3295
réponses
96
followers
Par : barbi | lundi 2 octobre 2017 à 10:06
Default
Harry Cover
Harry Cover
Terraforming Mars à 2 joueurs avec toutes les extensions. Prélude est vraiment sympa ça dope bien le démarrage même si au final ça ne raccourcit pas les parties, tant mieux.
Toujours pas avec la variante draft, surtout à 2, je n'en vois toujours pas l'intérêt de cette variante.
Je pars avec la mining guild, car j'avais en main la carte permettant de convertir à +1 crédit la titane et le minerai et 2 cartes prelude me donnant du titane et du minerai
Partie un peu galère où j'ai plein de cartes me donnant des réductions mais au final j'oublie un peu de m'installer sur le plateau et de viser les récompenses. Je le ferai soufler ces dernières en 2 tours et également 2 objectifs, ce qui fera un différentiel de 20 points au score. Jamais je n'ai aussi mal joué, j'arrive tout de même à limiter les dégâts avec une défaite 88 - 101

Minerva 2 joueurs 
Bon départ, je chope rapidement les tuiles théatre même si mon adversaire truste un peu les bâtiments militaires pour la gloire. Je rate tout de même l'acquisition de mon dernier assitant et fait un très mauvais placement en fin de partie. Une activiation de moins donc  et une peu rentable .... je perds logiquement mais de peu 47-51
super jeu de tuile mais l'erreur ne pardonne pas, beaucoup de bagarre pour remporter la majorité pour la gloire rend le jeu très interactif

Clans of Caledonia 2 joueurs
J'ai pris le clan donnant le droit de placer 3 ouvriers au départ et mon adversaire celui donnant pleins de marchands et des bonus sur les transactions. Mon adversaire optimise à fond ses revenus et profite au maximun du marché pendant que m'épuise à faire des petits contrats finalement peu lucratifs. Je ne décolle pas niveau production .... je m'incline à nouveau 115-135 

bref la journée de la lose, la chaleur surement crying
Mon top
Aucun jeu trouvé
fdubois
fdubois
Hier soir :

Lorenzo à 4 joueurs (ma 9ème partie) : çà faisait longtemps que je n'y avais pas rejoué et je persiste à penser qu'il n'a pas besoin d'extension, le jeu de base possède suffisamment de variété : outre les jets de dés, l'ordre d'arrivée semi aléatoire des cartes dans les tours, le nombre de cartes (24 par tour soit 96 cartes en tout !!!!), c'est surtout l'interaction entre les joueurs qui fera les parties. Et à 4, l'ordre du tour devient primordial et fait l'objet d'une lutte féroce. Et je n'ai toujours pas introduit les personnages !!!

Tzolkin à 4 joueurs (ma 9ème partie) : à force d'y jouer (très mal), je suis persuadé qu'il faut mettre en branle un moteur à maïs et éviter de nourrir ses ouvriers lors du premier quart de la partie. En effet, le maïs doit servir à poser des ouvriers plutôt qu'à nourrir pour faire des grosses actions afin de lancer la machine. Et du coup, il n'y a pas 36 façons de générer du maïs :
- la meilleure : Yaxchilan, technologie "Extraction de ressources" à fond et conversion de ressources à Uxmal 2
- l'autre : Palenque et technologie "Agriculture".

Il n'y a pas à dire, on sait faire de très bons jeux en Italie : Lorenzo, Marco Polo, Grand Austria Hotel, Tzolkin.
C'est 4 jeux font désormais partie de mon panthéon ludique.
Hojyn
Hojyn
fdubois dit :Hier soir :

Lorenzo à 4 joueurs (ma 9ème partie) : çà faisait longtemps que je n'y avais pas rejoué et je persiste à penser qu'il n'a pas besoin d'extension.

