fred henry
fred henry
6) Il est erroné de penser que les jeux sur KS seraient plus traités en simple "produits" que dans le commerce classique. Me concernant je n'avais jamais mis autant "d'ame" et de sueur dans un jeu avant Conan. Je le considère vraiment comme mon bébé et je l'aime. Je suis loin d'être sûr que ce soit le cas des 30 jeux par an publiés par tel ou tel éditeur du circuit classique.
Tsawke
Tsawke
Pour ma part, je me suis lancé dans cette "aventure", il y a peu.
J'ai participé au financement de D&D5 de BBE (Je débute en JDR et le prix était vraiment intéressant, This War Of Mine sur KS (Le jeu vidéo est un immense coup de coeur) et Le Cri de Rose Marie sur Ulule.
Je pense que mes participations futures seront plutôt limitées, par manque de temps, mais aussi pour éviter les achats impulsifs.
De plus, la majorité des jeux sont en anglais, et même si je maîtrise la langue, je ne conçois pas de faire jouer mon petit groupe ou ma famille avec des jeux en anglais.
fred henry
fred henry
5) Toute une partie des core-gamers de la première heure ne se retrouvent plus dans les produits casuals proposés en boutique. C'est eux que l'on va retrouver sur les gros KS très chers ou sur les petits projets très conceptuels. Pour les gros KS, il s'agit de "produits de luxe" du jds. Je prône depuis longtemps une dissociation des marchés boutiques et KS. Pour ma part je ne veux plus que Monolith vende en boutique (mais je ne suis pas seul décisionnaire). Parce que c 'est un non sens économique. Aujourd'hui, en boutique, Asmodee marge plus sur un Timeline que Monolith sur un Conan!!! A quoi bon ???
rammillica
rammillica
A quoi bon ??

Économiquement rien c'est sûr, vous arrivez à bien nous le démontrer. Mais culturellement c'est à mon avis l'inverse : atteindre un nouveau public de "core-gamer qui s'ignore", même si cela concerne 2-5% des nouveaux joueurs, le jeu en vaut la chandelle et ce n'est pas vain.

Quand vous avez commencé à jouer et quand tous les "core gamer" de la première heure ont commencé à jouer, c'est grâce à des gens qui prenaient le risque d'éditer même si c'était un peu casse-gueule des jeux qui n'étaient pas forcément pour des casuals.

Du coup, cette vision élitiste du public et des produits KS ("produit de luxe") m'attriste beaucoup. Votre vision des choses condamne un peu le public lambda de non initié à rester dans leur situation.

J'ai du mal à voir l'intérêt de dissocier les deux marchés. Vous allez me dire que c'est une hérésie économique et que je n'y connais rien mais pourquoi ne pas concilier les deux :

- 1) je lance un kickstarter avec un nombre de pledge limité (on va dire 10000 mais celà peut varier selon la complexité de fabrication et le retour sur investissement) et tout ceci avec des SG limités.

-2) Lorsque j'atteins la somme. Je bloque. j'ai emmagasiné assez d'argent pour produire 20000 unités (10000 deluxe pour les pledgeurs et 10000 boîtes de base destinées aux boutiques) et tout ceci dans les temps (puisque je me suis fixé une limité).

-3) J'envoie mes 10000 boîtes aux pledgeurs et en même temps (dans le mois qui suit), je rends le jeu de base disponible en boutique.

Conséquences : les pledgeurs ont leurs boîtes dans les temps sans être frustrés, il joue, le jeu est bon, le bouche à oreille marche et la vente en boutique démarre et la machine s'emballe si le jeu fonctionne auprès du public.

