FORBIDDEN CITY
Par Reiner Knizia
Illustré par Paul Windle
Édité par JUMBO
2 à 4
Joueurs
8 à 99 ans
Âge
30 min
Temps de partie
25,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Aéré, léger, austère, architectural.

7,0
D'abord, deux point très importants si vous pensez acheter ce jeu de création d'appartements.
-La règle est phénoménalement simple, je l'ai littéralement apprise en une minute, et notez que je ne suis pas particulièrement rapide de la comprenette.
-Il n'est objectivement pas très joli et assez austère, mais convoque des notions spatiales très interessantes si c'est "votre truc". Le côté labyrinthique est stimulant, les espaces sont très clairs, moi j'adore voir se dessiner ces plans d'appartements gigantesques mais ce ne sera pas forcément votre tasse de thé (chinois), car finalement ça peut sembler vide et répétitif.


Knizia n'est pas forcément connu pour ses jeux connections, mais il en a quand même fait une bonne tripotée, à commencer par le génial Indigo. Par sa fausse simplicité, Forbidden City s'y apparente d'ailleurs un peu. Ici, il ne s'agit pas ici de prolonger des tuyaux mais de dessiner les plans d'un palais. Forbidden City est un peu aux plans d'appartement ce que Carcassonne est aux cartes moyenâgeuses. Avec chacun un jeu de tuiles identiques très bien étudié et équilibré, on ferme des zones plus ou moins grandes et on constate alors des majorités, ce qui évidemment donne des points à intel ou intel. L'originalité tient dans le fait qu'on regarde aussi les pièces attenantes (grâce aux portes), donc il y a moyen de s'amuser à préparer un coup de fourbe que personne n'aura vu venir et qui change la donne (on peut ainsi gagner énormément de points d'un seul coup). Autre point positif, il n'y a aucun meeple a poser sur les tuiles, ce qui donne un côté épuré très appréciable et libère vos neurones pour préparer les coups de fourbe déjà évoqués. En plus, on ne joue qu'une tuile à la fois, ce qui fait craindre le facteur chance mais au final semble une bonne option, toujours dans un souci d'épure: en plus des connections avec la même couleur ou à des portes, une tuile peut aussi permettre de simplement fermer une autre pièce. D'ailleurs, un détail qui m'a chiffonné, c'est la possibilité de créer des pièces complètement fermées (sans portes): à quoi serviraient de telles pièces qui ne communiquent avec rien? Si vous avez compris autrement, n'hésitez pas à commenter. Moi, en attendant, je ne permet pas les pièces sans portes (si ça arrive, il faut payer une pièce pour chaque enterrement de conseiller mort enfermé).

Commentaires

Default