jmguiche
jmguiche
La critique tout court n’existe pas.
Les critiques « professionnels » ne donnent que des avis très personnels.
Il suffit d’écouter le masque et la plume pour s’en rendre compte.

Si la critique était un travail objectif, tout les critiques donneraient les mêmes évaluations, c’est loin d’être le cas. Et si la critique incluait le « c’est pas pour moi mais c’est bien quand même », il n’y aurait pas d’oeuvres éreintées par la critique et qui deviennent des succès voire « culte » voire des classique au vrai sens du terme.

La légitimité même de tout critique peut être questionnée, qu’ils viennent de la presse ou d’ailleurs. Un critique c’est juste quelqu’un qui donne un point de vue, plus ou moins argumenté, plus ou moins en accord avec celui du lecteur qui va le suivre... ou pas. Et un « amateur » payé à la pige, c’est un pro comme un autre dans un business, la presse ludique, qui n’a pas l’assise pour faire autrement. D’ailleurs, dans les médias, pigiste est un métier.

Quand à celle des influencers YouTube, vu les pratiques du milieu, désolé, elle est plus que discutable. Un YouTuber qui présente des produits et qui n’est pas « approché » par des marques, c’est juste un influenceur qui n’influence pas.

Les vidéo d’influenceurs sur les ks alors que le jeu n’est pas sorti et que les règles ne sont même pas équilibrées sont quand même assez comiques.
TeaMan
TeaMan
De bons critiques en livres, films et jeux vidéos, ça se trouve. C'est généralement ceux que tu arrives à respecter même quand tu n'arrive pas à la même conclusion qu'eux ^^. (Sinon, si vous sous-entendez que j'ai dit que la critique était objective, verifiez, ce n'est pas le cas. )
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Super, de bons critiques en livres, films et jeux vidéos, ça se trouve. Ok ! Et ils sont "bons" pour tout le monde ? Non, n'est-ce pas ? Puisque vous acceptez de dire que certaines personnes peuvent ne pas les respecter, même si on arrive à la même conclusion qu'eux. Donc un "bon critique", ça n'existe pas... ça n'existe que pour une certaine catégorie, plus ou moins grande, de personnes. Donc, effectivement, la critique n'est pas objective, et à partir du moment où elle est subjective, elle est soumise à caution, quoi qu'on en dise. A partir de là, tout débat s'arrête ou sera éternel puisqu'il est possible de tout défendre et son contraire... puisqu'il n'y aura jamais de vérité ultime... à mon avis, bien sûr ! ;) :)
jmguiche
jmguiche
Un bon critique est un critique m... heu non... un bon critique est un critique avec qui je suis d’accord.

En fait un critique c’est quoi... c’est un mec qui est payé pour dire ce qu’il pense des œuvre des autres. Un point c’est tout. Le reste c’est de la literature et de l’auto justification.
Et, pour memoire, un critique c’est un type qui dit que « les fleurs du mal » c’est porno, que « Madame Bovary »c’est nul, que les impressionnistes c’est rien que des croutes mais que la peinture pompier, ça c’est bien.

Un critique c’est aussi un type qui disait, il y a quarante ans que Louis de Funès ou Johnny Halliday c’était de la soupe déplorable et qui explique maintenant qu’il a toujours trouvé ça génial ! (Alors que c’est de la soupe déplorable, surtout Halliday).

Donc, un critique, c’est simplement un mec qui écrit ou cause bien et qui n’a pas trouvé mieux que de parler ou écrire sur le travail des autres.
Paul Malairan
Paul Malairan
J'ai fait pour un billet une critique plutôt négative d'un escape game et je me suis retrouvé à m'auto-censurer et à arrondir les angles tant je sais que l'enseigne a du fournir du travail derrière. Des emplois sont en jeu parfois. Mais bon, quand je vois les critiques des blogueurs spécialisés sur cette salle, je les trouve carrément complaisants. Cet article me donne à réfléchir sur ce point : faut-il arrondir les angles ou être cash ?
jmguiche
jmguiche
Si tu pense que c’est nul et que tu n’as pas l’envie de le dire il vaut mieux se taire que tenir un discours complaisant.
Paul Malairan
Paul Malairan
Je n'ai fait ni l'un ni l'autre et j'ai tenté de rester positif. Voici le billet en question, tu me diras ce que tu en penses : https://paulmalairan.wixsite.com/lejoueurinclassable/post/on-a-test%C3%A9-la-jungle-par-gg-escape-game
Le code anti-spoiler est un ROT-13 que tu pourras copier-coller sur le site D-CODE.
Je pense que les blogueurs spécialisés en EG cherchent à ne froisser personne pour conserver de bonnes relations avec les enseignes.
jmguiche
jmguiche
Lien mort.
Mais bon ´est pas grave. Je n’ai pas fait l’escape game, je n’ai aucun avis dessus.
Tu as fait l’escape game et tu as trouvé ça nul.
Mais, pour de sombres raison tu ne veux pas dire du mal du truc mais tu veux en parler quand même.

Imagine maintenant...
Par le plus grand des hasards je lis ton article alors que je suis à la recherche d’un escape game.
Tu est plutôt positif, c’est toi qui le dis... donc, je me laisse guider.
Et, comme toi, je trouve cela nul.
Conclusion, ce que je pense de ton blog c’est « soit le mec a mauvais goût, soit c’est du copinage, soit c’est de la pub déguisé... donc ce blog est sans intérêt pas la peine d’y retourner. »

Alors si tu écris écris ce que tu pense ou n’écris pas.
Astien
Astien
Excellent article!

