Par : znokiss | jeudi 11 février 2021 à 16:24
Acathla
Acathla
Asmodée cela ne date pas d'aujourd'hui....

16 ans plus tard....

 
Mon top
12 ans et +
9,1
806 avis
12 ans et +
8,9
199 avis
14 ans et +
8,7
126 avis
14 à 99 ans
9,0
119 avis
12 ans et +
8,5
220 avis
10 ans et +
8,1
262 avis
12 ans et +
8,1
310 avis
loïc
loïc
Zyrkiel dit :
loïc dit :
MasterZao dit :@Loic, j'ai du mal à suivre ton raisonnement par moments :

Comment peut-on s'exercer à l'esprit critique, à baser son opinion sur des faits solides, vérifiés, sourcés, étudiés. Et en même temps avancer de façon péremptoire le réchauffement climatique est un fait parce que les assureurs provisionne (sans aucune source citée), que la "Terre plate" c'est du bullshit parce que... quoi ?
T'es capable de me démontrer que 2×3=6 ?
Le principe d'une civilisation, c'est qu'elle ne peut avancer qu'en se basant sur les acquis de ses prédécesseurs. En se plaçant sur "des épaules de géant" comme l'a dit Newton. Au bout d'un moment, si tu dois redémontrer sans cesse tout depuis l'origine du monde, tu n'avances à rien (c'est presque la base de l'obscurantisme).
 
C'est quoi l'argument ici?
Faire comprendre que ressasser sans cesse les faits connus ne nous fait pas avancer. Si on doit à chaque fois revenir aux axiomes de base pour démontrer un nouveau théorème, on en serait encore au Moyen Age. Les idées qui ne respectent pas les faits n'ont donc que pour objectif de nous détourner des avancées de la société.

Tu prends une évidence en analogie pour donner du poids à ton "argumentaire" mais tu ne prouves rien.
Evidemment que je prends une évidence. Mon propos est de dire que nier les évidences et les remettre sans cesse en question sans fondement nous reculer en tant que société.
Et, à toutes fins utiles, l'Holocauste est nié assez régulièrement et certains essayent encore de faire croire que c'est une affabulation. Donc, est-ce vraiment une "évidence" ?
 
L'histoire a souvent été altérée au crédit de certaines civilisation. Pourtant chaque historien cherche bien la vérité historique (https://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9rit%C3%A9_historique) mais celle-ci peut être subjective vis-à-vis des découvertes en courtes et des choses encore non découvertes.
C'est le principe de l'Histoire. Elle est et reste en partie incomplète de par sa nature. Une nouvelle découverte ou un nouvel éclairage sont bien des manières de remettre en cause certaines choses. Mais, pour remettre en cause quelque chose, il faut apporter du neuf. Sinon, on ressasse sans cesse et on n'avance pas. On est globalement d'accord.
 
Il n'est pas inutile de se questionner même sur des sujets connus. Cela peut instruire un auditoire qui n'est pas encore en possession du savoir débattu.
De plus, tu ne donnes aucunes sources.
L'instruction étant la base, évidemment. Mais instruction n'est pas débat. Puisque, pour débattre, il faut être instruit.
Des sources sur quel sujet. J'exprime un avis. Après, si tu as des points sur lesquels tu as besoin de sources, n'hésite pas.
 
 
 
Par exemple, il y a des arguments tout à fait entendable comme "on ne sent pas la terre tourner" ou "on observe bien que c'est le soleil qui tourne et pas la Terre" qui peuvent sembler crédibles.
Il a déjà été démontré 1000 fois que c'est faux. On peut montrer l'expérience du Pendule de Foucault à des enfants pour leur expliquer (c'est le principe de l'éducation), ça n'a pas à être débattu entre adultes (parce qu'on le sait, il suffit d'ouvrir un livre,...). Rédémontrer sans cesse les évidences, comme je l'ai dit plus haut, ça ne peut que nous faire régresser. Il ne faut pas oublier nos prédécesseurs au risque de sans cesse devoir redémontrer des choses que l'on sait déjà.
Alors tu n'as jamais démontré ton affirmation que j'ai mis en gras.
Tu veux que je démontre quoi exactement ? Le fait que passer du temps à faire quelque chose empêche de faire autre chose.
Si un chercheur explique (ou démontre) que la Terre est plate à un auditoire, ça lui prend du temps. Tu veux que démontre ça ?
Ce temps, il pourrait l'utiliser à chercher de nouvelles choses pour que l'Humanité apprenne quelque chose de nouveau.
Le temps n'est pas extensible (je peux te chercher des articles à ce sujet, mais c'est quelque chose d'assez clair). Tout le temps qu'un spécialiste passe à refaire ses propres travaux, il ne les passe pas à autre chose. Je ne suis pas sûr qu'il y ait d'écrit scientifique pour démontrer qu'on ne peut pas faire 2 choses à la fois.
J'ai l'impression que tu confonds "débat" et "éducation". Si le chercheur "apprend" à d'autres, c'est cohérent, sinon, expliquer la même chose aux mêmes personnes, c'est une perte de temps. Je veux bien que tu m'expliques ce que tu ne comprends pas sur ce point.
 