Lorenzo n'a pas besoin d'extension, c'est vrai, mais si ce n'est pas déjà fait je te conseille quand même de l'essayer parce qu'elle dépote quand même assez sérieusement. :D

beri
beri
Hier soir : 1H30 à jouer à The Mind avec un groupe archi dissipé/tricheur/yolo/pas logique. Dur…
Ornifan
Ornifan
Mais QUE DIABLE allais-tu faire dans cette GALÈRE ?!? 
Amicalement,

Emmanuel qui doit regarder tes dates et te donner les siennes
stfrantic82
stfrantic82
Ornifan dit :Mais QUE DIABLE allais-tu faire dans cette GALÈRE ?!? 
Amicalement,

Emmanuel qui doit regarder tes dates et te donner les siennes

Un petit TTA ?

beri
beri
Ben je voulais juste amicalement les contaminer. Mais c’étaient des causes perdues…
brokoli
brokoli
Quelques parties de Compatibility avec un groupe qui a adoré.

Quelques Kingdom Builder aussi, 2 joueurs à chaque fois. Ce n'est pas la configuration que je préfère, je trouve que ça manque de tension et que c'est trop "facile" de chercher les tuiles pouvoir. Mais j'ai trop peu l'occasion de jouer à ce jeu donc je m'y fais. C'est vraiment un très grand jeu, d'une profondeur stratégique insoupçonnée : comme dans Dominion, il est possible d'analyser énormément de choses avec les éléments de départ et les premiers coups sont fondamentaux.

Un peu d'Innovation, après une longue pause. J'ai vu de la part de mon adversaire des coups d'une géniale créativité, c'est pour ça que j'adore ce jeu.

Deux Terraforming Mars à deux joueurs. Sans draft (et franchement, ça ne m'a pas paru plus hasardeux qu'avec).
Je joue Credicor dans les deux parties.
1e partie : Contre Interplanetary cinematics.
Mon adversaire développe bien les cartes sciences et est bien placé pour les objectifs et récompenses (il réussira finalement à en avoir deux de chaque). En plus il met en place un bon moteur de plante. De mon côté, je me focalise sur la production de titane : ma connaissance du jeu me permet de savoir que les cartes espace sont souvent chères et donc me permettent d'utiliser à bien mon pouvoir de corporation qui valorise les cartes chères. Mais je galère un peu à trouver ces fameuses cartes espace que je cherche et ça me donne quelques retards. Parallèlement, je me rends compte que les projets standards Ville et Forêt sont avantageux avec ma corporation Credicor (1e partie avec), ce qui me permet d'être quand même bien placé sur le plateau. 
La température et l'oxygène sont arrivé à bout alors qu'il restait 6 océans à placer. Je ne piochais jamais de cartes qui faisaient des océans (et le projet standard me paraissait peu rentable dans ma situation)… j'avais donc l'impression que la partie serait interminable. En fait, mon adversaire avait gardé en main la quasi totalité des cartes pour en faire ^^

Au final, j'ai un avantage en NT et en points de cartes, mais suis en retard sur le reste. Je perds 122 - 123. 

2e partie : Contre Tharsis Republic. On essaye la carte Elysium.
Dans ma main de départ, j'ai beaucoup de badges science et je développe donc assez tôt cet axe ce qui me donnera un avantage significatif sur le long terme. Contrairement à la partie précédente, je ne développe pas plus le titane que le reste. Mon moteur fonctionne mieux, entre autres via les multiples cartes me permettant de réduire des coûts. Mon adversaire, de façon logique par rapport à sa corporation, atteint un revenu de mégacrédits assez énorme (il aura été jusque 40) mais joue de façon plus dispersée.
J'utilise la carte bleue qui permet de placer un océan pas cher et donc je dispose tous les océans du jeu. L'oxygène arrive ensuite mais la température est à la traine : première fois que je vois ça je pense.
Quelques bons placements de villes me permettent de prendre de l'avance. Les objectifs et récompenses sont distribués équitablement. Score final : victoire pour moi 135 à 122. J'ai réussi à faire 39 points de cartes, un record.

En tout cas à deux joueurs, je trouve ça encore plus long, dans le sens où on pose encore plus de cartes puisqu'il faut faire plus d'effort pour faire monter les 3 paramètres globaux. Il y a aussi plus de générations donc plus de choix de cartes. Une différence significative que j'ai remarqué, c'est l'attrait des villes : à 2 joueurs, il est beaucoup plus facile de se faire un bon réseau de ville qui rapporte beaucoup de points, alors qu'à 3 ou 4 on se tire dans les pattes et il est plus difficile de faire des "bonnes" villes. En ce sens, le jeu à deux joue en faveur d'une corpo comme Tharsis Republic.