Très intéressant à lire :)
morlockbob
morlockbob
Bel essai mr Teaman (beau placement de son propre produit) mais hélas, comme vous le dites si bien, la critique n'est pas aisé et cet article part dans tous les sens et au final n'offre pas une vraie réflexion. De toute façon, quel est le poids d'un avis ? A part si vous êtes Dice Tower ou TT, vous ne pouvez pas stopper la machine et faire qu'un jeu se vende ou pas. Et si vous êtes TT ou Dice tower, vous êtes payés par les éditeurs et vous êtes forcément subjectif. Mais bravo quand même c 'est bien d'avoir essayé d'ouvrir sur autre chose.
TeaMan
TeaMan
Part dans ton les sens ? Pourtant, le plan est limpide. On m'a même reproché sa simplicité. Je pars d'un constat personnel "il n'y a pas de critique ludique", je définis ce qu'est pour moi une critique puis je cherche des explications à son absence et enfin j'explique ce qu'elle pourrait apporter au monde ludique. Je sais que l'article n'apporte rien de nouveau aux personnes qui ont déjà réfléchis au sujet. Disons que c'était un galot d'essai. Je n'écris pas ce genre de choses depuis longtemps. Je me chauffe. ^^
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Juste en passant, cher morlockbob, j'apprécierai vraiment de savoir qui arrive à être, sur les jeux de société, objectif ? Je vous avoue que ça va être chaud, parce que je ne crois pas que ça existe, payés ou non par les éditeurs :D :D :D
morlockbob
morlockbob
salut mr guillaume....je ne lance pas le débat sur le sujet. oui l objectivité est subjective (aha), mais en gros, être invité pour un we dans un super hotel pour découvrir le nouvel album de / avoir une page de pub dans son mag par l 'éditeur de pousse à une certaine complaisance. Plus que si vous achetez le dit produit avec vos sous. Donc oui, on peut jouer sur la définition de l objectivité mais l idée était celle là. Bien à vous .
Proute
Proute
N'empêche que si tu achètes le produit, tu n'es pas neutre non plus, tu seras forcément plus ou moins enthousiaste que si le jeu t'était confié simplement pour que tu l'éprouves afin d'écrire dessus.
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Morlockbob. Dommage pour le sujet, le débat est intéressant. Ceci étant, j’en ne suis pas moins en désaccord avec vous.
Si votre honneur et votre honnêteté ne valent pas plus qu’un We quelqu’en part et qu’il est aussi facile de vous acheter un avis complaisant... alors effectivement, je comprend que vous soyez méfiant des autres ! Le respect que j’ai pour mes semblables, surtout ceux qui me liraient ou m’écouteraient, me donne une telle responsabilité que les éditeurs devront mettre la barre bien bien plus haute pour m’acheter... car si tout le monde a son prix, je suis plus cher, alors 😇
Max Riock
Max Riock
Le jeu, comme les films, c’est hyper personnel ... tu peux adorer un jeu et quelqu’un d’autre le détester ... Du coup à quoi sert une critique à part avoir l’avis d’un sois-disant « expert » qui reste son avis personnel et donc n’a pas les mêmes affinités que toi ?
Perso, les différents avis / critiques existant me conviennent bien et j'ai pas du tout envie de voir des critiques comme au ciné, qui, avant tout cherche à faire le buzz ...
Chakado
Chakado
Tu penses à quelles critiques ciné qui "cherchent à faire le buzz" ?
Mais sinon, c'est cool bien sûr, on peut aller au ciné toute sa vie et bien aimer ça sans rien lire d'autre que les avis Allociné.
Ou on peut s'intéresser plus profondément au medium et lire les essais de Laurent Jullier, André Bazin, René Prédal... Et ce ne sont PAS des livres où ils donnent leur avis sur tel ou tel film ! Mais où ils font part de leurs réflexion sur l'art cinématographique.
C'est ça qui manque aujourd'hui dans le monde du jeu.
Max Riock
Max Riock
Alors dans ce cas, ce n'est plus une critique mais des réflexions, des essais, ...
aleph71
aleph71
L'objectivité n'existe pas dès lors que le jugement humain est présent. Nous ne pouvons échapper au fait que nous sommes conditionnés par notre environnement, nos gênes. Appliquer une valeur scientifique à un jugement, une opinion (aussi construite soit-elle) est absurde et ouvre la voie à l'obscurantisme. Dès lors votre distinction entre avis et critique est inexistante à mes yeux. J'accorde cependant une importance (en toute subjectivité) différente aux avis selon des critères qui me sont propres : la culture ludique du rédacteur, le niveau de concordance de ses avis précédents avec mes opinions, la qualité rédactionnelle de cet avis (plan rédactionnel me paraissant cohérent). En ce qui concerne un jeu que je ne connais pas la multiplication d'avis que je considère 'fiables" est un critère prépondérant.
Cripure
Cripure
Le sujet délie les claviers et ça c'est bien.

Oui le jeu est une pratique culturelle comme une autre (lire des livres, aller au théâtre, etc.). On discute souvent de nos jeux au sein de mon cercle de joueurs. Du thème, de la mécanique, du matériel, etc. Sans se prendre la tête. On peut en parler car on y a joué ensemble. Donc on sait de quoi on parle.

De très bons sites ludiques (Ludovox, Vind'jeu, Tric-Trac et autres vidéos de joueurs) proposent de bonnes « critiques » de jeu.
Subjectives, excessives voire maladroites mais j'aime ça.
Certains retours « amateurs » sur le Forum Tric-Trac valent bien une critique qui serait estampillée « critique ludique ».

Des prescripteurs ludiques « au-dessus de la mêlée », officiels, adoubés, « prêt à penser », « prêt à acheter » ne m'intéressent pas plus que ça.

J'ai lu des milliers de livres. Et je ne sais toujours pas ce que c'est qu'un bon-mauvais livre.
Je lis généralement, pour ne pas dire, toujours, les critiques d'un livre que j'ai lu APRES ma lecture.

Alors je conclue :
LISEZ, JOUEZ !
jmguiche
jmguiche
Moi, je sais ce qu’est un bon livre. Un bon livre est un livre qui m’a plut.

