Dakota
Par Piero Cioni
Illustré par Giorgo Albertini
Édité par IELLO et TenkiGames
3 à 5
Joueurs
14 à 120 ans
Âge
60 min
Temps de partie
50,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Une perle d'originalité

10,0

J’ai été attiré par DAKOTA pour son originalité.

La mécanique de base est plutôt simple et directe : on pose ses « ouvriers » sur le plateau pour récolter des ressources sur la base des majorités. Les ressources permettent ensuite d’acquérir des nouveaux « ouvriers » ou des aménagements (bâtiments, totems) qui permettent de gagner des PV ou d’améliorer son efficacité.

Le jeu est rapide et se joue en une dizaine de tours durant lesquels chaque joueur pose 6 « ouvriers » (ses personnels complétés avec des neutres) pour collecter ses ressources puis construire.

Tout l’intérêt de DAKOTA vient de l’aspect asymétrique semi-coopératif. Chaque joueur fait partie d’un des 2 camps qui s’affrontent : les indiens et les colons. Ces 2 factions n’ont pas les mêmes objectifs dans le jeu, les indiens se concentrent sur la préservation des ressources alors que les colons prospèrent sur l’épuisement rapide des ressources. Les joueurs d’une même faction doivent donc collaborer pour avoir une chance de l’emporter tout en essayant de faire la différence individuellement parmi ses semblables.

Le cœur de la mécanique collaborative est simple, les « ouvriers » s’affrontent par faction sur chaque territoire et seul le camp (indiens ou colon) le plus forte ramasse les ressources, ensuite le joueur majoritaire dans ce camp choisis ses ressources en premier, et se fait donc des « ennemis » dans son camp !

Cette mécanique simple qui sert un thème ultra présent m’a beaucoup séduit. Je suis heureux d’avoir découvert DAKOTA qui change beaucoup des productions formatées de pose d’ouvrier.

On s’en refait une ?

Commentaires

Default