Je continue à trouver ce jeu trop long et répétitif mais je continue à avoir envie d'y jouer… ça reste pour moi incompréhensible, tant ces sentiments sont, d'habitude, incompatibles.

Le plateau Elysium est super bien pensé. Comme pour Concordia, si ce jeu continuait juste à avoir des extensions avec des nouveaux plateaux, moi ça m'irait très bien.
palferso
palferso
Hier soir, partie de BRASS à 4 avec fdubois, Manubis333 et Sylvain.

Oh que ce fut bon d'y rejouer après quelques (trop nombreuses) années sans y avoir retouché...

L'édition ROXLEY est très belle. Les jetons de poker sont classe et très agréables à manipuler. La carte ne m'a pas semblé trop sombre et ils ont fait un bon travail de couleurs sur les noms des villes afin de vite identifier le lieu des cartes (bien plus pratique et rapide par rapport à l'édition originale). Par contre, le seul point noir me semble être les canaux qui sont assez difficile à visualiser rendant pénible la lecture de la carte surtout pour ceux qui débutent (Sylvain qui n'avait qu'une partie dans les jambes se trompera d'ailleurs en canal en ayant construit une industrie pensant pouvoir construire un canal à partir de cette construction alors qu'il n'y avait que du rail pour la direction qu'il voulait prendre).

Vivement la prochaine!
Mon top
Aucun jeu trouvé
Izi
Izi
fdubois dit :Hier soir :

Lorenzo à 4 joueurs (ma 9ème partie) : çà faisait longtemps que je n'y avais pas rejoué et je persiste à penser qu'il n'a pas besoin d'extension, le jeu de base possède suffisamment de variété : outre les jets de dés, l'ordre d'arrivée semi aléatoire des cartes dans les tours, le nombre de cartes (24 par tour soit 96 cartes en tout !!!!), c'est surtout l'interaction entre les joueurs qui fera les parties. Et à 4, l'ordre du tour devient primordial et fait l'objet d'une lutte féroce. Et je n'ai toujours pas introduit les personnages !!!
 

Waouhh 9 parties sans les personnages ? Incroyable ... 

Le jeu sans le draft de personnages a vraiment moins d’intérêt. Même avec des débutants il faut les introduire car au pire chaque personnage peut valoir une faveur et ça donne une petite flexibilité. Ça oriente aussi la façon de jouer donc ça aide un novice. Aussi les personnages sont la source de combos de folies. 

Concernant l’extention j’pense que c’est une excellente extention, impossible de revenir en arrière, la nouvelle tour est juste incroyable pour la rejouabilité, les nouveaux personnages offrent encore plus de combos et le fait d’avoir un départ asymétrique avec en plus un pouvoir de famille à la Marco Polo c’est juste jouissif. Le seul micro point noir c’est le coté random du nouveau jeton mais sincèrement c’est anecdotique. Je la recommande. 

A mon club avec des joueurs qui ne connaissaient pas ... Lorenzo à 5 avec extention + draft personnages ... fini en 2h30 et tout le monde veux en refaire une vite. Je l’avais pas sorti depuis longtemps a cause de Gloomhaven et pfouaaa grosse erreur. 

Default
fdubois
fdubois
Izi dit : Le jeu sans le draft de personnages a vraiment moins d’intérêt. Même avec des débutants il faut les introduire car au pire chaque personnage peut valoir une faveur et ça donne une petite flexibilité. Ça oriente aussi la façon de jouer donc ça aide un novice. Aussi les personnages sont la source de combos de folies. 
Merci pour ta recommandation que j'essayerai de suivre lors de mes prochaines parties.
 