;)
fouilloux
fouilloux
Ah, mon commentaire n'est pas passé, je le remet:
Si je comprend le propos général, il me semble que dire que "la critique ludique n'existe pas", c'est n'avoir jamais lu un article de Shanouillette sur Ludovox, dont c'est le job au passage. Parce qu'elle remplit tout les critères décrit ici, souvent soutenus par les éditos qui donnent du recul sur ce qu'elle raconte sur un cas de jeu précis. Et qu'elle demande à ses chroniqueurs d'avoir une démarche similaire.
Que la critique ludique soit trop rare, peut être. Mais on ne peut pas dire que rien n'est fait dans ce sens (pour info, les chroniqueurs de ludovox ne savent pas si le jeu a été acheté ou donné par un éditeur par exemple.) . Et il me semble qu'il faut aussi voir les réactions, parfois très violentes (et je choisis ce mot à la place de virulent à dessein) au retour négatifs que l'on peut parfois faire sur un jeu. Cela n'aide pas vraiment.
Chakado
Chakado
Je pense que le titre "n'existe pas" était un peu provoc. Bien sûr qu'il y a quelques embryons de critique ici où là. J'en ai trouvé dans les éditos de Ludovox, chez des blogs / vidéos comme le Pionfesseur, Acariâtre... Mais c'est quand même loin d'être institutionnalisé.
Par contre les tests de Ludovox, en mode "moyenne pondérée de 5 notes : matériel, thème, durée de vie, mécanisme etc." ça n'est pas vraiment de la critique.
Pouillotin
Pouillotin
Les prescripteurs culturels ludiques sont souvent des amateurs et c'est réjouissant. Aux critiques, préférez l'aventure. ☺
patriceL
patriceL
Bon ! Et donc,
Comment appelle-t-on ce qui se voudrait la critique d'un quelque chose qui "n'existe pas", lui-même appelé "critique" ?
"Rien" ? Cet article n'est donc "rien" ? Ou quelque chose qui "n'existe pas ?"
C'est ironique, mais comment répondre autrement ?
Il peut, certainement, être fait critique de nombreux blog, podcast, vidéos,... mais t'es tu informé sur "la promesse" de ceux-ci pour pouvoir en faire la critique ?
Quelle est la "promesse" de ton article, je suis curieux ?
Quelle en est la finalité ?
Que voudrais-tu qu'il en résulte ?
Je te dirait aussi que j'ai l'impression que tu n'as pas assez élargi tes recherches pour tenir cet avis péremptoire. Hors de France je pense notamment.
J'aimerai ta réponse à "qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais jeu ?" ? Pour toi ? Pour qui ? sur quels critères ? Peux-tu m'en citer pour avoir des exemples concrets ?
Qu'est-ce-qu'un "critique de métier" ?
"Quand on est pro" tu le définis comment ? Pour moi, un professionnel est celui qui est payé pour faire quelque chose (qu'il le fasse bien ou mal d'ailleurs, il est payé et c'est un pro). A ma connaissance, en France, il y a bien peu de gens qui sont payés pour parler (ou écrire ou filmer) sur le jeu. Je pense à TT et à Ludovox, Plato aussi et quelques pigistes. Si je te comprends, ils ne réalisent pas de "critiques" de jeu ?
As-tu interrogé leur "promesse" pour savoir si c'était leur projet ? Si oui, pourquoi penses-tu que cela n'est pas fait ?
Les as-tu interrogés pour étayer ton article ? Quels sont leurs retours ?
Et puis, si tu veux des "pros", quelle source de financement de la chose proposes-tu ? Parce que ce qui est sûr c'est qu'aucun des 3 ne roule ur l'or.
Parce que s'il n'y a pas de financement, y'a-t-il une demande réelle de gens prêts à la financer puisque cela les intéresse tant ?
Quel est ton questionnement quand tu entends : "quand l’un de ces acteurs du monde ludique affirme qu’il faut être un sadique pour écrire une critique négative, ça nous questionne." (tu parles de toi à la 3e personne d'un coup ?).
Moi j'entends aussi que quand on est pas professionnel, beaucoup de ces acteurs préfèrent passer du temps à parler de quelque chose qui leur a plu. Pare qu'en fait j'essaie parfois de "lire en creux" en repérant des jeux habituellement dans leur créneau mais dont ils ne parlent pas. Qui serait assez sadique pour passer son temps libre à faire (ou traiter de) quelque chose qu'il n'aime pas ? Hormis la lessive et le ménage, lors de mon temps libre, j'essaie de penser à des choses qui me plaisent.... Tu le dis d'ailleurs dans ton article.
"Elle n'existe pas et c'est bien dommage". Pour toi ? Peut-être. Penses-tu représenter une majorité significative ? Je veux dire susceptible d'être assez importante pour rendre cette activité "bankable", ce qui permettrait de réaliser ton voeu.
Bref, personne ne m'a relu, alors ça part un peu dans tous les sens, mais je ne comprends pas ton propos, ni le sens que tu veux lui donner.
Pour autant je partage ce constat qu'il n'existe que très peu d'articles critiquant un jeu.
Mais tu ne dépasse pas le constat, tu n'en recherche quasi pas les raisons, tu ne sembles pas t'être renseigné auprès des rares professionnels du métier et tu n'en proposes pas de pistes pour que les choses évoluent.... J'avais raison, cet article n'est rien !
Peut-être, dire que la critique "n'existe pas", n'est-ce pas "s’enfermer dans une posture, plus intéressé à l’idée de trouver un bon mot (titre) que de faire une analyse correcte." ? ;-)
Cordialement
TeaMan
TeaMan
Je dois m’excuser. Apparemment mon article vous a déçu. Il ne va pas assez loin, ne donne pas assez de solutions. Je comprends. Peut-être lui avez-vous accordé plus d’ambition qu’il n’en a réellement.

D’abord, comprenez bien que je ne suis personne. Je ne suis pas un acteur du monde ludique, je ne suis pas journaliste. Je suis juste un joueur passionné qui a des opinions et qui aime les partager.

Du coup, quel est l’intérêt de cet article ? Essentiellement exprimer une opinion. Depuis quelques mois, je me suis mis à consommer énormément de sites, chaînes youtube, podcasts ludiques... Et plus je consommais plus ma frustration grandissait. J’ai mis un peu de temps à mettre le doigt sur ce qui me gênait. Finalement, quand j’ai compris que je ressentais comme un manque dans le monde ludique, j’ai souhaité le partager. Pour voir si d’autres le ressentais aussi.

S’il y a une critique dans cet article, c’est essentiellement le fait qu’à mon sens le jeu de société est une activité sous-estimée. Pour beaucoup, le jeu de société ne serait pas sérieux, pas culturel, pas digne de réflexions. Et les premiers à penser cela, et je le déplore, sont les joueurs eux-mêmes. A-t-on déjà vu une activité dénigrée par ceux-mêmes qui la pratique ?

Comprenez moi bien ce n’est pas un reproche. Je ne vois pas l’intérêt de leur faire des reproches. Ce n’est pas contre les gens que je me bats mais contre certaines idées. Et je le fais de la seule façon que je sais faire. En écrivant. Mais rassurez-vous, je n’en fais pas non plus une croisade. J’écris juste de temps en temps. En amateur.

J’ai donné mon avis en l’étayant comme j’ai pu. J’aurais dû interviewer des gens du secteur ? Mais comment ? Sous quelle étiquette ? Avec quelle légitimité ? Encore une fois, je pense qu’il y a erreur sur la personne. Si j’ai pu sous-entendre un moment vouloir faire un véritable journalistique, je suis désolé. Ce n’est pas le cas.

