne traite pas d'Obi-wan Kenobi

Choisissez la bonne réponse !

Finalement, c'est une énième resucée de tous les lieux communs qui se lisent partout désormais, sans réel intérêt.

Nissa la Bella, ce n'est pas toi qui pleuré il n'y a pas si longtemps sur le forum waht's your game parceque ton petit KS il à pris du retard ? Ce n'est pas une énième polémique inutile qui n'aura pas de réponse ou de solution ?

Pour le reste ton fiel dégueulasse et méprisant sur les gilet jaune et zémour tu peut le garder pour toi, ça n'a rien à faire ici a part activé volontairement la réponse a) et montré à tout le monde que tu as raison.

Si tu participe soit constructif au moins.

jmguiche
jmguiche
C’est sur, on est obligé d’acheter des jeux avec des figurines en plastiques importés de chine par des cargos voguants au plus polluant des mazout. Le choix, personnel, de ne pas acheter, ne nous est pas accessible…

Ce n’est pas un appel au boycott, juste une réflexion sur le fait que ce que nous faisons, en achetant un jeu et beaucoup d’autres choses est un choix librement fait de notre part en parfaite connaissance de cause. Et beaucoup de ces choses, dont le jeu, on n’en a pas besoin pour vivre, juste pour se faire plaisir.

Il y a pour moi une totale responsabilité du consommateur car rien ne l’oblige à consommer. Il a du plaisir à le faire et, s’il le fait, se fout totalement des conséquences. 

 
Ymokal
Ymokal
jmguiche dit :C’est sur, on est obligé d’acheter des jeux avec des figurines en plastiques importés de chine par des cargos voguants au plus polluant des mazout. Le choix, personnel, de ne pas acheter, ne nous est pas accessible…

Ce n’est pas un appel au boycott, juste une réflexion sur le fait que ce que nous faisons, en achetant un jeu et beaucoup d’autres choses est un choix librement fait de notre part en parfaite connaissance de cause. Et beaucoup de ces choses, dont le jeu, on n’en a pas besoin pour vivre, juste pour se faire plaisir.

Il y a pour moi une totale responsabilité du consommateur car rien ne l’oblige à consommer. Il a du plaisir à le faire et, s’il le fait, se fout totalement des conséquences. 

 

Ca me fait penser à un gars entendu début août à la radio, juste après que l'humanité ait consommé l'ensemble de son budget de ressources planétaires ("le jour du dépassement"), et qui disait que notre belle planète pouvait faire vivre 10-11 milliards d'hommes. Comme il l'expliquait, le problème, ce n'est pas nos besoins, mais nos envies ...

XavO
XavO
SDO dit :
Et le consommateur, soi disant très concerné par la question écologique, dès que ça touche son portefeuille il tourne casaque.

Je connais pas mal de personnes qui ont largement réduit leurs achats de jeux neufs pour des raisons écologiques, achetant globalement moins et proportionnellement plus d'occasion et essayant d'acheter plus responsable. Il y a des personnes qui font l'effort d'essayer de mettre en cohérence leur pensée et leur comportement. Ce n'est pas forcément simple et sur ce sujet de l'impact environnemental, nous avons (presque) tous nos contradictions.

Pour le logement et les transports, là on est au delà de la responsabilité individuelle.

loïc
loïc
XavO dit :

Je connais pas mal de personnes qui ont largement réduit leurs achats de jeux neufs pour des raisons écologiques, achetant globalement moins et proportionnellement plus d'occasion et essayant d'acheter plus responsable. Il y a des personnes qui font l'effort d'essayer de mettre en cohérence leur pensée et leur comportement. Ce n'est pas forcément simple et sur ce sujet de l'impact environnemental, nous avons (presque) tous nos contradictions.
 