Izi dit : Concernant l’extention j’pense que c’est une excellente extention, impossible de revenir en arrière, la nouvelle tour est juste incroyable pour la rejouabilité
J'ai vraiment beaucoup de mal avec ce terme de "rejouabilité" et sur cette mode qui semble s'imposer, celle d'être obligé d'ajouter du matériel et des mécanismes pour varier les plaisirs. Je préfère parler de "variété" plutôt que de "rejouabilité" parce que Lorenzo est rejouable (cf mon post initial) : je suis convaincu que c'est un jeu qui peut se jouer de façon très agressive avec de la bouteille car il y a tous les éléments dans le jeu de base, principalement la lutte pour l'ordre du tour et ses corollaires :
- la lutte pour les spots d'actions (les tours, la récolte et la production)
- l'accroissement des coûts
- la lutte pour se disputer les points de prière

N'en prends pas ombrage : j'apprécie énormément tes conseils et je garde tes recommandations dans un coin de ma tête.
Zemeckis
Zemeckis
La rejouabilité est aussi une question de gout. Il suffit parfois d'une petite variante, ou extension, pour apprécier d'avantage le jeu et avoir l'envie d'y rejouer plus souvent.
Tasmat
Tasmat
Soirée jeu d'asso écourtée pour cause de déplacement pro le lendemain mais ça m'a permis de redécouvrir des "petits" jeux ^^

1 partie de Kanagawa à 4. 1 seule personne découvre, mais on est 2 à n'avoir joué qu'une fois. Jeu très sympa, même si on ne s'éclate pas non plus. C'est calme, joli et posé, on se relaxe quoi :) 

2 parties de CIV à 2. J'avais joué une seule fois en w-e jeu à 4 mais sans convictions, la partie avait été longue et assez pénible.... Du coup, je n'avais pas retouché au jeu.

Je reprends la règle pour l'expliquer à mon vis-à-vis qui ne connaît pas. Franchement, en 5 min, on avait tout et le petit plateau personnel est très clair. On attaque et j'avoue que j'ai été agréablement surpris. Une victoire chacun, mais on se rend compte qu'elle repose souvent sur une inattention de l'adversaire et que le jeu nécessite vraiment d'avoir l'oeil et de bien connaître et suivre tous les pouvoirs et combos. J'ai très envie de rejouer pour voir si malgré tout vu le format ce n'est que de la majorité et on subit, ou si l'expérience est nécessaire pour bien profiter du jeu !

Entre Terraforming et CIV, ça fait deux changements d'avis en une semaine, c'est prolifique !
Mon top
Aucun jeu trouvé
sebduj
sebduj
Zemeckis dit :La rejouabilité est aussi une question de gout. Il suffit parfois d'une petite variante, ou extension, pour apprécier d'avantage le jeu et avoir l'envie d'y rejouer plus souvent.

Je pourrais écrire un livre sur la rejouabilité. Il me semble que de plus en plus de joueurs cherchent de la rejouabilité avant même d'être entré dans un jeu, de la rejouabilité très voyante, très matérielle. La rejouabilité la plus intéressante est celle qui est liée à la variabilité ou à l'intensité du plaisir généré par des des situations de jeux diverses et variées. Bien souvent, seuls les joueurs qui sont entrés dans le jeu peuvent voir cette rejouabilité là. La rejouabilité très visible sans même avoir bien compris le jeu (pleins de pouvoirs, pleins de cartes,...) est intéressante aussi mais quel bonheur que d'avoir envie d'enchaîner les parties d'un jeu qui n'offre énormément de rejouabilité dans le plaisir et pas que dans la diversité du matériel.

Ara Qui Rit
Ara Qui Rit
sebduj dit :
Zemeckis dit :La rejouabilité est aussi une question de gout. Il suffit parfois d'une petite variante, ou extension, pour apprécier d'avantage le jeu et avoir l'envie d'y rejouer plus souvent.

Je pourrais écrire un livre sur la rejouabilité. Il me semble que de plus en plus de joueurs cherchent de la rejouabilité avant même d'être entré dans un jeu, de la rejouabilité très voyante, très matérielle. La rejouabilité la plus intéressante est celle qui est liée à la variabilité ou à l'intensité du plaisir généré par des des situations de jeux diverses et variées. Bien souvent, seuls les joueurs qui sont entrés dans le jeu peuvent voir cette rejouabilité là. La rejouabilité très visible sans même avoir bien compris le jeu (pleins de pouvoirs, pleins de cartes,...) est intéressante aussi mais quel bonheur que d'avoir envie d'enchaîner les parties d'un jeu qui n'offre énormément de rejouabilité dans le plaisir et pas que dans la diversité du matériel.