Vous me reprochez de ne pas être aller plus loin que vos propres conclusions. Je comprends. Mais ce n’est pas vraiment ce que je voulais. Cet article n’a pas l’ambition de révolutionner le monde ludique mais de donner mon avis. Avis que vous partagez au moins en partie visiblement. Tant mieux. Discutons-en si vous voulez ? Allons plus loin ensemble. Réfléchissons aux modes de financement possible du journalisme critique du 21e siècle. Demandons-nous si les joueurs sont assez nombreux et assez intéressé pour accepter de payer son juste prix ? Et si la réponse est non, demandons-nous pourquoi ?

Plus j’y pense et plus je me dis que le but premier de mon article était de questionner, d’interroger sur cet aspect du secteur ludique. Vu le nombre de questions que vous m’avez posé, je me dis que j’ai probablement un peu réussi.

Et d’ailleurs, si vous pensez qu’il y a des questions auxquelles je n’ai pas répondu et qui sont importantes n’hésitez pas à me les poser de nouveau, je me ferais un plaisir d’y répondre cette fois.
patriceL
patriceL
Faire un constat n'est pas exprimer un avis.
Pourquoi s'excuser ? c'est un constat enrobé dans un article qui promettait plus... pas grave.
D'autant plus que "donner un avis" en prenant soin de le faire relire par plusieurs acteurs ludique, dont certains aimeraient justement en devenir des critiques professionnels... ça "promettait" plus que ce propos vide de sens, d'arguments et de faits quand même.
"re-poser mes questions" ? Je fais un copié-collé ? Sérieux ? Mon message s'est effacé ?
Après, je veux bien en rajouter une : Sur quoi basez vous cette affirmation : "...le jeu de société ne serait pas sérieux, pas culturel, pas digne de réflexions. Et les premiers à penser cela, et je le déplore, sont les joueurs eux-mêmes" ?
patriceL
patriceL
Faire un constat n'est pas exprimer un avis.
Pourquoi s'excuser ? c'est un constat enrobé dans un article qui promettait plus... pas grave.
D'autant plus que "donner un avis" en prenant soin de le faire relire par plusieurs acteurs ludique, dont certains aimeraient justement en devenir des critiques professionnels... ça "promettait" plus que ce propos vide de sens, d'arguments et de faits quand même.
"re-poser mes questions" ? Je fais un copié-collé ? Sérieux ? Mon message s'est effacé ?
Après, je veux bien en rajouter une : Sur quoi basez vous cette affirmation : "...le jeu de société ne serait pas sérieux, pas culturel, pas digne de réflexions. Et les premiers à penser cela, et je le déplore, sont les joueurs eux-mêmes" ?
TeaMan
TeaMan
Il y a bien une vingtaine de questions dans votre post et j'avoue ne pas avoir la force de deviner ce qui est de l'ordre de la rhétorique ou de l'interrogation et de rassembler les questions qui se répètent pour vous faire une réponse systématiquement pertinente. Je répondrais donc à votre dernière question. J'ai une chaîne youtube, ludiculture, dessus j'essaye de traiter le jeu comme l'objet culturel qu'il est sensé être. Et bcp de retours que j'ai eu, après visionnage ou simplement discussions avec des joueurs se résument à "mais pourquoi tu te prends autant la tête, c'est que du jeu". Bien sur que le jeu c'est plaisant. Bien sûr que le jeu sert, entre autre, à "récréer l'esprit lassé des choses sérieuses" mais ça ne veut pas dire que -hors-jeu- on ne peut pas y penser, le réfléchir. Se poser des questions sur cette pratique si évidente, si universelle. Le jeu c'est magique et c'est pour ça que c'est un sujet intéressant. Mais non. Bcp de joueurs refusent obstinéments à vouloir prendre un peu de recul sur leur passion. Encore fois, ce n'est pas un reproche. Je ne leur en veux pas. Je pense que c'est culturel. Qu'on a pas encore sauté le pas de se dire que le jeu de société est une pratique culturelle comme une autre. Qu'elle vaut autant qu'une autre. Voilà. Je n'ai rien d'autre à dire. Vous cherchiez des solutions, des éléments de compréhension du secteur et de l'attitude des joueurs. Je n'ai pas ses réponses. le jeu est une pratique culturelle comme une autre. Voilà la seule chose que j'ai à dire.
patriceL
patriceL
VOUS PENSEZ que le jeu est une pratique culturelle comme une autre.... C'est votre avis, ne l'affirmez pas comme une vérité absolue !
"on a pas encore sauté le pas"... Vous vous posez la question de l'intérêt de "sauter le pas" ? Et lequel ? Pourquoi ?

Vous voulez comparer la critique d'oeuvres comme le livre, le cinéma, le théâtre,.... avec celle du jeu ? Aberration !
Vous voulez comparer des oeuvres figées (quasi systématiquement), avec une pratique immersive et participative. Je place les principes du théâtre de l'opprimé à part, mais on pourrait aussi très facilement le dissocier du jeu.
C'est à dire, dans mon propos, qu'il y a l'oeuvre d'un côté et le spectateur de l'autre : on regarde un film, du théâtre, on lit un livre, on regarde une toile, une sculpture.... Un jeu on le vit, on l'affronte, on le rejoue, le plus souvent, en espérant des sensations renouvelées, différentes, évolutives, on y défie les autres ou soi-même, on met ses règles à l'épreuve... on en est acteur et parfois facteur de son succès (ou échec). Le jeu n'est que l'outil, le moyen, la mécanique par laquelle le moment à vivre va être "ordonné".
L'art entend passer un message, s'inscrire dans une actualité de société, faire réfléchir, rire, émouvoir..... L'oeuvre d'art ne varie pas, quelle que soit les réactions et attitudes des spectateurs (au pire on les retire de l'affiche, au mieux on fait des prolongations)
Le jeu réunit des joueurs (il y a bien sûr le solo) et les met en relation selon des règles codifiées. Il est relativement simple de faire la critique d'un jeu. Il est aussi possible de raconter ce qu'il s'est vécu durant une partie, émotions, sensations,... Une partie ne ressemblera que peu à sa précédente, ou du moins cela ne peut être garanti selon les joueurs, l'humeur,... Il serait assez prétentieux de vouloir faire de cela une vérité pour les autres parties à venir.
patriceL
patriceL
Peut-être serait-il intéressant de commencer par définir ce qui te semblerait être "une critique de jeu" avant de pouvoir essayer de conclure à sa nom existence ou pas ?
Cripure
Cripure
Suis d'accord avec tout ça ! .Notamment sur la définition de l'art.
Chakado
Chakado
Moi j'suis pas d'accord du tout !
Pourquoi dire que c'est une "aberration" de vouloir une critique du jeu équivalente à ce qui existe pour la littérature ou le cinéma ? Vous décrétez que la différence est que d'un côté on a une oeuvre "figée" et de l'autre une expérience participative. Je répondrais que :
1) Le jeu, comme les autres arts, est une création de l'esprit visant à créer des émotions auprès d'un public. C'est une définition de l'art, et le jeu a effectivement comme spécificité de créer des émotions via une expérience participative, mais chaque medium a ses spécificités.
2) La notion d'oeuvre "figée" est discutable. Une partition de musique est figée ; son exécution par un orchestre ne l'est pas. Une règle de jeu est figée, sa mise en oeuvre par des joueurs ne l'est pas. Une oeuvre littéraire est figée, mais je ne la vivrai pas de la même façon si je la lis à 15 ans ou à 40 ans. Et je ne la vivrai certainement pas de la même façon que le public du XVIIIème siècle pour lequel elle a été conçue. Donc non, même un roman n'est pas si "figé" que cela.

