Archon
Ce jeu est sorti le 6 mars 2013, et a été ajouté en base le 6 mars 2013 par benben

édition 2013
Par Nikolas Sakaloglou et Sotirios Tsantilas
Illustré par Antonis Papantoniou
Édité par Artipia Games

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Un peu molasson

Archon bénéfice d'un visuel bien léché, même si le style choisi peut diviser. Il souffre par contre de quelques couacs éditoriaux.
Première incompréhension, pourquoi un plateau si grand sachant qu'un bon tiers (là où se trouvent les différents bâtiments) surcharge inutilement l'ensemble ?
Seconde anicroche de taille, un choix de couleurs de ressources désastreux. Entre blanc, gris, et noir, le tout sur des fonds différents, c'est à s'en arracher les yeux sur les cartes de mise en place et d'action. Solution palliative : poser un cube sur les endroits litigieux (pour sa part, le matériel en bois se distingue bien, ouf).
Enfin, quelques points de règles pas suffisamment explicites dans la règle. Alors les cases actions supplémentaires avec une flèche, exécutable une seule fois ou à volonté ? Le courtier remplacé par le Magister acheté, forcément dans la main ou pas ? Mystère.

Sorti de ces premiers écueils, l'explication est somme toute assez simple et ne posera pas de problème à un habitué des jeux de gestion. C'est du très classique, mais le fait d'avoir couplé la pose de carte à un emplacement lui confère un gameplay bien à lui. J'aime beaucoup cette idée.
On est donc dans de la pose d'ouvriers où on voudrait tout avoir, et tout avant les autres : les ressources qui vont bien, un Magister pour faire bonne mesure, construire tel bâtiment, 3 sous dans la foulée, le tout aux emplacements les moins chers, bien sûr. Comme les adversaires bloquent des possibilités entre temps, dilemme.

Autre aspect original et réussi, l'obligation de scinder sa main de 10 cartes en 2 lots de 5, programant ainsi sur deux manches les cartes à disposition.

J'aime un peu moins le côté majorité (sur 3 types de cartes) décomptées toutes les 3 manches, vraiment éculé pour le coup. Collecter puis convertir des ressources en éléments de majorité, ça va une fois, mais trois fois dans la partie, on tourne un peu en rond.
Un peu de combo est heureusement possible sur les bâtiments, dont le principe de prix dégressif au fur et à mesure de la partie fonctionne bien.

La phase d'attaque, déclenchée toutes les 3 manches, est quand à elle assez bizarre dans la mesure où la pénalité est, le cas échéant, la même pour tous. L'intérêt de défendre la ville réside donc uniquement dans les points de majorité afférents (je passe sur le +1PV pour les deux premiers Garde Royaux qui est de l'ordre du pourboire). Pas compris.

Au niveau de la rejouabilité, le fait est que tous les types de Magister sont bien sympas, et qu'on peut donc rejouer en partant sur des types initiaux différents. On en fait cependant vite le tour, d'autant plus que le recrutement de Magister est vraiment essentiel, tant par les points donnés que part leur nécessité pour ne pas être bloqué dans son choix d'action (jouer deux fois de suite, jouer sur un emplacement déjà pris, jouer sur un emplacement double en 1 seule carte).
Idem sur les actions variables : ce sont des actions d'appoint qui peuvent être utiles, mais qui ne changent pas une partie du tout au tout
Reste quelques enchaînements de bâtiments à explorer.

Au final, Archon est un jeu à la fois tactique et stratégique, dont le principe de Magister constitue le noyau vraiment intéressant. Il souffre malheureusement d'une certaine longueur (9 manches !) et manque de quelques subtilités supplémentaires dans les finalités de scoring.
Bien à découvrir, mais pas certain qu'il se renouvelle suffisamment pour justifier un approfondissement.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default