De plus, si on prenait toujours pour acquis ce qu'ont découvert/prouvé nos prédécesseurs alors il n'y aurait jamais eu de relativité générale qui dément la gravitation tel que Newton l'avait formulé.
100 ans après la découverte de la Relativité, on utilise toujours les équations de Newton. Elles ne sont toujours pas rejeté, juste précisé.
Et là encore, Einstein se base sur des travaux concrets pour remettre en cause certains aspects de Newton.
Mais, malgré les travaux effectués, personne ne s'est amusé à remettre en cause Newton. Einstein, quand il le fait, il a des arguments solides. Faire de la Recherche et exposer une recherche en cours à un public large, ce n'est pas tout à fait pareil.
Pareil pour l'Histoire, pour remettre en cause quelque chose, il faut du solide, pas juste une intuition. Une intuition peut te permettre de chercher, pas d'exposer.
 
Donc, non je ne trouve pas que revenir sur des sujets fasse régresser. Après on s'appuie toujours sur des travaux pertinents, comme référence, pour débuter les siens.
Mais je ne parle pas de sujet, mais de travaux solides. Aujourd'hui, des gens remettent en cause Einstein, mais de manière toujours trop parcellaire. Tant qu'ils restent dans leur coin, ça me va. Si, dans leur coin (ou avec quelques collègues), ils arrivent à démontrer un manque, alors, OK, ils en parlent publiquement, un débat est ouvert et on voit si et où est le problème.
Mais non, si on laisse n'importe qui remettre en cause des choses démontrées (démontrées, hein, avec des travaux scientifiques sérieux, reconnus par les pairs, pas juste une opinion), on avance beaucoup moins vite (car le temps que les démonstrateurs reviennent expliquer pourquoi le nouveau travail est faux, ils n'avancent pas sur leurs travaux actuels). La remise en question n'a d'intérêt que si elle est sérieuse.


Parce que, sur les sujets déjà débattus, ça ne sert à rien. Un mec peut venir te dire que le l'hypothèse de Fermat est fausse avec un raisonnement complet, ça n'a aucune valeur. L'hypothèse a été démontré, tu lui fous le théorème entre les mains et basta. On n'a pas a rediscuté de sa démonstration. Sauf s'il peut apporter la preuve d'une erreur dans la démonstration. Mais, dans ce cas, il monte sur les épaules de ses prédécesseurs, s'appuie sur quelque chose que l'on sait et, à partir de là, il démontre l'erreur. S'il repart de 0 (sauf à avoir une excellente raison), on s'en fout. La société ne doit pas revenir sans cesse sur ce qu'elle a fait, elle doit regarder devant grâce à ce que l'on sait d'avant.
Einstein n'a pas détruit les théories de Newton avec la relativité, ils les a complété.
Désolé mais ici tu te contredis toi-même.
Si quelqu'un peut prouver sans erreur qu'avec les mêmes postulats il peut arriver à un résultat différent alors il faut ouvrir un débat.
C'est exactement ce que je dis. Vraiment, tu as survolé un peu trop vite mes propos. Je dis exactement la même chose.
 
Pourtant tu perds l'occasion de transmettre ton savoir à quelqu'un qui en a besoin. C'est dommage comme démarche. De plus ça offre une belle anecdote :p
Si la personne n'a jamais reçu ce savoir OK. Si on lui déjà expliqué et qu'elle revient pour dire "C'est n'importe quoi, il suffit de regarder autour de soi pour voir que la Terre est plate", si, c'est de la perte de temps. Je préfère aller l'expliquer à des jeunes qui ne le savent pas encore.
 