A partir de là, je ne comprends pas ce qui vous bloque à ce point dans l'idée d'avoir une critique culturelle du jeu de société. Oui, c'est un médium très différent des autres, de par le fait que les parties sont toutes différentes. Mais c'est ce qui rend justement la chose passionnante ! Même si les parties sont uniques, n'y a-t-il pas moyen d'analyser les intentions d'un auteur ? Les moyens qu'il emploie pour y parvenir ? Les sensations éprouvées par son public ? Comme avec n'importe quel autre art, en fait.
patriceL
patriceL
Donc tu "n'es pas d'accord du tout !" Très bien !
Pour te répondre rapidement :
1) Une bombe "est une création de l'esprit visant à créer des émotions auprès d'un public" et pourtant ce n'est pas un art !
1bis) "comme les autres arts" : pour toi l'art c'est simplement la volonté de créer de l'émotion chez les autres ? Comme c'est réducteur...
2) L'oeuvre reste ce qu'elle est, c'est le vécu, l'expérience de chacun qui la fera percevoir différemment. Son interprétation, les instruments utilisés.... Mais l'oeuvre ne change pas. Et tu en restes le spectateur. Le vécu d'un jeu change par les interactions entre les joueurs, les alliances, les trahisons, les affrontements ou pactes de non aggression....il vit par l'interprétation des acteurs autour de la table. Tu joues une partie, tu changes de joueurs et tu peux avoir une expérience très différente...
Je ne me bloque pas d'avoir une critique de jeux, je dis qu'elle doit être construite et pensée différemment. Je partage avec toi que cela serait passionnant, peut-être... encore que... ça reste à voir.

Mais bref, comme sur tous les débats sur les réseaux sociaux, on dérive et on change de sujet.
Le sujet de ce looooong article vide de sens et d'exemples était, comme son titre l'indique : "La critique ludique n'existe pas".
Un propos qui est un vieux marronnier du monde ludique.
Ce à quoi j'ai répondu que je n'étais pas d'accord, que le rédacteur n'avait pas assez poussé ses recherches, notamment hors de France.
Qu'en France aussi il y avait des pros, contrairement à son propos, et qu'il n'était pas allé les rencontrer. La réponse est "violente" à rire : "qui suis-je pour les interroger" ? Alors que "je" s'estime en droit de parler d'eux et de critiquer leur travail...
Je lui ai demandé, sans réponse, ce qu'il définissait comme une "critique ludique" ? Parce que pour pouvoir définir que quelque chose n'existe pas, il serait bien de le définir... ;-)
Mais en plus de ce "constat", quelles propositions fait-il ?
Quelle analyse fait-il du manque de financements pour une presse ludique professionnelle ?
Y-a-t-il une réelle demande de gens prêts à payer ce genre de travail ?
Propose-t-il une idée pour financer cela ?
TeaMan
TeaMan
Vous avez l'air énervé. Je vous invite à prendre un peu de temps pour relativiser. La colère n'est jamais bonne conseillère dans un débat. Elle fait dire des bêtises. Vous dites par exemple "C'est votre avis, ne l'affirmez pas comme une vérité absolue !". Pourquoi, vous mettez tjs les formes, vous, quand vous vous exprimez ? Quand vous affirmez par exemple que le jeu n'est pas de l'art vous le précédez toujours d'un "A mon humble avis" ou le suivez toujours d'un "selon moi" ? A moins que vous pensiez que votre opinion est une vérité supérieure à celle des autres mais j'en doute. Je suis sûr que nous sommes entre gentlemen.

Vous m'avez demandé à deux reprises ma définition de la critique ludique. C'est dans mon article. Vous dites déjà qu'il est vide, n'en niez pas le contenu non plus s'il-vous-plait.

En effet, mon article ne concernait que le monde ludique francophone. Ne pas l'avoir mentionné était une erreur de ma part. Maintenant vous parlez de journalistes pros du monde ludique français, j'aimerais bien que vous me donniez des noms parce que même quelqu'un de plutôt bien informé comme Bruno Faidutti n'a pas su m'en citer un seul. Et ne me citez pas Tric-Trac, s'il-vous-plait, ça deviendrait ridicule.
Vous me reprochez de ne pas être allé les voir, ces fameux pros. Sauf qu'à mon sens ils n'existent pas. Ca rend la chose difficile. Mais si vous parlez des sites, blogs et chaines youtubes, une nouvelle fois vous prêtez à cet article des vertues journalistiques qu'il n'a pas. Ce n'est, encore une fois, que le ressenti d'un joueur passionné qui ne trouve pas son bonheur dans la forêt d'avis, de reviews, de vidéo-règles et de déballages qu'on trouve sur le net.

En fait, à bien y réfléchir, vous attendiez plus encore qu'un bon article de presse. Vous attendiez un papier qui allait donner la solution à ce qui est, pour moi (j'y mets la forme pour vous faire plaisir), un problème majeur du monde ludique ajd. Mon article manque sans doute de matière mais là vous demandez la lune.

