26
réponses
0
follower
Par : Kavern | jeudi 27 février 2014 à 20:56
Default
Kavern
Kavern
Vous vous imaginez? Presque 3 jeux par jour sont sorties en 2013 en France...rien que...et seulement 14 nominés...une poignée...que dis-je, une pincée! mais comment expliquer cette pléthore ludique? Est-ce que tout le monde est rendu fanatique des jeux de société? Sont-ils rendus comme des cd que les gens s'arrachent selon la saveur de la semaine et que l'on jette par la suite parce qu'ils ne goûtent plus rien? Tous les même ingrédients mais qui différent en proportion d'un jeu a l'autre. Est-ce que les géants de l'édition ludique, à l'image des postes de radiodiffusions, sortent une multitude de jeu en espérant un jour frapper le gros lot? ou est donc rendu le principe de rejouabilité dans tout ça? La Monopolysation des nouveaux jeux semble impossible ou presque. En effet, difficile de jouer souvent, d'apprécier vraiment un jeu quand il y a trois nouveautés par jour. Seul constat: à chacun son jeu! Un jeu pour chaque et tous pour son jeu! La quantité au lieu de la quantité? Je ne sais pas...je m'interroge.
En terminant, j'ai écris ce post non pas pour condamner cette multitude, bien que mon message est l'air pessimiste, ni même pour diffamer qui ou quoi que se soit, mais bien pour tenter de comprendre ce nombre effarant de 900 jeux par année. En tant qu'éventuel nouvel éditeur de jeux de société, vous comprendrez maintenant mon scepticisme sinon mon doute sur la possibilité des nouveaux éditeurs de percer dans ce milieu. beaucoup d'appelé et peu d'élu? :?
Et vous, quand pensez-vous?
Mon top
Aucun jeu trouvé
Jer
Jer
Je pense tous les jours, de 7h à 22h, sauf le dimanche.
Kensu
Kensu
Souvent quand je conduis
Mon top
Aucun jeu trouvé
Kavern
Kavern
mince...c'était pourtant bien parti!!
Et vous, Qu'en pensez-vous? :P
Mon top
Aucun jeu trouvé
Cyrano
Cyrano
Les CDs de musique, il y en a plein, mais il y surtout a de tout, du jazz, du rap, du rock, de la variété, du classique... Est-ce que tu as l'impression que la qualité n'est pas au rendez-vous ? ou que tu es submergé par la quantité et que ça interdirait presque les nouveaux entrants ? Je ne suis pas sur, car chaque domaine a ses clients, si tu sors un CD de rap, c'est pas sur que tu arrives à toucher untel qui n'écouterait que du classique. :P
C'est un peu pareil pour les jeux, j'ai l'impression: 900 jeux, oui, mais pour quelle variété? On ne parle pas de 900 jeux pour kubipousseurs : il y a de tout et même plus, des jeux d'ambiance, de figurines, de cubes, de cartes, à licence, etc etc. :mrgreen: Et sur les 900 jeux, es-tu potentiellement intéressé par tous? ou seulement une fraction? Pense alors que la fraction qui ne t'intéresse pas, intéresse probablement quelqu'un d'autre. Donc les 900 jeux permettent de toucher un public plus varié, plus élargi, et qui n'a pas des goûts uniformes. :china:
Quant à la monopolysation d'un jeu moderne, peut-etre pas, mais as-tu vraiment envie que ça se produise un jour? As-t-on intérêt à voir un Puerto Rico avec plein de déclinaison et des dessins différents (j'imagine le PR à Paris, le PR à NYK, le PR à Tahiti... :roll: ) ? N'oublions pas que les jeux qui marchent vraiment ressortent parfois sous plusieurs versions (deluxe, anniversaire, réédition...). On ne peut pas parler encore de Monopolysation (déjà parce que ces rééditions sont quand même super chouettes), mais dans l'idée, on a déjà les bases de la réédition ou re-thématisation d'un jeu bien connu (j'ai découvert l'an dernier qu'il existait une version lapins crétins du Jungle Speed par exemple !)
Mon top
Aucun jeu trouvé
Kerquist
Kerquist
C'est l'envie et la liberté de créer qui nous permet d'avoir près de 900 jeux par an, tout comme des milliers de nouveaux livres et des centaines de nouvelles chansons chaque année en France (et encore plus de 200 films de cinéma).
Heureusement que personne ne vient brider cette liberté créative.
L'immense majorité de ces créations est vouée à un oubli rapide, mais il y aura toujours de la place pour les œuvres de qualité.
Il se crée rien qu'en France une demi-douzaine de nouveaux éditeurs de jeux chaque année. Les meilleurs d'entre eux se feront certainement une place durable dans le monde du jeu.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Khoriakei
Khoriakei
Si tu savais le nombre de livres qui sortent par an, 900 ça va encore franchement. Déjà y a les rééditions, les extensions à foisons, et toutes les catégories de genre et d'âge. Et puis les séries télé ne sortent pas assez vite, alors il faut bien un loisir capable de canaliser le temps de cerveau disponible^^
Mon top
Aucun jeu trouvé
Kavern
Kavern
Merci a vous tous pour ces réponses judicieuses. j'avoue que ce chiffre m'a plutôt inquiété sinon surpris sur le coup! ha l'écriture émotive! Comme je suis sur le point de créer ma propre maison d'édition de jeux, j'ai été quelque peu estomaqué de voir ce chiffre... :roll: sur le coup je me suis demandé : mais comment un nouvel éditeur peut faire sa place parmi ces jeux et la multitude d'éditeur de jeux déjà existants?
quand Cyrano dit:
Cyrano dit:ou que tu es submergé par la quantité et que ça interdirait presque les nouveaux entrants ?