Voilà une solution (sans doute un peu caricaturale et un peu facile à pondre sur le papier, j'en conviens), qui rassurerait les pledgeurs sur les délais, qui permettrait une distribution du jeu élargie et un KS un peu plus éthique.
jmt-974
jmt-974
(nuage de fumée ninja)
Sauf que
- les jeux d'ultra niche ne toucherons que les US en retail... personne n'importera en france pour une centaine de clients potentiels (si ceux dont on ne doit pas dire le nom spécialistes de la VPC... ça ne résoud rien pour les "vraies" boutiques en dur dont on parle)
- les boutiques n'ont pas ces jeux de niche en rayon pour une raison simple : la plupart en vendront en moyenne moins de 1... ne parlons meme pas de toutes les extensions... (la encore on peut parler des boutiques en ligne mais c'est HS je pense)
... et la je parle que de la france, on peut parler de la nouvelle zélande si tu veux... pour eux un KS limité ça veut dire ne jamais avoir aucune chance d'avoir le jeu (ou presque)

Moi je militerais plus pour des trucs de niche ultra chers de ce type en KS + VPC sur le site de l'éditeur pour garantir l'accessibilité a tous... parce que honnêtement combien de boutiques françaises ont fait de l'import sur BSieged ? Combien auront Gloomhaven ? Et combien de Conan après le KS dispos en boutique au japon ou en corée du sud ou en nouvelle zélande ?

La je ne parle que des KS "hors norme" ou "de niche"... Mais on peut étendre la réflexion aux jeux plus classiques, et la je pense que ton exemple est valable pour les KS d'éditeurs français vs les boutiques françaises quand on parle de ne vendre que a des français, maintenant les éditeurs français ne peuvent ils (devraient ils ?) pas profiter de KS pour faire découvrir leurs créations au monde entier et au plus grand nombre ? (bon ça marche aussi pour les éditeurs d'autres pays, il n'y a qu'a transposer)...

Apres mon exposé est aussi "réducteur" que le tiens parce que j'ai comme toi pris pas mal de raccourcis... mais dans l'idée je pense que la vraie voie reste a trouver mais ni le "KS only" ni le "KS limité" ne me semblent vraiment des voies idéale....

#My2Cts

(nuage de fumée ninja)
fred henry
fred henry
4) la première source de cette financiarisation/marchandisation est la "casualisation" du marché. Il suffit d'analyser un peu la "nouvelle démographie des boutiques" et la structure de leurs ventes pour constater à quel point le public et avec lui ses attentes ont changé en boutique. Nous sommes très très loin de la poignée de nerds d'il y a 25 ans qui fouinaient toute la journée en bas des étagères de jdr en VO, à la recherche du graal ludique que personne ne connaissait. Aujourd'hui il y a beaucoup de monde, et beaucoup de gens qui veulent jouer en famille. Notamment parce que ces "nerds" sont aujourd'hui cadre avec enfants. Mais aussi parce que la culture du jeu s'est développé (mais aussi pcq ces "nerds" occupent aujourd'hui des postes important notamment dans l'industrie culturelle). Le marché s'est fortement étendu car sa base de "consommateurs" a cru.
ThierryLefranc
ThierryLefranc
J'achète des jeux parce que j'aime jouer. Toi tu fais des jeux pour les vendre. Tu le dis toi même, tu ne possèdes pas de jeu et tu ne joues pas à part le Scrabble et le Jarnac. Dans le podcast que j'ai écouté tu ne parles que business et tu dis ne faire un jeu que pour qu'il se vende à plusieurs milliers d’exemplaires sinon cela ne t'intéresse pas. Nous n'avons forcément pas la même vision du jeu: je suis un passionné, tu es un marchand. Ceci dit sans aucun jugement, chacun son truc.
fred henry
fred henry
je ne suis pas d'accord. Je fais des jeux parce que j'aime me triturer la tête à trouver des mécaniques. Je ne suis pas joueur c'est clair. Mais j'adore créer des jeux et je ne fait que ça depuis mon réveil jusqu'à mon couché. C'est totalement obsessionnel et je ne suis pas capable de penser à autre chose lorsque je suis sur un nouveau projet. et puisqu'on en est aux confidences, c'en est tellement obsessionnel que je suis suivi médicalement pour cela. Ensuite il se trouve que je les vends. Je pourrais être beaucoup beaucoup plus productif, par exemple en regardant ce que fond les autres. Je gagnerais bien mieux ma vie ainsi. Mais ce n'est pas ma conception du métier et je préfère passer ma journée à remplir mes calepins en réfléchissant.
Monsieur Phal
Monsieur Phal
Cher Monsieur Thierry,

