Intrigues à Venise
Ce jeu est sorti le 21 févr. 2002, et a été ajouté en base le 7 févr. 2002 par Tonino

édition 1988
Par Leo Colovini et Alex Randolph
Édité par Winning Moves et MB

Standalone 3 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Venise prend l'eau

Intrigues à Venise est selon moi typiquement un jeu qui nécessite plusieurs parties avant de se faire une idée complète et ainsi émettre son avis.

Après la première partie, ou même mieux : à la découverte du jeu et des règles, l'impression ne peut être que positive (je pense). Le matériel est de bonne facture et le jeu intrigue à proprement parlé.
Le problème, quelques parties plus tard, est que l'effet de surprise s'est dissipé tandis que les défauts et les lourdeurs du jeu demeurent.

Tout d'abord, les coups sont automatiques. Il n'y a pas de réelle réflexion : on regarde s'il on peut interroger l'ambassadeur ou, faute de mieux, un autre joueur. Tout le monde durant la phase de déplacements jouerait de la même manière. Tout dépend donc du tirage des billes. Le système est original et bien réalisé - la boîte en forme de masque qui laisse apparaître les billes - mais l'on finit par la maudire quand le blanc sort trop souvent.
Alors il reste les signes pour essayer de faire comprendre à son partenaire avec qui il joue.. ou bien pour bluffer un adversaire. Une très bonne idée du jeu. Celle qui le sauve de la noyade. Sans cette possibilité amusante, les parties, par ailleurs fort silencieuses, se révéleraient dénuées de toute interactivité.

Une fois découvertes les identités des joueurs, on en arrive à l'accomplissement des missions.. peu équilibrées pour certaines. Il suffit parfois qu'un joueur aille interroger son coéquipier pour pouvoir gagner en l'exilant.. si les billes le lui permettent naturellement !

En bref : Intrigues à Venise représente une déception en ce qui me concerne. J'ai à plusieurs reprises insisté pour y jouer car le jeu demeure original mais avec un goût toujours plus amer après chaque fin de partie.. jusqu'à ne plus avoir spécialement envie d'y rejouer.
Dans le coopératif (avec un thème similaire), je préfère Scotland Yard qui a été cité dans d'autres avis, bien que son concept soit nettement plus simple et moins ambitieux...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default