Vous vous demandez enfin si les joueurs sont prêts à payer pour une presse ludique professionnelle. Et bien j'espère sincèrement que la discussion qui est née de cet article aux nombreux défauts incitera plus de joueurs à se demander si ce ne serait pas mieux, plutôt que de se contenter de ce qu'on nous propose aujourd'hui.
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Même avec un calme apparent à l'écrit, on peut aussi dire des bêtises.
Bien sûr qu'il est toujours possible de mettre les formes quand on s'exprime... surtout lorsqu' "on" s'exprime en public et donc, dixit vous-même un peu plus haut, "on" s'expose à la critique. Donc votre "je suis sûr que nous sommes entre gentlemen" est faux puisque vous ne connaissez pas toutes les personnes qui vous lisent. Il y a donc bien un souci de forme dans vos écrits.
Nous n'avons jamais prétendu, et même déclamé le contraire depuis longtemps sur Tric Trac : Nous ne sommes pas des journaliste... Nous ne sommes pas des critiques ! Donc ça ne devrait même pas en devenir risible puisque c'est un postulat de départ.
Vous prétendez ensuite que votre article n'est que le ressenti d'un joueur passionné qui ne trouve pas son bonheur... Très bien. Donc c'est un ressenti, pas une vérité ? Il est donc possible de, personnellement, trouver votre ressenti fade, pédant ou sans intérêt, incomplet ou à destination de "venez voir ma chaîne" ?
Enfin, vous pensez, non, pardon, vous espérez que les joueurs sont prêts à payer pour une presse ludique professionnelle ? Et bien vous savez quoi, après avoir essayer et vu d'autres essayer, nous n'attendions plus que vous pour nous montrer la voie que vous semblez si prêt à ouvrir... Comme ça, nous verrons si c'est mieux et nous n'aurons peut-être plus à nous "contenter" de ce qu'on nous propose aujourd'hui :)
Bonnes parties à vous et bonne continuation sur votre chaîne
ludodelaludo
ludodelaludo
J'ai quand même l'impression de voir Teaman passez en procès pour un article, voire pire au bûcher parfois..étrange ces réactions assez violentes, sur pour la plupart, l'interprétation d'un article de fond...
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Je comprend l’étonnement, Ludo... mais n’est-il pas également étonnant de « lever un tel lièvre » avec une telle forme très critiquable sans finalement accepter la critique ?
Quel est le véritable fond de cet article ? Et ne peut-on en débattre ? C’est chaud... certes... et c'est tant mieux, c’est que c’est vivant
TeaMan
TeaMan
La vache ! Je l’avais pas vu ce commentaire là. C’est un cas d’école tant il est rempli de rhétorique fallacieuse. Je vais le décortiquer parce que je pas laisser passer ça.

“Même avec un calme apparent à l'écrit, on peut aussi dire des bêtises.” Attaque insidieuse. Vous sous-entendez bien évidemment que j’écris des bêtises. Ce qui n’est pas un argument en soi.

“Bien sûr qu'il est toujours possible de mettre les formes quand on s'exprime...” Là, c’est juste pour me contredire facilement et donner l’impression que je dis n’importe quoi. Parce qu’évidemment c’est possible mais personne le fait. Cela donnerait des phrases remplies de “à mon humble avis”, de “selon moi”, “d’après moi”... Inutiles bien sûr parce que quand on s’exprime on exprime son opinion. Et dans le cas contraire, on cite la personne. Et, d’ailleurs, en parlant de citation...

“lorsqu' "on" s'exprime en public et donc, dixit vous-même un peu plus haut, "on" s'expose à la critique” Encore une attaque insidieuse puisque vous sous-entendez que je n’accepte pas la critique. Alors que ce que je n’accepte pas c’est les attaques personnelles qui ne sont pas des critiques de fond. Juste un moyen de se défouler sur quelqu’un. D’ailleurs en parlant de ça, il faudrait peut-être faire un peu le ménage et virer les insultes qui commencent à fleurir en commentaire. Ce serait la moindre des choses. Mais je suppose que c’est ce que vous appelez un forum vivant.

“Donc votre "je suis sûr que nous sommes entre gentlemen" est faux puisque vous ne connaissez pas toutes les personnes qui vous lisent” Vous généralisez clairement le sens de ma phrase. Reprise dans son contexte, son sens n’est plus du tout le même.

“Il y a donc bien un souci de forme dans vos écrits.” Nouvelle généralisation à partir d’une phrase sortie de son contexte.

“Nous ne sommes pas des critiques ! Donc ça ne devrait même pas en devenir risible puisque c'est un postulat de départ.” Là vous déformez mes propos. Ce que je disais n’était pas qu’il était risible que vous ne soyez pas journaliste. Mais qu’il était ridicule de vous citez en tant que journaliste alors que vous affirmez vous-même ne pas l’être.

“Donc c'est un ressenti, pas une vérité ? Il est donc possible de, personnellement, trouver votre ressenti fade, pédant ou sans intérêt, incomplet ou à destination de "venez voir ma chaîne" ?” Après avoir enfoncé une porte ouverte (en rajoutant une couche sur l’idée que je n’admet pas la critique) vous glissez un procès d’intention dans des critiques dures mais qui peuvent être argumentées. Je vous l’ai déjà dit, je vous le redit, abandonnez cette manie de vouloir faire des procès d’intention. C’est un sophisme connu et reconnu. Pourquoi ? D’abord parce que c’est une intention supposée et que, du coup, vous pouvez me prêtez toutes les intentions que vous voulez. Ensuite, et surtout, parce que ça nous apprend rien sur le fond. C’est juste une façon mesquine d’essayer de disqualifier quelqu’un.

“Et bien vous savez quoi, après avoir essayer et vu d'autres essayer, nous n'attendions plus que vous pour nous montrer la voie que vous semblez si prêt à ouvrir...” Ca c’est l’argument le plus bâteau du monde. “Si tu n’es pas capable de faire mieux, tais-toi”. Ca voudrait dire qu’on ne pourrait plus rien dire en dehors de notre domaine d’expertise. Vous qui défendez l’idée que toutes les opinions se valent, c’est quand même une sacrée contradiction.

“Bonnes parties à vous et bonne continuation sur votre chaîne” Balancez des horreurs et finir là-dessus c’est le procédé que je trouve le plus fascinant. C’est un moyen de faire passer la pilule en préparant votre éventuelle défense. Comme ça vous pourrez dire : “Mais non vous voyez bien que je ne lui veux pas de mal, je lui ais souhaité bonne continuation !”.
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
"C’est un cas d’école tant il est rempli de rhétorique fallacieuse. Je vais le décortiquer parce que je pas laisser passer ça"
Donc vous êtes professeur es "rhétorique fallacieuse" pour en faire un cas d'école... et bien figurez-vous que moi-aussi peut-être et que c'est exactement comme vous, pour "ne pas laisser passer ça" que je vous répond.