C'est sûr que vouloir de la rejouabilité a priori et à tout prix pour ne jouer que 3 ou 4 parties d'un jeu avant de passer au suivant... ça peut laisser sans voix.

fdubois
fdubois
palferso dit :Hier soir, partie de BRASS à 4 avec fdubois, Manubis333 et Sylvain.

Oh que ce fut bon d'y rejouer après quelques (trop nombreuses) années sans y avoir retouché...

L'édition ROXLEY est très belle. Les jetons de poker sont classe et très agréables à manipuler. La carte ne m'a pas semblé trop sombre et ils ont fait un bon travail de couleurs sur les noms des villes afin de vite identifier le lieu des cartes (bien plus pratique et rapide par rapport à l'édition originale). Par contre, le seul point noir me semble être les canaux qui sont assez difficile à visualiser rendant pénible la lecture de la carte surtout pour ceux qui débutent (Sylvain qui n'avait qu'une partie dans les jambes se trompera d'ailleurs en canal en ayant construit une industrie pensant pouvoir construire un canal à partir de cette construction alors qu'il n'y avait que du rail pour la direction qu'il voulait prendre).

Vivement la prochaine!

Merci d'avoir fait le déplacement pour venir jouer à l'extérieur. J'apprécie le geste.
cheeky
C'était ma 13ème partie et c'était bon d'y revenir, surtout en si bonne compagnie !

Ce jeu est exceptionnel, de par ses mécanismes, de par son thème mais surtout dans deux aspects qui, selon moi, font qu'il se démarque et qu'il n'a pas pris une ride (jeu sorti en 2007, faut il le rappeler) :

1) la narration : au départ, le Lancashire n'est pas du tout industrialisé. Néanmoins, il y a une forte demande extérieure pour la transformation du coton en fils textiles. Aussi, quelques industriels lèvent des fonds, s'endettent, partagent leur capital et réveillent les régions pauvres du Nord-Ouest de l'Angleterre : les premières mines de charbon émergent, faisant germer çà et là des îlots économiques fonctionnant en autarcie : ce charbon va permettre l'implantation à proximité de sidérurgies et des premières filatures de coton. Le fer et le charbon seront les ressources nécessaires au développement économique et à l'essor de la filière du coton. Bientôt, des infrastructures portuaires et des voies fluviales vont naître pour désenclaver ces îlots de production et tirer profit du nouveau débouché que représente le coton.

L'accumulation de profits aidant, la région va connaître un boom économique impressionnant : les canaux ne seront plus suffisant et le chemin de fer sera désormais une nécessité. La compétition sera de plus en plus féroce, d'une part pour écouler son coton (dont la demande s'amenuise déjà) et d'autre part pour s'adjuger les emplacements industriels stratégiques.

2) la coopétition : dans Brass, on ne peut pas faire tout tout seul. On peut y arriver (construire une mine et une sidérurgie ou une filature et un port à proximité l'un de l'autre) mais c'est coûteux et il est pratiquement obligatoire d'utiliser les infrastructures des autres joueurs pour la simple et bonne raison que cela nous fait gagner du temps et donc de l'argent. Comme Palferso nous l'a dit hier, il est préférable de garder à flot ses concurrents (dans une certaine mesure) puisque cela nous sera bénéfique à terme (en quelque sorte, on va mettre en place un cercle vertueux).....sans perdre de vue qu'il faudra lutter pour les meilleurs emplacements et pour bénéficier des opportunités avant la concurrence.

Au final, c'est un jeu qui propose énormément de choses d'un point de vue ludique (gestion de main, mise en place d'un moteur économique, aspect logistique, arbre technologique, coopétition...) avec somme toute très peu de matériel. Comme quoi, il n'est pas besoin de faire dans le kiloplastique et l'opulence dans le nombre de ressources pour faire un excellent jeu.

Brass est un jeu qui a fait date et que tout joueur sérieux se doit de posséder dans sa ludotèque.

