42
réponses
0
follower
Par : NikoII ! | jeudi 11 février 2010 à 01:16
Default
NikoII !
NikoII !
J'ai un petit soucis et j'aurai besoin de quelqu'un qui s'y connaisse, je souhaite créer mon entreprise et "profiter" d'une période de chomage pour faire des formations.
Aurais je droit aux assedics dans le cas ou j'ai travaillé deux ans dans une entreprise, que j'y ai été licencié puis retrouvé dans un même temps un autre cdi et que je démissionne aujourd'hui de celui ci?
Mon top
Aucun jeu trouvé
filmaker
filmaker
Si tu démissionnes, tu n'auras droit à rien de la part des assedics.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Pyjaman
Pyjaman
Sachant en plus que l'Assedic n'existe plus depuis quelques mois déjà :lol:
Sinon, tu as tout de très bien expliqué sur le site de Pôle Emploi.
Mon top
Aucun jeu trouvé
dar dar
dar dar
Le mieux c'est encore de téléphoner. En réalité, ça dépend si tu t'es inscrit à la fin de l'emploi duquel tu as été licencié (et donc si tes droits ont été calculés) et combien de temps tu as travaillé avant de démissionner du 2è.

Ce n'est qu'un exemple des possibilités qui font que tu peux être indemnisé ou non. Seule solution: le téléphone. :wink:
Boulicomtois899
Boulicomtois899
Si tu démissionnes, je ne crois pas que tu auras droit à ton indemnisation... Dans l'idéal, il aurait fallu une rupture conventionnelle pour pourvoir prétendre à ton indemnisation.

Pour pouvoir être indemnisé, tu dois travailler un nombre d'heures pour que ton dossier soit reconsidéré. ça correspond à 2 ou 3 mois à temps plein, si je me souviens bien.
Sinon, tu peux aussi demander un réexamen de ton dossier après 3 mois avec passage en commission, mais il faut pouvoir justifier que tu as vraiment cherché du boulot pendant ces 3 mois...

Après, comme tu souhaites créer ton entreprise, ta situation est peut-être différente. Comme le dit Dardar, le mieux c'est encore de téléphoner, même si les services téléphoniques du pôle emploi sont loin d'être humains et efficaces... :roll:
Mon top
Aucun jeu trouvé
NikoII !
NikoII !
J'ai téléphoné. Seul mon dernier emploi est pris en compte...si je démissionne pas d'aide mais aussi pas de formations... Par contre si je me fait licencier, mes indemnités seront calculées depuis mes deux emplois pour la durée de mes droits.
Bizarre, c'est pas que je regrette mon travail actuel, mais j'aurai peut être mieux fait de ne pas en retrouver un...
Faut que je gagne au loto...
Mon top
Aucun jeu trouvé
Boulicomtois899
Boulicomtois899
Tu as déjà posé ta démission?
Sinon, essaye d'obtenir une rupture à l'amiable (rupture conventionnelle de contrat).
A priori, en cas de rupture conventionnelle, ton employeur doit te payer tes congés payés (qu'ils te paye de toutes façons en cas de démission) plus une prime liée à l'ancienneté si tu es là-bas depuis plus d'un an (de mémoire...). Donc si tu n'as pas d'ancienneté, ton employeur n'est pas pénalisé par une rupture conventionnelle.

Bon après, il faut que ton employeur soit consentant, ce qui n'est pas toujours le cas... :?
Mon top
Aucun jeu trouvé
NikoII !
NikoII !
Dans cette grande distribution, le licenciement n'existe pas sauf par un abandon de post, l'amiable ne c'est jamais vu.
Donc pour l'instant j'y suis j'y reste.
Mon top
Aucun jeu trouvé
dar dar
dar dar
nikoII dit:J'ai téléphoné. Seul mon dernier emploi est pris en compte...

Pas exactement. Si tu n'as pas été inscrit entre les 2, seul le dernier motif de rupture est pris en compte pour l'ouverture des droits. En revanche, tes 2 derniers emplois (en fait les 28 derniers mois) sont pris en compte pour le calcul.

si je démissionne pas d'aide mais aussi pas de formations...


