Rome & Roll
1 à 4 joueurs
Nombre de joueurs
14 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Un peu impersonnel

6,0
Kickstarter / bien reçu / bien produit.
Cet avis est purement subjectif. Nous avons joué à 2, ce n’est pas un mauvais jeu mais il souffre de défauts de clarté, et il est impersonnel, la thématique n’y est pas même en mettant des figurines avec. on lance les dés, on choisit lesquels on veut chacun son tour, on utilise ses dés pour noter des trucs. on relance les dés.
On ne se sent ni dans la reconstruction de rome ni dans une sensation de concurrence / d’urgence. Des défauts de traduction : la carte « bijoutier » sur la règle s’appelle « joailler » sur la carte, c’est bête mais ça vous fait perdre 10 mn a chercher la bonne carte dans le jeu avant de comprendre). Les ressources pré imprimées sur les plateaux sont des initiales en anglais (W -> Wood, S -> Stone, etc) donc vous notez en anglais sur votre gestion de stock les résultats des dés. pour un non anglophone on perd du temps aussi (« pierre c’est comment en anglais?
- Stone ») si on se dit qu’on note en français on est perturbés ensuite avec des lettres différentes entre le pré imprimé et l’écrit.

Le système de fabrication de bâtiments est laborieux. On comprend le principe de base facilement mais on a 8 bâtiments dont les activations de certains ne sont possible parfois qu’en construisant un bâtiment d’un autre type de manière adjacente. Si on se trompe on peut avoir construit un bâtiment pour rien sans jamais l’activer de la partie. Quand on le comprend on finit par lire soigneusement l’ensemble des cartes pour regarder ensuite si on peut dessiner le bâtiment ou non en fonction de la contrainte de dessin (certains ne peuvent aller que là d’autres que là) et au bout d’un moment on doit faire cette analyse dans un imbroglio de gribouillages tetris avec des lettres dedans, en regardant l’initiale du bâtiment pour le retrouver sur la carte (BQ c’est quoi ? Briqueterie. ok si je la met à côté du marché je peux avoir ça, ah mais attends la briqueterie ne se met que dans un marais, mais j’ai plus la place dans le marais bon je fais autre chose). Résultat on perd beaucoup beaucoup de temps.

Parfois il parait plus simple de construire des routes à gogo et rien ne semble l’empêcher donc on peut opter pour une stratégie redondante pierre route pierre route...

L’usage des sénateurs n’est pas clair, il en va de même pour les pouvoirs spéciaux à cocher qui ne sont valables qu’en adoptant une stratégie particulière. Ils rapportent néanmoins des points on peut donc aussi aller à la facilité de tous les cocher pour marquer plus que pour s’en servir.

L’ensemble n’est pas fluide, la manière de marquer des points est un peu hasardeuse et comme l’aspect achat / dépense est symbolisé par des notations au feutre on tombe vite dans un jeu de comptables froid et sans trop de plaisir qui finit par devenir illisible, surtout sur le plateau principal.

Le jeu a quand même le mérite de créer un genre un peu inédit, il est beau, le matériel est bon. Peut-être suis-je passé à côté, en bon amateur de thème plus que de mécanique. L’ensemble est maîtrisable, mais là où on éprouve du plaisir dès la première partie avec certains jeux euro pourtant costaud, il faudra beaucoup de pauses règles et à mon avis pas mal de parties avant d’y aller sérieusement sur Rome & Roll.

Commentaires

Default