Hojyn
Hojyn
Izi dit :
fdubois dit :Hier soir :

Lorenzo à 4 joueurs (ma 9ème partie) : çà faisait longtemps que je n'y avais pas rejoué et je persiste à penser qu'il n'a pas besoin d'extension, le jeu de base possède suffisamment de variété : outre les jets de dés, l'ordre d'arrivée semi aléatoire des cartes dans les tours, le nombre de cartes (24 par tour soit 96 cartes en tout !!!!), c'est surtout l'interaction entre les joueurs qui fera les parties. Et à 4, l'ordre du tour devient primordial et fait l'objet d'une lutte féroce. Et je n'ai toujours pas introduit les personnages !!!
 

Concernant l’extention j’pense que c’est une excellente extention, impossible de revenir en arrière, la nouvelle tour est juste incroyable pour la rejouabilité, les nouveaux personnages offrent encore plus de combos et le fait d’avoir un départ asymétrique avec en plus un pouvoir de famille à la Marco Polo c’est juste jouissif. Le seul micro point noir c’est le coté random du nouveau jeton mais sincèrement c’est anecdotique. Je la recommande. 

Et encore, il suffirait d'appliquer une petite variante disant que 1 jeton = 1 faveur pour "dérandomiser" tout ça.
Proute
Proute
sebduj dit :
Zemeckis dit :La rejouabilité est aussi une question de gout. Il suffit parfois d'une petite variante, ou extension, pour apprécier d'avantage le jeu et avoir l'envie d'y rejouer plus souvent.

Je pourrais écrire un livre sur la rejouabilité. Il me semble que de plus en plus de joueurs cherchent de la rejouabilité avant même d'être entré dans un jeu, de la rejouabilité très voyante, très matérielle. La rejouabilité la plus intéressante est celle qui est liée à la variabilité ou à l'intensité du plaisir généré par des des situations de jeux diverses et variées. Bien souvent, seuls les joueurs qui sont entrés dans le jeu peuvent voir cette rejouabilité là. La rejouabilité très visible sans même avoir bien compris le jeu (pleins de pouvoirs, pleins de cartes,...) est intéressante aussi mais quel bonheur que d'avoir envie d'enchaîner les parties d'un jeu qui n'offre énormément de rejouabilité dans le plaisir et pas que dans la diversité du matériel.

C'est sûr, la rejouabilité, je la vois plus dans la courbe d'apprentissage et de progrès qu'on peut faire dans un jeu, du temps qu'on met à faire le tour de ses différentes "voies", et des découvertes stratégiques qu'on fait encore après de nombreuses parties que dans toute autre chose.
Mais c'est sûrement difficile de faire un jeu bon à ce point.

palferso
palferso
fdubois dit :la coopétition : dans Brass, on ne peut pas faire tout tout seul.

J'aime beaucoup ton terme de coopétition!!!

En effet, l'interaction à BRASS ne se limite pas comme dans la grande majorité des jeux au fait de faire chier directement ou indirectement l'un ou l'autre mais aussi d'utiliser à son profit les industries et infrastructures des uns et des autres en pérennisant d'une certaine manière leurs investissements (en activant leurs industries par exemple).

Tout le numéro d'équilibriste va consister bien entendu à faire que cela nous profite un peu plus tant parfois en "aidant" un adversaire à activer un édifice qu'en faisant à d'autres moments, de l'autre côté du miroir, une "proposition"/un appel pertinent à activer une de nos entreprises.

La guerre constante à BRASS pour travailler efficacement à la création de contextes économico-géographiques plus favorables pour soi que pour les autres a plusieurs faces (comme tout à ce jeu) et est tout autant directement et violemment compétitive sur de multiples aspects que compétitivement "coopérative", en essayant de proposer à un joueur "demandeur" une meilleure "offre" que les autres (ce que tu appelles la coopétition).

Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
sebduj dit :La rejouabilité la plus intéressante est celle qui est liée à la variabilité ou à l'intensité du plaisir généré par des des situations de jeux diverses et variées.

Amen. Ça me rappelle cet article : All deep games are legacy games.

Default
gobarkas
gobarkas
sebduj dit :
Zemeckis dit :La rejouabilité est aussi une question de gout. Il suffit parfois d'une petite variante, ou extension, pour apprécier d'avantage le jeu et avoir l'envie d'y rejouer plus souvent.

