3426
réponses
74
followers
Par : Budnic | jeudi 5 mai 2005 à 23:36
Default
Mr le Néophyte
Mr le Néophyte
Achevée hier soir, la campagne de La Horde du Contrevent.
Je ne vous fait pas l'affront de vous faire le pitch du jeu, vu le nombre conséquent de hordiers qui ont contré ici-même.

La règle est dense, touffue, mais excellemment écrite et contribue totalement à l'immersion.
L'iconographie peut paraître troublante au début, mais on l'intègre très vite, et on ne revient que rarement à l'aide de jeu de la page une.
Chaque personnage a ses propres caractéristiques, et malgré leur asymétrie, on comprend vite que la coopération est une condition sine qua non pour espèrer l'emporter.

La thématique est SF, et matinée de métaphysique à chaque tirage de carte "événement" ou "rafale" (il paraît qu'elle est inspirée de la philosophie de Deleuze, dont je ne connais rien, j'y ait surtout trouvé une profonde résonance avec les philosophies et religions orientales, taoïsme et bouddhisme Dzogchen en tête).

Au niveau de la mécanique, on a du parcours, du placement, du blocage, de la gestion, de la survie, des coups fourrés, de l'affrontement, et j'en oublie sûrement tellement ce jeu est riche.
Pas de hasard, rien que de l'optimisation.

Bref, je me suis régalé.
Un seul reproche : c'est du legacy (mais sans destruction réelle de matériel, super principe, le "vif") il faudra donc attendre un paquet d'années avant de pouvoir s'y replonger.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Agone
Agone
adel10 dit :
je viens de terminer le passage de justin cRonin ( la trilogie ) beaucoup mieux que la serie , j'ai beaucoup apprécié
Peut-on vraiment comparer ? Les bouquins sont géniaux ... la série est ... restons poli  ...
Mon top
Aucun jeu trouvé
adel10
adel10
Pyjam dit :Dan Simmons passe pour un fasciste surtout en raison des idées discutables qu'il exprime sur son blog. Il parait qu'il s'est bien lâché dans Flashback, mais je ne suis pas allé vérifier, vu l'abondance de critiques négatives.

 

j ai pas lu son blog

par contre flashforward j'ai lu et je n'ai rien trouvé de raciste ou de fasciste,

le truc , c'est qu'il explique que les états unis sont corrompus et  ils pris une branlée dans le bouquin et son contrôlé par les japonais, et ça les ricains ils aiment pas,

 

Mon top
Aucun jeu trouvé
adel10
adel10
Agone dit :
adel10 dit :
je viens de terminer le passage de justin cRonin ( la trilogie ) beaucoup mieux que la serie , j'ai beaucoup apprécié
Peut-on vraiment comparer ? Les bouquins sont géniaux ... la série est ... restons poli  ...

oui la série est restons poli ... mais elle m' a permis de découvrir les livres

Mon top
Aucun jeu trouvé
DuncanIdaho
DuncanIdaho
Pyjam dit :Dan Simmons passe pour un fasciste surtout en raison des idées discutables qu'il exprime sur son blog. Il parait qu'il s'est bien lâché dans Flashback, mais je ne suis pas allé vérifier, vu l'abondance de critiques négatives.
 

Ce n'est pas nouveau. Je me rappelle avoir lu Ilium et Olympos qui faisaient l'objet de critiques similaires à l'époque. Le final laissait pour le moins dubitatif. Après ça, j'avais considéré différemment le cycle d'Hyperion / Endymion et l'échiquier du mal que j'avais lus précédemment. Bon, avec le recul, on ne peut pas dire que Simmons n'annonçait pas clairement la couleur. Voyez le personnage de Kassad par exemple.

Mon top
Aucun jeu trouvé
Pyjam
Pyjam
Oui. Je viens de finir Nuit d'été. Pas mal, mais ce que j'ai trouvé de plus terrifiant finalement c'est la propension de Simmons a laissé des enfants utiliser des armes à feu. Ce doit être le genre de personne à avoir un arsenal chez lui.
 
