Evolution™
Ce jeu est sorti le 9 janv. 2017, et a été ajouté en base le 14 déc. 2016 par studiordl

édition 2016

Standalone 4 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU
25
réponses
7
followers
Par : beri | mardi 14 février 2017 à 13:50
Default
beri
beri
Depuis ce topic, j’ai refait quelques parties au cours desquelles j’ai constaté la puissance du trait Symbiose.
Voici les forces et faiblesses de ce trait :

Symbiose
+ infranchissable si les conditions sont réunies et que les prédateurs sont non-intelligents
− potentiellement inutile si l’espèce à sa droite (proie de choix pour les prédateurs) disparaît
Combo : Cooperation (le protégé entretient son protecteur)

Or, son point faible est l’un des plus difficiles à exploiter pour les adversaires, car :
– l’espèce protectrice peut être très difficile à éradiquer (si elle est bien défendue ou très corpulente)
– même si elle s’éteint, le symbiote peut se retrouver à nouveau protégé par l’espèce située à droite du précédent protecteur

En somme, c’est une défense extrêmement stable car les conditions sont très faciles à mettre en place et, à moins que le joueur joue mal, ne bougeront jamais.
Je la trouve donc trop forte par rapport aux autres défenses, qui ont toutes une parade qui peut être mise en place par les adversaires.

C’est pourquoi je propose la version suivante, qui a en plus le mérite d’être plus réaliste thématiquement :

Cette espèce ne peut être attaquée si l’espèce à sa droite a une somme Population + Corpulence supérieure.

Ainsi :
– moins les protecteurs sont nombreux, plus le symbiote est vulnérable (logique) ;
– moins les symbiotes sont nombreux, plus ils sont à l’abri (logique) ;
– 1 gnou ne peut plus protéger 6 gazelles (logique) ;
– le trait est plus versatile et dynamique en termes de gameplay (une pop nombreuse peut protéger quelques rares mastodontes) ;
– augmenter la corpulence de l’espèce de droite reste le meilleur moyen de stabiliser la défense, car plus le protecteur est gros, plus les symbiotes sont à l’abri (logique) ;
– le trait est plus équilibré, tout en n’étant pas fondamentalement chamboulé.
lilajax
lilajax
Merci beri pour cette analyse et cette proposition qui semble hyper thématique en plus. Je l'essayerai lors de ma prochaine partie.
Vicen
Vicen
Bravo beri pour ce rééquilibrage réaliste qui semble fort logique.

Je l'appliquerai dés ma première partie... peut-être avec la nuance : "supérieure ou égale".
(j'ai pas encore craqué à cause de mes finances, mais ça ne serai tarder)
Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
"Supérieure" me paraît plus logique. Un zèbre ne peut pas protéger un gnou car il fait la même taille.
Et "supérieure ou égale" risque de rendre le trait trop fort.
Vicen
Vicen
Ok, juste pour infos quel est le texte d'origine ?
Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
Cette espèce ne peut être attaquée si l’espèce située à sa droite a une Taille supérieure.

Donc une fois que B a une taille supérieure à A, A ne peut plus jamais être attaquée, les adversaires n’y peuvent quasiment rien (pour peu que B soit bien défendue aussi).
Vicen
Vicen
Ah d'accord, ta proposition n'était donc pas qu'un simple nerf, mais plutôt une façon différente de le jouer.

Imaginons qu'au lieu de reprendre une formule classique de la somme pop+corp, on prenais une formule qui donne un léger  avantage à la corpulence :

pop + corp + (1/3*corp tronquée)
Soit : "+1 tout les trois échelons de corpulence" (pour simplifier).

Modificateur appliqué à la corpulence uniquement dans le cadre du calcul pour le trait "symbiose" :
corp1 : 1
corp2 : 2
corp3 : 4
corp4 : 5
corp5 : 6
corp6 : 8

Auquel on ajoute la valeur de "pop" sans modificateur.

Ça donnerais une version intermédiaire entre la capacité d'origine et ton équilibrage (la corpulence est à privilégier, mais elle ne fait pas tout). Qu'en penses tu ?


 
Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
Que c’est trop compliqué. Pop + taille devrait faire l’affaire.
Quand j’ai testé cette version, elle n’était pas trop faible, mais juste comme il faut.
Vicen
Vicen
Ok, et si on simplifie à un modificateur de +1 pour l'espèce la plus corpulente ? (si il y en a une)

Le calcul reste simple :
Petit (pop+corp) comparé à Gros (pop+corp+1)


PS : je suis sûr que ta version est déjà très bien équilibrée (je cherche juste à coller au plus près de la version d'origine, tout en conservant le côté logique que tu y a apporté).
Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
Teste déjà la version simple, tu verras ensuite 
Default
Vicen
Vicen
C'est clair que j'ai envie de test, c'est mon portefeuille qui va perdre en corpulance ! 
Mon top
Aucun jeu trouvé
Dadisgod
Dadisgod
yop les gens. Je viens d'arriver sur le jeu et naturellement cette carte m' a de suite posé question. Du coup je suis heureux de voir que y avez déjà réfléchi.
A moins de n'avoir rien compris à votre propos, les modif que vous envisagez semblent guidées par une interprétation de strict de la carte symbiose appliquant la notion de taille supérieure à l'espèce située à droite de celle qui bénéficie du trait symbiose. Or le texte de la carte est n'est pas si claire que cela :

