Un peu de poésie dans ce monde de jeux apéro

6,9
L’objectif ici est de faire marcher son imagination et de créer en commun avec bienveillance de belles histoires cohérentes avec des rebondissements imposés par la contrainte des notions écrites sur les cartes en main de chacun des joueurs. Même s’il propose des mécanismes de blocage et une notion assumée de victoire individuelle, le jeu peut être très bien pris comme du coopératif, mais autrement. Le concept est rafraichissant avec des dessins immersifs parfaits au regard du thème.
Par contre, acheté pour les enfants. Las, ça ne marche pas avec les plus jeunes (il faut savoir lire les cartes, comprendre les mots proposés et accepter la logique au lieu de chercher à poser toutes ses cartes à la suite en confondant imagination structurée avec non-sens). A éviter également avec des joueurs trop compétitifs (pour exactement les mêmes raisons)(le problème de lecture en moins)(parfois). D’autant que c’est inhérent au concept : les règles sont interprétables et discutables à chaque cas d’espèce. Longuement. Très. Et là, pouf : adieu l’histoire et l’immersion.
Quelques frustrations à accepter aussi : si un joueur bénéficie de cartes plutôt cohérentes entre elles, il peut très bien dérouler toute son histoire sans trop d’efforts (surtout lorsqu’on joue entre vieux MJs) et finir la partie seul. Plus souvent, à plusieurs, il arrive qu’un joueur ne puisse endosser le rôle de narrateur au cours d’une partie. Aussi, définir éventuellement un nombre de cartes à poser à partir duquel le narrateur est forcé de passer la main à son voisin. A l’opposé, on peut se faire prendre la narration (ou ne pas arriver à la (re)prendre du tout) et la voir partir dans une direction bien faiblarde alors qu’on avait en tête un synopsis du tonnerre qu’il était vachement grave meilleur (en toute objectivité s’entend ;D)(si c’est vrai !) et qu’on peut donc mettre à la poubelle.
Bref, une seule règle du jeu au final : connaître sa table de joueurs avant de sortir la boîte. Ca devient alors un régal.
Dernier point quand même : des cartes assez fines => à sleever, à mon avis.

Commentaires

Default