 

Pour cette partie je suis plutôt d'accord ;)
Enfin, si deux personnes avec un solide bagage débattent, l'un parviendra peut-être à trouver une faille dans le raisonnement de son opposant.

C'est possible. Après, parfois, il y a des points de vue irréconciliables, à cause, par exemple, d'un système de valeur différent.

Mon top
Aucun jeu trouvé
fouilloux
fouilloux
Hum, löic, il me semble qu'on arrive au contraire à des connaissances plus solides quand on les remet en cause et qu'on y réfléchi, pour finir par les comprendre. Par exemple, 2x3=6, oui à l'époque on me l'a montré avec 3 rangés de 2 cercles. Du coup j'ai intégré cette connaissance, je m'y suis frotté, je l'ai expérimenté.

Je crois qu'au contraire on régresse parce qu'on dit, sur trop de sujets "c'est comme ça, point barre". Du coup les gens ne s'approprient pas les sujets et il est assez facile du coup de le faire remettre en cause.

Je te donne un exemple: depuis tout petit, on me dit "la peine de mort, c'est mal". Sans vraiment m'en donner les raisons. Du coup, un jour j'ai vu des gens avec des arguments en faveur de la peine de mort. Et là, pas armé pour y répondre, ben je me suis mis à questionner cette affirmation. En me questionnant, j'ai vu les arguments pour, je les ai fait miens parce qu'ils m'ont convaincu, et maintenant je n'ai plus aucun doute à ce sujet. J'ai des arguments solides à faire valoir.

Je pense qu'on a beaucoup de "valeurs" qui nous sont inculqués sans qu'on nous explique pourquoi elles sont importantes, et c'est pour cela qu'elles sont remises en causes. Pour le mieux d'ailleurs, car certaines n'ont plus de sens. Mais re-réfléchir au pourquoi d'une république, de la laïcité, de la sécurité sociale etc. permettrait au contraire d'assoir plus solidement ces idées.

Et oui, c'est un travail sans fin, parce qu'on a plein de nouvelles personnes qui naissent chaque année :-)
Mon top
Aucun jeu trouvé
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Bonsoir,

Que nous voici donc devant une nébuleuse, riche en perspectives, mises en abîmes et autres dangers sémantiques. L'épreuve est de taille mais le vaisseau des idées solide et l'équipage des arguments expérimenté.

Le vrai se conclut souvent du faux. (Pascal)

Nourris d'axiomes et de postulats éprouvés, l'aéronef évanescent file sa route, ignorant des chaos vertigineux et du néant toujours proche.

A bord, un capitaine au long cours, comme on les imagine, qui a l'étrange particularité de ne jamais toucher le gouvernail.

" Capitaine, êtes vous Dieu ? Jamais vous ne semblez naviguer et jamais nous ne nous sommes égarés."

Le capitaine riait fort à cette déclaration et son regard malicieux pétillait plus profondément encore.

" Non, bien sur. Je ne le connais d'ailleurs pas. Mais je vais te dire le secret : je me suis mille fois trompé mais jamais personne ne le sait et je crois bien même que personne n'y fait attention."

"Mais j'ai quand même une sécurité si jamais vraiment j'allais dans une voie sans issue : elle s'appelle le doute. Tu vois, ça ne semble pas grand chose mais pourtant c'est ce qui change tout."

L'écran principal s'alluma et une voie familière résonna dans le poste de commandement.

" Bon, dis, tu te connectes à BGA, là ? La partie commence !"

 
Mon top
Aucun jeu trouvé
loïc
loïc
fouilloux dit :Hum, löic, il me semble qu'on arrive au contraire à des connaissances plus solides quand on les remet en cause et qu'on y réfléchi, pour finir par les comprendre. Par exemple, 2x3=6, oui à l'époque on me l'a montré avec 3 rangés de 2 cercles. Du coup j'ai intégré cette connaissance, je m'y suis frotté, je l'ai expérimenté.
Là encore, il y a confusion entre "apprentissage" et "remise en question". Je ne dis pas qu'il ne faut rien expliqué. Je dis, au contraire, que l'éducation est primordiale. L'éducation, c'est bien faire comprendre aux gens, leur donner les clés. Evidemment, si tu dis juste, c'est comme ça, ça va pas marcher, on est d'accord.
 