Je pourrais écrire un livre sur la rejouabilité. Il me semble que de plus en plus de joueurs cherchent de la rejouabilité avant même d'être entré dans un jeu, de la rejouabilité très voyante, très matérielle. La rejouabilité la plus intéressante est celle qui est liée à la variabilité ou à l'intensité du plaisir généré par des des situations de jeux diverses et variées. Bien souvent, seuls les joueurs qui sont entrés dans le jeu peuvent voir cette rejouabilité là. La rejouabilité très visible sans même avoir bien compris le jeu (pleins de pouvoirs, pleins de cartes,...) est intéressante aussi mais quel bonheur que d'avoir envie d'enchaîner les parties d'un jeu qui n'offre énormément de rejouabilité dans le plaisir et pas que dans la diversité du matériel.

J'achèterais ce livre avec plaisir :)
 

barbi
barbi
Le Havre, 4j: et oui, un jeu de 10 ans, en Angleterre, toutes les autres tables autour avait leur belle boite de Brass, mais nous aussi, on pouvait s'endetter :) malgré seulement 3 batiments, j'ai gagné en cuisant et vendant mes baguettes en boucle (certes avec 4 bateaux). Un bon représentant de la culture francaise en somme :)
prunelles
prunelles
Quelques parties de Minivilles à 2, en mode initiation / apprentissage donc pas d'extensions.

J'ai gagné les deux premières, perdu les suivantes. J'explique trop bien


La prochaine fois, ce sera Five tribes, ça fait trop longtemps !
jahwork
jahwork

Micropolis
5j
Offert hier à ma fille de 9 ans, on l'a essayé tous en famille (de 6 à 14 ans + papa)
Eh bé c'est très bien ce jeu !
On s'amuse à construire sa petite fourmilière en maximisant les points.
C'est la benjamine du groupe (6 ans donc) qui gagne, notamment grâce à sa galerie
qui fait tout le tour de sa fourmilière, bien joué ! (bon pas forcément volontaire)

Le matos est au top (Matagot inside) avec les petites figurines fourmis soldats.
grissom87
grissom87
Dans le même genre Fourmidable est très bien aussi
Mon top
Aucun jeu trouvé
T-Bow
T-Bow
palferso dit :Par contre, le seul point noir me semble être les canaux qui sont assez difficile à visualiser

Bah c'est pas un probleme : faut jamais construire de canaux de toute facon.

Mon top
Aucun jeu trouvé
Potrick
Potrick
fdubois dit :

Tzolkin à 4 joueurs (ma 9ème partie) : à force d'y jouer (très mal), je suis persuadé qu'il faut mettre en branle un moteur à maïs et éviter de nourrir ses ouvriers lors du premier quart de la partie. En effet, le maïs doit servir à poser des ouvriers plutôt qu'à nourrir pour faire des grosses actions afin de lancer la machine. Et du coup, il n'y a pas 36 façons de générer du maïs :
- la meilleure : Yaxchilan, technologie "Extraction de ressources" à fond et conversion de ressources à Uxmal 2
- l'autre : Palenque et technologie "Agriculture".

Oui, mais il y aussi des stratégies pauvres en maïs qui sont efficaces, comme, par exemple, la stratégie crânes (pour laquelle j'ai un faible). Ou alors la stratégie 0-tech, à fond dans les temples.

A tout hasard, un très bon post stratégique: https://www.boardgamegeek.com/thread/1038126/guide-main-strategies-available-tzolk

Proute
Proute
Encore une partie de Caylus magna carta à 2.
Je perds 15 à 18 alors que la partie était centrée sur une stratégie deniers (avec le Comptoir et 2 Marchés) + achat de jetons château à l'Église. J'ai assez mal joué, mais ce qui m'énerve surtout, c'est que, que je perde ou que je gagne, j'ai toujours l'impression que c'est mon adversaire qui choisit la stratégie qui va définir le vainqueur. Et ça m'énerve. Ou alors peut-être simplement qu'il lit mieux le jeu que moi. Ça m'énerve aussi. Parce que même quand je gagne, j'ai l'impression d'avoir subi le jeu. frown
 
Docky
Docky
beri dit :

Amen. Ça me rappelle cet article : All deep games are legacy games.

"When you play a strategy game, you're not competing. You're taking turns gifting interesting puzzles"

T-Bow
T-Bow
Tres belles citation et perspective, effectivement.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
Rwain
Rwain
beri dit :Hier soir : 1H30 à jouer à The Mind

broken heart
Ouch... je compatis !!!