Mon top
Aucun jeu trouvé
adel10
adel10
bon ça va Simmons est anti obama primaire et il est membre de la NRA, flashback reste ahma un bon livre ,  il n' y a pas que la politique d'obama qui a conduit à la chute des états unis dans le bouquin.

il y autant de raison d'être anti Obama que d'être anti Trump pour un américain , seul la forme différencie les deux, pour nous Français a qui on a vendu du fantasme avec Obama, c'est plus difficile à comprendre, mais si on regarde de plus prêt, y a match
Mon top
Aucun jeu trouvé
DuncanIdaho
DuncanIdaho
Comme je l'ai mentionné, il était critiqué pour ses positions bien avant la présidence d'Obama. Mon problème avec Simmons, c'est qu'avec le temps, ses préoccupations politiques paraissent avoir de plus en plus imprégné ses romans avec de moins en moins de subtilité. La SF a souvent été un moyen pour les auteurs de partager leurs inquiétudes tout en prenant du recul et en généralisant le propos. En tant que lecteur, je n'ai rien contre un roman qui m'alerterait sur les risques d'un fondamentalisme religieux. Ca m'embête plus quand on se projette dans un futur apocalyptique lointain mais qu'on trouve malgré tout le moyen de mettre ça sur le dos des Palestiniens de manière spécifique. Pour moi, on sort du cadre de la réflexion pour entrer dans celui de la propagande politique et ça ne m'intéresse pas. Ceci n'enlève rien aux talents de conteurs de Dan Simmons, du moins à une certaine époque.
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
Aujourd'hui, la suite de Le dernier homme, Le temps du déluge de Margaret Atwood.

On suit un autre groupe dans le même univers. Pour rappel : le monde court à sa perte, les hommes riches vivent dans des compounds (des villes fortifiées dans lesquelles ils vivent dans l'opulence)  tandis que les pauvres vivent à l'extérieur de ces villes fortifiées dans une espèce de no man's land au sein de différentes factions (religieuse, politique...). L'armée régulière a été remplacée par des milices privées. Attention spoil : dans le premier tome, nous apprenons que l'un des protagonistes créé une maladie pour décimer les hommes au profit d'un nouvel être humain génétiquement modifié.
Dans cet opus, nous suivons Ren et Toby, 2 femmes qui appartiennent au groupe des jardiniers, des écolos pacifistes et végétariens. Depuis leur jeunesse jusqu'à la fin du premier tome. L'histoire se déroule en parallèle du premier tome et ont en commun un certains nombre de protagonistes.

La lecture est aisée, le sujet intéressant, un livre très agréable à lire. Le premier tome pousse plus à la réflexion là où le second profite du scénario du premier tome pour amener des idées écologistes.

Un livre plaisant à lire et qui apporte des idées intéressantes. Attention, il ne s'agit pas non plus d'un livre politique qui pousse à la réflexion sur l'avenir de l'humanité.
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
Suite et fin de la trilogie initié par Le dernier homme de Margaret Atwood, Maddaddam.

Cette fois-ci, c'est la suite du livre précédent et nous y suivons Toby (un des 2 personnages principaux de l'histoire précédente) ainsi que Zeb (qui était un personnage secondaire). Ce roman est un peu particulier car il raconte l'histoire de Zeb raconté aux Crakers (les nouveaux hommes créés par Crake qui sont "pures", ou naïfs...) par Toby. On se retrouve donc à lire la création d'une nouvelle cosmogonie en direct et il faut avouer que c'est assez intéressant. Attention tout de même, ce n'est pas un livre de philosophie ou de théologie!

Je trouve que ce livre clôt bien la trilogie et qu'il est intéressant à lire. On reste dans la même veine que les précédents, à savoir facile et agréable à lire.
 