"“Même avec un calme apparent à l'écrit, on peut aussi dire des bêtises.” Attaque insidieuse. Vous sous-entendez bien évidemment que j’écris des bêtises. Ce qui n’est pas un argument en soi." Où est-ce que j'ai dit que c'était un argument ? Vous dites plus haut que la colère est mauvaise conseillère et qu'elle conduit à dire des bêtises. Je rétorque que ce n'est pas le seul cas. On peut effectivement être dans un calme apparent à l'écrit et dire des bêtises. Vous vous êtes sentis visés ? Bien sur que je sous-entend que vous dites des bêtises, sinon, je n'aurai pas besoin d'y répondre... Dixit en introduction de ce mail.

"“Bien sûr qu'il est toujours possible de mettre les formes quand on s'exprime...” Là, c’est juste pour me contredire facilement et donner l’impression que je dis n’importe quoi. Parce qu’évidemment c’est possible mais personne le fait. "
C'est exactement cette morgue qui me fait bondir. Vous affirmez. Donc vous avez vérifié les articles du monde entier ? Personne ne le fait vraiment ? Vous dites bien n'importe quoi puisque vous n'avez jamais vérifié. De mon côté, j'essaye au maximum de mettre ce genre de "forme" justement pour être respectueux. Je ne dis pas que j'y arrive tout le temps, mais au moins j'essaye... Mais vous n'êtes, bien sûr, pas obligé de me croire.

"“lorsqu' "on" s'exprime en public et donc, dixit vous-même un peu plus haut, "on" s'expose à la critique” Encore une attaque insidieuse puisque vous sous-entendez que je n’accepte pas la critique. Alors que ce que je n’accepte pas c’est les attaques personnelles qui ne sont pas des critiques de fond. Juste un moyen de se défouler sur quelqu’un. D’ailleurs en parlant de ça, il faudrait peut-être faire un peu le ménage et virer les insultes qui commencent à fleurir en commentaire. Ce serait la moindre des choses. Mais je suppose que c’est ce que vous appelez un forum vivant.""
Alors j'ai envie de répondre "qui sème le vent récolte la tempête"... d'autres que moi ont trouvé qu'effectivement l'article, sur sa forme au moins, était maladroite dans l'attaque pouvant être perçue comme frontale. De même, je n'ai fait que répondre mais si vous souhaitez la liste de vos attaques personnelles, je me tiens à votre disposition. Mes témoins vous attendront sur le pré, derrière le marigot des douves de TT que je vais ressusciter pour l'occasion s'il le faut.

"“Donc votre "je suis sûr que nous sommes entre gentlemen" est faux puisque vous ne connaissez pas toutes les personnes qui vous lisent” Vous généralisez clairement le sens de ma phrase. Reprise dans son contexte, son sens n’est plus du tout le même."
Donc je généralise le sens de vos phrase et lorsque je dis que vous faites de même dans votre article, ce n'est pas le cas. C'est bien ça. "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais"


"“Il y a donc bien un souci de forme dans vos écrits.” Nouvelle généralisation à partir d’une phrase sortie de son contexte."
Si vous voulez... c'est mon avis, j'ai le droit de l'exprimer, comme vous avez le droit de ne pas être d'accord, de le tourner en ridicule... je n'en garde pas moins le droit de l'exposer.


"“Donc c'est un ressenti, pas une vérité ? Il est donc possible de, personnellement, trouver votre ressenti fade, pédant ou sans intérêt, incomplet ou à destination de "venez voir ma chaîne" ?” Après avoir enfoncé une porte ouverte (en rajoutant une couche sur l’idée que je n’admet pas la critique) vous glissez un procès d’intention dans des critiques dures mais qui peuvent être argumentées. Je vous l’ai déjà dit, je vous le redit, abandonnez cette manie de vouloir faire des procès d’intention. C’est un sophisme connu et reconnu. Pourquoi ? D’abord parce que c’est une intention supposée et que, du coup, vous pouvez me prêtez toutes les intentions que vous voulez. Ensuite, et surtout, parce que ça nous apprend rien sur le fond. C’est juste une façon mesquine d’essayer de disqualifier quelqu’un."
Maintenant nous passons au conseil sur ce que je dois faire moi aussi. Il faut que j'abandonne. Mais je fais ce que je veux, et vous aussi. Sophisme connu ou non. Vous me prêtez depuis le début vous-même des intentions comme des faits (celui de ne pas avoir lu votre texte par exemple) et quoi ? Vous pouvez essayer de façon mesquine de me disqualifier et vous me refuser le droit d'en faire autant si c'est bien mon intention ? Voyons, voyons, tsss, tsss, tsss, ce ne serait pas très fairplay non ? Surtout sur un site de jeu...


"“Et bien vous savez quoi, après avoir essayer et vu d'autres essayer, nous n'attendions plus que vous pour nous montrer la voie que vous semblez si prêt à ouvrir...” Ca c’est l’argument le plus bâteau du monde. “Si tu n’es pas capable de faire mieux, tais-toi”. Ca voudrait dire qu’on ne pourrait plus rien dire en dehors de notre domaine d’expertise. Vous qui défendez l’idée que toutes les opinions se valent, c’est quand même une sacrée contradiction."
Encore une fois, ne me prêtez pas d'intention. Je ne dis pas "si vous (je ne vous connaît pas, j'utilise donc le vouvoiement) n'êtes pas capable de faire mieux, taisez-vous", je dis clairement "puisque vous semblez si malin à définir les choses telles qu'elles devraient être, et que, ce qui se conçoit bien s'énonçant clairement, j'attends votre "critique professionnelle" sur un jeu pour voir.