Je crois qu'au contraire on régresse parce qu'on dit, sur trop de sujets "c'est comme ça, point barre". Du coup les gens ne s'approprient pas les sujets et il est assez facile du coup de le faire remettre en cause.
Oui, l'Education a régressé, a priori très fortement ses 20 dernières années. Et donc, en effet, si tu n'éduques pas bien, tu ne peux pas former des citoyens.
 
Je te donne un exemple: depuis tout petit, on me dit "la peine de mort, c'est mal". Sans vraiment m'en donner les raisons. Du coup, un jour j'ai vu des gens avec des arguments en faveur de la peine de mort. Et là, pas armé pour y répondre, ben je me suis mis à questionner cette affirmation. En me questionnant, j'ai vu les arguments pour, je les ai fait miens parce qu'ils m'ont convaincu, et maintenant je n'ai plus aucun doute à ce sujet. J'ai des arguments solides à faire valoir.
On en revient encore et toujours à l'Education. Oui, éduquer, c'est compliqué et ça prend du temps. Mais, il y a bien une différence entre éduquer et débattre d'un sujet de société. Et débattre nécessite d'avoir été éduqué, sinon, en effet, difficile de faire valoir des arguments.
 
Je pense qu'on a beaucoup de "valeurs" qui nous sont inculqués sans qu'on nous explique pourquoi elles sont importantes, et c'est pour cela qu'elles sont remises en causes. Pour le mieux d'ailleurs, car certaines n'ont plus de sens. Mais re-réfléchir au pourquoi d'une république, de la laïcité, de la sécurité sociale etc. permettrait au contraire d'assoir plus solidement ces idées.
Mais là, on parle bien de société, et en effet, les questions sociétales ont pour vocation d'évoluer avec la société. La laïcité est un principe non démontré qui peut s'interroger, la Terre ronde, une réalité, ça ne se débat pas.
J'ai l'impression qu'il y a une confusion entre Education (ce que l'on apprend, basée sur ce que nos prédécesseurs ont fait et démontrer) et Débat (les choses que l'on interroge en se basant sur ce que nos prédécesseurs ont fait pour aller plus loin).
 
Et oui, c'est un travail sans fin, parce qu'on a plein de nouvelles personnes qui naissent chaque année :-)

Là encore, Education. On a besoin de moyens pour éduquer tous ces gens qui naissent et leur apprendre ce que l'on sait et comment on découvre de nouvelles choses (et donc comment on construit une méthode de travail, comment on s'interroge,...)

Mon top
Aucun jeu trouvé
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Bonsoir,

- Dites, Capitaine, qu'est ce que c'est, l'éducation ?*

- C'est une chose depuis trop longtemps oubliée. Cela veut dire créer des liens. Vois-tu ces parents heureux, berçant leur enfant ? Ils savent leur condition, leurs moyens et quel que soit leur fortune, ils lui donneront ce qu'ils estiment être le plus important : leur langue, leur culture, leurs traditions, le respect de la famille, toutes ces choses qui vont intégrer le nouvel arrivé dans leur monde. Certains appellent cela le déterminisme social. Pourquoi pas. L'éducation donne un cadre de vie aussi rassurant que réconfortant, ou il en donne l'illusion mais il est le socle sur lequel se construit chaque humain.

- Sauf que certaines sociétés ont perdu leurs repères, ont perdu leur âme et que dans celles-ci, les familles errent, ne savent plus comment élever leurs enfants et s'en remettent à des artifices pour pallier leurs déficiences. Et alors même que, le plus souvent, elles ne sont pas responsables de cette désagrégation du tissu social, elles sont montrées du doigt, culpabilisées.

- Et l'instruction, dans tout cela ? L'instruction est l'affaire de tout Etat organisé car elle élève chaque être humain au savoir, à la compréhension du monde et à l'autonomie.

- Et autant l'instruction est profitable à ceux qui ont reçu une éducation, autant elle est difficile d'accès pour ceux qui n'en ont reçu que peu ou pas. Et pour ces derniers, même si rien n'est perdu, il faudra réparer, remédier en retrouvant les repères qui font défaut. Et c'est loin d'être facile, évident. Et ce ne sera qu'une solution bancale car elle ne soigne pas la source.

- Bien sûr, ces deux termes ne s'opposent pas : les familles instruisent aussi, dans la mesure de leurs possibilités et capacités. Certaines même peuvent se passer des services de l'Etat.