C'est inexact. Un demandeur d'emploi a toujours accès aux formations. Ta place peut toujours être financée (Etat, région, pole emploi...) et rémunérée par l'Etat, à défaut de rémunération "assédic".

Attention, je dis que c'est une possibilité, pas une certitude. C'est du cas par cas, autant pour la formation que pour le profil de la personne. Pour simplifier, et prendre le problème dans l'autre sens, on peut avoir droit à l'allocation de retour à l'emploi et n'être ni indemnisé ni financé pendant sa formation...

edit: sinon pour ta formation tu peux (pourras) voir avec ton employeur, même si je sais que ce n'est pas très pratiqué en grande distri....
Haykel
Haykel
Regarde du coté du CIF (congé individuel de formation):

http://www.travail-solidarite.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/formation-professionnelle,118/le-conge-individuel-de-formation,1070.html

Par contre il faut un an d'ancienneté dans ton boulot actuel.. et il faut le demander à ta boite qui peut le refuser (mais que sous qq motif bien précis: motif de service, que tu peux contester auprès de l'inspecteur du travail)

L'avantage, c'est que tu peux demander un financement auprès d'un FONGECIF, apres c'est sur dossier et ça dépend de ta situation, mais je connais des personnes qui ont eu une grosse partie du financement (moitié du prix de la formation + maintien de 60% du salaire pdt la durée de la formation (1 an)) alors qu'elles ne sont pas à la rue, loin de la

Si tu remplis les conditions, ça se tente
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
NikoII !
NikoII !
Merci beaucoup pour tous ces conseils.
Mon top
Aucun jeu trouvé
NikoII !
NikoII !
Bon j'ai une autre question/souci qui vient, j'ai été malade debut janvier et la semaine dernière (vive la gastro en famille), on m'a rapporter que l'on me menaçais de me virer si j'etais encore malade (un comble car les deux fois j'ai été arrêtée) j'ai quoi comme recours/conseils sachant que j'aime mon taf et que j'ai pas fait exprès d'être malade (ni mes gosses)?
Mon top
Aucun jeu trouvé
djoul
djoul
nikoII dit:Bon j'ai une autre question/souci qui vient, j'ai été malade debut janvier et la semaine dernière (vive la gastro en famille), on m'a rapporter que l'on me menaçais de me virer si j'etais encore malade (un comble car les deux fois j'ai été arrêtée) j'ai quoi comme recours/conseils sachant que j'aime mon taf et que j'ai pas fait exprès d'être malade (ni mes gosses)?


Si tu as des écrits de ces menaces, garde les précieusement. Et rapproche toi d'un syndicat pour prendre conseil plutôt que d'en parler sur un forum.
Mon top
Aucun jeu trouvé
dar dar
dar dar
nikoII dit:Bon j'ai une autre question/souci qui vient, j'ai été malade debut janvier et la semaine dernière (vive la gastro en famille), on m'a rapporter que l'on me menaçais de me virer si j'etais encore malade (un comble car les deux fois j'ai été arrêtée) j'ai quoi comme recours/conseils sachant que j'aime mon taf et que j'ai pas fait exprès d'être malade (ni mes gosses)?


La direction du travail. Il me semble qu'ils donnent des RDV si on les appelle par téléphone. Je ne vois pas d'autre recours fiable pour le moment.
Thot
Thot
djoul dit:
nikoII dit:Bon j'ai une autre question/souci qui vient, j'ai été malade debut janvier et la semaine dernière (vive la gastro en famille), on m'a rapporter que l'on me menaçais de me virer si j'etais encore malade (un comble car les deux fois j'ai été arrêtée) j'ai quoi comme recours/conseils sachant que j'aime mon taf et que j'ai pas fait exprès d'être malade (ni mes gosses)?

Si tu as des écrits de ces menaces, garde les précieusement. Et rapproche toi d'un syndicat pour prendre conseil plutôt que d'en parler sur un forum.