..c'est un peu ça...et combien d'éditeurs pour ces 900 nouveaux jeux? je ne connais pas le nombre exact mais c'est sans doute par centaine....y'a qu'a regarder le répertoire de TT...ouf...alors tu te dis: mince, c'est énorme...bon, a la limite, on me dira fais comme tout le monde:sors ton jeux et fonde ta maison d'édition et vois par la suite...oui, oui, je sais...mais tout de même, difficile de se faire remarquer parmi tant de concurrent et de jeu...y'a risque de saturation non?
Kerquist dit:L'immense majorité de ces créations est vouée à un oubli rapide, mais il y aura toujours de la place pour les œuvres de qualité.

Parfaitement d'accord. j'imagine que la solution face a cette multitude se trouve là! Seuls les joueurs (ses) en seront juge. Néanmoins, avant d'en arriver là, il faut déjà réussir a se faire remarquer parmi ces 900 jeux et centaine d'éditeur. :shock:
En définitive, j'ai comme l'impression que la seule solution qui me reste, tout comme bon nombre de nouveau auteur de jeux de société, sera de créer sa propre maison d'édition... c'est bien ou pas, difficile de me prononcer pour l'instant.
Merci d'avoir pris le temps de lire mon interrogation et de partager votre avis dans certains cas.
Kavern d'AJIPPI.
Mon top
Aucun jeu trouvé
cossack39
cossack39
C'est le problème de l'ouverture du monde ludique... Tout le monde pense pouvoir avoir sa chance... et la tente.
Que ce soit en tant qu'auteur, éditeur, illustrateur, il y a toujours plus de monde qui se bouscule au portillon.
Nous sommes passés d'un marché restreint de passionnés à un marché grand public avec tout ce que cela comporte comme avantages et comme inconvénients!
Aujourd'hui, le marché du JdS est en plein boom, et c'est l'un des seuls, il attire donc beaucoup de monde:
- un auteur a plus facilement voix au chapitre (il ne passera pas pour un huluberlu s'il veut produire son jeu, au contraire, cela est miantenat devenu classe!) et les gens se disent aussi plus facilement "et si moi aussi?"
- il y a de plus en plus de boîtes d'éditions (marché en plein boom=toujours plus de monde pour se tailler une part dans le gâteau)
- il y a de plus en plus d'acheteurs qui n'y connaissent pas forcément grand chose, qui ont des demandes variées, donc une clientèle large au final (potentiellement 68 millions de français peuvent être touchés).
C'est vrai qu'il y a 10ans certains jeux n'auraient pas vu le jour, on perd en qualité ce que l'on gagne en quantité, à nous de faire nôtre choix pour trouver le bon produit car dans cette quantité il existe de bons (et mêmes parfois de très très bons) jeux.
Quelques exemples:
- Sandwich: petit jeu auto édité, qui est à mon sens une petite perle ludique, est-ce qu'il y a 10 ans il aurait pu être édité et vendu? Je ne pense pas. Son succès est tel que du coup Asmodée (si je ne dit pas de bêtises) va le rééditer en version internationale!
- Tric Trac: ce site suit la mouvance: fait au début par des passionnés pour d'autres passionnés, il a suivi une trajectoire parallèle au marché du jeu de société, les demandes et l'évolution étaient telles qu'ils ont du changer leur mode de financement...
- Zombicide: aurais tu cru il y a seulement quelques années que des gens étaient près à financer à hauteur de plusieurs millions des bouts de plastiques?
- Asmodée, petite boîte française qui se retrouve catapultée comme l'une des référence mondiale de l'édition du jeu de société, attirant des fonds d'investissement mondiaux!
Oui, le jeu est tombé dans le tourbillon de l'économie de marché, avec tout ce que cela implique (un choix plus grand, des quantités plus grands, des boites qui se créent ou qui coulent, le triomphe ou la chute, les opportunités de se faire éditer, uniformisation...). Malheureusement, nous joueurs, n'y pouvons pas grand chose, sauf continuer à se renseigner, discuter, échanger sur notre loisir commun afin de trouver LE jeu qui sera nôtre graal. Avec l'évolution actuelle, il aura plus de chance de sortir mais il sera plus difficile à trouver au milieu de cette masse gigantesque.
Kerquist
Kerquist
cossack39 dit:C'est vrai qu'il y a 10 ans certains jeux n'auraient pas vu le jour, on perd en qualité ce que l'on gagne en quantité, à nous de faire notre choix pour trouver le bon produit, car dans cette quantité il existe de bons (et mêmes parfois de très très bons) jeux.

De mon point de vue, le marché a crû en quantité et en qualité, à une vitesse étonnamment rapide.
La qualité des jeux de premier plan augmente tellement vite qu'elle arrive à périmer certains des meilleurs jeux d'il y a seulement quelques années.
Les tout meilleurs jeux eux-mêmes sont chaque année plus nombreux, à tel point que les sélections pour les prix ludiques ne peuvent pas en retenir la totalité.