Heureusement pour toi que ton groupe de joueurs était archi dissipé/tricheur/yolo/pas logique, sinon la soirée aurait pu être un véritable purgatoire yesdésolé, je n'ai pas pu m'empêcher, j'ai un tel désamour pour ce The Mind, partagé par mon entourage, qu'il est devenu une sorte de blague récurrente par chez nous. Lorsqu'on cherche à quoi jouer, il y a toujours un farceur pour le proposer, ça fait rire tout le monde, on oublie vite l'idée et on cherche autre chose.

Sinon, durant ce dernier mois, plein plein de jeux, mais surtout du court et accessible. 
19 parties de Codenames, qui a été un vrai succès auprès des amis. Il est sorti tous les soirs ou presque... j'hésite franchement à prendre la version duo, que je lis être jouée en équipe également, car les parties à 2 jouées au PEL m'ont séduit. Maintenant, ça fait un peu doublon quand même... à voir.
Plein de parties de jeux pour enfants, des tout premiers Batawaf, Little Cooperation (pour tenter de faire jouer le plus jeune) aux classiques Viva Topo, Hop hop Galopons... Mon plus grand (4 ans 1/2) veut à tout prix jouer à des jeux "de grand", on l'a donc initié à Pina Pirata (où il m'a battu 2 fois...) et à un Flamme Rouge allégé (1 seul coureur, 2 cartes à choisir au lieu de 4).
J'ai aussi eu le "plaisir" de perdre à Takenoko contre mon filleul, 5 ans 1/2... Ah ces jeunes, ils ne respectent décidément plus rien ! En parallèle, il a "explosé" ma compagne à Kingdomino, et est passé tout près de battre son père à Splendor !!! L'année prochaine, je le fais jouer à Agricola
Etant nombreux, on en a profité pour ressortir un vieux classique, très apprécié d'un ami, les Chevaliers de la Table Ronde... on joue à 6, je suis félon, et j'ai, avec du recul, très mal felonisé... déjà, je commence à Excalibur, ce qui suscite la suspicion de l'ami en question (pour lui, les félons commencent toujours à Excalibur). Du coup, je la joue très coopératif pour limiter les soupçons, mais j'attends trop avant de trahir. La partie est trop bien avancé pour les loyaux, qui récupèrent le graal et me dénoncent quand je commence à poser trop de catapultes devant la table ronde... 11 épées blanches contre 1 épée noire... ouch...

Il y a aussi eu du toc (comme toujours), un Big Book of Madness que l'on commence à bien maîtriser (victoire en mode normal), des Poilus, du Sylvion, de l'île interdite (encore avec ce filleul qui décidément veut jouer à tout! L'an prochain, je tente une mission FLIP avec son père ! ) etc... etc... ah oui, et du Bandido aussi (qui devient un vrai coup de coeur pour moi). Il est sorti très très souvent, il faut dire que son format est très favorable au mode vacances : mise en place très rapide, explications ultra courtes, nombre de joueurs modulable (même pendant la partie). Sans aucun doute le premier jeu minimaliste auquel je joue qui me séduit.

Bref, plages, jeux, bbq, apéros... c'était bien les vacances

 

Harry Cover
Harry Cover
Santorini à 2 et 3 joueurs
nous découvrions tous, ce n'est pas du tout le genre de jeu que j'apprécie généralement, mais finalement je me suis bien amusé, c'est quand même bien foutu et le matériel apporte beaucoup à un jeu aussi abstrait, par contre très vite il faut rajouter les cartes Dieu sinon c'est l'ennui assuré pour ma part - 4 parties 3 victoires. Je ne rejouerai plus sans les cartes.

Petite fin de soirée avec Unlock - Noside à 5
Nous avons bêtement bloqué sur un numéro caché tellement facile à voir pourtant !!
Sinon dans l'ensemble c'était sympa même si je n'aime pas trop l'univers
Par contre petit conseil, il faut impérativement laisser le son allumer de votre tablette ou smartphone sous peine de rater totalement cette aventure ... dommage


 
Mon top
Aucun jeu trouvé