Pour que vous puissiez acheter vos jeux, il faut bien quelqu'un veille en vendre... car j'imagine que vous achetez vos jeux...
fred henry
fred henry
Concernant le fait de vendre à plusieurs millier d'exemplaires je tiens à m'expliquer :

je ne fais jamais de jeu sans y investir moi même de l'argent. C'est un principe qui dernièrement m'a fermé les porte de Space Cowboys. Sur un Bâtisseurs, si j'investis 12 000 Euros en illustrations et que j'en vends moins de 20 000 je perds objectivement mon argent. Donc évidemment que cela est important, puisque c'est mon métier. Mais je fais ce que j'aime. Ca me responsabilise notamment vis à vis de l'éditeur, car si je lui vends un jeu invendable je perdrai mes revenus.
fred henry
fred henry
Donc pour te répondre : je ne suis pas joueur, mais créer c'est TOUTE ma vie et même ma vie affective ne vient pas interférer avec cette compulsion. Donc je suis peut être un Marchand, mais je suis au moins aussi Passionné que toi (et en vérité je pense même l'être plus dans la mesure ou je ne laisse rien d'autre interférer avec ma passion pour la création ludique).
ThierryLefranc
ThierryLefranc
Je comprends. C'est vrai que je trouve "curieux" d'inventer des jeux sans aimer jouer. Tu devrais faire de la recherche fondamentale. Mais est-ce que, par exemple, tu vas jouer à Conan une fois le jeu fini ou bien est-ce que cela ne t'intéressera plus une fois le jeu totalement terminé ? Je remplis moi aussi des carnets d'idées car je créé des tours de magie (je suis magicien professionnel). Mais cela ne m'intéresse que parce qu'ensuite je fais ces tours lors de mes prestations. Si je ne devais plus me produire en public, je n’inventerais plus de tours.
fred henry
fred henry
Alors tu vas me trouver terriblement nombriliste (ce que je peux te jurer que je ne suis pas) mais je ne joue qu'à mes jeux. Non pas qu'ils soient bons, mais parce qu'ils correspondent précisément à mes goûts propres. Je fais ce que j'aime et juste ce que j'aime. Et lorsque j'ai fais des conneries (Cardline Marvel) je le reconnais bien volontier. Sur ce coup j'ai cédé aux sirènes de l'argent facile et ce fût une terrible erreur car le "truc" est effectivement une immonde bouse. Après je joue beaucoup au jdr. Je pense qu'on peut considérer ça comme un jeu de société aussi.
ThierryLefranc
ThierryLefranc
Je comprends d'autant plus que je suis pareil. Je préfère nettement faire mes créations que les tours des autres. Et pour le jeu de rôle, c'est la Rolls des jeux de société.
fred henry
fred henry
Et bien Thierry. Je ne pensais pas que l'on serait un jour d'accord sur un truc :). Permet que j'aille brûler un cierge ;).
ThierryLefranc
ThierryLefranc
Et pourquoi pas une figurine de Conan?
fred henry
fred henry
@ ThierryLefranc et Rammillica.
En préambule : que l'on soit ou non d'accord, c'est déjà intéressant que l'on puise échanger plutôt que s'invectiver.
Concernant la "financiarisation" et la "marchandisation"du monde du jeu (puisque c'est bien la racine du désaccord au fond) :
1) Elle existe c'est très clair et je serais le dernier des idiots si je le niais.
2) Mais KS n'en est qu'un épiphénomène et certainement pas la source. Les fonds d'investissement sont arrivés dans le circuit classique bien antérieurement (et pas uniquement chez Asmodee comme tout le monde semble l'imaginer). Le Bal des rachats est devenu courant si bien que nombre d'éditeurs du circuit classique n'ont plus pour but que de se faire racheter par un plus gros ou un fond.
3) la communication est devenu une protection face à la concurrence enragée des éditeurs "traditionnels" qui noient les boutiques de nouveauté éphémères (tirages à 2 000 exemplaires dont 80% ne connaîtront pas de retirages). Libre à ces stakhanovistes de la nouveauté de publier leurs produits mais de grâce, qu'ils ne viennent pas ensuite se plaindre de la sur-communication de ceux qui préfèrent se concentrer sur un petit nombre de titres.
4) La première source de cette financiarisation/march
alloleo
alloleo
Salut Fred,

Merci de participer à la discussion, c'est vraiement chouette de pouvoir échanger ;)

Est-ce que tu peux préciser ce point que je ne comprends pas très bien : "la communication est devenu une protection face à la concurrence enragée des éditeurs "traditionnels"". Que veux-tu dire ?