Tu peux aussi utilement aller consulter un avocat.

C'est souvent encore plus fiable qu'un syndicat ou que l'Inspection du Travail sous réserve qu'il soit spécialiste en droit du travail.

L'inconvénient est que lui n'est pas donné contrairement aux autres.

A nikoII : Pour compléter mon intervention, je te dirai que si le Topic lancé par Ticoche, il y a quelques mois était encore en ligne, tu pourrais y trouver des éléments pertinents de réponse (de ma part notamment). Ce n'est malheureusement plus le cas.

Succinctement, pour ta rassurer, l'employeur ne peut te licencier en cas de maladie que si ton absence cause une désorganisation de la société (critère à apprécier in concreto, c'est à dire par rapport à ton cas précis). Il faut en règle générale que ton poste soit un poste important au sein de la société et que tes absences soient longues et périodiques.

Sinon, l'employeur a toujours la possibilité de te licencier pour faute grave sous réserve qu'il trouve une faute à te reprocher. Ce n'est malheureusement bien souvent pas compliqué.

En dehors de ces deux cas, l'employeur n'a aucun motif pour te licencier.

Conserve précieusement les preuves qui justifient tes arrêts maladie et surtout qui démontreraient que tes absences ne désorganisent pas la société.
Mon top
Aucun jeu trouvé
NikoII !
NikoII !
Merci beaucoup. Je vais eviter de m'étendre trop sur le forum.
Mon top
Aucun jeu trouvé
kouynemum
kouynemum
Thot dit: Tu peux aussi utilement aller consulter un avocat.
C'est souvent encore plus fiable qu'un syndicat ou que l'Inspection du Travail sous réserve qu'il soit spécialiste en droit du travail.
L'inconvénient est que lui n'est pas donné contrairement aux autres.

j'abonde vraiment dans ce sens.
le mois dernier, j'ai consulté un avocat (choisi dans le domaine précis que je voulais aborder) pour examiner une situation juridique personnelle. je suis allée au RV en ayant bossé un peu les axes et les questions auxquelles je souhaitais des réponses.
la consultation a duré une heure et demie pour une note d'honoraires d'une cinquantaine d'euros.
c'est tout à fait comparable avec une consultation d'un médecin spécialisé.
et tout aussi fructueux concernant les erreurs à éviter. :china:

edit : il existe également des permanences juridiques gratuites souvent ouvertes en Mairie. le tout c'est de tomber sur un spécialiste du domaine que tu souhaites aborder.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Thot
Thot
nikoII dit:Merci beaucoup. Je vais eviter de m'étendre trop sur le forum.


De toute façon, pour l'instant, tu n'as aucune raison de trop t'étendre puisque rien ne te laisse penser que la menace va être mise à exécution.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Thot
Thot
Kouynemum dit:
Thot dit: Tu peux aussi utilement aller consulter un avocat.
C'est souvent encore plus fiable qu'un syndicat ou que l'Inspection du Travail sous réserve qu'il soit spécialiste en droit du travail.
L'inconvénient est que lui n'est pas donné contrairement aux autres.

j'abonde vraiment dans ce sens.
le mois dernier, j'ai consulté un avocat (choisi dans le domaine précis que je voulais aborder) pour examiner une situation juridique personnelle. je suis allée au RV en ayant bossé un peu les axes et les questions auxquelles je souhaitais des réponses.
la consultation a duré une heure et demie pour une note d'honoraires d'une cinquantaine d'euros.
c'est tout à fait comparable avec une consultation d'un médecin spécialisé.
et tout aussi fructueux concernant les erreurs à éviter. :china:
edit : il existe également des permanences juridiques gratuites souvent ouvertes en Mairie. le tout c'est de tomber sur un spécialiste du domaine que tu souhaites aborder.


Tout à fait.

Il est toujours intéressant pour nous d'avoir un client qui sait aussi de quoi il retourne, sous réserve s'il a fait des recherches juridiques qu'il ait eu des informations fiables. Cela évite à chacun de se disperser et tout le monde gagne du temps.

