Zombicide rime avec homicide.

sur Zombicide
8,8
Quelle est la pire chose qui puisse arriver à un amoureux du jeu de société ? Une invasion de termites ? Une infiltration d'eau dans le placard à jeux ? Etre obligé de jouer à Mascarade ? Rien de tout cela. Le pire est de se marier avec une femme qui n'a absolument rien à cirer des dits jeux Alors lorsque je déambule avec Madame dans les rayons d'un magasin spécialisé et que pour la première fois depuis 8 ans de vie commune j'entends :
- Ah ça a l'air sympa ce jeu. J'aime bien les zombies.
Oui chers collègues tripoteurs de cubes en bois, quel argument bien famélique. Là où d’autres auraient pu vanter la très grande simplicité et logique des règles, la richesse et la qualité du matériel, l’immersion réussie à chaque nouvelle mission, la mécanique en elle-même, ma douce moitié, ayant le cerveau d’un pigeon asthmatique pour tout ce qui concerne le monde ludique, a vu deux-trois têtes de zombies sur le dessus de la boîte, ce qui pour elle était suffisant pour le qualifier de « jeu sympa ».
Tant pis pour les tric tracs TV, tant pis pour l’avis des joueurs, tant pis même pour les 5 lignes d’explication à l’arrière de la boîte qu’à sûrement rédigé un jeune stagiaire de 3ème, je sens pour la première fois depuis 7 ans que je ne me ferai pas condamné à mort en rentrant avec une énième boîte. Sans un mot de plus, je prends le jeu et m’empresse de passer à la caisse. Je ne suis pas surexcité à l’idée d’y jouer, j’ai juste peur qu’elle trouve le zombie moins « sympa » une fois son regard pragmatique posé sur l’étiquette en dessous indiquant une petite information de rien du tout tellement c’est vraiment pas important de le savoir : 80 euros.
Passage à la caisse douloureux, aussi bien pour le portefeuille que pour mon dos qui hurle de douleur à cause du regard de ma compagne qui le bombarde de reproches et autres malédictions. Bien fait pour sa gueule, si elle s’était un peu plus intéressé au pion, elle aurait su qu’une grosse boîte EDGE comme ça, ça fait jamais du bien.
Les portes du magasin passées, je me dis que j’ai quand même fait une connerie. N’aurais-je pas mieux fait de regarder les critiques avant ? Parce qu’au final je me fais tout de même assassiner (moins que les autres fois tout de même, je peux cette fois partager la responsabilité) et je me dis que j’aurais pu acheter un bon jeu qui me fait envie (du type Battlestar Galactica) pour ce prix là, voire même plusieurs bons jeux.
C’est presque honteux que je pose la boîte sur l’étagère avec les autres jeux, un peu comme lorsque tes parents te surprennent avec une copine que tu ne voulais pas qu’ils rencontrent.
La boîte est restée presque un an dans son emballage sans que j’y touche. J’avais déjà eu quelques jeux EDGE (Arkham, les demeures de l’épouvante, Descent…) et je savais que ce genre de boîte a des règles particulièrement indigestes. Autant je fais l’effort pour un jeu qui m’attire, autant là…
Quelle erreur ! Si seulement j’avais osé le déballer plus tôt ! Ce jeu m’a donné beaucoup de satisfaction. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, loin de là. Il y a des erreurs oui (cette histoire d’arme à distance qui touche les collègues s’ils se trouvent dans la même zone passe moyen). Mais bon sang, qu’est-ce que j’ai passé un très très bon moment en compagnie de ce jeu ! Est-ce parce que je n’en attendais rien ? Au lieu d’un jeu pour addicts de Walking Dead, j’ai trouvé un jeu très immersif, où la coopération est de mise entre tous les joueurs, où l’on se surprend parfois à discuter 5 bonnes minutes avant d’effectuer la moindre action (parce que personne ne veut finir en apéricube pour zombie), où la tension est palpable lorsque l’on s’investit, où trouver une tronçonneuse n’aura jamais été aussi jouissif (sauf chez Casto quand c’est les soldes), où l’on apprécie la folie de certains de vouloir se faire un zombie avec une poële à frire (il faut un 6 pour un jet de dé, pour vous dire l’exploit). Bref, oui ce jeu n’est pas parfait comme certaines critiques l’on fait remarquer, j’en vois également les défauts. Mais bordel, un jeu est fait pour divertir. J’aime les jeux techniques et compliqués où il faut calculer les points de victoires de tes adversaires à la racine carré des objectifs du plateau etc… Zombicide revient à la base du jeu. L’intuitivité, la logique, la simplicité, pour un jeu fun sans être forcément grand public. Une vraie réussite. C’est avec beaucoup de joie que je me jetterai sur Black Plague une fois que j’aurai gagné au loto (seule condition pour que ma femme accepte de nouveau de mettre autant d’argent dans un zombicide).

Commentaires

Default