Megawatts

Megawatts

Édition 2008
Par Friedemann Friese
Illustré par Maura Kalusky
Édité par Filosofia
2 à 6 joueurs
Nombre de joueurs
14 à 99 ans
Âge
120 min
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar
L'avis de Tric Trac sur ce jeu
Aucun avis

Vous êtes POUR ou CONTRE le nucléaire ?

8,0

Jeu testé en configuration à 6 joueurs et carte de France (moche, mais alors très moche)

D’abord, je ne connais pas l’édition originale imprononçable dans la langue de Goethe et apparemment, ce n’est pas un pré-requis indispensable.
Ensuite, on pourrait croire le jeu sponsorisé par quelque société peu scrupuleuse de forcer l’image radioactive parce que les barrils d’uranium sont quasi pour rien !

Le pitch du jeu : c’est comme Simcity mais en beaucoup mais alors beaucoup plus simple !

En bref, nous devons gérer des centrales productrices d’électricité (pas plus de 3) pour alimenter des villes.
Chaque centrale (sauf les éoliennes et celle de la fusion – une belle chimère celle-là tiens!) a besoin de ressources (charbon (ben oui encore !) – pétrole – déchets – uranium) pour alimenter un certain nombre de villes (de 1 à 6).
Pour tout cela (placement des villes (ouille, les connections, ça douille à mort), achat des centrales aux enchères et les ressources), il faut de l’argent et là, on joue à Monopoly (voir le petit bémol).

Le jeu est superbement équilibré et extrêmement fluide ; on peut y jouer tant en divertissement avec des enfants à partir de 10 ans qu’en mode hyper-calculatoire de la mort de tournoi (principalement entre profs de maths et avec calculatrice bien entendu !)

L’ordre de jeu change en fonction de l’état de développement de chaque joueur et c’est assez original. Ainsi la phase d’enchères pour les centrales se déroule dans un sens tandis que les phases d’achat de ressources et de placement de villes se font dans l’ordre inverse.
Quand on est le premier à mettre aux enchères , on est alors le dernier à acheter les ressources (au plus haut prix bien entendu, étant donné que tout le monde s’est précipité dessus avant !)
Pareil pour le placement des villes : il reste ce que les autres joueurs ont bien voulu laisser !

Un petit bémol : le joueur qui a aussi le rôle du banquier passe son temps à compter les billets à distribuer à tout le monde. C’est un tantinet énervant et n’apporte rien au plaisir du jeu !

Enfin : Info TRES TRES importante : sur la carte de la France (sur celle du Canada aussi je présume), je tiens à signaler que l’arrondissement de Paris possède 3 zones où il est possible de construire SANS coût de connection !
Voilà, il fallait le dire parce que croyez-moi, cela ne saute pas aux yeux des joueurs néophytes.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default