Comme beaucoup de choses, c'est loin d'être binaire. Certains apprécient aussi de soutenir un auteur et/ou un éditeur en achetant son jeu en neuf. C'est aussi un moyen de "rémunérer" ce travail.
Le gros problème de notre société, c'est qu'aujourd'hui, pour avoir un salaire, il faut produire. Il est quasi impossible de vivre sans produire. Et donc sans polluer. C'est le gros dilemme et ce qui explique ces contradictions apparentes qui semblent être le lot de chacun d'entre nous.
Tant que le salaire, et donc la survie, dépendront de la production de biens, on aura du mal à en sortir.
Liopotame
Liopotame
jmguiche dit :C’est sur, on est obligé d’acheter des jeux avec des figurines en plastiques importés de chine par des cargos voguants au plus polluant des mazout. Le choix, personnel, de ne pas acheter, ne nous est pas accessible…

Ce n’est pas un appel au boycott, juste une réflexion sur le fait que ce que nous faisons, en achetant un jeu et beaucoup d’autres choses est un choix librement fait de notre part en parfaite connaissance de cause. Et beaucoup de ces choses, dont le jeu, on n’en a pas besoin pour vivre, juste pour se faire plaisir.

Il y a pour moi une totale responsabilité du consommateur car rien ne l’oblige à consommer. Il a du plaisir à le faire et, s’il le fait, se fout totalement des conséquences. 

 

Oui on peut décider de ne pas acheter, ou d'acheter moins. Mais à un moment donné on ne va pas non plus blâmer quelqu'un parce qu'il a un loisir et souhaite découvrir des nouveautés. Si je ne devais acheter qu'un jeu par an et que c'est le jeu X produit en Chine qui m'intéresse, il n'est malheureusement pas interchangeable avec le jeu Y produit en Europe. En ce sens, je considère que non, le joueur n'a pas vraiment le choix, il subit les décisions des éditeurs. 

jmguiche
jmguiche
Liopotame dit :
jmguiche dit :C’est sur, on est obligé d’acheter des jeux avec des figurines en plastiques importés de chine par des cargos voguants au plus polluant des mazout. Le choix, personnel, de ne pas acheter, ne nous est pas accessible…

Ce n’est pas un appel au boycott, juste une réflexion sur le fait que ce que nous faisons, en achetant un jeu et beaucoup d’autres choses est un choix librement fait de notre part en parfaite connaissance de cause. Et beaucoup de ces choses, dont le jeu, on n’en a pas besoin pour vivre, juste pour se faire plaisir.

Il y a pour moi une totale responsabilité du consommateur car rien ne l’oblige à consommer. Il a du plaisir à le faire et, s’il le fait, se fout totalement des conséquences. 

 

Oui on peut décider de ne pas acheter, ou d'acheter moins. Mais à un moment donné on ne va pas non plus blâmer quelqu'un parce qu'il a un loisir et souhaite découvrir des nouveautés. Si je ne devais acheter qu'un jeu par an et que c'est le jeu X produit en Chine qui m'intéresse, il n'est malheureusement pas interchangeable avec le jeu Y produit en Europe. En ce sens, je considère que non, le joueur n'a pas vraiment le choix, il subit les décisions des éditeurs. 

Je ne blâme personne.
Mais si, c’est un choix d’acheter ou pas. Personne n’oblige le client à acheter quoique ce soit. Il choisit d’acheter, il le décide.

Interchangeable ou pas, le client décide d’acheter ce produit sans que rien ne l’y oblige, sans contrainte ni véritable nécessité (c’est une jeu), en toute connaissance de cause.

 

Default
noixman
noixman
Gabriel Ombre dit :Promis, je ne touche pas aux jeux de cartes et de dés quoique... c'est surtout les JCC comme Magic qu'il faudrait repenser pour éviter ces millions de cartes qui ne servent absolument à rien. Keyforge apporte une solution encourageante mais est en défaut d'algorithme en ce moment. On a d'autres exemples de solutions avec Aeon's End, Star Realms ou Clank pour ne citer que ceux là.

Tu compares des choses qui ne le sont pas.
Keyforge: tu n'as pas de construction de paquet.
Aeon's End, Star Realms et Clank!: ce ne sont pas des JCC (flemme de detailler pourquoi par exemple Clank! n'est pas réellement du deck building à mon sens).
Magic: un JCC avec des milliers de cartes différentes avec lesquels tu fais de la construction de paquet. Les cartes inutiles dont tu parles sont en fait utiliser ... ne serait-ce que en draft, sceller et par les gens qui veulent juste du fun sans devoir braquer une banque. (bon ok, pour draft/sceller c'est de l'usage unique mais c'est le jeu qui veut cela, il faudra en fait reformer des boosters au pif a la fin pour les reutiliser plus tard).

