Ce jeu est sorti le 22 déc. 2011, et a été ajouté en base le 22 sept. 2011 par Docteur Mops

édition 2011
Par Carl Chudyk
Illustré par Christophe Swal, Cyril van der Haegen et Robin Olausson
Édité par IELLO
Distribué par IELLO

Standalone 1 extension 2 éditions
22,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Une ovation, on est d'accord

Nombre de parties : 6 (dont une avec extension).

Si j'ai beaucoup apprécié "La Gloire de Rome", le premier jeu de l'auteur, j'ai rapidement pensé que San Juan lui était supérieur.
En effet, le jeu souffre rapidement de redite, et s'il ne possède aucun picto, est intéressant tactiquement et mécaniquement parlant, il reste proche, malgré ses différences, de Race For The Galaxy et San Juan.
Le dernier reste le plus accessible et à mes yeux le plus réussi, les contraintes étant plus soutenues, tout comme l'interaction (et avec l'extension, c'est finalement celui qui reste le moins "directif" à mon avis).

Bref, de l'excellence, je suis passé au "très bon" (4/5), ne conservant que le meilleur des trois.

Je craignais que Innovation ressemble à ces jeux là, tout en étant plus chaotique (ce que laissaient supposer les réactions des joueurs dont j'avais lu les impressions sur le net).

En fait, le jeu est bel et bien différent de tout ce qui s'est fait jusque là. L'interaction est présente, sans être plus importante que celle des autres titres cités ci-dessus. Chaque carte est unique, rendant les parties vraiment très variées. Et si le jeu peut sembler chaotique, il ne l'est pas autant que ça.
Autre point fort : les retournements de situation. Car si vous semblez largué, sans cartes puissantes devant vous, aucune combo, moins de cartes et de niveau plus faible... vous pourrez vous refaire et reprendre le jeu à votre avantage.
Deux actions lors de votre tour : vous ressentirez également cette notion de choix douloureux.

Majorité, combos, course aux points, j'en passe et des meilleurs : le jeu nous nourri bien et ne semble pas s'essouffler au fil des parties.

Alors, quand on se rend compte qu'il suffit de nouvelles cartes pour le transformer encore et encore, on se dit que quand même, on a fait là une bonne pioche...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default