La difficulté pour un nouvel entrant n'est pas seulement de se faire repérer au milieu de la masse, mais aussi de relever le défi d'une qualité toujours plus élevée.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
Djaian
Djaian
Et malgré ce nombre important de nouveaux jeux disponibles en France, je trouve encore le moyen de commander des jeux que l'on ne trouvent pas directement dans nos contrées ("Puzzle Strike" aux USA, "Among the stars" en Grèce, "Founders of the empire" en Russie, ...).
Sans compter les projets kickstarter...
Faut croire que 900 jeux, ce n'est pas encore assez!
Mon top
Kavern
Kavern
Petite recherche non exhaustive et réalisée rapidement!!! Rien de scientifique comme calcul. Juste une estimation grossière qui ne prend pas en charge tous les aléas (doublons, jeux disparus, autre langue, extension, etc) mais quand même porteuse d'une certaine vérité.
Dans le répertoire de TT il y a 4801 auteurs de jeu. Ouff! Bien que la grande majorité n'ont pas de renseignement (site web et facebook) ils ont en moyenne une dizaine de jeu a leur actif. donc, grosso modo près de 50 000 jeux! Incroyable cette diversité! Perso, je doute qu'il existe autant de mécanisme et de thème différents sur cette petite planète. Alors j'imagine, un peu comme la musique, que c'est l’âme du jeu, ce petit quelque chose d'inexplicable qui vient nous chercher. C'est beau n'est-ce pas? :D
Il y aussi 2337 éditeurs. Les plus grands ont une moyenne d'au moins 15 jeux et plus. Donc, près d'un autre 30 000! De manière hypothétique, il y a donc eu au moins 80 000 jeux de société de divers types qui ont été réalisé au moins sous forme de proto. Colossal!
Conclusion: La création ludique est sans limite!! Et c'est tant mieux car nous sommes tous différents! Faut qu'j’arrête avant d'chialer!
Merci bien!
Kavern d'AJIPPI.
Mon top
Aucun jeu trouvé
lonis
lonis
je ne comprend pas ton calcul de 50000 jeux pour auteur et 30000 pour editeur font 80000 ?
Mon top
Lalala
Lalala
Je ploussoie ce qu'a écrit Cossack39,
J'ajouterais que cette concurrence acharnée a un avantage indéniable pour nous joueurs.
D'une part l'auteur/éditeur a vu la barre se placer beaucoup plus au fur et à mesure de l'évolution de ce marché de niche en marché grand public. Je parle en terme de fluidité du jeu en lui-même, de l'ergonomie du matériel, de sa qualité. Un jeu qui part sur une bonne idée n'a plus grand chance de percer, si il est poussif ou plein de petits défaut, le joueur à le choix d'aller voir ailleurs facilement, et de trouver mieux.
C'est ce qui j'imagine est cause mais aussi effet de la démocratisation du jeu de société: les jeux sont devenu plus rapides à mettre en place, les règles sont devenues plus épurées, les tours de jeu plus dynamique.
Je suis le premier à être nostalgique, mais imaginez sortir CarWars aujourd'hui. Voyez le saut qui a été fait.
C'est un exemple intéressant d'ailleurs, parce:
- Aujourd'hui, il n'y a toujours pas de jeu concurrent de plus abouti qui soit sorti.
- Formule Dé n'est pas beaucoup plus jeune que CarWars et est pourtant assez moderne dans sa conception. Aujourd'hui on trouve une version au design branché de Formule Dé en magasin, mais CarWars a disparu dans le Warp.
D'autre part, vu le choix et la quantité de relativement bons jeux, on peut maintenant trouver exactement le jeu qui corresponde à son groupe de joueurs. Il faut voir les topic récurrents du type" cherche jeu (suit une liste de critère)", même avec un grand nombre de critères, chacun trouve son jeu sans risquer de se retrouver avec un jeu finalement trop peu sortable pour une raison x ou y.
Le mauvais coté de cette démocratisation, c'est ou il y a thune, il y a rapaces. Là ou on avait avant un vase clos de passionnés en petits nombre, c'est pas le mieux non-plus, on voit maintenant que c'est devenu un business comme un autre, attirant les opportunistes désintéressés du coté jeu mais pas par celui bénéfice potentiel. Le joueur lambda va donc de plus en plus être assailli de marketing agressif vantant tel ou tel jeu avec des argument qui vont devenir de plus en plus abrutissant. On va se focaliser de plus en plus sur le matériel et l'aspect du jeu que sur son contenu réel en terme de jeu. Cette course en avant va entaîner de plus en plus de sur-consommation, comme c'est déjà le cas dans les autres domaines sortis du cadres des passionnés et acquis au capitalisme. Certains pourront sortir des jeux comme Peperroni Pizza sans broncher, on verra les produits basés sur le matériel se multiplier, certains même acheter des jeu en les payant d'avance sans avoir lu les règles et pu tester. Ah merde, on me signale que j'ai un train de retard.
Comme cela a été signalé plus haut, on voit l'évolution du milieu sur TT. TTTV en HD, publi-reportage, annonces rédigées directement par les éditeurs. On a déjà tous les symptômes de ce glissement.