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
DuncanIdaho
DuncanIdaho
Je viens de finir la fameuse "fille automate". Je ne lis pas beaucoup en ce moment, et j'ai mis un peu de temps à rentrer dedans mais j'ai eu raison de m'accrocher, c'est vraiment un super livre, très original et à la thématique très actuelle. Je comprends tout le bien qui a pu en être dit.
Mon top
Aucun jeu trouvé
marvelarry
marvelarry
Sin Semillas - Kazushige Abe (Picquer Poche): Fist f*****g et grandes ambitions.
Pour être tout à fait honnête, s'il y a essais, il n'y a pas vraiment de fist f*****g. Mais bon, comme c'est une lubie d'un personnage et que c'est souligné par l'usage du gras dès le troisième chapitre, ça marque.
Ce roman de 1000 pages est ce que je lu de meilleur cette année, voire plus. C'est excellemment écrit, pas tant par un style à la Proust ou à la Kawabata, mais par sa construction où des dizaines d'histoires se mêlent ou pas et où chaque personnage (il y a un une table avec les 61 personnages qu'on croise le plus souvent, et il est bien utile car les noms/prénoms japonais se retiennent moins bien que des noms occidentaux pour le lecteur que je suis) a une voix particulière.
Il y a aussi un énorme biais de confirmation en ce qui me concerne: la façon dont sont présentés les êtres humains. C'est pas glorieux, pour utiliser un euphémisme. On est dans une petite ville de province et c'est aussi acerbe que du Chabrol. Tous ont d'énormes ambitions pour un lieu qui ne s'y prête pas, mais ce n'est pas grave, ils foncent tous dans le mur avec application. On est aussi du côté des frères Coen avec des film comme Fargo ou Burn after reading pour l'absurdité (et donc l'humour) des ambitions des personnages mais on a aussi le droit à du No Country For Old Men par ses poussées de violence crues et perturbantes. On pourrait dire aussi qu'on y retrouve du Takeshi Miike dans le côté un peu foutraque mais ce dernier manque de la subtilité qui fait le style de Kazushige ABE.
L'attention du lecteur est tout le temps en éveil. On commence par l'historique de la ville de Jinmachi avec l'occupation américaine qui entraîne de la prostitution ce qui semble semble être le péché originel qui traverse tout le roman. Puis on a l'histoire d'une des familles influentes de la ville, les Tamiya, des boulangers. Oui, une des familles influentes est boulangère. Lorsque je vous disais que les ambitions ne sont pas corrélées à la réalité de la ville, je ne mentais pas. Enfin le roman commence avec un meurtre, et comme dans Twin Peaks, c'est la non résolution de ce meurtre qui permet d'ouvrir sur les autres mystères de la ville et de ses habitants, de leur folie. Il y est question de fantômes*, d'extra-terrestres*, de violences sexuelles/physiques/mentales, d'accidents, de suicides, de disparitions, de catastrophes naturelles, d'une roche mystérieuse et j'en passe. Comme dans Twin Peaks, si la solution du meurtre initial est donnée, le roman et les autres mystères n'ont plus lieu d'être.
Si l'auteur ne prend aucun parti pris par rapport à ses personnages et qu'il n'y a pas réellement de morale, ce n'est pas un livre vidé d'émotions, bien au contraire. Même si la plupart des habitants sont répugnants, pathétiques et/ou repoussants, on reste avec eux malgré ces défauts plutôt importants. Un paradoxe à ajouter aux autres nombreuses qualités du roman.

*réels ou fantasmés, allez savoir...
Mon top
stueur
stueur
@DuncanIdaho, ton message me fait bien plaisir! J'espère que cela permettra à d'autres de se lancer dans cette lecture (La fille automate de Paolo Bacigalupi)
Mon top
Aucun jeu trouvé
Nissa la Bella
Nissa la Bella
stueur dit :@DuncanIdaho, ton message me fait bien plaisir! J'espère que cela permettra à d'autres de se lancer dans cette lecture (La fille automate de Paolo Bacigalupi)

Acheté sur ta recommandation ainsi qu’un autre du même auteur. J’ai commencé par cet autre livre (dont je n’ai plus le titre en tête : c’est une histoire de pénurie d’eau, de mémoire). J’avais entamé celui-là mais cela ne m’a pas passionné (en même temps au bout de 5 pages le soir je dors déjà...) . Toujours intéressé par ce livre que je conserve sur ma PAL en attendant un moment propice 

Mon top
stueur
stueur
Alors dans ce cas, j'espère que cela te plaira! Il n'est pas facile d'accès au premier abord mais il mérite largement sa lecture! (de mon point de vue)
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
Sinon, je viens de terminer La musique du sang de Greg Bear.

Le pitch : Vergil, un scientifique très compétent qui bosse discrètement pour son compte dans un laboratoire. Lorsqu'il se fait virer de son labo, il s'injecte son sujet de recherche, des "bio-chips", afin de pouvoir continuer dans un autre labo. Les bio-chips se multiplient, évoluent au sein de son corps, et commencent à modifier le comportement de Vergil...