Le texte dit :

Cette espèce ne peut être attaquée si l’espèce située à sa droite a une Taille supérieure

Oui mais supérieure à qui? Si on considère que la taille de l'espèce qui protège doit juste être supérieure à celle qui est protégée, l'effet semble trop puissant et pas logique, sauf en introduisant une notion de population. Mais si c'est par rapport à la carte prédateur qui attaque cela semble moins anormal. Ainsi un prédateur de taille supérieure à celle de l'espèce qui protège le symbiote peut quand même attaquer le symbiote, puisque la carte protectrice n'a pas la "carrure" pour l'empêcher de le faire.

J'ai faux ?
Mon top
Aucun jeu trouvé
Dadisgod
Dadisgod
j'ai fais plein de fautes d'orthographe, dslé :(
Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
« A une Taille supérieure » sous-entend « à celle de cette espèce ».

Donc oui le trait est puissant.
Dadisgod
Dadisgod
Et effectivement, cela ne paraît pas très logique. Je pense pour ma part que si ce trait s'avère vraiment déséquilibré, j'appliquerai la notion de taille supérieure par comparaison au carnivore attaquant. Cela me semble plus logique et ne conduit pas à une modification des règles ; on reste dans l'interprétation.
Mon top
Aucun jeu trouvé
ViceBall
ViceBall
Dadisgod dit :Et effectivement, cela ne paraît pas très logique. Je pense pour ma part que si ce trait s'avère vraiment déséquilibré, j'appliquerai la notion de taille supérieure par comparaison au carnivore attaquant. Cela me semble plus logique et ne conduit pas à une modification des règles ; on reste dans l'interprétation.

Effectivement c'est une possibilité aussi pour réduire un peu l'effet du trait Symbiose.
Mais vu que dans ce cas on utilise la comparaison de la taille de l'espèce protégeante (à droite de celle ayant le trait Symbiose) par rapport à la taille du prédateur, prend-t-on en compte aussi les traits comme Carapace qui ont un effet justement sur la comparaison des tailles entre proie et prédateur ?

Mon top
Aucun jeu trouvé
beri
beri
Regarde bien le texte de la carte Carapace. La Carapace n’est active que pour déterminer si l’espèce qui la porte peut être attaquée. Tout le reste du temps, elle a sa taille "plateau".
sguinet
sguinet
Nous aussi on c'est posé la même question. Parle t'on juste d'avoir un animal plus gros à coté ou avoir un animal plus gros que le prédateur à coté. 
Il y a eu des info officiel quelque part ?  
On avait tranché à la manière de @beri , il fallait juste avoir un animal plus gros que sois. Mais cela ne me semble pas très thématique et pourtant ce jeu est vraiment très thématique.
Khazaar
Khazaar
La comparaison des tailles entre les espèces en symbiose du joueur est l'interprétation la plus logique en lisant la carte (VO ou VF), et ça reste thématique. L'effet est que tu ne peux pas attaquer la "petite" espèce si elle est en symbiose avec une plus grosse à côté. Mais rien ne t'empêche t'attaquer cette plus grosse espèce (venant de la carte Symbiose en tous cas). C'est comme si cette grosse espèce, par sa taille plus importante, empêchait l'accès direct des prédateurs à la plus petite.

Si un lion veut se faire un pique-boeuf comme 4h, et que ce pique-boeuf est sur le dos d'un buffle, ben il ne pourra pas le choper. Mais rien ne l'empêche d'attaquer le buffle.
beri
beri
Tout pareil que Khazaar. Faut pas interpréter midi à treize heures :).

D’un point de vue grammatical, « Ne peut être attaquée (par un prédateur) si l’espèce à sa droite a une taille supérieure » serait incorrect si ça signifiait « supérieure à celle du prédateur ».
Default
Ryxius
Ryxius
En quoi cela serait incorrect d'un point de vue grammatical ?

Je ne te suis pas
beri
beri
Je me suis un peu emmêlé les pinceaux, mais si "prédateur" n’est pas évoqué dans la phrase, il ne peut s’en agir concernant « taille supérieure ». Ça me rappelle un peu l’erreur fréquente (je sais plus le nom de la figure de style) « en marquant ce but, la victoire est assurée ».

C’est pas tout à fait grammatical, ça touche à la logique aussi j’suppose.
Khazaar
Khazaar
En résumé, suffit de lire et pas d'interpréter ce qui n'est pas écrit.
Ryxius
Ryxius
Pléonasme ?

C'est vrai.
Je relis très souvent l'article de Béri sur comment lire les règles.

Lien ici

Cela permet de remettre les choses en place parfois :)
beri
beri
Ryxius dit :Pléonasme ?

Lapalissade plutôt.
Ravi que mon article continue d’être utile :)