(Vous noterez que j'aurais pu agencer les paragraphes dans un autre ordre pour terminer sur une bonne note plutôt que le contraire, c'est un choix délibéré, mais je vous enjoint à relire la première partie pour garder le sourire)
Je pense que pour le futur, il va y avoir une phase de régulation, c'est à dire que les éditeurs les plus gros vont écraser ou manger les plus petits grâce au magnifique système appelé libre concurrence par le capitalisme, mais il s'agit bien d'uniformisation. Des grosses boites comme Asmodée vont sortir de plus en plus de jeu grand public pour augmenter leur bénéfice, au détriment de la qualité. Les jeux vont se concurrencer de plus en plus grâce au marketing, packaging et autre aspect non-relatif au jeu en lui-même. Une scission va s'opérer entre une partie des joueurs qui ne va plus se retrouver dans ces soupes intellectuelles et des petits éditeurs vont pouvoir survivre comme il y a 20 ans grâce à un réseau de passionnés, mais restreint. Vous allez faire une rencontre importante et gagner une forte somme d'argent, quelqu'un de proche va vous proposer une opportunité professionnelle. Santé: Soyez prudent avec les excès alimentaires. :arrow:
Bref, le passionné en aura retiré ce bon en avant qualitatif évoqué en début de post, le joueur lambda aura découvert des moyens amusants de passer du temps avec ses amis, les investisseurs auront un nouveau domaine où ramasser du pognon sans rien faire, les enfants chinois auront augmenté leur compétence en figurines plastiques.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Djaian
Djaian
Je crois qu'il ne faut pas exagérer non plus. Le marché du jeu n'est pas devenu aussi lucratif que cela. Les éditeurs et les auteurs qui peuvent réellement vivre de leur passions restent assez peu nombreux. Ce n'est pas une "explosion", mais une progression lente et constante.
Le modèle du financement participatif remet un peu en cause ce fait établi, mais finalement pas tant que cela.
Il est vrai que c'est devenu plus facile aujourd'hui de créer et d'éditer un jeu (auto-édition, passer par le financement participatif, ...) et que donc on voit beaucoup de jeux apparaître. Mais il y a encore énormément de gens qui refont le jeu de l'oie, le monopoly, une variante des échecs ou du go et qui croient avoir réinventé la roue. [Edit: j'ai oublié les quizz et autres Trivial Pursuit.]
Il est triste de constater le succès de certains projets kickstarter pour des mauvaises raisons (par exemple, le projet en cours "Inceptor" qui est un "roll and move" peu intéressant, mais qui attire de nombreux backers grâce à son "thème"). Mais Kickstarter et les autres plateformes de financement participatif ont aussi permis à certains projets de voir le jour alors qu'auparavant cela aurait été impossible.
Il est aussi plus difficile de pouvoir se faire une opinion sur tous les jeux qui sortent. TricTrac essaie de couvrir le plus large rayon possible, mais de nombreux jeux très intéressants ne font pas l'objet d'une TTTV, voire ne sont pas mentionnés du tout. C'est normal, vu la quantité qui sort, c'est difficile de parler de tout.
Cependant, je ne vois pas les choses de manière aussi pessimiste que Leader.
Je ne crois pas à cette vision que les éditeurs de jeux vont devenir de plus en plus gros ou disparaître. La plupart des éditeurs que je connais sont à taille humaine (Ystari par exemple est là depuis de nombreuses années et je ne pense pas qu'ils vont réellement vouloir devenir un ogre du jeu dont le seul but est de faire du bénéfice). Je trouve dommage les critiques qui pleuvent sur Asmodée juste parce que c'est une entreprise qui a réussi et a grandi.
Grâce à internet et aux shops en ligne, le type qui a fait un bon jeu tout seul (avec 2 - 3 copains) pourra toujours le vendre et essayer de monter sa boîte.
Pour ma part j'ai acheté en ligne en 2013 et 2014 "Puzzle Strike" de Sirlin Games. Or Sirlin Games c'est basiquement juste Mr Sirlin. J'ai également acheté "Among the stars" de Artipia Games. Artipia Games c'est 3 personnes en Grèce qui ont fait 3 jeux. Et plus récemment "Founders of the Empire", de 4 types perdus en Russie.
Un de mes jeux préférés présentement est Völuspà...
Des jeux que l'on ne voit pas forcément sur TricTrac mais que les passionnés peuvent toujours trouver en cherchant un peu.
[Edit: Je dirai que TricTrac est devenu dans le monde du jeu francophone ce que Wikipédia est à la recherche d'information sur internet: le point de départ. Celui qui est vraiment intéressé va aller au-delà. Le minimaliste s'en contente.]
La quantité de jeux permet d'avoir plus de choix, de pouvoir être plus critiques.
Et de plus, je pense qu'il est inutile et faux de vouloir comparer des jeux d'une autre époque. Se poser des questions du genre "Si tel jeu qui a eu beaucoup de succès sortait aujourd'hui, est-ce qu'il marcherait?" est vain. Les jeux du passé ont construit les pierres sur lesquelles sont bâtis les jeux actuels.
Si le Monopoly sortait (était inventé) aujourd'hui, il passerait inaperçu, certes. Mais sans le Monopoly, jouerait-on à des jeux de plateau aujourd'hui?
Mon top
shambhala
shambhala
Je ne pense pas que les gros vont finir par bouffer les petits.
En fait ma réflexion est la suivante : le nombre de joueurs à augmenté ce qui veut dire plus de clients autant pour les petits que pour les gros, fatalement ça attire les convoitises mais la clientèle des petits éditeurs bien que fondue dans la masse existe toujours et bon courage pour la capter, une clientèle de passionnés qui sont attentifs à tous les détails d'un jeu difficile de les leurrer avec un produit lambda et surtout difficile de piquer les idées à cause des lois sur la propriété intellectuelle.