Concernant le coût des consultations, c'est une autre histoire. En région parisienne et sur Paris, les prix ne sont pas du tout les mêmes donc l'investissement est bien plus important.

Les consultations juridiques en Mairie ou au Palais de Justice, c'est malheureusement la loterie. Soit on tombe sur un avocat qualifié par rapport au problème donné et les éléments d'informations quoique succincts seront pertinents, soit ce n'est pas le cas et là, c'est plutôt la catastrophe qu'autre chose.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Fencig
Fencig
nikoII dit:Bon j'ai une autre question/souci qui vient, j'ai été malade debut janvier et la semaine dernière (vive la gastro en famille), on m'a rapporter que l'on me menaçais de me virer si j'etais encore malade (un comble car les deux fois j'ai été arrêtée) j'ai quoi comme recours/conseils sachant que j'aime mon taf et que j'ai pas fait exprès d'être malade (ni mes gosses)?


Euh, je pige rien là...

Le 11 fevrier tu ouvres ce post en expliquant que tu veux demissionner pour suivre une formation et te mettre à ton compte.
Tu arrives apres quelques posts à la conclusion suivante " c'est dommage mais dans le milieu ou je bosse on vire pas comme çà, donc j'y reste..."

Et le 18 tu as peur de te faire lourder... ???

C'est moi qui suis à l'ouest là ou c'est l'opportunité revée de realiser ton post initial ?
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
NikoII !
NikoII !
En fait je sais plus... je suis dans une période de doute. Ça me tenterai bien de me lancer et de suivre des formations tout en étant aidé par l'état (beaucoup le font et pourquoi pas moi), mais pour ça faudrait donc que je soit licencié chose pas facile car la société dans laquelle je suis "pousse" à la démission ou à l'abandon de poste.
D'autre part se faire licencier, bah moi ça me fait flipper. Et c'est un travail, même payé au lance pierre, qui me botte car dans le jouet...
Je préfèrerai aller voir mon patron (chose que je vais faire) et lui poser le truc, plutôt que de me faire tirer dans le dos et d'avoir peur de la prochaine fois ou mes enfants ou moi seraient malade.
Si je dois partir, que ce soit en de bon termes, pas en déclarant la guerre avec le magasin, c'est pas mon but.
Je ne sais pas si je me suis bien expliqué. En tout cas j'arrete donc de m'étendre.
Encore merci à tous pour vos conseils et réactions.
Mon top
Aucun jeu trouvé
limp
limp
Je travaille chez un concurrent, mais j'ai le même type de job que NikoII.

Jusqu'à peu, j'étais considéré comme le meilleur élément et je devais monter en grande (suite à une autre montée), mais une possibilité d'un job qui me plait plus m'a fait avertir que je risquais de quitter la société.

Je suis alors devenu le nul à abattre...

J'ai aussi demandé une rupture conventionnelle et on m'a proposé un licenciement à l'amiable pour faute grave (enfin, pour "absence injustifiée").

Cette pratique est déplorable et très courante.
N'y a t'il pas un quelconque moyen de partir par un licenciement pour faute "non grav" et ainsi toucher ce que de dû ?

A thöt : quels sont les autres motifs si faciles à trouver pour l'employeur ?
Thot
Thot
limp dit:N'y a t'il pas un quelconque moyen de partir par un licenciement pour faute "non grav" et ainsi toucher ce que de dû ?
A thöt : quels sont les autres motifs si faciles à trouver pour l'employeur ?


Le licenciement pour cause réelle et sérieuse habituel est le licenciement pour insuffisance professionnelle.

Le problème dans ce cas de figure est que l'employeur ne se risquera pas "pour faire plaisir au salarié" à ce type de licenciement qui, si l'employeur manque de preuve, peut être facilement contestable. Le manque de compétence est une notion assez flou alors que les fautes graves habituelles : absences injustifiées, insubordination, insultes envers un supérieur sont plus facilement démontrables.