Le roman est bien amené, et il s'articule autour de plusieurs périodes. Sans trop spoiler, le livre raconte la contagion d'un virus. Et c'est plutôt bien écrit! Le sujet n'est pas révolutionnaire mais c'est un bon moment de lecture et qui n'est pas dénué de sens.

Un livre que je conseille même s'il a pris de l'âge (roman écrit en 1985).
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
De retour pour La trilogie de Wielstadt de Pierre Pevel qui contient Les ombres de Wielstadt, Les masque de Wielstadt, et Le chevalier de Wielstadt.

Il s'agit de 3 histoires (qui peuvent être lu indépendamment les unes des autres) liées au chevalier Kantz dans une ville d'Allemagne (Wielstadt) au temps des mousquetaires. Le chevalier est un ancien prêtre qui se bat contre les démons. Attention, il s'agit de livres d'enquêtes dans un univers héroïc-fantasy. Même s'il y a des centaures on est très loin des poncifs du genre. On est d'ailleurs plus proche des templiers et de ce que cela implique que des magiciens. Il y a bien de la magie mais c'est vraiment utilisé avec parcimonie. La magie fait partie du monde.

A première vue, j'étais plutôt dubitatif quand on m'a prêté ces livres. N'étant pas fan des romans historiques, ni de l'héroïc-fantasy je me suis plongée dans le livre avec quelques réticenses. Grosse erreur, il ne s'agit pas du tout d'une énième repompe de l'univers de Tolkien. L'histoire est plutôt originale, le cadre est bien amené, c'est écrit avec des tournures de phrases anciennes, bref, une bonne surprise.
Encore une fois, il s'agit d'une lecture détente, on ne sort pas grandi de ce livre, il ne nous fait pas réfléchir.

Un livre agréable à lire.
Mon top
Aucun jeu trouvé
adel10
adel10
DuncanIdaho dit :Comme je l'ai mentionné, il était critiqué pour ses positions bien avant la présidence d'Obama. Mon problème avec Simmons, c'est qu'avec le temps, ses préoccupations politiques paraissent avoir de plus en plus imprégné ses romans avec de moins en moins de subtilité. La SF a souvent été un moyen pour les auteurs de partager leurs inquiétudes tout en prenant du recul et en généralisant le propos. En tant que lecteur, je n'ai rien contre un roman qui m'alerterait sur les risques d'un fondamentalisme religieux. Ca m'embête plus quand on se projette dans un futur apocalyptique lointain mais qu'on trouve malgré tout le moyen de mettre ça sur le dos des Palestiniens de manière spécifique. Pour moi, on sort du cadre de la réflexion pour entrer dans celui de la propagande politique et ça ne m'intéresse pas. Ceci n'enlève rien aux talents de conteurs de Dan Simmons, du moins à une certaine époque.

je n'ai pas trouvé que ce soit anti palestinien, en plus je fait parti des gens qui pense que gaza un camp a ciel ouvert, donc chacun doit pouvoir y voir ce qu'il veut , y en a bien qui dezingue la reine des neiges parce qu'elle n'est pas assez lesbienne

bon je suis en train de redecouvrir raymond e feist plus que 18 tomes
 

Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
Je viens de terminer le (très) court roman Route 666 de Roger Zelazny. Il s'appelait Les Culbuteurs de l'enfer lors de sa première traduction, et j'ai un petit faible pour ce dernier même si le titre actuel n'est pas mal non plus.

Le pitch : dans un avenir proche (le livre a été écrit en 1966 donc l'avenir proche ne veut plus dire grand-chose pour nous) après qu'une guerre nucléaire ait ravagé toutes les grandes villes du monde, nous suivons Hell Tanner, un Hell's Angel qui doit rallier Boston depuis la Californie pour livrer des vaccins. Mais le trajet ne s'avérera pas de tout repos...

Ce livre a très clairement inspiré la saga Mad Max, tout y est! Et pour ça, c'est intéressant. Maintenant, le livre n'est pas assez développé. Le fait qu'il n'y ait pas de chapitre mais un seul fil conducteur fait que tout s'enchaine à 100 à l'heure, ce qui correspond bien au rythme du voyage mais empêche d'étoffer le monde et ses habitants.