- Autant l'éducation apporte le plus souvent une uniformisation, un conformisme et aussi une acceptation de sa condition, autant l'instruction peut permettre de dépasser ce déterminisme.

- Alors l'instruction, c'est dangereux ? Nous y voilà. Tout dépend de ce qui sera au programme de cette instruction. Tout dépend où l'on placera les curseurs et qui sera chargé de les appliquer. Tout dépendra de la liberté qu'on donnera à chaque enseignant pour transmettre le savoir et bien entendu, tout dépendra du savoir de cet enseignant et de son savoir partager.

- L'instruction est avant tout politique : elle construit ce qui sera utile à chaque société et plus particulièrement utile à ceux qui détiennent le pouvoir économique.

- Cela ne rend pas les étudiants stupides ou ignorants, mais leur intelligence sera orientée de façon à ne pas perturber un certain ordre établi.

- Et alors, naturellement, cette société reproduira elle même ses propres modèles, ses propres besoins, ses propres envies, son propre idéal, toutes ces chose qu'on nommera valeurs pour bien déprécier tout ce qui sortirait de cette norme.

- On dit que le niveau baisse ? Que d'agitations, que de paroles creuses qui ne servent qu'à endormir. Que ce soit la vérité ou non, qu'est ce qui est véritablement fait pour que cela change ? Et si cela ne change pas, c'est que ça doit bien satisfaire un certain équilibre.

- Dans ce cadre, les plus intelligents et les plus éduqués s'en sortent en épousant les doctrines dominantes et profitent d'un système qu'ils auraient tort de vouloir changer ou combattre.

- Puis arrivent ceux qui ont manqué quelques marches mais qui ne désespèrent pas d'accéder au Nirvana. Elles aussi seront plus poussées au conservatisme.

- Et les laissés pour compte, abandonnés contre quelques menues aides, seront noyés dans un océan d'illusions.

- Et le jeu de société ? Ce n'est pas un loisir qu'on peut appeler subversif. Mais ce n'est pas non plus ce qu'on lui demande, la plupart du temps. L'histoire montre sa présence partout mais les jeux joués dans chaque milieu sont différents.

- Aujourd'hui, c'est un marché, comme beaucoup d'autres qui tend à se répandre, surtout dans les milieux éduqués. On y fait naître des envies, des achats compulsifs. Les jeux proposés tendent à être plus luxueux, plus chers.

- C'est donc un loisir qui devient bien compris par le pouvoir économique qui bien sur veut sa part du gâteau, aussi grosse que son appétit.

- Et moi ? Je ne pense pas être dupe. Mais est-ce si grave ? Vais-je culpabiliser en faisant une partie d'un jeu commercial ?

- Vais-je me draper de ma cape de dignité et ne plus me connecter à BGA ?

- Faisons la part des choses. Le monde des indépendants a le droit de se sentir trahi et les entreprises qui avaient autorisé leur jeu à être présent sur cette plate forme vont plus que tiquer. La communication de BGA sur ce rachat est inaudible et ce manque de transparence est comme d'habitude source de suspicions. Il va y avoir des réactions... ou pas.

- Mais globalement, une fois toutes ces péripéties passées, il restera une plate forme de jeux, proposant des jeux intéressants qu'on aimera jouer.

- Plutôt que de crier au loup, je préfère garder mes forces pour des enjeux bien plus importants.

- Une société de commerce n'est pas le problème. Une société où certains s'enrichissent plus que d'autres ne devrait pas l'être non plus. Une société ou chacun souhaite se réaliser sans contraintes abusées devrait même être encouragée.

- Par contre, une société qui laisse plus de 90 % des siens souffrir en les conduisant dans le mur, je ne me sens pas le droit d'être passif.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Asafox
Asafox
Bravo ! Votre intervention peut s’appliquer à bon nombre de choses à notre époque. C’est bien dit et c’est assez juste. 
Mon top
14 ans et +
7,4
19 avis
10 ans et +
8,2
259 avis
8 ans et +
8,6
450 avis
10 à 99 ans
9,1
889 avis
loïc
loïc
Trop de chose à redire, je vais m'abstenir.
Mon top
Aucun jeu trouvé
OverWhirl
OverWhirl
loïc dit :Trop de chose à redire, je vais m'abstenir.