Pour ma part, je suis partagé sur la surabondance de titres. Les effets sont parfois dévastateurs (d'un point de vue des professionnels) mais quelle decouverte face à tout ce panel de diversité (d'un point de vue des acheteurs). Est-ce incompatible ?

(mon sujet avait uniquement pour but d'échanger sur la façon dont les uns et les autres abordent le participatif mais si on peut aller plus loin dans la discussion c'est top ! ;))
fred henry
fred henry
Salut Alloleo. J'avais écrit un article très long précisément sur ce point dans le pc qui m'a été volé. En substance on assiste à deux modèles qui s'affrontent et qui ont chacun leur raison d'exister. D'un côté un modèle de concentration des ressources intellectuelles et matérielles sur un petit nombre de sortie et de l'autre un modèle "dilutif". Evidemment, à ressource égale, le premier permet de mettre beaucoup plus de moyens sur la communication à propos de ses quelques sortie. Il s'agit d'"exister dans les têtes", là où le modèle "dilutif" cherche à "exister dans les rayons".
alloleo
alloleo
Ok là j'ai compris... Je voyais pas où tu voulais en venir avec la comm. Mais effectivement je partage ton avis. Je suis néanmoins curieux de voir comment ces deux modèles vont évoluer et coexister à l'avenir. Le temps nous le dira.
ludodelaludo
ludodelaludo
Pour avoir participé à 2/3 KS/Ulule, je n'ai jamais été déçu, car je savais à quoi m'attendre au départ : délais long et parfois rallongés, matériel en plus pas franchement obligatoire (10" to kill et Tunhell), mais quand je participe c'est pas pour des blockbuster mais plutôt des éditeurs qui se lancent comme ça j'ai l'impression quand même de faire un geste social, humain, d'entre aide, même si je comprends que certains gros jeux ont leur intérêt à sortir via ce financement. Ma dernière campagne c'était Sbires, c'est particulier car avant de participer j'ai gagné le jeu par un concours mais en contrepartie j'ai fait découvrir le jeu à bcp d'adhérents de la ludothèque municipale dont je m'occupe, et ça a déclenché du coups une dizaine de participations, donc contrat rempli, en plus en général, les éditeurs ou auteurs sont super sympas !
BSI40
BSI40
Pour moi la dérive principale du système KS est que l'essentiel est maintenant la campagne plutôt que le jeu.
Il suffit de voir sur le forum les milliers de messages pendant la campagne et ensuite quand le jeu est livré, plus rien car on est passé à une autre campagne.
L'excitation de la campagne, commercialement bien menée, est telle que nous surinvestissons financièrement et affectivement sur le jeu et le réveil est souvent douloureux.

La force de KS actuellement est ce côté peu rationnel du comportement des amateurs de jeu qui apporte du plaisir avec l'aventure collective des campagnes mais qui finit quand certains se retrouvent avec des montagnes de Zombicide ou autres, à peine ouvertes. Comme on peut se retrouver avec un pack de 48 yaourts car il était en promo.