Et même si les petits éditeurs qu'on connait aujourd'hui étaient rachetés d'autres n manqueraient pas d'émerger et de prendre la place vacante, il y aura toujours une clientèle pour les bons jeux des petits éditeurs comme il y aura toujours des spectateurs pour le cinéma indépendant.
En fait dans un seul cas de figure ils pourraient disparaitre, si les gros se mettaient à éditer des jeux des auteurs qu'on connait aujourd'hui avec le même soucis de qualité mais il y a peu de chance que ça arrive.
Et le gros avantage c'est qu'aujourd'hui un jeu édité à l'arrache avec du matos de mauvaise qualité ou des règles en béta aura le destin qu'il mérite (quoique avec KS ça a tendance çà s'inverser).
cossack39
cossack39
Djaian dit:Je crois qu'il ne faut pas exagérer non plus. Le marché du jeu n'est pas devenu aussi lucratif que cela. Les éditeurs et les auteurs qui peuvent réellement vivre de leur passions restent assez peu nombreux. Ce n'est pas une "explosion", mais une progression lente et constante.

Elle n'est plus si lente que cela aujourd'hui, on n'en est qu'au début mais force est de constater que le jeu est en plein boom (j'en parlais avec mon revendeur, qui me disait redouté la crise mais qui conserve son chiffre d'affaires voire même qui l'augmente... Après ce n'est peut être que le seul dans ce cas là en France...)
Il est triste de constater le succès de certains projets kickstarter pour des mauvaises raisons (par exemple, le projet en cours "Inceptor" qui est un "roll and move" peu intéressant, mais qui attire de nombreux backers grâce à son "thème"). Mais Kickstarter et les autres plateformes de financement participatif ont aussi permis à certains projets de voir le jour alors qu'auparavant cela aurait été impossible.

C'est ce qu'on disait, aujourd'hui des thèmes forts peuvent seulement suffire à vendre un jeu et on voit débarquer de plus en plus de jeux avec un thème privilégié à la mécanique, ou alors, lancer ou relancer les ventes d'un jeu par l'ajout d'un thème (catane star treck, tous les dérivés seigneurs des anneaux ou Cthullhu (ça va du monopoly aux échecs en passant par divers mécaniques plus ou moins rodées)...).
Je ne crois pas à cette vision que les éditeurs de jeux vont devenir de plus en plus gros ou disparaître. La plupart des éditeurs que je connais sont à taille humaine (Ystari par exemple est là depuis de nombreuses années et je ne pense pas qu'ils vont réellement vouloir devenir un ogre du jeu dont le seul but est de faire du bénéfice). Je trouve dommage les critiques qui pleuvent sur Asmodée juste parce que c'est une entreprise qui a réussi et a grandi.

Oui, les boîtes d'éditions sont de taille humaine, mais j'ai presque envie de rajouter pour l'instant... Le marché du jeu n'est pas encore arrivé à saturation (dieu merci), donc tout le monde arrive à survivre plus ou moins bien tant que cela durera. Malheureusement quand le marché sera a saturation (s'il l'est un jour) ces boîtes seront les premières à disparaître par la difficulté à se démarquer des autres et aux stratégies auxquelles elles devront faire face (faire un très bon jeu réservé à quelques personnes, revoir ses prétentions à la baisse pour toucher un public plus large?)
Pour ce qui est d'Asmodée, je ne leur tape pas dessus, je sais tout ce que je leur dois et tout ce que le monde ludique leur doit. Ils font partie de ceux qui ont redonné envie de jouer aux français et ont amené pas mal de monde à sortir du monopoly et de la bonne paye! Pourtant, le fait qu'ils aient un fond d'investissement au cul changera quand même leur ligne éditoriale, quoiqu'ils en disent! Les mecs qui ont investi l'ont pas fait par bonté d'âme, ils attendront de retomber sur leurs pattes!!! J'ai été très surpris (et déçu) de voir qu'ils rééditaient Hôtels, jeu passablement triste au demeurant. Certains y verront la volonté de se mettre au niveau des MB et autres ravensburgers pour les battre sur leur terrain, moi je n'y vois juste un moyen de faire du profit au détriment de la qualité, en se faisant un peu de pub au passage... (j'espère me tromper).
Grâce à internet et aux shops en ligne, le type qui a fait un bon jeu tout seul (avec 2 - 3 copains) pourra toujours le vendre et essayer de monter sa boîte.

Mais ils auront de plus en plus de mal à s'en sortir et d'avoir une lisibilité, au milieu de dizaines de jeux qui ont, soit le même thème, soit une mécanique proche, soit une meilleure publicité...
Et de plus, je pense qu'il est inutile et faux de vouloir comparer des jeux d'une autre époque. Se poser des questions du genre "Si tel jeu qui a eu beaucoup de succès sortait aujourd'hui, est-ce qu'il marcherait?" est vain. Les jeux du passé ont construit les pierres sur lesquelles sont bâtis les jeux actuels.
Si le Monopoly sortait (était inventé) aujourd'hui, il passerait inaperçu, certes. Mais sans le Monopoly, jouerait-on à des jeux de plateau aujourd'hui?

J'ai fait ça c'était pour donner une idée de l'évolution, de même il serait stupide de se dire que s'il l'on sortait un jungle speed en 1930 il aurait le même succès qu'aujourd'hui! Force quand même est de constater que l'évolution se fait de plus en plus vite et que le monde du jeu ne grimpe plus le long d'une courbe linéaire.