Je reste donc assez mitigé sur ce livre, mais vu le nombre de pages (très faible) et la difficulté de lecture (néante), vous ne prendrez pas beaucoup de risques à vous lancer dedans.
Mon top
Aucun jeu trouvé
DuncanIdaho
DuncanIdaho
Je viens de lire le premier tome de la Passe Miroir de Christelle Dabos. J'ai trouvé ça très bien et j'ai enchaîné sur le deuxième. Ma femme est en train de finir le 4e et dernier tome et a été emballée.

C'est classé littérature jeunesse, je ne suis pas bien sûr de voir pourquoi. Les personnages sont tous des adultes avec des préoccupations d'adultes, il y a même quelques histoires de coucheries même si rien d'explicite. Bref, pour moi, ce n'est pas interdit aux grands du tout. Je soupçonne un artifice marketing.

Le genre est difficile à classer. Faute de mieux, je dirais qu'on est dans une espèce de fantasy moderne : il y a de la magie mais aussi des objets qui font parie de notre quotidien comme des téléphones. Sans que l'histoire soit datée, je la vois dans un futur où quelque chose s'est passé qui a éclaté notre monde et l'a fait en partie régresser technologiquement mais en réalité, je n'en sais rien et si jamais quelque chose est dévoilé par la suite, je peux m'être trompé. En tous cas, le monde ne manque pas de couleur et d'originalité.

L'histoire se dévoile assez lentement. Elle démarre par la promesse d'un mariage diplomatique forcé entre Ophélie, anti-héroïne par excellence, et Thorn, un type mystérieux et antipathique venu d'un monde lointain, froid et brutal. Forcée de le suivre chez lui en attendant le mariage, elle se retrouve plongée dans des intrigues de cour avec les rivalités, assassinats et autres coups tordus que l'on trouve plus dans le Trône de Fer que dans Harry Potter. Au niveau des relations entre les deux fiancés, clairement, ce ne sont pas des perdreaux de l'année et même si on n'est pas dans un roman psychologique, on est à des années lumières des amourettes auxquelles on peut songer quand on parle de littérature jeunesse (dit autrement, quand elle est entourée d'ennemis, la jeune femme a d'autres préoccupations que de savoir si sa première fois doit être avec un vampire ou un loup garou).

Bref, si vous voulez une histoire de fantasy originale, pas prise de tête et en plus écrite par une française, je vous recommande.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
stueur
stueur
Aujourd'hui, Le roman de Renart de plusieurs illustres plus ou moins inconnus écrite entre 1174 et 1342. Là, il s'agit de l'édition folio classique dans une version de Paulin Paris publiée en 1861. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_de_Renart).

Dans le lien wikipédia il y a déjà toutes les informations nécessaires à la description du livre néanmoins, j'en toucherai rapidement deux mots. Il s'agit d'histoires qui se suivent (pour la plupart) et qui parle principalement de Renart le goupil (c'est d'ailleurs suite à ces histoires que le goupil est devenu le renard). Renart est un coquin qui aime faire des farces à ses compères. Les personnages zoomorphes sont caricaturaux et représentent les différents rôles de la société de l'époque (femme, oncle, prêtre, noble...). C'est assez bizarre dans le sens où cela ressemble beaucoup à des fables mais avec une morale plutôt douteuse, où la ruse et la méchanceté l'emporte.

L'histoire n'est pas bien palpitante (enfin, les 60 histoires) et tourne en rond. Pour la culture personnelle, il peut être intéressant à lire, pas pour son côté littéraire ou plaisant.
 
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
J'ai aussi lu Homme cherche femme, et autres histoires d'amour de Simon Rich.

Changement complet de registre pour cet recueil d'histoires, toutes basées sur les relations amoureuses. Elles sont réparties en 3 groupes : la rencontre, le couple, et la rupture. L'auteur a écrit des billets pour le New Yorker, GQ, Mad, ou le Saturday Night Live. Et ça se ressent au vu de la longueur des textes (entre une pages et une dizaine) ou de l'humour très Late Night Show américain.

Alors, on n'y trouvera pas de grandes analyses même si cela sonne juste, et on ressent très bien que c'est un homme qui a écrit. D'ailleurs, toutes les nouvelles place le narrateur du côté masculin.

Le livre très court (environ 3 heures de lecture) est très agréable à lire, fait parfois sourire, et parle d'amour sans tomber dans la mièvrerie. Je serais très intéressé d'avoir des retours féminins pour voir si le ressenti est le même.