En effet, je te comprends ; on voit bien l'évidence universelle qu'en absolu il est très compliqué de communiquer/échanger : On est jamais certain de se faire comprendre et force est de constater que malgré une bonne volonté, c'est ardu et encore plus à l'écrit ; chronophage et énergivore. C'est là que parler de vive voie prend tout son sens.
nb : je ne critique ici personne, je constate simplement par les quiproquos, incompréhensions et redites de part et d'autres que je lis.

Mon top
Aucun jeu trouvé
loïc
loïc
OverWhirl dit :
loïc dit :Trop de chose à redire, je vais m'abstenir.

En effet, je te comprends ; on voit bien l'évidence universelle qu'en absolu il est très compliqué de communiquer/échanger : On est jamais certain de se faire comprendre et force est de constater que malgré une bonne volonté, c'est ardu et encore plus à l'écrit ; chronophage et énergivore. C'est là que parler de vive voie prend tout son sens.
nb : je ne critique ici personne, je constate simplement par les quiproquos, incompréhensions et redites de part et d'autres que je lis.

Tout à fait. Ca se trouve, un autre jour, je me serai lancé dans une analyse de tout ça. Là non.
L'oral, c'est bien, mais tu oublies facilement certaines choses, il est plus difficile de revenir en arrière pour se corriger.

Mon top
Aucun jeu trouvé
MasterZao
MasterZao
Pas mieux, et en plus il manque les bières.
Mon top
14 ans et +
8 ans et +
9,1
46 avis
14 à 99 ans
8,4
151 avis
12 ans et +
8,9
110 avis
10 à 99 ans
9,0
156 avis
12 ans et +
9,2
323 avis
10 à 99 ans
9,1
890 avis
Alix
Alix
Pfiou. J'avais un peu perdu le sujet de vu, mais que de choses intéressantes et d'opinion à lire.

Pour en revenir sur le rachat

@Ombre


En ce qui concerne le data, je n'ai vraiment pas beaucoup à craindre : je dois être comme tout le monde multi fiché tous azimuts et tant qu'on n'a pas une dictature au pouvoir, le risque est très modéré. ça nourrira un peu plus les analystes publicitaires et les robots qui décident de la personnalisation des dites publicités.

 

Je trouve cette position d'abandon personnellement dramatique et une victoire de ceux qui souhaitent cette acceptation par lassitude ou de "j'ai pas le temps". En recoupant les informations, on a beaucoup plus de niveau de précision que cela. Demain (et déjà hier pour bien des entreprises), on connaît l'impact des ventes, le cercle touché, le taux de pénétration dans les CSP etc... la finalité d'une entreprise est connue, on cherche le consensuel, le mainstream. Innover en étant désintéressé d'un profit financier devient plus dur surtout quand la boite qui te rachète l'est par un lbo : on compte bien faire grossir la bête avant nouvelle revente. Et en acceptant de faire un don/contrepartie de tes données,  on aseptise un peu plus l'univers auquel on participe en renforçant leur pouvoir qui est de détenir l'information. C'est un peu plus la mort du libre arbitre et la liberté d"opinion : comment forger une opinion libre quand tout ce qui t'entoure va faire en sorte de limiter/converger tes reflexions, tes aspirations vers une cible choisi. Combien on la sensation de dire  "super c'est ce qu'il me fallait" alors que bien en amont tout a été préparé, conditionné dès le plus jeune age (l'enfance est la période forte pour ancrer fortement ce conditionnement). L'entreprise va tout faire pour que ces données lui permettent de produire ici un jeu qui va maximiser les chances de toucher le plus grand nombre pour augmenter sa rentabilité/mop.

Et pire, le moindre effort  de mise en avant d'opinion sur ce site par exemple quand tu n'es pas dans la tendance, on a le phénomène des avis sur tout (l'ultracrépidarianisme comme l'énonçait plus amont Loïc) avec une décrédibilisation contre laquelle il devient parfois inutile/impossible de lutter/dialoguer. Le but de PAI Partners (et donc d'Asmodée) est lequel ? le bonheur des joueurs avec le leur ? Mais ce bonheur, lui est conditionné par leur souhait de profit et donc du bonheur banalisé et orienté/cadenassé pour aligner l'équation de la maximisation. En créant des hydres énormes, on augmente ce risque de diluer la richesse ludique et la richesse culturelle tout court. On pourrait faire presque un parallèle avec la PAC qui à engendré la spécialisation des pays dans leur production, détruisant leur richesse de production car non rentable par rapport à des pays selon les types de produits.


