Voles lutin, voles !

10,0

J’avais tâté du JCE Warhammer. Rien à voir avec celui-là. Celui-là vous retourne le cerveau comme une crêpe. Longtemps que Thor ne m’avait mis un coup de marteau ludique aussi fatiguant. D’une immersion impressionnante… infaillible, imparable, déconcertante tellement c’est poussé loin. Les cartes vous replongent tout droit dans tout ce qui fait le sel du livre : des personnages charismatiques, des cultures marquées, une intelligence de l’humanité hors norme, etc. etc. etc. Niveau complémentarité entre les cartes et leurs pouvoirs, c’est a-bu-sé. Pour l’instant mon préféré reste le Maître du chenil Stark. Franchement, il va chercher les loups garous dans la pioche… J’aime trop le principe. Et il y a pleins de petits trucs comme ça. Respects. Limite si « La guerre de l’anneau » ne fait pas figure de petit joueur sur le créneau de l’immersion. C’est hallucinant, surtout quand on voit le nombre « d’extensions », toutes les cartes complots, tout ce que ça signifie de possibilité de jeu, de création de decks… Ca me laisse sur le cul. Et pour la première fois, je comprends le plaisir qu’on peut prendre à préparer son deck. N’ayant jamais été joueur de Magic, ni d’aucun autre jeu de carte de ce style, je ne peux pas faire la comparaison. Mon pote me disait que la différence était justement dans l’immersion du thème, le monde de Westeros. Et pour ceux qui ont lu les bouquins, ça en dit long… C’est tout simplement énorme.
Comme parfois c’est cette qualité qui fait le défaut du jeu. Quelqu’un qui n’est pas familier de l’univers n’y trouvera à mon sens pas le même plaisir. Puis il demande un investissement trop important pour pouvoir jouer avec un party gamer. La prise en main n’est pas évidente, comme tout jeu de carte mieux chiadé que la belote. Mais c’est aussi bon de passer du temps le nez dans les règles. Ma « petite » expérience de joueur m’a montré que c’est à ce genre de choses qu’on est face à un grand jeu… Par contre ça se paye. A la fin d’une partie, vous êtes bon pour aller au lit tellement il faut faire attention à des tas de bricoles, à ses propres combotages comme à ceux de l’adversaire ! Je n’ose même pas imaginer ce que ça donne à 3 ou 4, quand on peut intervenir dans les défis des autres, en pesant le pour et le contre de son ingérence, au risque de s’affaiblir.

Très gros jeu à bien des niveaux, franchement.

Commentaires

Default