Votez pour moi je ferai ce que je dis !

8,0

J'ai eu la chance de pratiquer ce jeu grandeur nature lors d'une animation ludique sur le thème des romains sur un plateau de 3 mètres sur 3.

Les règles sont très simples et peuvent s'expliquer en quelques minutes même à un public novice.

Le jeu repose essentiellement sur la capacité des joueurs à faire de bonnes négociations. Il faut user de roublardise pour ne pas dire de fourberie pour parvenir à ses fins.
Le joueur qui fait des promesses pour obtenir le vote des ces adversaires dans une chambre n'est tenu d'honorer sa parole qu'un seul tour de jeu. Libre aux joueurs de promettre sur le long terme sachant qu'il n'auront aucune obligation vis à vis de ceux qui leur ont fait confiance plusieurs tours auparavant.
Il faut donc négocier habilement l'adhésion de ses concurrents lors d'un vote qui permettra de monter dans la chambre supérieure et de récupérer au passage de précieux lauriers.
On pourrait parler de jeu semi-coopératif où l'on a forcément besoin des autres pour gagner mais où au final un seul joueur sera nommé grand sénateur.
Quo Vadis est un jeu de diplomatie très épuré, très simple et abordable par un public très large. Il n'en est pas moins très subtil.
Chaque point marqué est important et à l'arrivée seul le joueur ayant récolté le plus de lauriers sera déclaré vainqueur à condition d'être présent au sénat avec un de ses pions.
Rien ne sert d'y avoir plusieurs membres si ce n'est pour bloquer ses adversaires.
On peut en effet ruiner toutes les chances d'un joueur en bloquant son accès au sénat la chambre supérieure où il faut à tout prix être présent sous peine d'être éliminer.

Quo Vadis gagne certainement à être jouer grandeur nature car il faut bien reconnaître que l'ambiance est plutôt froide dans ces couloirs du sénat. Le plateau n'engage pas à la gaité et l'atmosphère est assez studieuse même si les palabres et le roll play lors des votes peuvent instaurer selon la personnalité des joueurs une ambiance particulière.

Seule contrainte de taille : la configuration idéale est de 5 joueurs et une partie à 4 perd déjà beaucoup de sa saveur et de son intérêt...

Quo Vadis démontre encore une fois tout le talent d'un auteur aussi à l'aise dans les jeux de gestion que dans ceux de diplomatie.

Commentaires

Default