Space Dealer
3 à 8 joueurs
Nombre de joueurs
10 ans et +
Âge
30 min
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Vite et bien

10,0

Space Dealer n'est pas un beau jeu, il faut le reconnaître : les visuels de style vieille SF ne sont pas très séduisants. Mais qu'importe, le jeu est vraiment original, et, une fois joué complètement (c'est à dire avec les options), il devient passionnant. L'originalité principale de Space Dealer et de fonctionner sans tours et sans points d'action : chaque joueur dispose de deux sabliers, ses robots, il en retourne un sur la zone correspondant à l'action qu'il veut réaliser et une fois celui-ci écoulé, l'action est accomplie. Du coup, tout le monde joue en même temps et gère ses affaires tout en surveillant les autres (pas forcément pendant la première partie, hein, je reconnais). Ce n'est pas un jeu de rapidité mais c'est un jeu rythmé, et qui, de plus, se joue en une demi-heure chrono (ce qui est le temps raisonnable pour faire à peu près tout ce qu'il y a à faire). Pour le reste, il s'agit de produire des ressources sur sa planète, de la développer intelligemment et d'aller livrer lesdites ressources chez ses voisins (avec des vaisseaux qui eux aussi voyagent à coups de sabliers). Et tout ça, outre l'aspect original, fonctionne très bien. Une version de base des règles permet de découvrir et fonctionne bien mais, il faut le dire, tout ça ne prends sa réelle dimension qu'avec les règles complètes. Parce que là, on a de vraies interactions, de choix importants et ça bouge beaucoup plus. Mais il faut d'abord tester avec les règles simplifiées si on veut éviter la panique. Ceci étant, les parties durant une demi-heure, on peut en enchainer deux en moins de temps qu'il n'en faut pour un jeu moyen de même type. Un jeu pour ceux qui aiment l'inattendu mais aussi la gestion et l'adaptation à la volée, sans forcément le temps de réfléchir longuement. Tout à fait un jeu pour moi donc et je dois avouer être très content de cette découverte.

Commentaires

Default