Dans ce fil j'ai vu ça :

Le monde du jeu est tellement l'exact opposé de la guerre.

Je serais curieux de connaître la proportion de jeu de société vidéo et de société les plus joués autour de la guerre et de la violence. La production contient une pléthore de jeux autour de la violence qui sont massivement joué à priori par le plus grand nombre pour les jeux vidéos comme ceux de sociétés : quand je vois les déclinaisons de Risk en GS, je me dis que cela doit toujours se vendre en masse. Dire que c'est l'opposé, je dirais plutôt que c'est à l'image de notre société, assez violent quand même. Quand on voit rapidement les scores en $/€, des bockbuster  KS dans le JDS et la gamme de jeu à laquelle il corresponde.

Il y aurait plein de truc à échanger sur la démocratie aussi qui quelque part fait le lien avec le contrôle des données. Avec les enfants, on échange de temps à autre sur ce point et le fait que tout le monde puisse voter à égal. Le principe est beau, pour autant, cela soulève beaucoup de question et non, tout le monde ne peut pas voter à tous les sujets de manière égale. Un peu comme la proportionnelle, bien sur le papier, ingérable dans les faits. Et pour l'élite qui devrait servir la nation, car "sachant", Franck Lepage résume bien cela dans incultures

Ludiquement

Mon top
Aucun jeu trouvé
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Bonjour Alix et tous les courageux forumers qui suivent encore ce fil un peu décousu mais intéressant sur bien des points :)

En ce qui concerne la partie reprise de mon message :

Je suis désolé d aussi mal m exprimer car je n' ai jamais voulu faire croire que j abandonnais la partie pour la collecte des data. Mais elle est un fait, à moins de vivre retranché dans quelque caverne. Beaucoup se sont émus à très juste raison sur la portée et l utilisation de ces données. Des lois strictes ont été votées et sont appliquées. Elles sont sans doutes amendables et gagneraient à plus de clarté. Mais, du moins en Europe, la protection est quand même importante. 

Ce qui est dramatique à mon avis, c est de ne pas appliquer de principes de précautions elementaires : utiliser Brave ou Firefox, avoir duck duck go comme moteur de recherche et ainsi de suite. Déjà on limite un peu. Pour le reste...

MReçu pour votre attention :)
Mon top
Aucun jeu trouvé
OverWhirl
OverWhirl
Gabriel Ombre dit :Mais, du moins en Europe, la protection est quand même importante.

Alors on est pas en Chine mais si tu écoutes les spécialistes divers du secteur (sécurité informatique et réseaux sur mobiles et PCs, clouds, web) et quand tu vois à quel point la CNIL est limité et dépassé et/ou en retard sur ce sujet, on est très loin d'une protection dite "importante" ; c'est juste que pour le moment, on n'a pas nous même beaucoup de retours et reculs sur ces collectes de données et leurs utilisations.
Moi j'ai choisi : Téléphone jamais connecté au web ; après je peux être plus ou moins facilement relié par l'intermédiaire d'autres personnes...

Mon top
Aucun jeu trouvé
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Re bonsoir :)

Commençons par là :

https://www.cnil.fr/fr/rgpd-par-ou-commencer

Rien n'est parfait et ceux qui veulent nuire auront toujours quelques longueurs d'avance et les faits sont nombreux à relater les trous dans les passoires de certains sites, fussent-ils célèbres et presque incontournables. Mais on parle là plus de vol de données que d'exploitation plus ou moins consentie, explicitement ou non, de ces données.

Mais si on reste dans l'exploitation commerciale des données, je ne risque pas ma vie à chaque fois que j'accepte un cookie, du moins pour le moment.

Là ou je suis impressionné, en ce qui concerne le traçage par le téléphone, par exemple, ce sont les possibilités phénoménales d'investigations données aux autorités. On a sans doute le même phénomène avec la chasse à la cybercriminalité. C'est vrai que ça fait un peu froid dans le dos de penser ce qui pourrait arriver si la cible devenait politique et non judiciaire.

Mais... on vit dans ce monde. On doit y prêter une certaine attention. Mais là dessus, je pense que nous sommes d'accord.

Alors, en ce qui concerne le recul : effectivement, il n'y a rien de particulièrement visible à l'échelle du consommateur. Mais je me doute bien que les appels sur mon téléphone à des heures inopportunes faites par des sociétés dont les produits ne m'intéressent absolument pas, ne sont pas tombés du ciel. Ma réponse est toujours courtoise : Je sais bien qu'il faut que tout le monde mange mais franchement, trouvez-vous un autre boulot. Bonne chance :) et je raccroche.