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Le consommateur, c'est d'abord une personne, avec ses besoins et aussi ses envies. C'est une personne qui a un budget. C'est aussi une personne qui peut n'avoir que peu de temps pour s'informer. Ce peut être aussi une personne qui ne sait pas sélectionner ses sources d'information. C'est encore une personne qui peut chercher à se fondre dans la foule, à s'intégrer à un groupe et pour cela, respecter certains codes. Ce peut être une personne qui cherche juste à se sentir bien dans sa peau. C'est une personne qui peut être égoïste ou généreuse selon les moments. C'est une personne qui, comme chaque humain fait une chose et son contraire sans réel souci des contradictions.

Le consommateur, il achète ce qu'il pense être disponible et bon pour lui et sa famille. Il achète ce qu'il peut acheter, souvent en jonglant avec un budget limité. Il essaye de faire et de se faire plaisir, parfois et parfois rarement parce qu'il ne faudrait quand même pas qu'il désespère, le consommateur.

Alors, je ne sais pas comment vous vivez, jmguiche, mais sans doute n'avez vous pas trop de problèmes de fin de mois. Sans doute êtes vous assez éduqué pour choisir vos sources d'informations. Sans doute avez vous le temps de lire, et la facilité de lire et d'imaginer. Sans doute les concepts abstraits ne vous sont pas étrangers. Sans doute avez-vous eu le temps de vous forger une opinion sur une argumentation qui tient la route.

Je ne vais pas cacher que j'ai toutes ces facilités. Je suis un privilégié. Rassurez-vous, j'ai aussi mes problèmes et ils sont costauds. Mais je ne vis pas en mode survie.

Non, le consommateur n'est pas maître de sa consommation, simplement parce qu'il ne peut pas dire non à tout : soit il n'y a pas d'alternative satisfaisante, soit elle est hors de portée... soit on s'est déjà engagé dans une voie dont on ne peut que difficilement faire machine arrière.

Il y en a, des passionnés du jeu de société, pas bien riches, qui font l'effort d'acheter un jeu tous les 2 ou 3 mois mais quand ça devient plus tendu question budget, alors c'est ce poste là qui risquera d'être touché en premier.

Ce sont souvent des gens qui travaillent dur et jusqu'à pas d'heure, qui ont une vie de famille qui peut être compliquée... alors ils n'ont pas vraiment le temps de se questionner sur l'origine des jeux... pas conscience et peut être pas envie non plus parce qu'ils font déjà tellement attention à leur quotidien...

Et souvent, ils sont très sensibles à la publicité parce qu'avec elle c'est simple.

Je ne juge pas ces personnes. Comment peuvent-elles faire autrement ?

Mais même elles, avec tout ce qui se rapporte sur le climat et malgré que rien ne soit vraiment clair sur le sujet, ils vont essayer de faire ce qu'ils peuvent, parfois maladroitement et de façon pas très efficace.

Je ne parle évidemment pas des bulots, des mollusques qui s'agrippent à leurs marques, à leur mode, à la folie de vouloir être autre chose qu'eux même, dans le tourbillon des plaisirs aveugles et mortels dont ils souffriront en premier et dont peut être ils souffrent déjà. Peut être est-il déjà trop tard pour eux et qu'ils ne pourront pas s'adapter au premier changement venu.

Vous savez quel est le type d'information le plus souvent cité dans tous les médias réunis ?

Le sport.

Attention, hein, le sport professionnel avec ses vedettes sur médiatisées. Pourquoi s'intéresser à ça ? Vous connaissez les raisons... mais dans l'absolu, est-ce une priorité ?

Alors, je ne vais pas faire dans le complotisme mais faudrait quand même pas être trop dupe du pourquoi le sport est en première page...

Le deuxième sujet, ce sont : les faits divers.

Passionnant...

Et pendant ce temps là, on ne trouve plus de cartes Pokemon nulle part ! Un scandale !