 
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
Cette fois-ci, je vous fait mon retour sur La fabrique de doute de Paolo Bacigalupi.
Comme certains le savent peut-être, j'adore cet auteur! Donc mes commentaires, qui de toute façon sont subjectifs, seront sûrement biaisés.

Ce livre parle des sociétés, engagées par les grands groupes mondiaux, qui vont remettre en cause les analyses scientifiques et les mettre en doute pour le compte de ces grandes sociétés (exemple : Marlboro a engagé des cabinets pour démonter les études qui disaient que le tabac était nocif).
Ca, c'est pour le thème, maintenant, le pitch : nous suivons Alix, la fille ado d'un dirigeant d'une de ces sociétés de désinformation, à qui un avenir riche est promu. Elle va se retrouver malgré elle impliquée dans un attentat organisé par un groupuscule nommé "2.0". Et c'est à partir de cet instant qu'elle va commencer à se poser des questions et chercher à se renseigner par elle même.

Mon avis : le livre est estampillé "young adult" et ça se ressent. On est assez loin de la profondeur des livres comme La fille automate ou Water knife du même auteur. Ceci dit, il en devient très facilement compréhensible. Par contre, on suit une ado avec une vie d'ado... Je n'ai rien contre mais ça reste au final assez pauvre en terme d'enjeux (je vais à l'école, en soirée, et je vois des copines. Ok j'exagère mais ça cadre quand même pas trop mal). Et pour tout cela (ainsi que son thème), je pense que c'est un excellent livre pour ado, sympa pour les adultes mais manquant de profondeur. A côté de ça, il est très facile, donc rapide, à lire, ce qui permet de le caser entre 2 livres plus exigeants.

Bref, pas au niveau des 2 chefs d'oeuvres que sont La fille automate et Water knife mais se lit quand même très bien. Sachant que le thème est très intéressant et très bien abordé.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Pouillotin
Pouillotin
Ton post me rappelle le Journal de nuit de Jack Womack qui a pour héroïne une adolescente. Dans mon souvenir, c'est un poil sombre mais bien fichu.
Je suis bien content qu'un nouveau Bacigalupi soit sorti.
Le dernier, Water Knife, était vraiment très bon.
Mon top
Aucun jeu trouvé
znokiss
znokiss
Je me perds dans "La Maison des Feuilles", je pense que c'est voulu par l'auteur. 

Seulement, j'ai l'impression d'atteindre péniblement la moitié et en fait, je suis à 58 pages (sur 600). Pas certain que ce soit bon signe, mais quand même, ça m'intéresse de savoir la suite (même si je me doute bien qu'on aura aucune explication sur le pourquoi du machin).
DuncanIdaho
DuncanIdaho
C'est bien sûr voulu. Non seulement que le lecteur se perdre (sinon l'auteur n'écrirait pas dans tous les sens en utilisant toutes les polices existantes), mais aussi qu'il trouve la lecture laborieuse. Ce n'est pas un livre qui a la vocation d'être agréable à lire. De mon point de vue, ce qu'on peut admirer, c'est la faculté de l'auteur à créer un ressenti chez le lecteur par des moyens inhabituels et qui sont tout sauf "faciles". On pourrait penser qu'un livre aussi compliqué à suivre laisserait le lecteur de marbre mais ça n'a pas été le cas pour moi. Donc je reconnais et apprécie ce tour de force, à défaut d'avoir pris du plaisir pendant la lecture. Pour moi, l'histoire (ou plutôt les histoires) est secondaire.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Tomfuel
Tomfuel
"Grand Pere" de Jean Louis costes
roman-recit encensé par la critique, presenté comme trash (on s'en doute pour du Costes), comparé à Celine et Bukowski (fallait oser), je lis en ce moment la version non censurée, et je me demande si le bouquin aurait depassé 10 pages en version censurée ...

j'avais lu les 2 premieres pages "feuilletez moi" sur le net et force est de constater qu'elles m'ont accroché direct par le style qui me parle (je suis un grand fan de feu "13eme note" edition).
mais voila, passé ces premieres pages, on tombe dans des glapissements syncopés à la Costes (pour ceux qui connaissent les perf musicales et theatrales du gars), et ça tranche, decapite, viole des momes, empale, brule et tuent gratuitement pendant d'interminables chapitres, on l'imagine tres bien brailler son texte sous distorsion ; et donc même la couverture avec sa tronche d'homme mûr et posé est trompeuse.