Même mes boîtes aux lettres professionnelles sont inondées de propositions commerciales plus farfelues les unes que les autres. Que de perte de temps.

Il existe plusieurs dossiers en cours sur ces sujets auprès des associations de consommateurs qui analysent les répercussions des agissements des publicitaires ou sociétés peu scrupuleuses. C'est un garde fou non négligeable.

Je réalise la pertinence des propos d'Alix en ce qui concerne l'uniformatisation de l'offre pour répondre aux besoins et surtout aux envies du consommateur moyen, souvent défini à l'aune des données analysées sous toutes les coutures, afin de plaire au plus grand nombre possible.

Je fais un parallèle avec la grande distribution et surtout sur  son offre. Christian Jacquiau en a fait la critique dans son livre, Les Coulisses de la Grande Distribution.

Mais, malgré tout, les alternatives existent : elles sont moins mises en avant, plus difficiles à trouver et sans doutes plus chères mais là encore, on pourrait débattre des années de ce qu'on entend par la valeur d'un produit.

Sur le conditionnement : sans être trop caricatural, c'est le plus grand allié de toute société organisée. C'est le plus simple, c'est le modèle. Sartre parlait d'extéro conditionnement. J'en avais trouvé une synthèse intéressante par Jan Spurk, dans son petit PUF : quête de sens et compréhension du monde social.

C'est assez austère, je dois bien l'admettre.

Là ou je suis beaucoup moins en accord c'est le fameux : chacun a un avis sur tout.

Déjà, non, je n'ai pas personnellement un avis sur tout et je ne m'embarquerai pas sur des sujets pour lesquels les biscuits me manqueraient.

Alors, il faudrait savoir ce qu'on entend par avis : une réponse un tant soit peu pertinente ? Une vérité ? Une remarque sur l'opportunité de la question ?

Je pense que la société demande à chacun d'avoir une émotion sur chaque sujet et peu importe la qualité intrinsèque de l'avis. Ce qui compte, c'est l'immédiateté d'une réaction ( qui peut être conditionnée et on en revient à ce que j'écrivais plus haut).

Cette émotion peut aussi se concrétiser sous la forme d'un bulletin de vote. C'est une grande force de la démocratie de donner à chacun la possibilité d'exprimer ses choix. C'est une plus grande force encore que de contrôler et conditionner les émotions. Le débat politique souffre de la médiocrité de ses acteurs mais comme ça les arrange plutôt bien au vu du désintéressement grandissant de la population, pourquoi y aurait-il une quelconque évolution ?

Quand au mode de scrutin, je pense que le meilleur est celui qui fait remporter l'élection à son propre candidat favori.

Qu'Asmodée veuille le bonheur de ses clients, je n'ai aucun doute à ce sujet. Maintenant, elle peut se tromper : ce que cette Société pense faire au mieux, après moult analyses post mortem issues de laboratoires intra et extra vivo, ne sera pas nécessairement l'objet d'une adhésion aveugle. La soupe peut ne pas être au goût de tous : manque de sel, de saveurs, de grain de folie, de création et d'imagination.

Et c'est un peu paradoxal mais finalement pas tant que ça quand on perçoit la complexité de l'humain, c'est qu'à force de chercher le commun dénominateur, on finit par trouver tout ce qu'il n'est pas.

Pour finir, je voudrais souligner ô combien la sensibilité de Frank Lepage ne fait guère de doute et ses multiples engagements témoignent de sa tendresse envers les humbles. De là naissent ses colères contre les injustices sociales et parfois aussi ses combats contre quelques moulins à vent : ne parlait-il pas de l'art contemporain comme l'art qui ne compte pour rien ? Au delà du jeu de mots, il y a la confusion entre le génie créatif humain et sa récupération mercantile.

Au delà des créateurs de jeux, de la magie des illustrations et du bruit des dés dans l'arène, il y a la récupération mercantile. Mais dans ce monde où chacun doit pouvoir manger, quel est l'autre choix que de vendre son génie ? quitte à partager sa passion entre professionnalisme économique et liberté de partage désintéressé.

Et à la fin, il reste Banksy. 





 
Mon top
Aucun jeu trouvé