Ce jeu est sorti le 23 oct. 2015, et a été ajouté en base le 10 août 2015 par Monsieur Phal

édition 2015
Par Nicolas Robert
Illustré par Weberson Santiago
Édité par Pearl Games
Distribué par Asmodee

Standalone 1 extension
25,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Vraiment bon

L’Auberge Sanglante est le dernier né des Pearl Games, « maison d’édition de jeux de qualité ». Une fois de plus, la devise de l’éditeur ne trompe pas ses fidèles.

L’Auberge Sanglante est un jeu (stratégique ? tactique ?) de cartes où l’objectif est de finir la partie le plus riche possible (1 sou = 1PV). Les cartes ont un rôle multiple en fonction de leur utilisation, un peu comme dans les jeux de Carl Chudyk. Chaque joueur est à tour de rôle 1er joueur. Le 1er joueur commence par « accueillir les clients », c’est-à-dire qu’il les place depuis la pile d’entrée dans les chambres de l’auberge disponibles (5 à 2 joueurs, 6 à 3 joueurs, les 8 chambres à 4 joueurs). Chacun commence le jeu avec 2 paysans en main. Après la mise en place du tour, chacun exécutera 2 actions (déconnectées : chacun joue sa 1ère action, puis chacun joue sa 2ème action).
Les actions proposées sont « corrompre » (= enrôler des comparses), « construire » (une dépendance au moyen d’un comparse de sa main), « tuer » (un client de l’hôtel, jamais quelqu’un de sa main !) ou « enterrer » (une victime précédemment tuée). Une 5ème action consiste à « ne pas jouer » mais de pouvoir convertir ses sous en chèques ou inversement si besoin de liquidités. Pour chacune de ces actions, il faudra dépenser (défausser) autant de comparses en main que le niveau du personnage à enrôler / tuer / enterrer / dépendance à construire [Attention : pour construire, la carte utilisée comme dépendance ne compte pas dans les cartes à fournir pour construire]. Il s’agit bien du nombre de cartes à défausser et pas d‘un total de niveaux pour prendre un niveau équivalent. Les niveaux allant de 0 à 3, logiquement, les cartes de niveau 0 peuvent être acquises sans coût. C’est notamment le cas des paysans. Lorsqu’ils sont joués dans le cadre d’une action, les paysans sont défaussés à la table de l’auberge alors que les autres personnages le sont sur la pile de sortie. Certaines cartes présentent des aptitudes particulières en fonction de la famille à laquelle elles appartiennent (les bleus facilitent la corruption, les rouges permettent de construire à moindre frais, les violets d’enterrer…). Concrètement, ces cartes apporteront un bonus permanent de 1 pour effectuer l’action correspondant à l’aptitude (par ex. si je veux corrompre un personnage de niveau 3, je n’aurai que 2 cartes à payer en utilisant une carte de personnage qui a une aptitude à corrompre, plus qu’une si j’en ai 2 dans ma main etc).
A la fin du tour, il y a éventuellement une phase d’enquête des forces de l’ordre si un policier reste vivant au petit matin (= après que chaque joueur ait joué ses 2 actions). Tout joueur ayant alors un cadavre non enterré dans son domaine se voit dans l’obligation d’appeler en urgence le fossoyeur pour s’en débarrasser, au taux de 10 sous par cadavre à évacuer! Ensuite, chaque joueur perçoit 1 sou si le personnage qui est arrivé la veille au soir dans la chambre qu’il contrôle s’y trouve toujours, et débourse 1 sou par comparse présent dans sa main. Si l’on n’a pas assez d’or, il faut se séparer du nombre de comparses qui ne peuvent pas être « rétribués ». Il est trop tard à ce stade pour convertir les chèques en argent, puisque celà coûte 1 action.

Le jeu prend fin lorsque la pile d’entrée est épuisée pour la 2ème fois. On sent que le jeu a donné lieu à une longue maturation (on en parle tout de même depuis plus d’un an !) tant le jeu est bien ficelé. Si j’ai trop de personnages dans ma main, cela va me coûter cher en « entretien », si je tue, je dois pouvoir enterrer dans la foulée sinon je risque de payer 10 sous par cadavre lors de la ronde de police, et attention au péché de gourmandise : si j’élimine un personnage de niveau 3, il faut ensuite que je l’enterre ce qui va aussi me coûter 3 personnages. Si j’arrive à la limite des 40 sous accumulés, je dois accepter de passer mon tour pour convertir en chèques de 10F sinon je ne pourrai plus scorer davantage. Sans compter que je dois tout de même tuer et enterrer assez rapidement pour avoir des revenus disponibles (car on n’« encaisse » la somme que porte un personnage qu’au moment où on l’enterre, et pas quand on le tue ; si je dois me débarrasser du corps, je paye 10 et ne touche rien). Verdict : Vraiment très bon (pas trop long, pas trop cher, des illustrations torturées en rapport au thème décalé, et des mécanismes imbriqués). J’adore ! 9/10

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default