Ce jeu est sorti le 31 oct. 2005, et a été ajouté en base le 31 oct. 2005 par copyright

édition 2005
Par Lewis E. Pulsipher
Édité par Fantasy Flight Games

Standalone
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Un très bon jeu... pour ceux qui aiment!

Britannia est un jeu qui peut rebuter beaucoup de monde mais que j'adore... Soyons clair, si vous aimez les jeux "à l'allemande" avec des petits calculs, des mécaniques originales qui fonctionnent comme des horloges suisses, passez votre chemin. Britannia est un jeu "Old school" dans le plus pur sens du terme. Il date d'une autre époque et cela se voit. Du point de vue de la mécanique, on est dans un truc simple un peu naïf, proche du Risk, on lance des dés et on détruit les armées adverses sur un 5 ou un 6, sachant que le combat continue jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un combattant. Oui, mais alors pourquoi est-ce que j'aime ce jeu?
D'abord parce que j'ai une passion pour l'histoire et que le thème de "Britannia" n'est pas un simple "background" pour habiller une mécanique (comme à "El Grande" ou "Himalaya" par exemple) mais bien la quintessence du jeu. Le but est de simuler près de 1000 ans d'invasions de la Grande Bretagne et cela est très bien fait, le travail historique des concepteurs a été réel et on n'est pas dans la réécriture mythique (ou bon, un peu quand Arthur apparaît, et encore, l'historicité du personnage se discute...). donc, jouer à Britannia, c'est déjà être spectateur d'une histoire, d'autant plus que le matériel est très bien fait.
Le jeu en lui même est très plaisant à plus d'un titre. Le fait que chaque joueur ait plusieurs peuples qui ont leur heure de gloire, plus ou moins éclatante et plus ou moins longue crée des parties très dynamiques: chacun aura un moment où il dominera la carte, avec l'impression qu'il pourra maintenir cette domination jusqu'à la fin... De plus, le système de points fait que même un peuple qui a pour vocation de se faire exterminer plus ou moins rapidement peut être intéressant. Une résistance farouche, même si elle a une fin, offre une belle dramaturgie et beaucoup de points, donc, un échec après une lutte acharnée vaut souvent une victoire, tous les jeux n'offrent pas cette satisfaction. Tous les joueurs ont des tours un peu "creux", où ils font moins de choses, mais ils peuvent se consoler en pensant à leurs nouveaux peuples qui vont arriver ou à leurs heures de gloire si leur temps est passé...
Le gros problème, c'est que c'est un peu long... Alors attention, hein, quand on aime, on ne compte pas, si on s'amuse, ce n'est pas un problème de jouer cinq ou six heures de suite; ce qui en est un, c'est de trouver le créneau, et des joueurs qui n'ont pas peur de s'engager pour une durée aussi longue (enfin, c'est pas "Civilisation" non plus!).
Bref, j'adore ce jeu, avec un peu de nostalgie aussi car c'est un des premiers auquel j'ai joué, mais je comprends très bien qu'il ne puisse pas plaire à tout le monde, ce qui explique ma note un peu "moyenne".

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default