1960: The Making of the President
Ce jeu est sorti le 16 août 2007, et a été ajouté en base le 16 août 2007 par Meeeuuhhh

édition 2007
Par Jason Matthews et Christian Leonhard
Illustré par Josh Cappel
Édité par Z-Man Games

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Vol 537 pour Washington

Que dire de ce jeu sinon qu'il est bon ?
Que dire qu'on le savoure du début à la fin malgré toutes les incertitudes qu'on a à son égard du haut de sa (pour le moment) seule et unique partie ?

Rien.
Détaillons alors les petites choses qui peuvent titiller ( mais auparavant, je signale que le thème est pour moi bien rendu et que le tour 6 est un petit rafraichissement sympa):
- Du texte, en VO, en veux tu en voilà qui demande plus d'attention pour les joueurs comprenant la langue mais ne l'ayant pas pour maternelle. Ca casse un peu le rythme mais avec l'expérience (et surtout la réédition), ça devrait s'arranger.
- Du hasard pour un jeu aussi long et aussi "sérieux".
Oui mais un hasard sommes toutes relatif, que le cumul des parties atténuera ou rendra finalement trop important : le jeu est bien sûr contrôlable, mais si entre gros joueurs, la chance détermine le vainqueur, bah ça peut être ennuyant.
Et si la pioche des cartes est là, le dernier tour reste fun mais peut déterminer le vainqueur, malgré des stats selon qu'on a joué pas mal dans le sac ou pas (on peut aussi rager encore plus du coup) de façon assez aléatoire.
Alors oui, à nous de prévoir tout ça et c'est faisable mais quand même.
Tout cela ne nous a pas géné mais au fil des parties, s'il ne devait rester que ça ?
De notre inexpérience, nous avons négligé certaines tactiques (médias...) et n'avons de hâte que de rejouer : c'est bien la preuve que le jeu a réussi son pari.
Et comme l'exploration devrait être longue avant que tout soit vu, ça devrait le faire...

Edit : note ramenée à 4 suite à ce léger non-control et surtout au fait qu'existe maintenant une vf ...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default