Pour la deuxième question, il est très facile à un employeur de mener la vie dure à un salarié pour le conduire à commettre une faute notamment de discipline. Il est tout aussi facile de "tendre un piège" à son salarié pour qu'il commette une faute en apparence suffisamment grave pour justifier le licenciement.
Mon top
Aucun jeu trouvé
limp
limp
Thot dit:
Le licenciement pour cause réelle et sérieuse habituel est le licenciement pour insuffisance professionnelle.
Le problème dans ce cas de figure est que l'employeur ne se risquera pas "pour faire plaisir au salarié" à ce type de licenciement qui, si l'employeur manque de preuve, peut être facilement contestable.


Je croyais qu'il existait des sortes de licenciement où les deux parties signaient un papier comme quoi aucun des deux chercherait des noises (prudhomme etc...) à l'autre. Ce n'est pas le cas ?

A quoi correspond le licenciement pour conflit d'intérêt ?
Blue
Blue
Sauf si ça a changé depuis 4 ans, on ne perd pas ses droits aux assedics en cas de licenciement pour faute grave.
Mon top
Aucun jeu trouvé
dar dar
dar dar
Blue dit:Sauf si ça a changé depuis 4 ans, on ne perd pas ses droits aux assedics en cas de licenciement pour faute grave.


Non, ça n'a pas changé encore heureux! Ça reste le principal moyen de quitter son emploi et garder ses droits dans pas mal de secteurs d'activité. Sans compter les licenciements douteux justifiés de cette façon.
Thot
Thot
limp dit:
Thot dit:
Le licenciement pour cause réelle et sérieuse habituel est le licenciement pour insuffisance professionnelle.
Le problème dans ce cas de figure est que l'employeur ne se risquera pas "pour faire plaisir au salarié" à ce type de licenciement qui, si l'employeur manque de preuve, peut être facilement contestable.

Je croyais qu'il existait des sortes de licenciement où les deux parties signaient un papier comme quoi aucun des deux chercherait des noises (prudhomme etc...) à l'autre. Ce n'est pas le cas ?
A quoi correspond le licenciement pour conflit d'intérêt ?


Non, les licenciement dont tu parles sont ce qu'on appelle en pratique les licenciement négociés ou déguisés.

Dans ce type de rupture, c'est l'employeur qui veut mettre un terme au contrat de travail du salarié. Mais craignant que ce dernier ne se retourne ensuite contre lui pour l'attaquer devant les prud'hommes, il lui fait signer avant de le licencier une transaction pour lui proposer une somme d'argent en échange de sa renonciation à saisir le Conseil de Prud'hommes.

Cette pratique, très répandue en réalité (y compris chez les avocats), n'est pas vraiment légale car le salarié ne peut pas renoncer à exercer un droit futur (celui de contester son licenciement) alors même qu'il n'est pas encore licencié.

C'est malheureusement la seule pratique qui garantit les intérêts des deux parties.

C'est tout le paradoxe de la rupture conventionnelle qui a été mise en place pour éviter les licenciements déguisés et qui est totalement passée à côté de cet objectif suite à une élaboration du texte de loi totalement désastreuse.


Le licenciement pour conflit d'intérêt est ce que l'on appelle le licenciement pour incompatibilité d'humeur qui n'est pas en lui-même un motif réel et sérieux de licenciement, car subjectif.

A l'appui de son licenciement, il faut impérativement que l'employeur s'appuie sur des éléments concrets justifiant le licenciement du salarié pour incompatibilité.

En pratique, le terme n'est jamais utilisé dans la lettre de licenciement pour éviter toute ambiguïté.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Thot
Thot
Blue dit:Sauf si ça a changé depuis 4 ans, on ne perd pas ses droits aux assedics en cas de licenciement pour faute grave.


Cela n'a pas changé. Tout licenciement même pour faute lourde ouvre droit à l'assurance chômage.

Des petits malins au Pôle Emploi se sont amusés à plusieurs reprises par le passé à tenter de refuser des prises en charge de salariés licenciés pour faute grave pour abandon de poste au prétexte qu'il s'agirait en réalité de démission déguisée mais cette pratique (répandue) est totalement illégale.