je commence à sauter des passages entiers sans pour autant abandonner l'affaire car je cherche desesperement a retrouver le style plus posé des 1eres pages
Mon top
Aucun jeu trouvé
bachibouzouk
bachibouzouk
Comment parler des livres que l’on a pas lus?
de Pierre Bayard
Où il est question de littérature, et surtout de non-lecture.<<il est tout à fait possible d’avoir un échange passionnant au sujet d’un livre que l’on a pas lu y compris avec quelqu’un qui ne l’a pas lu lui-même>>.
Peut-on dire d’un livre oublié qu’il a été lu?...

un essai sympathique, assez court. Pas indispensable certes mais avec de bonnes idées, en particulier celle de connaître où se situe l’auteur et l’œuvre dans l’ensemble de la bibliothèque collective pour pouvoir avoir une idée de son contenu (et donc sans le lire ;-)
Mon top
Pyjam
Pyjam
Tu l'as lu ?
 
Mon top
Aucun jeu trouvé
stueur
stueur
La fontaine pétrifiante de Christopher Priest
Roman sur l'identité et la réalité.

Le pitch : Peter Sinclair se met au vert à l'écart de Londres suite à la perte de son boulot, sa copine (Gracia), et son père, afin de se ressourcer. Il y écrit son autobiographie. On ne sait pas trop comment mais il se retrouve dans un autre monde, les iles des l'archipel du rêve, où il côtoie Seri. Il va se retrouver à faire l'aller retour entre ces 2 mondes jusqu'à les mélanger.

Bon, le bouquin est classé SF mais on ne vous attendez pas à y trouver des technologies de l'avenir, des précogs, ou autre transhumains. Non, hormis le fait anecdotique dans le livre de pouvoir devenir immortel, il s'agit plus d'un livre qui explore ce qu'est l'identité d'une personne, son vécu, et qui pose la question de ce qu'est la réalité. Un peu comme pourrait le faire Philip K. Dick, mais dans une version absolument pas futuriste.

J'avoue que j'ai trouvé le livre long (bien que ne faisant que 366 pages) et qu'il m'a un peu ennuyé. Il est, je trouve, assez redondant et on comprend assez vite où l'auteur nous emmène. De même, la fin est ouverte et ne clos absolument pas le débat.
Bref, pas un livre que je recommande.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
Pyjam
Pyjam
Je l'ai relu il y a quelques mois. J'aurais bien besoin d'une explication de texte.
Le livre a été écrit à une époque où le L.S.D était très en vogue. Peut cela nous donne-t-il un début d'explication.
 
Mon top
Aucun jeu trouvé
DuncanIdaho
DuncanIdaho
Mon point de vue de fan de Christopher Priest est que les intrigues de beaucoup de ses livres, si tant est qu'on puisse les appeler intrigues, ne sont pas conçues pour être résolues, même à travers des non-dits. Il ne faut surtout pas attendre de "grande révélation finale". Je trouve cette démarche parfaitement cohérente : si les personnages des romans ne perçoivent pas ce qu'est la réalité, pourquoi le lecteur le devrait-il ? Pour moi, rendre le lecteur omniscient affaiblirait la portée du livre. D'ailleurs, souvent, il n'y a pas une réalité insaisissable mais plusieurs en parallèle et incohérentes entre elles. Ceci est particulièrement vrai pour les romans situés dans l'archipel du rêve qui sont plutôt pauvres en action.

Pour la fontaine pétrifiante, c'est le premier livre du cycle que j'ai lu. Il m'a fait forte impression, mais c'était il y a fort longtemps. Je trouve assez amusant que ma mémoire me joue des tours pour en parler puisque c'est justement la thématique du livre dont je me rappelle le plus : la réalité de faits passés vs la réalité des souvenirs présents.

Contrairement à Dick, je n'ai jamais entendu dire que ses livres avaient été écrits sous l'influence de quoi que ce soit. Et s'il faut voir dans la prise de drogue les raisons altérant la réalité des protagonistes, c'est aussi beaucoup moins explicite que chez Dick. Je ne sais pas ce qui motive Priest à autant questionner la réalité, mais je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure explication.
Mon top
Aucun jeu trouvé