Il est probable que le système va se rationnaliser quand certains ne voudront plus payer un an à l'avance pour Arcadia Quest 3 alors qu'ils n'ont pas encore ouvert Arcadia Quest 2 et à peine joué avec Arcadia Quest 1.
PrizonersCafeLudique
PrizonersCafeLudique
Je comprends que la nouveauté peut faire peur à certains, qu'elle peut être jalousée, voir dénigrée...mais bon arrêtons de pleurnicher sur des trucs novateurs qui fonctionnent ! (Fonctionner dans le sens, ça prend de l'ampleur, ça évolue, ça se pérennise, etc) (ex : cassette audio, cd, mp3, vhs, dvd, 3d, internet, tout ça tout ça)
Je pense qu'inconsciemment ces personnes doivent être frustrées de ne pas faire partie d'un KS qui à priori les auraient tentés si le jeu était ou allait être dispo en boutique...le coté "mince y'a 10 000 pledges, et j'en suis pas !"
Si ça plait à des joueurs pourquoi pas ? Si ça permet à des petits éditeurs de sortir leurs jeux en minimisant les risques et de dormir sans stress tous les jours pourquoi pas ? Si ça permet aux gros éditeurs de faire un gros coup de comm et de booster leurs ventes pourquoi pas ? Si ça permet d'améliorer le contenu de base d'une boite et d'avoir des "goodies" supplémentaires pourquoi pas ? Si ça permet à un jeu tout bêtement d'exister pourquoi pas ?

"Oui mais le circuit officiel bordel tu y penses ?" vous me direz ? Et bien Outlive est la pour montrer que des choses peuvent se faire conjointement avec les boutiques, et puis les choses évoluent avec leurs lots d’innovations, d'adaptations, de déçus et heureusement de personnes ravies.

"Oui mais les gens sont bêtes ils achètent de manière impulsive des jeux inutiles !" vous me direz ? Et bien laissez les tranquille c'est leur argent après tout ? Ils s'en mordront les doigts peut-être un jour, ou pas !

Le "c'était mieux avant"....bah c'était mieux avant ! :p
ThierryLefranc
ThierryLefranc
"le coté "mince y'a 10 000 pledges, et j'en suis pas !". C'est exactement ce que je dénonce. On ne vend plus un jeu mais un côté élite. Il faut "en être". Et on le voit bien avec la communication. Au lieu de mettre, ce qui devrait être le cas, l'accent sur le jeu lui-même, on parle de campagne qui a atteint son financement en 20 minutes et de SG débloqués et de SG qui restent à débloquer, etc. Triste. Si l'on reprend l'argument de base, à savoir financer un jeu par ce moyen parce que justement "l'éditeur" ne les a pas, les moyens, est-ce que cela ne devrait pas se passer ainsi: je souhaite faire ce jeu (ici nous en avons la description In extenso), j'ai besoin de X euros/dollars en financement. Une fois le montant atteint demandé, fin de la campagne et je fais le jeu. Ce serait du vrai participatif. Je participe pour que le jeu se fasse et non pour me sentir privilégié par rapport à mon voisin qui ne peut pas mettre 300 euros dans un jeu.
Bis Minami
Bis Minami
Thierry, je suis tout à fait d'accord avec toi. Mais je pense que cette dérive est dû à l'attrait des dons. J'ai moi aussiune vision "naïve" du participatif, en gros, et normalement, c'était les solidaires qui aidait à la sortie d'un projet. Seulement, les mouvements solidaires bah ça marchent moyen. Les projets se sentent parfois obligés de tendre la carottes avec des exclusivités afin de donner son argent. C'est triste mais c'est comme ça, comme pour les dons caritatifs qui sont remboursés par les impôts (en partie), sans cet atout.. pas dit qu'il y aurait autant de dons. Pour les KS et autre... c'est hélas pareil.
PrizonersCafeLudique
PrizonersCafeLudique
Idéalement peut-être mais pourquoi se "priver" de centaines d'euros supplémentaires ? L'éditeur pourra ré-investir sur ses autres jeux ou tout simplement upgrader le contenu de son jeu ? Je vois pas ce qu'il y a de mal :) Pour le coté "elite", les KS sont maintenant mieux proposés qu'avant, il y a souvent un starter, un deluxe et un elite pack la plupart du temps donc y'en a pour toutes les bourses et les envies :) Si je trouve que la version elite à 300€ n'apporte pas grand chose et bien je la prends pas et je ne jalouserai pas celui qui la prendra ! Je m'en fiche en fait, le jeu que je pledge c'est pour moi et mes amis et si ça peut filer un coup de pouce à un éditeur bah tant mieux :)
alloleo
alloleo
@ThierryLeFranc : Est-ce que cette approche "commerciale" (peut-être meme agressive selon toi) ne va pas de paire avec la campagne participative en elle-même ? Est-ce que c'est un frein au fait de participer à une campagne participative ? Le sujet a déjà été abordé mais ca n'en reste pas moins toujours intéressant comme question ;)