“Bonnes parties à vous et bonne continuation sur votre chaîne” Balancez des horreurs et finir là-dessus c’est le procédé que je trouve le plus fascinant. C’est un moyen de faire passer la pilule en préparant votre éventuelle défense. Comme ça vous pourrez dire : “Mais non vous voyez bien que je ne lui veux pas de mal, je lui ais souhaité bonne continuation !”.
Et bim, encore une intention. Si vous me connaissiez vraiment, vous sauriez que je ne vous veux aucun mal... Aucun !! Là, encore, vous n'êtes pas obligé de me croire. Par contre, vous pouvez me croire quand je vous dis sincèrement : "Si vous souhaitez continuer à publier sur TT avec vos propres façons de faire, il faut accepter que cette façon de faire soit utiliser avec vous également... sinon, c'est injuste !"... Oui, je suis très Caliméro :)

Et pour encore plus marteler le truc, je fais un copié-collé :
Proposer une approche critique n'a, pour moi, rien à voir avec ce qui est décrit dans l'article. J'aime couper les cheveux en quatre, approfondir les connaissances, recouper des éléments et essayer de tourner l'objet analysé pour le voir sous d'autres angles... j'adore ça ! Mais pas pour "se la péter", pas pour "juger d'une hauteur", pas pour dire "ce jeu a complètement ratés ses promesses" puisque je considère ne pas être à même de "juger" des promesses du jeu et de la façon dont il résonne avec tout un chacun...
Donc intellectuellement, respectueusement, creuser, oui ! Et être le plus exhaustif possible (en jouant à un maximum de jeux) pour "assurer" le propos et ne pas se moquer de ceux qui écoutent comme de ceux qui créent. Et pour tout ça, il faut de solides bases culturelles, intellectuelles, des connaissances variées... et encore, ce n'est pas suffisant pour être toujours pertinent. Je préfère donc rester humble par rapport à la création de quelqu'un d'autre dans ma façon de dire les choses...

Par contre, lorsque monsieur TeaMan, vous appliquez et expliquez ce qu'est votre conception de "la" critique, avec ses règles, et qu'en contrepartie, vous n'acceptez pas ces mêmes règles de critique sur vos propos... oui, ça m'amène à moins porter crédit à vos dires. C'est tout ! Et ce n'est pas très grave !

Bonne continuation en attendant le moment de se rencontrer en vrai pour voir si nous nous écharperons ou si la discussion sera intéressante quand même... :D
TeaMan
TeaMan
Avant que vous arriviez, il commençait à y avoir du débat contradictoire. Certains ont relevé très justement des faiblesses à l'article, d'autres ont partagé leurs opinions, leurs ressentis. J'ai débattu, me permettant d'approfondir mes idées. J'ai concédé certaines choses et j'ai répondu à d'autres parce qu'on a le droit de penser que toutes les critiques ne sont pas justifiées. Cela se faisait dans une ambiance sereine, ni tendue, ni violente.

Et puis vous êtes arrivé. Vous avez publié sur tous les fils que vous pouviez. Et les débats se sont tus. ll ne restait plus que vos posts dans lequel on retrouvait des arguments stériles, peu intéressants, parfois même pas en contradiction avec l'article lui-même. Sous un air de bonhomie et de "fond de bienveillance", on trouvait des petites piques, des attaques insidieuses. Et je n'extrapole pas vous l'admettez vous-même dans le commentaire juste au-dessus de celui-ci. Avant que vous arriviez certaines critiques ne prenaient pas de gants mais elles étaient toujours centré sur le texte. Et c'est quelque chose que j'admet. Après vous, les quelques commentaires publiés étaient pratiquement tous des attaques centrés sur ma personne. Comprenez-moi bien, je ne crie pas au complot. Je ne pense pas que vous ayez plusieurs comptes ou des trolls en cage à lâcher quand un article ne vous plaît pas. Je pense que vos posts ont changé l'ambiance. Vous êtes le tenancier ici, la manière dont vous vous exprimez va avoir une influence. Et c'est comme ça qu'on est passé de commentaires parfois très critiques mais basé sur le fond et ouvert au débat à des quasi-insultes contre lesquels on ne peut pas rétorquer grand chose. Et quand on réplique, quand on ne se laisse pas faire par les brutes, elles s'offusquent. Je n'accepte pas la controverse, disent-elles. Mais quelle controverse ? Il n'y a pas de controverse quand on s'attaque directement à la personne.

J'ignore si je vais continuer à poster ici des articles et sachant que je suis dans le colimateur de haters et qu'ils ont l'assentiment du taulier. Je ne vais pas faire de suppositions. Je ne sais pas si c'est ce que vous voulez ou non. Mais dans tous les cas je n'agirais plus de la même manière. Je n'écrirais plus mes articles pareil. Je n'aborderais peut-être pas des sujets trop sensibles. Je ne m'attarderais pas autant sur les commentaires. Quoique je fasse les brutes gagnent, d'une manière ou d'une autre.

Vous voudriez me rencontrer. Je sais que ce n'est pas me donner le beau rôle mais c'est pas mon cas. Votre manière de débattre, vos petites insinuations, la manière dont vous assumez votre rhétorique tordue. Rien ne me donne envie de parler avec vous. Rien ne me fait croire qu'il en sortira quelque chose d'intéressant. Pour moi (et pour moi seulement, c'est une opinion personnelle) vous êtes le roi des brutes. Ce qui ne donne pas tellement envie de vous connaître.
Jeannot la Pinte
Jeannot la Pinte
Franchement, si l'amateur ludique que tu es n'est pas satisfait de ce que tu trouves sur le marché, maintenant que tu en as fait le constat (et que t'en prends plein la tronche en retour) fermes tes écoutilles, blindes ta confiance en toi, et va ouvrir LE site qui répondra au vide que tu déplores.

Je ne suis pas là pour te démonter, te faire la leçon ou quoi que ce soit. Je ne suis pas critique, ni philosophe, ni débatteur. Je travaille dans le commerce international. Je suis pragmatique et n'aime pas les longs discours.

Si demande il y a (et tu sembles la constater), c'est qu'une offre peut/doit/va se positionner en face. C'est la loi du marché, C'est inexorable. Fonces sur cette opportunité, car si tu ne la saisis pas (et si ton constat est véridique) quelqu'un le fera, et probablement moins bien que toi!

Sans aucune ironie, ou malveillance, je te souhaite de t'épanouir dans cette voie, et prouver que tu peux apporter une vraie plus-value à ce secteur en plein développement.

En Afrique, où je vis, un proverbe bien connu dit: "Le Tigre n'a nul besoin de prouver sa tigritude, il bondit sur sa proie et la dévore".
Ne t'éparpille pas en réponses stériles (c'est le terme quand ni l’émetteur, ni le destinataire ne sont ouverts aux échanges) pour prouver le bienfondé de ton initiative. Agis! Bondis! Dévores!

Ludiquement,

JLP