Le Pôle Emploi (en dehors de la commission d'enquête spécifique) ne peut se faire juge de la prise en charge ou non d'une personne licenciée.
Mon top
Aucun jeu trouvé
dar dar
dar dar
Thot dit:
C'est tout le paradoxe de la rupture conventionnelle qui a été mise en place pour éviter les licenciements déguisés et qui est totalement passée à côté de cet objectif suite à une élaboration du texte de loi totalement désastreuse.


Si à l'occasion tu peux développer ça, je serais très intéressé.
Fabrice
Fabrice
limp dit:Jusqu'à peu, j'étais considéré comme le meilleur élément et je devais monter en grande (suite à une autre montée), mais une possibilité d'un job qui me plait plus m'a fait avertir que je risquais de quitter la société.
Je suis alors devenu le nul à abattre...


Communiquer sur des souhaits de quitter sa boite n'est pas une bonne chose, ca ne peut que te causer des ennuis, notamment en créant un phénomène de meute à ton égard, poussant même tes anciens amis à t'ignorer de peur de la contagion.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
limp
limp
Thot dit:les licenciements dont tu parles sont ce qu'on appelle en pratique les licenciement négociés ou déguisés.
Dans ce type de rupture, c'est l'employeur qui veut mettre un terme au contrat de travail du salarié. Mais craignant que ce dernier ne se retourne ensuite contre lui pour l'attaquer devant les prud'hommes, il lui fait signer avant de le licencier une transaction pour lui proposer une somme d'argent en échange de sa renonciation à saisir le Conseil de Prud'hommes.

ne peut on pas proposer celà à son employeur ?

Thot dit:
Le licenciement pour conflit d'intérêt est ce que l'on appelle le licenciement pour incompatibilité d'humeur qui n'est pas en lui-même un motif réel et sérieux de licenciement, car subjectif.
A l'appui de son licenciement, il faut impérativement que l'employeur s'appuie sur des éléments concrets justifiant le licenciement du salarié pour incompatibilité.
En pratique, le terme n'est jamais utilisé dans la lettre de licenciement pour éviter toute ambiguïté.

Ne peut on pas proposer ça à son employeur avec ce que dis plus haut (contrat empêchant par la suite d'aller aux prudhommes ?
Fabrice dit:
limp dit:Jusqu'à peu, j'étais considéré comme le meilleur élément et je devais monter en grande (suite à une autre montée), mais une possibilité d'un job qui me plait plus m'a fait avertir que je risquais de quitter la société.
Je suis alors devenu le nul à abattre...

Communiquer sur des souhaits de quitter sa boite n'est pas une bonne chose, ca ne peut que te causer des ennuis, notamment en créant un phénomène de meute à ton égard, poussant même tes anciens amis à t'ignorer de peur de la contagion.


Oui, mais là, si on sortait pas ensemble (on peut donc pas parler d'amitiés), nous nous entendions très très bien avec mes supérieurs.
Ils ont parlé d'abord de déception, puis mis un avertissement sur un "piège tendu" (je me suis emporté) et je ne pensais pas ça possible de leur part.
Mais ça me sert de leçon.
Je pense être trop sincère avec les employeurs, et ce n'est pas tjs une bonne idée...
Thot
Thot
dardar dit:
Thot dit:
C'est tout le paradoxe de la rupture conventionnelle qui a été mise en place pour éviter les licenciements déguisés et qui est totalement passée à côté de cet objectif suite à une élaboration du texte de loi totalement désastreuse.

Si à l'occasion tu peux développer ça, je serais très intéressé.


J'ai évoqué à plusieurs reprises cette difficulté dans les différents articles de mon blog sur la rupture conventionnelle.

Si tu n'as pas le courage de les lire, j'essaierai lorsque j'aurai un peu de temps de faire une synthèse de cet épineux sujet.
Mon top
Aucun jeu trouvé