À mon avis l'un ne va pas sans l'autre, mais certains projets misent plus sur le côté "show" que sur le projet en lui-même et là je te rejoins dans ton argumentation. Mais cela ne me semble pas être une généralité et pour ma part ce n'est pas ce côté hyper-commercial qui m'empêche de participer à une KS car au final c'est bien toujours le jeu que l'on finance et non le reste. Non ?
fred henry
fred henry
Encore une chose. J aimerais par avance répondre à un argument malheureusement classique chez les détracteurs du crowdfunding :"Si ça ne peut pas se vendre en boutique alors peut être faut il simplement ne pas le faire". (Thierry tu m avais rétorqué cela lors d un précédent débat). Ce à quoi je répondrais que cet argument pourrait parfaitement être celui des Grandes Surfaces vis à vis du types de jeux vendus en boutiques spécialisées et qui explique que seuls des jeux vendus a plusieurs millions d exemplaires peuvent s y vendre. Un Agricola ne devrait pas exister pcq son potentiel de vente n atteint meme pas le million ? Et bien le raisonnement est similaire. Seul change l échelle. KS est un nouveau marché, comme les boutiques l ont été il y a 30 ans.
ThierryLefranc
ThierryLefranc
C'est tout de même un système à cheval. Je ne suis pas au courant de tout les projets mais lorsque j'ai acheté Shadows of brimstone ou Trickerion, j'ai su à postériori que c'était des KS et pourtant je les ai bien trouvés en boutique. Et l'argument financement...Zombicide qui continue via KS pourrait, d'après ce que j'ai compris, sans passer largement et, eux aussi, les jeux sont en magasin. Récemment, à propos du KS Guédelon, l'éditeur lui-même a dit "si le KS n'aboutit pas, on le fait quand même" ! Vous dites que Conan sera en boutique. Donc, pour moi, à quoi bon payer d'avance et attendre deux ans pour avoir le jeu. Donc, encore pour moi, si le jeu m'intéresse je l’achèterai à la boutique et je me passerai bien des 200 figurines "bonus". Encore une fois ce qui me gêne c'est que ce système ne met pas, plus, en valeur les jeux eux-mêmes mais le côté purement matériel, à coups de SG à tout va et le côté élitiste si le client peut payer des sommes de plus en plus importantes.
fred henry
fred henry
@ Ramillica : "si Conan fait un four...". C est à dire ? S il ne se vend pas en boutique ? Celà changerait quoi au juste ? De toute façon Conan n est pas fait pour se vendre en boutique. Si il sort en boutique c est simplement politique, vis à vis d Asmodee. Il n y a aucun intérêt à ce que ce jeu existe en boutique car ce n est pas là qu est son public. J ai toujours encouragé Asmodee à en acheter le moins possible et je ne suis pas responsable du fait qu ils croient que le jeu peut avoir un avenir dans le circuit intermédié. Pour moi il est évident que ce type de jeu ne peut pas exister en boutique, pour de simples raisons de coûts et de casualisation du public boutique.
Mais peut être veux tu dire "Si Conan s avère mauvais" ? Et là je ne saurai quoi argumenter dans le mesure où l on touche au subjectif. Si ce n est que le jeu à déjà été plus joué que pas mal de titres pourtant déjà sortis et que les retours ne semblent pas catastrophiques.
rammillica
rammillica
"Si ils font un four..." veut dire si les jeux ne plaisent pas aux pledgeurs et qu'ils regrettent l'achat. Je n'ai pas le pouvoir de définir si Conan est plus ou moins bon (selon ma grille de lecture bien évidemment qui n'implique que moi) car je n'ai pas pu y jouer.

Reconnaissons qu'il est possible que le jeu déçoit fortement les pledgeurs (notamment vis à vis des délais de retard qui peut exacerber l'impatience et la déception) et les refroidir certainement pour de futurs projets. Je ne nie pas votre intention de faire le jeu le mieux possible (notamment avec de nombreux tests) mais ça ne suffit pas à déterminer si le jeu va réussir et satisfaire l'appétit des pledgeurs.