Kavern
Kavern
Bonjour à tous. E nce qui me concerne, je ce débat constructif!
Tout d'abord je répondrai a Lonis:
lonis dit:je ne comprend pas ton calcul de 50000 jeux pour auteur et 30000 pour editeur font 80000 ?
..ce n'est pas un calcul au sens du terme...plutôt une estimation...j'ai survolé de manière rapide le répertoire des éditeurs et auteurs....en peu de temps, je me suis rendu compte du nombre très élevé de jeux ayant au moins été fabriqués sous forme de proto... de manière très conservatrice, même le chiffre de 10 000 serait énorme... conclusion: des jeux, il y en a!!!
Et pour résumé l'ensemble des autres interventions, je dirais que:
La multitude de jeu découle de la libre concurrence. Les moyens technologiques d'aujourd'hui permettent a presque tout le monde de pouvoir sortir par l'auto-édition son ou ses propres jeux. Et comme d'autre l'on remarqué, ses nouveaux jeux ne sont pas, loin de la, toujours des nouveautés!! L'emballage seul peut faire vendre. Pour ce qui est de Kickstarter, je me demandais si ce n'est pas l'illusion de participer a la conception d'un jeu plutôt que pour le jeu lui-même qui fait que cela fonctionne si bien. A suivre.
Le bon coté: les auteurs ne sont tributaire des grand éditeurs de jeux. Nous pouvons donc espérer développer sa petite clientèle ciblée autour de nos produits. Bien entendu, le hasard peut faire en sorte que l'un de nos jeux se démarque et devienne un carton. Bonne chance. Donc, sortir un jeu devient a la portée de tous.
Le mauvais coté: pouvoir vivre par la seule création d'un jeu et de son édition me parait problématique pour ne pas dire risqué. Effectivement, on peut penser avec raison que les grosses cies vont vouloir noyer le marché du jeux de société par leur propre produit. C'est le principe même du capitalisme. A moins qu'elles ne craignent de voir perdre une clientèle qui s'est forgée au fil des ans autour de leur style de jeu et de leur qualité. ON verra.
Bon, je viens de me rendre compte que cossack39 vient de répondre a ma place! Grrr!! :P
Cela démontre que nous sommes tous plus ou moins d'accord sur le fond. Corrigez moi si je me trompe.
En bout de ligne, ce sont les consommateurs qui vont écoper. Cette mer de jeu pour un néophyte de la vieille école Monopolysante pourra lui faire peur. Pire, lui faire dévaloriser la valeur d'un bon jeu car s'il n'est pas au courant des tendances, il achètera n'importe quoi au risque d’être déçu du jeu. Il sera déçu et c'est, a force de joueurs déçu comme lui, le marché des jeux de société qui quelque part en sortira diminué. Présentement, on dirait que l'offre dépasse largement la demande.
De l'autre coté, les grands éditeurs eux, en seront a peine touché. En effet, la masse des joueurs se renouvelant sans cesse, ils n'auront qu'a sortir d'autres jeux afin de corriger les pertes. De plus, leur notoriété en la matière fera en sorte que les joueurs d'occasion se retourneront de plus en plus vers des valeurs sures. Donc, au final et comme le dit si bien Leader:
Leader dit:Je pense que pour le futur, il va y avoir une phase de régulation
..malgré l'émergence continuelle de nouveaux éditeurs de jeux...
Merci bien!
Kavern d'aAJIPPI.
Mon top
Aucun jeu trouvé
cossack39
cossack39
Kavern dit:
La multitude de jeu découle de la libre concurrence. Les moyens technologiques d'aujourd'hui permettent a presque tout le monde de pouvoir sortir par l'auto-édition son ou ses propres jeux. Et comme d'autre l'on remarqué, ses nouveaux jeux ne sont pas, loin de la, toujours des nouveautés!! L'emballage seul peut faire vendre. Pour ce qui est de Kickstarter, je me demandais si ce n'est pas l'illusion de participer a la conception d'un jeu plutôt que pour le jeu lui-même qui fait que cela fonctionne si bien. A suivre.

J'ai plus l'impression que le succès du crowfunding repose sur l'exclusivité et le fait qu'on peut s'en tirer à très bon compte (en général tu mets le prix du jeu en boutique mais tu as divers compensation supplémentaires). Outre le fait d'avoir le jeu en avant première, il y a aussi divers bonus plus ou moins exclusifs inclus dans la boîte! Je pense que le succès tient plus à ça qu'à autre chose (et aussi un peu pour pouvoir dire "j'y étais").
Kavern dit:Le mauvais coté: pouvoir vivre par la seule création d'un jeu et de son édition me parait problématique pour ne pas dire risqué. Effectivement, on peut penser avec raison que les grosses cies vont vouloir noyer le marché du jeux de société par leur propre produit. C'est le principe même du capitalisme. A moins qu'elles ne craignent de voir perdre une clientèle qui s'est forgée au fil des ans autour de leur style de jeu et de leur qualité. ON verra.

Je pense qu'il a toujours été difficile de vivre de sa création quand on est créateur de jeux, ils doivent se compter sur les doigts d'une main ceux qui, en France, gagnent suffisamment pour ne pouvoir faire plus que ça de leur journée.
Je ne pense pas non plus que les compagnies vont noyer le système, je pense plutôt qu'elles vont rester en retrait en regardant les petites boîtes d'édition se marcher sur les pieds, c'est à mon avis ici que se trouve le problème. On va avoir un peu un problème de riche mais on risque de se retrouver avec trop de "bons jeux" (ou qiu ont la prétention de l'être)! Les grosses compagnies squattent essentiellement les grandes surfaces et pas trop les magasins spécialisés. Les autres maison d'édition, c'est l'inverse. Les deux systèmes ne sont pas en concurrence directe, car peu de compagnie jouent sur les deux tableaux!
Kavern dit:En bout de ligne, ce sont les consommateurs qui vont écoper. Cette mer de jeu pour un néophyte de la vieille école Monopolysante pourra lui faire peur. Pire, lui faire dévaloriser la valeur d'un bon jeu car s'il n'est pas au courant des tendances, il achètera n'importe quoi au risque d’être déçu du jeu. Il sera déçu et c'est, a force de joueurs déçu comme lui, le marché des jeux de société qui quelque part en sortira diminué. Présentement, on dirait que l'offre dépasse largement la demande.

Je te rejoins là dessus mais je pense que le problème se trouve ici dans la distribution du jeu. Pour faire simple on trouve les grands groupes dans les grandes surfaces et les petites maisons d'édition dans des magasins spécialisés. S'il se dirige au rayon jeu d'un supermarché ou s'il va dans une grande enseigne, il n'aura pas la même gamme (ni la même qualité) que chez un revendeur spécialisé. Tout sera dans le conseil pour quelqu'un qui voudra découvrir notre univers.
J'ai 27 ans bientôt et je suis toujours surpris quand quelqu'un de ma génération me demande où je trouve mes jeux car il n'en trouve pas dans sa grande enseigne! Beaucoup ne pensent pas à regarder sur le net où ne connaissent pas la filière de distribution spécialisée (où quand ils la connaissent c'est plutôt sous le terme "ha la boutique des geeks qui jouent aux cartes! :pouicboulet: ).
Kavern dit:De l'autre coté, les grands éditeurs eux, en seront a peine touché. En effet, la masse des joueurs se renouvelant sans cesse, ils n'auront qu'a sortir d'autres jeux afin de corriger les pertes. De plus, leur notoriété en la matière fera en sorte que les joueurs d'occasion se retourneront de plus en plus vers des valeurs sures.

C'est le problème du petit et du gros, le gros peut se permettre un échec le petit moins... C'est là que le problème de la surpopulation de petites boîte d'édition risque de nuire. Imagine que deux petites boîtes (une à lilles l'autre à marseille) ont un projet de jeu de dés à bases de zombis avec chacun une mécanique différente mais ça reste un jeu de dé et de zombis. Le jeu est testé à droite à gauche et rencontre un vif succès, système réellement révolutionnaire, immersion à fond tension et tout et tout.... Les maisons d'éditions sentent que ça va le faire et sortent le jeu au niveau national en même temps! C'est là que ça va coincer! Soit les deux jeux vont avoir un succès relatif, soit l'un des deux va éclipser l'autre (d'autant plus que si l'un sort avant l'autre, ou obtient un prix, ou à un meilleurs service marketing...). L'exemple est caricatural à l'extrême mais ça fait parti des choses qui peuvent arriver.
Après on peut toujours ajouter à ça ceux qui sont persuadés d'avoir le jeu du siècle alors que c'est qu'une 1896753e version du monopoly mais qu'à la place d'acheter des rues on achète des poneys (on n'ira pas en prison mais à la boucherie spanghero, on gagnera de l'argent en peignant nos poneyx et on remportera des concours de miss poney!!!), ceux qui auront l'idée du siècle parce qu'il y a zombi dans leur titre de jeu (mais c'est la 1896754e version du monopoly en fait), ceux qui ne tueront pas des loups garous mais des ânes mutants et un jeu sur Cthulhu aussi parce qu'il revient à la mode!
Je pense que nous sommes à la fin d'un cycle du jeu de société (ouverture au large public, marquée, entre autre, par asmodée et le jungle speed) et que nous en débutons un nouveau (entrée dans l'économie de marché pure et dure, marquée, entre autre par les investissements chez asmodée). Le monde du jeu va changer, que ce soit pour le meilleurs (toujours plus de jeux, peut être de meilleurs qualité, avec de nouvelles mécaniques, nouveaux univers...) ou pour le pire (trop de jeux, priorité à une thématique forte,...), il va changer (/mode prophète OFF).
Je ne pense pas que les jeux hardcore, velus et autres cubebois de la morts soient menacés, ils ont toujours existé et reste une part à peut près constante depuis de nombreuses années; là où il risque d'y avoir du dégât sera plutôt la gamme familiale/familiale+ qui elle est en plein essor et sur laquelle les jeux sont le plus en concurrence!
Kerquist
Kerquist
Quoi qu'il arrive, les consommateurs sont presque toujours gagnants quand s'exerce la libre concurrence des producteurs.
Si le marché du jeu de société croît régulièrement, les éditeurs seront presque tous gagnants eux aussi, les petits comme les gros; et si le marché à un moment se stabilise, voire décroît, certains éditeurs vont alors disparaitre, mais les éditeurs survivants sortiront toujours les jeux correspondant aux attentes des joueurs.