Comme ThierryleFranc , je ne vois aucun intérêt à produire un jeu si il n'est pas possible de le trouver in fine en boutique. Ok des jeux comme Conan sont des jeux "de niche" (encore que la niche est quand même de taille assez importante) et qu'ils sont difficiles à vendre au grand public mais pourquoi partir d'un constat si défaitiste et si amer.

Ne pas sortir un tel jeu en boutique (même avec peu d'exemplaires) me paraît dangereux et contribue au phénomène de "casualisation du public boutique". Si on ne sort plus de jeu expert en boutique, on le limite à une caste qui va faire ses achats en import (etc etc) et ne plus attirer de joueurs experts (qui se cachent sûrement en pas mal de gens). Je suis désolé mais je connais beaucoup de gens qui se sont mis aux jeux "de niche" grâce à des boutiques et au circuit traditionnel. Le processus que vous décrivez aboutit à un élitisme des joueurs et contribue également à leur "geekisation".

Votre discours, je l'entends, il répond pour ma part à une logique financière et de marché (aspect primordial dans la sortie d'un jeu), moins à celle d'un créateur qui a envie de faire partager au plus grand nombre l'univers qu'il a mis en place. Surtout qu'a priori vu les scores du KS, on pourrait imaginer une distribution (même limitée) sur le circuit intermédiaire avec un minimum de risque.
shambhala
shambhala
Conan va être tiré à 16 000+ boites rien que pour KS, je crois qu'on peut dire que ce seul chiffre en fait déjà un jeu à succès partagé par un grand nombre au regard du marché du JDS, nombre de jeux n'atteindront jamais ce score.

Concernant le contentement des joueurs, il y a quand même peu de chances que le jeu déplaise, franchement je serai très étonné, mécaniquement c'est une pépite, le thème est top, le nombre de protos qui ont tourné, les tests, les retours ont fait que les pledgers n'y sont pas allé à l'aveugle pour la majorité. Le seul soucis serai d'avoir des scénarios déséquilibrés mais je ne pense pas que ça sera le cas.

Et Conan est totalement justifié sur KS, Fred l'a déjà expliqué plusieurs fois, le coût du jeu en fait un produit d'exception dont le modèle économique ne s'adapte pas aux contraintes de l'édition classique, en gros le jeu serai bien trop cher en boutique, là KS leur a permit de satisfaire les amateurs et pour Asmodée, ils gagnent une misère sur la commande (d'où le non intérêt de le passer par le circuit classique)

Je ne partage pas cet attachement au circuit traditionnel, je pense plutôt comme Fred que KS est aussi fait pour sortir des projets d'exception, de niche, qui n'ont pas leur place ne boutique.
Je ne vois pas pourquoi la finalité d'un jeu serai de se retrouver en boutique.
Pikaraph
Pikaraph
Et si des gens ont envie du jeu Conan de Monolith et que le financement participatif permet à ces quelques énergumènes de pouvoir en disposer ?! En fait on 'na pas le droit d'avoir envie parce que Mr Ramillica a décidé que c'était pas bien ?
J'ai filé des sous à Monolith pour disposer du jeu qu'ils ont envie de produire, j'en veux une copie. Ca n'aurait jamais pu exister autrement que du print'n play dégueulasse sans ce financement.
Donc heureusement qu'il y a le choix de participer ou pas. Ce n'est pas ta tasse de thé, mais ça n'en fait pas une vérité générale : c'est un autre marché, une option nouvelle qui s'offre aux joueurs.
Que le système ait été détourné, c'est une certitude, mais pas par tout le monde, il reste des porteurs de projet qui ont une vision saine de la chose, qui ne se laissent pas déborder par les demandes ubuesques ou les ajouts de dernière minute.

C'est bien dans la vie d'avoir le choix dans la vie, du coup tu peux passer ton chemin parce que ça ne te correspond pas et ceux qui trouvent que c'est un outil intéressant peuvent s'en servir.