Et ce ne sont pas toujours les gros qui mangent les petits. L'économie est pleine d'exemples où ce sont les gros qui meurent ou se font manger par les petits, en tout cas dans les marchés à fort renouvellement technologique.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Default
cossack39
cossack39
tiens à propos! On parlait justement de la difficulté de se faire voir pour les auto éditeurs! Un exemple des choses ridicules auxquelles je pense qu'on va être de plus en plus confrontés:
http://www.trictrac.net/forum/viewtopic ... fa16891d5f
(en résumé un éditeur s'est fait passé pour un quidam moyen qui demandait des avis sur un jeu, sauf qu'il a posté un autre message avec son compte "officiel" et donc s'est fait goaler comme un con).
Ce n'est pas le premier et ce ne sera pas le dernier, ne lui jetons pas (trop) la pierre. Mais je pense que cette situation fait écho au fait qu'il y a des centaines de jeux qui sortent chaque année!
Kavern
Kavern
Et bien merci cossack39 pour ton dernier post :
cossack39 dit:(en résumé un éditeur s'est fait passé pour un quidam moyen qui demandait des avis sur un jeu, sauf qu'il a posté un autre message avec son compte "officiel" et donc s'est fait goaler comme un con).
cossack39 dit:tiens à propos! On parlait justement de la difficulté de se faire voir pour les auto éditeurs! Un exemple des choses ridicules auxquelles je pense qu'on va être de plus en plus confrontés...
très instructif comme post!
Mon top
Aucun jeu trouvé
sgtpepere
sgtpepere
Djaian dit:Et plus récemment "Founders of the Empire", de 4 types perdus en Russie.
Un de mes jeux préférés présentement est Völuspà...
Des jeux que l'on ne voit pas forcément sur TricTrac mais que les passionnés peuvent toujours trouver en cherchant un peu.

Perdus en Russie ... A Moscou, chez l'un des gros éditeurs de jeux de société qui a commencé par une personne avec des jeux de cartes à ne pas collectionner (Evolution, un jeu de potion magique pas si éloigné d'Elixirs ...) et qui s'est diversifié. L'éditeur doit avoir une bonne dizaine voire vingtaine de jeux en russe.
D'ailleurs en Russie, le marché explose aussi. Importations, traductions, ludothèques géantes et maintenant festival du jeu (qui ressemble encore trop à une ludothèque géante mais qui n'en est qu'à sa deuxième édition). Ca gonfle, ça marche, ça se développe.
J'ai été très étonné de voir à la FNAC non seulement les Halli Galli et cie mais aussi un Carcassonne et un Catane. Ca veut bien dire qu'on va voir de plus en plus de jeux un peu partout. On aura plus de choix et plus de joueurs aussi. :)
Après, le marché va bien finir par saturer, mais ça n'est pas pour tout de suite.
Mon top
Kavern
Kavern
Mince....y'a pas moyen d'effacer ou du moins corriger un post que l'on publie par inadvertance? Juste pour surenchérir par rapport au dernier message de cossack39. Je crois moi aussi que cette multitude d'éditeurs de jeux de société fait en sorte que certains, a tort ou a raison, vont essayer de trouver des combines de toute sorte afin de promouvoir leur création. C'est un aspect auquel je n'avais pas encore songer et qui découle de cette prolifération de jeux de société. C'est dire a quel point le marketing n'a pas de frontière et qu'il réussit même de manière négative. Parlez-en en bien...
après, ça dépend des individus...y'aura toujours des pour, des contres et des neutres. Cela n’enlève rien au jeu en question. En ce qui me concerne, c'est plutôt par rapport aux futurs jeux. Chat échaudé...
Bon, assez de proverbes... Leçon apprise!! Toujours jouer franc jeu!!! :china:

Kavern d'AJIPPI.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Nadir
Nadir
En fait, il n'y aura pas de régulation "automatique" par un levier de type capitaliste avec rachat des gros par les petits ou l'inverse. Le nombre de moyens de production augmentant et se démocratisant (imprimante 3D au bol) on va encore avoir plus de jeux. L'erreur au final c'est ce "toujours plus" à quoi bon en sortir toujours plus? Est-ce que 900 jeux "différents" répond vraiment à une demande? Je ne pense pas. Il ne s'agit pas de revenir en arrière à l'arrach' (ami(e)s de la blague du retour de la bougie je vous salue) mais simplement de se poser la question du but. Et force est de constater qu'on ne se la pose juste pas. Que l'on soit dans une économie libérale ne change pas le fond du problème: il y a trop de jeux qui sortent et l'on est totalement dépassé. La preuve, on connait tous (enfin je crois, c'est un peu comme les personnes de couleur dans les discussions sur le racisme) une personne qui accumule tellement de jeux qu'elle n'a pas joué à tous. Personnellement, cela m'est juste inconcevable de ne pas sortir un jeu au moins une fois. Après, c'est un problème qui dépasse le monde du jeu, très clairement.
Mon top
Aucun jeu trouvé
Jer
Jer
Qu'il y ait 900 jeux qui sortent chaque année, je m'en fiche un peu, pour être franc.
Il y a une demi-douzaine de jeux qui m'intéressent vraiment chaque année. J'en achète de moins en moins car j'ai déjà tellement de jeux auxquels je ne joue pas que je trouve que c'est du gaspillage d'investir dans des jeux qui vont prendre la poussière.
Surtout que je préfère les gros jeux qui prennent du temps.
Du coup, je trouve que cette profusion de sorties à tendance à favoriser l'achat compulsif, la pratique d'un jeu sur une ou deux parties, histoire de dire qu'on l'a essayé, puis le passage à autre chose.
C'est du consumérisme de base et je trouve ça laid.